En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

05.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 1 heure 9 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 2 heures 40 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 4 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 7 heures 14 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 8 heures 23 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 13 heures 9 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 1 heure 43 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 3 heures 40 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 5 heures 2 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 8 heures 59 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 9 heures 51 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 13 heures 24 min
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
L'important ce n'est pas la chute

Bruno Le Maire : "Le budget 2012 n’atteindra pas ses objectifs car il n’a pas de vision d'avenir pour la France"

Publié le 31 juillet 2012
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.
Député UMP de la 1re circonscription de l'Eure, Bruno Le Maire a été Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire de 2009 à 2012 et Secrétaire d'État aux Affaires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député UMP de la 1re circonscription de l'Eure, Bruno Le Maire a été Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire de 2009 à 2012 et Secrétaire d'État aux Affaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.

Atlantico : Vous avez qualifié le projet de loi de finances rectificative 2012 de simple « détricotage ». Pourtant, François Hollande avait annoncé qu’il mettrait fin aux mesures emblématiques du mandat Sarkozy : fin de la TVA sociale, défiscalisation des heures supplémentaires ou encore augmentation des droits de succession. Ce "détricotage" n'est-il pas pas justement une condition sine qua non à la mise en œuvre du projet de M. Hollande ?

Bruno Le Maire : Je crois tout simplement que la remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel. Or c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont détricoté, méthodiquement, toutes les mesures qui ont été prises par François Fillon pour faire face à la crise et protéger les Français. Il l’ont fait sur la TVA anti-délocalisation, qu’ils ont supprimée bien qu’elle permettait de taxer les importations et d’alléger le coût du travail ; ils l’ont fait sur les droits de succession, en abaissant de 150 000 à 100 000 euros le seuil de transmission de patrimoine hors de droits ; il l’ont fait sur les heures supplémentaires en supprimant l’exonération fiscale sur les heures supplémentaires.

Tout cela est injuste. Les catégories populaires seront touchées, tout comme ceux qui avaient décidé de travailler davantage pour améliorer leurs revenus. Qui plus est, cela va à l’encontre des intérêts économiques de la France. Je pense en particulier à ce qui a été décidé sur la TVA anti-délocalisation, qui permettait d’alléger les charges sur le coût du travail et donc de soutenir les entreprises française, les PME et en particulier le secteur industriel. Donc oui, à mon sens, c’est un collectif budgétaire qui n’a pas d’autre vision que de défaire ce qui avait été fait par le gouvernement précédent. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux ni de la gravité de la situation économique actuelle.

L'un des écueils qu'on reproche souvent à la gauche est d'être trop dépensière. Pourtant on assiste à un "tour de vis" fiscal. Ne doit-on pas s’en réjouir dans la situation de crise actuelle ?

C’est surtout un tour de vis fiscal pour les contribuables, y compris les plus modestes. En 2012, 23 milliards d’euros d’imposition supplémentaire toucheront les ménages et entreprises. Pour 2013, c'est 26 milliards d’euros d’imposition supplémentaire, qui sont déjà prévus par les documents d’orientation budgétaire. Ce qui signifie que nous allons encore accroître la pression fiscale dans un pays qui est aujourd’hui le plus imposé en Europe.

On se dirige dans la direction opposée de ce qui serait nécessaire pour le pays. C'est-à-dire alléger la pression fiscale qui pèse sur les ménages français, y compris les plus modestes, et dans le même temps réduire les dépenses publiques, en s’attaquant aux dépenses publiques non seulement de l’Etat, mais aussi des collectivités locales - or celles-ci sont très épargnées par ce collectif budgétaire – et en s’attaquant à la protection sociale, car nous savons qu’il faudra réduire ces dépenses si l’on veut vraiment réduire les dépenses publiques de ce pays.

La voie qu’a choisie le gouvernement socialiste est très claire : cette augmentation des impôts ne suffit pas pour la France. Et c’est même le contraire de ce qu’il faudrait faire.

 

Selon vous, ce budget n’est donc pas à la hauteur de la crise. Que faudrait-il faire ?

Ce collectif budgétaire ne fait que reprendre les vieilles recettes socialistes : une augmentation massive des impôts pour toutes les catégories de la population française, toutes, y compris les catégories employés et ouvriers, avec le rejet de la défiscalisation des heures supplémentaires.  

Aurait-il fallu se concentrer sur les hauts revenus ?

Pour moi, il aurait fallu se concentrer sur la réduction des dépenses et, s’il y avait des corrections à faire, sur une participation forte des hauts revenus. En s’assurant bien que seuls les hauts revenus allaient réellement contribuer. Ce qui n’est pas le cas.

Ma vision est une vision dans laquelle les catégories les plus populaires, notamment ceux qui font des heures supplémentaires, sont les plus épargnées.

C’est donc un projet à la fois injuste et inefficace. Inefficace parce qu’en ce temps de crise, il s’agit de soutenir les entreprises, les PME, la création d’emplois, le secteur industriel, d’alléger le coût du travail, d’alléger les charges qui pèsent sur les PME. Or c’est l’inverse qui a été décidé.

Ce budget rectificatif n’atteindra pas ses objectifs parce qu’il n’a pas de vision de la France dans les années à venir. La vision que je défends est celle d’un retour à un équilibre de finances publiques, donc de l’inscription de la règle d’or dans la constitution et de la réduction des dépenses publiques mais dans tous les secteurs : Etat, collectivités locales et protection sociale.

Le député Thierry  Mariani parle d’une « chasse aux sorcières », d’une « épuration » pour qualifier ce que vous avez appelé un « détricotage ». L’UMP n’est-elle pas en train de tomber dans les travers qu’elle dénonçait par le passé, dans une opposition systématique et excessive, au moins formellement ?

Ce ne sont pas mes mots. Mais il est important de critiquer avec vigueur ce qui mérite d’être critiqué. Et je pense que cette politique fiscale mérite d’être critiquée parce qu’au bout du compte, ce sont tous les ménages français, sans exception, qui vont être mis lourdement à contribution, au détriment d’une vraie réduction des dépenses publiques.

C’est à nous, opposition, de critiquer de manière juste et pointue, non de manière caricaturale, et de faire des propositions, les deux impératifs étant la réduction de la dépense et le soutien aux entreprises.

Je pense par exemple que malgré la décision qui a été prise sur la CSG, on peut s’attendre à son augmentation dès l’année prochaine. Car je ne vois pas comment le gouvernement pourra boucler le budget, en l’état des choses, avec une croissance et des recettes faibles. Je prends rendez-vous pour 2013.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

05.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

06.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
luc.b
- 01/08/2012 - 12:12
Les 8 records battus par l'UMP entre 2002 et 2012.
Record de la hausse mensuelle du chômage : 90 000 nouveaux chômeurs en janvier 2009.
Record du déficit du commerce extérieur : 69,6 milliards d'euros en 2011.
Record du déficit budgétaire : 138 milliards d'euros en 2009.
Record du niveau des dépenses publiques : 56,6% du PIB en 2010.
Record du déficit de la Sécurité sociale : 29,8 milliards d'euros en 2010.
Record du nombre de voitures brûlées : 46 814 en 2007.
Record des flux migratoires : 217 000 personnes en 2005 contre 100 000 en 1995.
Record du nombre de naturalisations : 168 000 en 2004 contre 92 000 en 1995.
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:56
Mille excuses. Il faut lire bien sur : tout ce joli monde qui
envahit les plateaux
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:54
C'est, en effet, à l'opposition de critiquer ce qui est
critiquable et aussi de faire des propositions......à condition qu'on lui en laisse l'opportunité car, un verrouillage est en train de se mettre en place et il ne faut pas compter sur des journaleux comme Calvi, pour nous informer objectivement et impartialement......lui qui n'invite que des gaucheux comme le Nle Ovservateur (Dely, Claude Weil), mais encore des économistes récurrents comme Cohen, Marris et Cayrol!! qui lui est sondeur à l'occasion!!......tout ce jolie monde qui envahissent les plateaux