En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Remettre au lendemain : la procrastination est un phénomène qui semble toucher une part grandissante de la population.
À lire demain

Procrastination : pourquoi sommes-nous toujours plus nombreux à tout remettre au lendemain ?

Publié le 28 août 2012
95% de la population mondiale serait atteinte de procrastination. Education, manque de confiance en soi, perfectionnisme... d'où vient cette tendance à tout remettre au lendemain ?
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
95% de la population mondiale serait atteinte de procrastination. Education, manque de confiance en soi, perfectionnisme... d'où vient cette tendance à tout remettre au lendemain ?

Repousser, remettre au lendemain : la procrastination est un phénomène de plus en plus connu, qui semble toucher une part grandissante de la population. Ce n'est pas qu'une impression, selon le spécialiste Piers Steel : "à l'époque d'Internet, des jeux vidéos et des réseaux sociaux, il est plus difficile que jamais de rester concentré à sa tâche et d'éviter les distractions", a-t-il expliqué à Inside Higher Ed.

Professeur à la Haskayne School of Business de l'Université de Calgary, Piers Steel a mené une large recherche a ce sujet et a abouti à une estimation inquiétante : 95% de la population mondiale serait victime de procrastination un jour ou l'autre. Et selon le professeur Joseph Ferrari de l'Université de DePaul à Chicago, 20% de la population mondiale est atteinte de procrastination chronique. D'après ce spécialiste, il ne s'agit pas d'un problème de gestion du temps : les personnes qui sont sujettes à ce phénomène savent parfaitement évaluer les délais. Simplement, elles choisissent de ne pas les respecter. Il s'agirait selon lui davantage d'un problème de self-contrôle et d'autorégulation. D'ailleurs, les procrastinateurs ont aussi tendance à boire davantage d'alcool que la moyenne, ce qui est un signe de manque d'autorégulation.

Dans Psychology Today, Ferrari explique également que la procrastination trouve sa source dans l'éducation. C'est un phénomène acquis et non inné, qui trouve souvent son origine dans une éducation autoritaire. Un père dur et enclin au contrôle provoquerait chez ses enfants une difficulté à se réguler, "à internaliser leurs propres intentions et donc à apprendre à agir sur elles".

Selon Piers Steel, auteur du livre L’Équation de la procrastination, le phénomène aurait trois racines principales, qui correspondent toutes à un manque de motivation. La motivation serait en effet le contraire absolu de la procrastination. Le manque de motivation pourrait provenir de trois sources. Tout d'abord, des problèmes d'anticipation et un manque d'espoir dans sa propre réussite : le procrastinateur s'attend à échouer dans sa tâche, et donc il ne l'accomplit pas. Il s'agit d'une forme de manque de confiance en soi. Cette hypothèse est partagée par Joseph Ferrari, qui remarque que les procrastinateurs cherchent parfois activement des distractions, qui sont un moyen pour eux de réguler leurs émotions et d'oublier leur peur de l'échec.

Il peut aussi s'agir d'un manque de considération pour l'activité en question : si ce travail n'a pas de valeur, pourquoi l'accomplir ? Enfin, étonnamment, un excès d'impulsivité peut aussi mener à la procrastination, selon les recherches de Piers Steel : "Les personnes qui agissent sans réfléchir, qui sont incapables de garder leurs sentiments sous contrôle, qui agissent par impulsion, sont aussi celles qui procrastinent."

Pourquoi ? Parce que le plaisir ne saurait attendre, contrairement aux autres obligations. Pas question d'attendre une gratification différée en s'attelant à une difficile besogne pour espérer, plus tard, être récompensé. Plutôt que de réviser pour un examen, les impulsifs préfèrent se jeter immédiatement sur les plaisirs faciles, comme regarder la télévision. La tentation du présent est trop forte, et quand bien même le plaisir de réussir un examen serait plus intense, il reste trop éloigné.

Ainsi, les personnes atteintes de "Troubles du déficit attentionnel" (ou ADHD) sont particulièrement sujettes à la procrastication. Ces personnes présentent un déficit de concentration, souvent associé à une hyperactivité : elles ont toujours trop de choses en tête, en trop de choses à faire. Un défaut qui est encore accentué si, pour couronner le tout, vous devez attendre longtemps avant de bénéficier des récompenses et autres bénéfices liés à l'accomplissement de la tache. C'est le facteur "délai" : plus la récompense risque de se faire attendre, plus la tache est retardée par le procrastinateur impulsif, qui – paradoxalement - déteste attendre.

La combinaison de ces différents facteurs à parmi à Steel d'établir sa fameuse "équation de procrastination" : "Motivation = (Espoir x Valeur)/ (Impulsivité x Délai)". Comme l'indique la formule, plus l'espoir de réussite et la valeur accordée à la tache sont faibles, plus grande sera la procrastination. Plus grands seront l'impulsivité et le délai avant la récompense, plus la tendance à la procrastination augmentera.

 

 

Pour résumer ses recherches, le professeur schématise simplement dans une vidéo sur son compte YouTube : "Il y a un nombre infini de choses à faire, et nous pouvons toujours les faire mieux" :

Mais la procrastination a peut-être des origines insoupçonnées. Car paradoxalement, il n'est pas toujours néfaste de remettre les choses au lendemain. Cette mauvaise habitude pourrait même avoir des vertus méconnues, selon le Wall Street Journal. Car les procrastinateurs sont bien souvent des procrastinateurs organisés : en remettant leurs tâches à plus tard, ils privilégient d'autres activités.

John Perry a poussé la logique jusqu'au bout, dans son ouvrage intitulé "Comment devenir un meilleur procrastinateur". L'auteur explique que les procrastinateurs s'avèrent en réalité plus productifs et créatifs. Malgré les apparences, ils seraient même assez organisés, ou plutôt, selon son vocabulaire, "structurés". "Bien qu'ils mettent de coté quelque chose de potentiellement important, leur façon de ne pas faire la chose importante est de faire autre chose. Comme par exemple lire au lieu de terminer leur rapport à temps. Malgré tout, ces personnes culpabilisent à l'idée d'être des procrastinateurs et ennuient souvent leur entourage.

Ce type de procrastinaion est celui des grands perfectionnistes très performants, mais presque toujours condamnés à être insatisfaits et déçus par leurs propres performances tant leurs aspirations sont grandes. Rien d'étonnant donc, à ce que la procrastination touche prioritairement certaines professions intellectuelles, comme les universitaires ou des écrivains professionnels.

Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
phidias
- 30/08/2012 - 00:31
Allez donc savoir...
On ne peut même pas s'aider des dictons car comment choisir entre:
- Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même
et
- La nuit porte conseil...
Ganesha
- 29/08/2012 - 08:39
Perfectionnisme ?
Il est exact qu'en laissant passer une ou plusieurs nuits, on a souvent au matin, de nouvelles idées, de nouvelles solutions pour un problème... Ou bien, un évènement nouveau vient tout changer ! La procrastination serait donc une forme de perfectionnisme ? Ou, un espoir de jours meilleurs ?
LeditGaga
- 29/08/2012 - 08:18
@Vangog
Excellent, il existe effectivement des individus qui pratiquent religieusement la procrastination, c'est net !