En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
La barre des 3 millions de demandeurs d'emploi est désormais dépassée, a déclaré le ministre du Travail Michel Sapin ce dimanche.
3 millions !

Pourquoi les 3 millions de chômeurs d'aujourd'hui ne sont pas les mêmes qu'hier

Publié le 04 septembre 2012
La barre symbolique des trois millions de chômeurs a été franchie cette semaine. Une évolution préoccupante qui touche davantage les "plus de 50 ans" et les femmes.
Yannick L’Horty est Professeur à l’Université Paris-Est, directeur de la fédération de recherche « Travail, Emploi et Politiques Publiques » du CNRS.Il est spécialiste du marché du travail et de l’évaluation des politiques publiques dans le domaine de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick L’Horty
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick L’Horty est Professeur à l’Université Paris-Est, directeur de la fédération de recherche « Travail, Emploi et Politiques Publiques » du CNRS.Il est spécialiste du marché du travail et de l’évaluation des politiques publiques dans le domaine de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La barre symbolique des trois millions de chômeurs a été franchie cette semaine. Une évolution préoccupante qui touche davantage les "plus de 50 ans" et les femmes.

On assiste à une montée irrésistible du chômage depuis la mi-2008. Les progrès qui avaient été réalisés sur le marché du travail à la fin des années 1990 et dans les années 2000 ont été annulés par la crise. Quelle que soit la statistique que l’on considère, on se situe désormais à un maximum historique. Dans la catégorie A , la plus commentée, on  dénombre plus de 3 millions de demandeurs d’emploi. Si l’on ajoute les personnes qui exercent une activité réduite, avec les catégories B et C, on dépasse 4,5 millions, et si l’on tient compte aussi de ceux qui ne recherchent pas activement un emploi, parce qu’ils suivent une formation ou un contrat court, on dépasse les 5 millions de demandeurs d’emploi inscrits à pôle Emploi. Le taux de chômage au sens du BIT, calculé par l’INSEE, dépasse quant à lui les 10 % mais il n’est connu qu’avec retard et n’a pas fini d’enregistrer la dégradation continue du marché du travail. Depuis 4 ans, tous ces indicateurs se détériorent de façon continue, et l’on n’aperçoit pas la fin du tunnel.

Cette évolution est d’autant plus préoccupante parce qu’elle est massive et générale. Toutes les régions de France et tous les départements sont concernés.  Aucune localisation n’est abritée, même si des contrastes peuvent être notés entre les aires tertiaires et celles qui ont un tissu plus industriel, où la dégradation est amplifiée. La hausse du chômage va de pair avec un allongement de sa durée, qui a retrouvé les niveaux élevés atteint au tout début des années 2000.

Pour autant, des changements sont en œuvre dans la composition du chômage. Les plus impressionnants ne concernent pas la part des jeunes. Elle a un peu augmenté au tout début de la crise parce que les moins de 25 ans sont traditionnellement les plus sensibles aux fluctuations qui affectent les contrats à durée déterminée et l’interim, qui sont les plus réactifs aux inflexions de conjoncture. Mais la part des jeunes a diminué par la suite au fur et à mesure que la durée du chômage s’est allongée, car les jeunes sont moins concernés par le chômage de longue durée. Globalement, la part des jeunes est donc restée stable, autour de 16 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi.

C’est la part des séniors qui a le plus évolué. Les plus de 50 ans représentaient moins de 15 % des demandeurs d’emploi de catégorie A il y a 15 ans. Ils sont 22 % aujourd’hui. La part des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans a ainsi augmenté de plus de 50 % en 15 ans. Cette hausse est spectaculaire et sans commune mesure avec le vieillissement de l’ensemble de la population active qui se ralentit depuis 2005 avec l’entrée en retraite des classes d’âge nombreuses issues du baby boom. D’ailleurs, la hausse a eu lieu pour l’essentiel depuis le début de la crise, entre fin 2008 et 2012. Il s’agit là d’un mouvement qui va sans doute être très persistant. En cas de reprise de l’activité, la part des plus de 50 ans devrait continuer à augmenter, au moins dans un premier temps. 

Un autre changement impressionnant concerne la part des femmes parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi. Les femmes sont plus exposées au chômage que les hommes et même si leur taux d’activité est globalement plus faible, elles sont majoritaires parmi les demandeurs d’emploi. Mais ce n’est plus le cas depuis le début de la crise, du moins pour les demandeurs les plus éloignés de l’emploi, ceux de catégorie A. Les femmes restent plus exposées au chômage que les hommes si l’on observe les taux de chômage, mais la différence ne suffit pas à compenser le différentiel de taux d’activité, et elles sont désormais majoritaires parmi les demandeurs d’emploi de catégorie A. La part des femmes y est passée sous les 50 % à partir d’octobre 2008. Elle n’a pas cessé de diminué jusqu’en mars 2010 pour atteindre moins de 47 %, et elle suit des mouvements irréguliers depuis en se maintenant continuellement sous les 50 %. Elle est de 48 % aujourd’hui. Pour l’ensemble des demandeurs d’emplois, la part des femmes a également beaucoup baissé mais elle reste supérieure à 50 %, les femmes étant plus fréquemment en activité réduite que les hommes. La dégradation est donc globalement moins prononcée pour les femmes ce qui renvoie à leur présence plus marquée dans les métiers de services qui ont été un peu moins affectés par la crise. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La pipe plus dangereuse que le cigare

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PHILIPPE Le Bel
- 06/09/2012 - 07:02
réalité
Les jeunes vieux ont vu leurs grands frères partir à 55 ans il y a 10 ans via les pré-retraites financées par les Assedic.

Bienvenu dans le quotidien de vos enfants, bienvenue dans le monde réel, quand aux grands frères retraités leur pension ne fera bientôt pas long feu.
AntiDemago
- 05/09/2012 - 21:40
à Vangog et à l'attn.de Fab.Parigi
Ami Vangog ! REGLE N° 1, il n'y a pas de sous métier. REGLE N°2 idem !!!
Très loin du déballage sur les marchés et autres bidouillages que vous énumérez, mais un concept produit et un concept de commercialisation, résultante d'une très dense expérience professionnelle de commerce produits grand public (détail et GSA, France et International -ASIE-), assurant des marges confortables, sur un Marché touchant l'affectif des gens, petits et grands, H/F, riches ou pas, activité conduite dans le cadre d'une société dont la compta transparente est assurée par un cabinet comptable, et pilotée en Pro par un Pro, avec méthodeS et stratégie ! Aucune concurrence structurée à ce niveau d'aboutissement de concept, et 65 millions de consommateurs à solliciter et qui achètent dés que je mets le nez dehors.
Une activité entièrement conçue par MOI CHEF membre de la secte
des mecs qui en ont !
Pas franchement stressé pour les années à venir, Normal 1er et socialos à la barre ou pas !
A une prochaine Ami Vangog.
Grwfsywash
- 05/09/2012 - 16:09
@ josse44 - 05/09/2012 - 09:47
Vous êtes vous un jour demandé ce que votaient vos contacts à Pole Emploi?
Seriez-vous surpris d'apprendre qu'ils ont massivement supporté Monsieur Hollande, et que le discours "on est débordés bla bla bla.." c’était "avant", pas "maintenant"