En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Selon Challenges, un énarque coûte en moyenne 83 300 euros annuels à l'Etat.
Comptes publics
Un élève de l'ENA coûte 11 fois plus cher qu'un étudiant d'Assas, mais le vaut-il vraiment ?
Publié le 25 septembre 2012
Selon Challenges, un élève de l'Ecole nationale d'administration (ENA) coûte en moyenne 83 300 euros par an à l'Etat, contre 6 572 euros pour un étudiant d'Assas.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Challenges, un élève de l'Ecole nationale d'administration (ENA) coûte en moyenne 83 300 euros par an à l'Etat, contre 6 572 euros pour un étudiant d'Assas.

À lire les commentaires réguliers des lecteurs d’Atlantico sur l’ENA, l’énarchie serait l’une des principaux maux de ce pays. Il y a fort à parier, d’ailleurs, pour que l’élection d’un président de la République issu de cette école (et de HEC, rappelons-le) ne contribue pas immédiatement à en redorer le blason de plus en plus craquelé et vieilli.

Le site de Challenges a publié il y a quinze jours un article amusant sur le coût exact de formation d’un énarque. Car il ne suffit pas de déplorer les résultats produits par cette école : en connaître le coût peut réserver de jolies surprises.

Si l’on se souvient que le coût moyen d’un étudiant à l’université est d’environ 7 000 euros annuels, une petite comparaison permet assez vite de mesurer le malheur du contribuable français énarchophobe moyen.

Selon Challenges, un énarque coûte en moyenne 83 300 euros annuels à l’Etat, soit 11 fois plus que l’universitaire habituel. Ce chiffre, qui s’explique essentiellement par la masse salariale de l’École, laisse évidemment songeur.

Pour être totalement franc, je trouve ce chiffre un peu gênant, car la journaliste qui signe l’article n’explique pas sa méthode de calcul. Elle semble distinguer le coût direct d’un élève, largement lié au salaire qui lui est versé, et le coût global de l’école, qui est bien plus élevé parce qu’il intègre des coûts autres que la formation des énarques eux-mêmes.

Cette distinction est dommageable, car, selon les chiffres figurant dans le rapport d’activité de l’ENA, l’école compte tout de même 215 fonctionnaires employés par l’Ecole pour 80 élèves français en formation initiale, 29 étrangers, et 211 stagiaires en formation continue (à qui l’école assure une moyenne de 35 jours de formation). Autrement dit, l’ENA compte en gros un fonctionnaire à temps plein pour 1,5 élèves formés, en comptant très large. Un record ! Qui ne tient d’ailleurs pas compte des charters d’enseignants qui font le voyage Paris-Strasbourg spécialement pour une ou deux heures de cours, aux frais du contribuable.

Une étude de 2009 publiée par l’IFRAP soutenait que le coût moyen d’un élève de l’ENA s’approchait plus des 130 000 euros. Là encore, le chiffre surprend un peu, car il situerait, grosso modo, le coût global de la formation annuelle des élèves à environ 13 millions d’euros. Selon la méthode que l’on choisit, étant donné que la formation des élèves dure deux ans, on pourrait même imaginer, en appliquant les chiffres de l’IFRAP, que le coût global des énarques soit de 26 millions d’euros, donc 13 millions par an pour chaque promotion.

Là encore, je n’ignore pas tous les petits à-côtés de l’Ecole : des séminaires internationaux, des flonflons dans tous les sens, qui occupent les fonctionnaires en sureffectifs affectés dans les locaux. Tout cela coûte de l’argent.

Il n’en reste pas moins que l’ENA affiche un budget global de 40 millions d’euros, dont 36 proviennent de subventions de l’Etat.

En regardant les chiffres et les statuts de près, on ne manque pas de constater que, durant la formation, seuls les élèves français sont salariés. Les élèves du cycle international suivent la scolarité à leurs frais, au moins pour tout ce qui touche à leur subsistance. Les inclure dans un calcul de coût relève donc de l’hypocrisie.

Si l’on fait une règle de trois un peu bête, mais efficace, et plutôt favorable aux énarques, on calcule alors que l’ENA forme en même temps deux promotions, soit 160 élèves par an. De plus, elle forme environ 200 stagiaires pendant 35 jours. Là encore, en comptant qu’une année pleine compte 210 jours, il faut ajouter arithmétiquement 35 équivalents temps pleins dans les effectifs des élèves formés et payés pour cela.

Nous arrivons donc à un total de 200 élèves stagiaires par an qui pèsent sur le budget.

La subvention de l’Etat à l’ENA s’élevant à 36 millions d’euros annuels, le compte moyen de l’élève approche donc les 180 000 euros annuels pour le contribuable. Soit 25 fois plus cher qu’un étudiant à l’université. Beaucoup plus cher qu’une année payée dans une université américaine.

Mais, il faut l’avouer, lorsqu’Edith Cresson décida d’installer l’ENA à Strasbourg, elle n’avait pas anticipé, peut-on penser, le surcoût d’une double installation (l’ENA conserve des locaux dans un quartier très prestigieux à Paris), et le gouffre financier que constituent les frais de déplacement pour les personnels enseignants qui viennent parfois chaque semaine de Paris pour dispenser des leçons de deux heures.

Les Français peuvent toutefois assez légitimement s’interroger sur la rentabilité de leur investissement dans cette école. En deux ans de scolarité, un énarque moyen bénéficie d’une subvention de 360 000 euros, soit dix-huit ans de salaire moyen dans la fonction publique. Autrement dit, le coût de formation d’un élève de cette école équivaut à la moitié de la carrière d’un fonctionnaire lambda.

L’investissement paraîtra déraisonnable à tous ceux qui mesurent au montant de leur imposition de septembre le désastre qui frappe nos finances publiques. La haute fonction publique coûte décidément cher, pour une performance très discutable une fois qu’elle est sortie de formation. Difficile, en effet, d’imaginer qu’elle ne porte pas une responsabilité directe dans la dégradation constante des comptes publics.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
06.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
07.
L'association WWF accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (37)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 26/09/2012 - 20:12
Antisélection, refus de la compétition libre
Réussir aux concours n'a jamais été la garantie de l'excellence
durant tout une vie. Ce n'est pas ceux qui sont à l'origine des problèmes qui vont les résoudre disait Einstein, hélas!
mateo62
- 26/09/2012 - 13:55
Enarchophobe assumé (2/2)
…ils squattent les présidences de groupes industriels et financiers, du CAC 40 ou du SRD 120, et ils sont quasi majoritaires dans n’importe quel conseil d’administration. Les milieux politiques et industriels / financiers sont totalement consanguins en France, cela n’existe nulle part ailleurs dans le monde. Dans le reste du monde occidental, il y a des élites bien sûr, des types issus des meilleures universités, mais la différence est là : les élites françaises ne sont pas issues des meilleures écoles / universités, mais de LA seule ENA. Et quelle que soit la qualité de l’enseignement, et les têtes bien faites qui s’y agitent, dites-vous bien que l’uniformité, le monopole et la cooptation entre pote est probablement un des facteurs principaux de l’absence de réformes structurelles pendant que la dette augmentait, de budgets de l’état en déficit depuis 1975, de l’incapacité toute française de baisser sa dépense publique et de diminuer le nombre de ses fonctionnaires.
Ils passent de cabinets en conseils d'administration, ne savent pas pour autant compter (ils sont farcis au droit public, et au droit constitutionnel). Ce sont des élites qui ne comptent jamais, qui n'inventent rien.
maxx_paris
- 26/09/2012 - 13:54
11fois plus cher : c'est peut être pour celà qu'ils
... qu'ils n'ont pas conscience de ce qu'ils font, de la condition réelle de vie des Français moyens.