En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 min 48 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 14 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 22 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 10 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 28 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 49 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 53 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 35 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 31 min
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
Bruno Le Maire : "La remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel."
L'important ce n'est pas la chute

Bruno Le Maire : "Le budget 2012 n’atteindra pas ses objectifs car il n’a pas de vision d'avenir pour la France"

Publié le 31 juillet 2012
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.
Député UMP de la 1re circonscription de l'Eure, Bruno Le Maire a été Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire de 2009 à 2012 et Secrétaire d'État aux Affaires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Député UMP de la 1re circonscription de l'Eure, Bruno Le Maire a été Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire de 2009 à 2012 et Secrétaire d'État aux Affaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dernier jour de session extraordinaire au Parlement ce mardi. Le projet de loi rectificative 2012 sera adopté cet après-midi. Il revient sur de nombreuses mesures votées sous la présidence Sarkozy, mais quid du projet socialiste ? Interview de l'ancien ministre de l'Agriculture.

Atlantico : Vous avez qualifié le projet de loi de finances rectificative 2012 de simple « détricotage ». Pourtant, François Hollande avait annoncé qu’il mettrait fin aux mesures emblématiques du mandat Sarkozy : fin de la TVA sociale, défiscalisation des heures supplémentaires ou encore augmentation des droits de succession. Ce "détricotage" n'est-il pas pas justement une condition sine qua non à la mise en œuvre du projet de M. Hollande ?

Bruno Le Maire : Je crois tout simplement que la remise en cause de la politique du gouvernement précédent ne peut pas tenir lieu de politique pour le gouvernement actuel. Or c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont détricoté, méthodiquement, toutes les mesures qui ont été prises par François Fillon pour faire face à la crise et protéger les Français. Il l’ont fait sur la TVA anti-délocalisation, qu’ils ont supprimée bien qu’elle permettait de taxer les importations et d’alléger le coût du travail ; ils l’ont fait sur les droits de succession, en abaissant de 150 000 à 100 000 euros le seuil de transmission de patrimoine hors de droits ; il l’ont fait sur les heures supplémentaires en supprimant l’exonération fiscale sur les heures supplémentaires.

Tout cela est injuste. Les catégories populaires seront touchées, tout comme ceux qui avaient décidé de travailler davantage pour améliorer leurs revenus. Qui plus est, cela va à l’encontre des intérêts économiques de la France. Je pense en particulier à ce qui a été décidé sur la TVA anti-délocalisation, qui permettait d’alléger les charges sur le coût du travail et donc de soutenir les entreprises française, les PME et en particulier le secteur industriel. Donc oui, à mon sens, c’est un collectif budgétaire qui n’a pas d’autre vision que de défaire ce qui avait été fait par le gouvernement précédent. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux ni de la gravité de la situation économique actuelle.

L'un des écueils qu'on reproche souvent à la gauche est d'être trop dépensière. Pourtant on assiste à un "tour de vis" fiscal. Ne doit-on pas s’en réjouir dans la situation de crise actuelle ?

C’est surtout un tour de vis fiscal pour les contribuables, y compris les plus modestes. En 2012, 23 milliards d’euros d’imposition supplémentaire toucheront les ménages et entreprises. Pour 2013, c'est 26 milliards d’euros d’imposition supplémentaire, qui sont déjà prévus par les documents d’orientation budgétaire. Ce qui signifie que nous allons encore accroître la pression fiscale dans un pays qui est aujourd’hui le plus imposé en Europe.

On se dirige dans la direction opposée de ce qui serait nécessaire pour le pays. C'est-à-dire alléger la pression fiscale qui pèse sur les ménages français, y compris les plus modestes, et dans le même temps réduire les dépenses publiques, en s’attaquant aux dépenses publiques non seulement de l’Etat, mais aussi des collectivités locales - or celles-ci sont très épargnées par ce collectif budgétaire – et en s’attaquant à la protection sociale, car nous savons qu’il faudra réduire ces dépenses si l’on veut vraiment réduire les dépenses publiques de ce pays.

La voie qu’a choisie le gouvernement socialiste est très claire : cette augmentation des impôts ne suffit pas pour la France. Et c’est même le contraire de ce qu’il faudrait faire.

 

Selon vous, ce budget n’est donc pas à la hauteur de la crise. Que faudrait-il faire ?

Ce collectif budgétaire ne fait que reprendre les vieilles recettes socialistes : une augmentation massive des impôts pour toutes les catégories de la population française, toutes, y compris les catégories employés et ouvriers, avec le rejet de la défiscalisation des heures supplémentaires.  

Aurait-il fallu se concentrer sur les hauts revenus ?

Pour moi, il aurait fallu se concentrer sur la réduction des dépenses et, s’il y avait des corrections à faire, sur une participation forte des hauts revenus. En s’assurant bien que seuls les hauts revenus allaient réellement contribuer. Ce qui n’est pas le cas.

Ma vision est une vision dans laquelle les catégories les plus populaires, notamment ceux qui font des heures supplémentaires, sont les plus épargnées.

C’est donc un projet à la fois injuste et inefficace. Inefficace parce qu’en ce temps de crise, il s’agit de soutenir les entreprises, les PME, la création d’emplois, le secteur industriel, d’alléger le coût du travail, d’alléger les charges qui pèsent sur les PME. Or c’est l’inverse qui a été décidé.

Ce budget rectificatif n’atteindra pas ses objectifs parce qu’il n’a pas de vision de la France dans les années à venir. La vision que je défends est celle d’un retour à un équilibre de finances publiques, donc de l’inscription de la règle d’or dans la constitution et de la réduction des dépenses publiques mais dans tous les secteurs : Etat, collectivités locales et protection sociale.

Le député Thierry  Mariani parle d’une « chasse aux sorcières », d’une « épuration » pour qualifier ce que vous avez appelé un « détricotage ». L’UMP n’est-elle pas en train de tomber dans les travers qu’elle dénonçait par le passé, dans une opposition systématique et excessive, au moins formellement ?

Ce ne sont pas mes mots. Mais il est important de critiquer avec vigueur ce qui mérite d’être critiqué. Et je pense que cette politique fiscale mérite d’être critiquée parce qu’au bout du compte, ce sont tous les ménages français, sans exception, qui vont être mis lourdement à contribution, au détriment d’une vraie réduction des dépenses publiques.

C’est à nous, opposition, de critiquer de manière juste et pointue, non de manière caricaturale, et de faire des propositions, les deux impératifs étant la réduction de la dépense et le soutien aux entreprises.

Je pense par exemple que malgré la décision qui a été prise sur la CSG, on peut s’attendre à son augmentation dès l’année prochaine. Car je ne vois pas comment le gouvernement pourra boucler le budget, en l’état des choses, avec une croissance et des recettes faibles. Je prends rendez-vous pour 2013.

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
luc.b
- 01/08/2012 - 12:12
Les 8 records battus par l'UMP entre 2002 et 2012.
Record de la hausse mensuelle du chômage : 90 000 nouveaux chômeurs en janvier 2009.
Record du déficit du commerce extérieur : 69,6 milliards d'euros en 2011.
Record du déficit budgétaire : 138 milliards d'euros en 2009.
Record du niveau des dépenses publiques : 56,6% du PIB en 2010.
Record du déficit de la Sécurité sociale : 29,8 milliards d'euros en 2010.
Record du nombre de voitures brûlées : 46 814 en 2007.
Record des flux migratoires : 217 000 personnes en 2005 contre 100 000 en 1995.
Record du nombre de naturalisations : 168 000 en 2004 contre 92 000 en 1995.
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:56
Mille excuses. Il faut lire bien sur : tout ce joli monde qui
envahit les plateaux
Vincennes
- 01/08/2012 - 00:54
C'est, en effet, à l'opposition de critiquer ce qui est
critiquable et aussi de faire des propositions......à condition qu'on lui en laisse l'opportunité car, un verrouillage est en train de se mettre en place et il ne faut pas compter sur des journaleux comme Calvi, pour nous informer objectivement et impartialement......lui qui n'invite que des gaucheux comme le Nle Ovservateur (Dely, Claude Weil), mais encore des économistes récurrents comme Cohen, Marris et Cayrol!! qui lui est sondeur à l'occasion!!......tout ce jolie monde qui envahissent les plateaux