En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

04.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 38 min 20 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 31 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 1 heure 48 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 3 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 4 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 4 heures 50 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 6 heures 48 sec
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 7 heures 6 min
© Reuters
Des miliciens chiites du clan al-Mouqdad ont annoncé, jeudi, depuis leur QG dans la banlieue de Beyrouth, détenir une vingtaine de Syriens en représailles après la captivité d'un des leurs aux mains de la rébellion syrienne.
© Reuters
Des miliciens chiites du clan al-Mouqdad ont annoncé, jeudi, depuis leur QG dans la banlieue de Beyrouth, détenir une vingtaine de Syriens en représailles après la captivité d'un des leurs aux mains de la rébellion syrienne.
Ligne de fracture

Hezbollah et régime syrien : des alliés… aux intérêts divergents !

Publié le 20 août 2012
La régionalisation du conflit syrien ne fait plus aucun doute. Les prises d'otages entre chiites et sunnites à la frontière la frontière syro-libanaise se sont accentuées ces dernières semaines, profitant indéniablement au régime de Bachar el-Assad.
Wassim Nasr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wassim Nasr est journaliste et veilleur analyste. Il est diplômé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La régionalisation du conflit syrien ne fait plus aucun doute. Les prises d'otages entre chiites et sunnites à la frontière la frontière syro-libanaise se sont accentuées ces dernières semaines, profitant indéniablement au régime de Bachar el-Assad.

La configuration d’une scène libanaise évoluant dans le paradoxe d’un Hezbollah à l’apogée de sa puissance, limite la marge de manœuvre de Damas au pays du Cèdre. Néanmoins, si l’exportation du conflit servirait Damas à court terme, elle reste contreproductive pour le Parti de Dieu et pour Téhéran, ses deux seuls alliés dans la région. Mais après plus de 40 ans de manipulation et d’ingérence au Liban, le régime baasiste se laisserait-il prendre la main dans le sac ?

Michel Samaha, a-t-il vendu Bachar el-Assad ?

Michel Samaha a une histoire politique chargée et pleine de retournements. Après avoir fait partie du parti Kataëb (Les Phalanges) et après s’être réfugié en France pour fuir ses anciens frères d’armes (1985), il se transforme - avec la Pax Syriana (1990-2005) - en icône de la tutelle syrienne au Liban.

Parmi les plus virulents défenseurs de Damas et de sa politique régionale, il devient conseiller spécial du Président syrien Bachar el-Assad. Une fois député et trois fois ministre grâce à ses alliances damascènes, il a été appréhendé manu militari par une branche des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) connue pour son allégeance aux forces de l’opposition libanaise de la Coalition du 14 Mars. Cette arrestation est inédite dans la vie politique libanaise, dans la mesure où c’est la première fois qu’un « agent » de Damas et des officiers syriens sont mis directement en cause dans une affaire sécuritaire. 

Néanmoins, il est de notoriété publique que le régime syrien a commandité un grand nombre de meurtres, d’attentats et de prises d’otages, que ça soit avant, pendant ou après ses périodes d’intervention militaire (1976-1990) ou de tutelle (1990-2005) au pays du Cèdre. Ce qui laisse à penser que les aveux de Samaha s’inscrivent dans la suite logique des méfaits bassistes au Liban. (1) Mais plusieurs incohérences intriguent les familiers des méthodes des services syriens et les connaisseurs des arcanes de la vie politique libanaise.

Pourquoi le conseiller personnel d’Assad transporterait-il des explosifs dans sa propre voiture ? Pourquoi les donnerait-il au témoin clefs de cette affaire en mains propres dans le garage de son domicile personnel en lui précisant « c’est ce que veut Bachar » ? Cela alors que plusieurs groupes ou individus liés aux renseignements syriens auraient pus accomplir cette tâche sans difficulté. Le régime syrien serait-il à court d’hommes de mains pour accomplir les basses besognes ?

Une autre question se pose et c’est la plus importante : connu pour ses revirements politiques, Samaha aurait-il vendu le maître de Damas ? Cela dans la mesure où se dernier sera inquiété par la justice libanaise et peut-être internationale du moment où le commanditaire désigné, Ali Mamlouk - nouvellement nommé à la tête de l’appareil sécuritaire bassiste par Assad et prenant ses ordres directement à la Présidence - est un des deux officiers accusés dans cette affaire. 

Vue sous un autre angle, cette affaire permet à toute la classe politique libanaise, y compris au pouvoir actuellement, de couper les ponts avec l’encombrant voisin baasiste. Les aveux de Samaha permettent de rompre « proprement » les liens avec l’ancien mentor d’une grande majorité des politiciens libanais. Tous compromis d’une manière ou d’une autre par leurs relations damascènes. (2) D’ailleurs les déclarations du Président de la République Michel Sleiman et du Premier Ministre Najib Mikati, vont dans le sens d’une rupture. (3) La prudence du Hezbollah dans ses commentaires et dans son interprétation de l’arrestation de Samaha est tout autant édifiante. 

Ces attentats déjoués, qu’ils soient commandités par Damas ou pas, Michel Samaha a très bien pu « vendre » son maître ou « vendre » cette « sortie » au plus offrant. Il quitte le navire au prix d’une future condamnation symbolique due à sa coopération. Sans oublier que Samaha possède des informations confidentielles concernant le premier cercle d’Assad, ses hommes de confiance, ses déplacements, son mode de vie, les processus de prises de décisions, etc.

Des informations qui seront d’une grande utilité aux différents services de renseignements. Ce scénario « hollywoodien » n’est pas à exclure, quand on sait que Samaha citoyen français est l’imminence grise par excellence. Mis à part son rôle dans le rapprochement franco-syrien sous la présidence Sarkozy, il est connu pour ses relations historiques avec plusieurs services de renseignements régionaux et internationaux dont les services français ; étant donné qu’il été pour un temps l’homme de liaison entre ces derniers et leurs homologues syriens. Toutes ces questions restent en attente de réponses, des réponses qu’on pourra obtenir … ou pas.

Les prises d’otages

Depuis le début des troubles en Syrie plusieurs prises d’otages ont eu lieu des deux côtés de la frontière syro-libanaise. Malgré des informations qui évoquent leur implication directe, l’Armée Syrienne Libre (ASL) comme le Hezbollah nient. Néanmoins, les onze pèlerins chiites détenus à Azzaz sont dans une ville acquise à la rébellion depuis plusieurs mois ; alors que plusieurs sources assurent que le Hezbollah a déjà fait des incursions dans les localités frontalières de Koussair et de Zabadani pour libérer des otages Libanais.

Cela dit, le kidnapping d’Hassan Moqdad à Damas par un groupe qui se dit de l’ASL et la réaction de son clan  - qui détient depuis plus de 30 Syriens de l’ASL et un Turc -  ont marqué un nouveau tournant. Les médias du monde entier étaient mobilisés autour d’une nouvelle exception libanaise où les preneurs d’otages donnent des interviews télévisés, bloquent la route de l’aéroport et refusent de négocier avec le pouvoir central.

Mais si on examine la vidéo des aveux d’Hassan Moqdad - avouant être « un combattant du Hezbollah envoyé par Hassan Nasrallah pour combattre les sunnites et sauver le régime chiite » - on constate que plusieurs « anomalies » sont détectables : l’absence du drapeau de l’indépendance adopté par la rébellion ; le vocabulaire utilisé par Moqdad en citant Hassan Nasrallah - chef du Hezbollah - qui soit disant pousse les combattants à se battre « pour sauver le régime Chiite de Damas », alors que ce dernier est Alaouite avant d’être chiite ; les termes utilisés par les kidnappeurs en référence à Nasrallah comme « Samahat el-Saïd », donc reflétant la reconnaissance d’une stature religieuse. Cela alors que les rebelles syriens traitent les chiites et les alaouites de mécréants et Nasrallah de « suppos du diable » !

Tous ces points d’interrogations s’ajoutent au bombardement d’Azzaz par l’aviation syrienne. Pourquoi le régime syrien aurait-il décidé de bombardé cette ville si ce n’est pour tuer les otages Libanais chiites qui s’y trouvent ? Cela en connaissance de cause, la mort des onze otages ne peut qu’attiser le feu entre sunnites et chiites libanais ou du moins déclenché une vague de prises d’otages syriens. Simultanément l’appareil sécuritaire syrien pourrait être derrière la prise d’otage d’Hassan Moqdad pour les mêmes raisons. Avec ce mode opératoire le régime baasiste attire le Hezbollah dans la tourmente via sa base populaire. 

L’impuissance du Hezbollah 

J’avais évoqué la question des kidnappings dans un précédent article, en expliquant que la base populaire du Parti de Dieu pourra lui échapper avant de l’entrainer dans le brasier syrien. Il est à noter que la « branche armée » des Moqdad a pu agir en toute impunité dans les zones d’influence du Hezbollah. Certains estiment que cette action n’aurait pas pu avoir lieu sans l’aval du Parti de Dieu ou même qu’elle est la réponse à l’arrestation de Samaha.

Mais même si ce clan comme d’autres clans chiites constituent l’essentiel de la base populaire du Hezbollah, les relations avec ce dernier demeurent compliquées et régies par les intérêts ponctuels des uns et des autres. Au cours des derniers mois plusieurs accrochages armés ont eu lieu entre les différents clans et le Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth (fief du Hezbollah). Car même si les hommes de ces clans prêtent allégeance au Parti de Dieu ou à Amal la formation chiite concurrente, leur première allégeance demeure à leurs clans respectifs. 

Dans son dernier discours du 17 aout, Hassan Nasrallah à la tête du Parti de Dieu avoue son incapacité et celle d’Amal à contrôler leur « rue ». Ce qui est dans la continuité de l’incident entre le député Hezbollah Ali Moqdad et les représentants de son clan lors de sa visite des locaux de la ligue familiale. (4) Cet incident, après l’agression d’un responsable du Hezbollah par les manifestants sur la route de l’aéroport il y a quelques semaines, démontre encore une fois la complexité des relations entre les clans et le Parti de Dieu. (5) On est loin du schéma caricatural d’une communauté chiite unie derrière un Hezbollah menant la barque comme bon lui semble.

Finalement, cette tension et l’implication directe du Hezbollah seraient indéniablement profitables au régime syrien qui y voit une manière d’élargir le conflit tout en « légitimant » le combat qu’il mène. D’un autre côté  il ne faut pas oublier que l’embrasement du Liban et la participation du Hezbollah au conflit, entamera sérieusement sa capacité de nuisance vis-à-vis d’Israël et l’empêchera de répondre aux attentes de Téhéran.

Donc paradoxalement, les intérêts de Damas et de Tel-Aviv, qui se sont déjà rejoints mainte fois au cœur du brouillard levantin, se rejoignent encore une fois vis-à-vis d’une implication directe du Hezbollah. Avec le conflit qui échappe de jour en jour aux Syriens, l’aspect régional devient le plus déterminant. Dans cette configuration et aux yeux des puissances l’intérêt des Syriens et même la guerre en cours passent de facto au second plan … mais Bachar el-Assad n’étant pas le « Bismarck du Moyen-Orient » qu’été son père, il n’est pas sûr qu’il puisse tirer son épingle de ce macabre jeu des nations.


(1) Il avoue planifier des attentats dans le nord du pays visant des personnalités libanaises comme le député sunnite du Courant du Futur Khaled el-Daher et le Patriarche Maronite Mar Bechara Boutros el-Raeï       mais aussi des membres de l’opposition syrienne actifs au nord Liban. Cela pour enflammer la scène libanaise. 

(2) De sa génération seul Samir Geagea à la tête des Forces Libanaises est resté inflexible sur sa relation avec Damas, ce qui lui a valu onze années d’emprisonnement dans une cellule individuelle sans codétenus au 6ème sous-sol du Ministère de la Défense libanais (1994-2005).

(3)  Sleiman été a la tête des Forces Armées Libanaises et Mikati a été plusieurs fois député et ministre du temps de la tutelle syrienne, sachant que son frère est conseiller auprès d’Assad.

(4) Avec  l’entrée du député Ali Moqdad le représentant de la ligue familiale Maher Moqdda, annonçait « l’arrêt des opérations militaires » du clan. Interpellé le député pensant user de son autorité partisane et parlementaire, il incita à arrêter l’usage du terme « militaire ». Mais cela eu plutôt un impact négatif dans la salle et les Moqdad insisteront sur l’usage du terme en question.

(5) Le Hezbollah, obligé de garder des bonnes relations avec sa base populaire, ferme l’œil sur les différents trafics entrepris par ces clans, que ça soit en termes de trafics d’armes, de drogues, de braquages ou d’autres formes de criminalités qui gangrènent ces zones d’influences.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Loupdessteppes
- 20/08/2012 - 21:13
Complexité
Ce qui ressort à juste de votre exposé c'est la complexité de la situation au Moyen-Orient. Cette complexité ne date pas d'hier et les conflits inter-religieux ne sont pas nouveaux dans cette région. C'est justement ce qui ressort : l'omniprésence de la religion (sic) toujours en embuscade dans ces conflits !
kronfi
- 20/08/2012 - 21:04
outre le fait
que cet article met le doigt sur des faits inconnus du grand public, et qui sont pour la plupart reels, notamment le fait que le hezbollah n;est pas monolithique mais bien plus une affaire de clans comme pratiquement dans toute cette region, et ou la politique se joue a trois voire quatre bandes ou plus.....il me parait important de considerer le puissant voisin israel, dans cette partie...
objectivement voir le hezbollah se dechirer sur l'affaire syrienne est positif pour israel... mais je pense qu'israel a fondamentaleent besoin de la syrie de Hassad, en ce moment.

C'est la raison pour laquelle elle n'attaquera pas l'iran du moins dans l'immediat laissant le soin a ces idiots d'americains de debuter le bal.
je ne vois pas Israel, avec une menace salafiste a ses frontières nord, doubles par une menace chiite libanaise..

je pense qu'Israel a interet a jouer la partition chiite au liban , en profitant de la guerre civile syrienne.
et donc a jouer la carte hassad, plutot que celle de celle imporbable de l'ASL. appuyee par les salafistes saoudiens, et qataris.le genera
il semble du reste que la classe politique et militaire israelienne est extrement divisee sur ce sujet..
Chemlan
- 20/08/2012 - 11:57
pour rebondir
Comme vous l'avez signalé, un embrasement du Liban n'arrangerait pas les affaires syriennes puisque le Hezbollah se concentrerait vers l'intérieur et non plus vers Israel. Ce qui fait penser que la pression exercé sur le pays des cèdres a d'autres sources.
Article technique et bien ficelé, ca fait plaisir.
Chapeau!