En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 49 min 41 sec
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 3 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 3 heures 36 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 4 heures 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 6 heures 38 min
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
L'important ce n'est pas la chute

Bruno Le Maire : "Le budget 2012 n’atteindra pas ses objectifs car il n’a pas de vision d'avenir pour la France"

Publié le 31 juillet 2012
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.
Bruno Le Maire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député UMP de la 1re circonscription de l'Eure, Bruno Le Maire a été Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire de 2009 à 2012 et Secrétaire d'État aux Affaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.

Atlantico : Vous avez qualifié le projet de loi de finances rectificative 2012 de simple « détricotage ». Pourtant, François Hollande avait annoncé qu’il mettrait fin aux mesures emblématiques du mandat Sarkozy : fin de la TVA sociale, défiscalisation des heures supplémentaires ou encore augmentation des droits de succession. Ce "détricotage" n'est-il pas pas justement une condition sine qua non à la mise en œuvre du projet de M. Hollande ?

Bruno Le Maire : Je crois tout simplement que la remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel. Or c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont détricoté, méthodiquement, toutes les mesures qui ont été prises par François Fillon pour faire face à la crise et protéger les Français. Il l’ont fait sur la TVA anti-délocalisation, qu’ils ont supprimée bien qu’elle permettait de taxer les importations et d’alléger le coût du travail ; ils l’ont fait sur les droits de succession, en abaissant de 150 000 à 100 000 euros le seuil de transmission de patrimoine hors de droits ; il l’ont fait sur les heures supplémentaires en supprimant l’exonération fiscale sur les heures supplémentaires.

Tout cela est injuste. Les catégories populaires seront touchées, tout comme ceux qui avaient décidé de travailler davantage pour améliorer leurs revenus. Qui plus est, cela va à l’encontre des intérêts économiques de la France. Je pense en particulier à ce qui a été décidé sur la TVA anti-délocalisation, qui permettait d’alléger les charges sur le coût du travail et donc de soutenir les entreprises française, les PME et en particulier le secteur industriel. Donc oui, à mon sens, c’est un collectif budgétaire qui n’a pas d’autre vision que de défaire ce qui avait été fait par le gouvernement précédent. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux ni de la gravité de la situation économique actuelle.

L'un des écueils qu'on reproche souvent à la gauche est d'être trop dépensière. Pourtant on assiste à un "tour de vis" fiscal. Ne doit-on pas s’en réjouir dans la situation de crise actuelle ?

C’est surtout un tour de vis fiscal pour les contribuables, y compris les plus modestes. En 2012, 23 milliards d’euros d’imposition supplémentaire toucheront les ménages et entreprises. Pour 2013, c'est 26 milliards d’euros d’imposition supplémentaire, qui sont déjà prévus par les documents d’orientation budgétaire. Ce qui signifie que nous allons encore accroître la pression fiscale dans un pays qui est aujourd’hui le plus imposé en Europe.

On se dirige dans la direction opposée de ce qui serait nécessaire pour le pays. C'est-à-dire alléger la pression fiscale qui pèse sur les ménages français, y compris les plus modestes, et dans le même temps réduire les dépenses publiques, en s’attaquant aux dépenses publiques non seulement de l’Etat, mais aussi des collectivités locales - or celles-ci sont très épargnées par ce collectif budgétaire – et en s’attaquant à la protection sociale, car nous savons qu’il faudra réduire ces dépenses si l’on veut vraiment réduire les dépenses publiques de ce pays.

La voie qu’a choisie le gouvernement socialiste est très claire : cette augmentation des impôts ne suffit pas pour la France. Et c’est même le contraire de ce qu’il faudrait faire.

 

Selon vous, ce budget n’est donc pas à la hauteur de la crise. Que faudrait-il faire ?

Ce collectif budgétaire ne fait que reprendre les vieilles recettes socialistes : une augmentation massive des impôts pour toutes les catégories de la population française, toutes, y compris les catégories employés et ouvriers, avec le rejet de la défiscalisation des heures supplémentaires.  

Aurait-il fallu se concentrer sur les hauts revenus ?

Pour moi, il aurait fallu se concentrer sur la réduction des dépenses et, s’il y avait des corrections à faire, sur une participation forte des hauts revenus. En s’assurant bien que seuls les hauts revenus allaient réellement contribuer. Ce qui n’est pas le cas.

Ma vision est une vision dans laquelle les catégories les plus populaires, notamment ceux qui font des heures supplémentaires, sont les plus épargnées.

C’est donc un projet à la fois injuste et inefficace. Inefficace parce qu’en ce temps de crise, il s’agit de soutenir les entreprises, les PME, la création d’emplois, le secteur industriel, d’alléger le coût du travail, d’alléger les charges qui pèsent sur les PME. Or c’est l’inverse qui a été décidé.

Ce budget rectificatif n’atteindra pas ses objectifs parce qu’il n’a pas de vision de la France dans les années à venir. La vision que je défends est celle d’un retour à un équilibre de finances publiques, donc de l’inscription de la règle d’or dans la constitution et de la réduction des dépenses publiques mais dans tous les secteurs : Etat, collectivités locales et protection sociale.

Le député Thierry  Mariani parle d’une « chasse aux sorcières », d’une « épuration » pour qualifier ce que vous avez appelé un « détricotage ». L’UMP n’est-elle pas en train de tomber dans les travers qu’elle dénonçait par le passé, dans une opposition systématique et excessive, au moins formellement ?

Ce ne sont pas mes mots. Mais il est important de critiquer avec vigueur ce qui mérite d’être critiqué. Et je pense que cette politique fiscale mérite d’être critiquée parce qu’au bout du compte, ce sont tous les ménages français, sans exception, qui vont être mis lourdement à contribution, au détriment d’une vraie réduction des dépenses publiques.

C’est à nous, opposition, de critiquer de manière juste et pointue, non de manière caricaturale, et de faire des propositions, les deux impératifs étant la réduction de la dépense et le soutien aux entreprises.

Je pense par exemple que malgré la décision qui a été prise sur la CSG, on peut s’attendre à son augmentation dès l’année prochaine. Car je ne vois pas comment le gouvernement pourra boucler le budget, en l’état des choses, avec une croissance et des recettes faibles. Je prends rendez-vous pour 2013.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
luc.b
- 01/08/2012 - 12:12
Les 8 records battus par l'UMP entre 2002 et 2012.
Record de la hausse mensuelle du chômage : 90 000 nouveaux chômeurs en janvier 2009.
Record du déficit du commerce extérieur : 69,6 milliards d'euros en 2011.
Record du déficit budgétaire : 138 milliards d'euros en 2009.
Record du niveau des dépenses publiques : 56,6% du PIB en 2010.
Record du déficit de la Sécurité sociale : 29,8 milliards d'euros en 2010.
Record du nombre de voitures brûlées : 46 814 en 2007.
Record des flux migratoires : 217 000 personnes en 2005 contre 100 000 en 1995.
Record du nombre de naturalisations : 168 000 en 2004 contre 92 000 en 1995.
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:56
Mille excuses. Il faut lire bien sur : tout ce joli monde qui
envahit les plateaux
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:54
C'est, en effet, à l'opposition de critiquer ce qui est
critiquable et aussi de faire des propositions......à condition qu'on lui en laisse l'opportunité car, un verrouillage est en train de se mettre en place et il ne faut pas compter sur des journaleux comme Calvi, pour nous informer objectivement et impartialement......lui qui n'invite que des gaucheux comme le Nle Ovservateur (Dely, Claude Weil), mais encore des économistes récurrents comme Cohen, Marris et Cayrol!! qui lui est sondeur à l'occasion!!......tout ce jolie monde qui envahissent les plateaux