En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 4 heures 13 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 26 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 7 heures 29 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 10 heures 43 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 12 heures 41 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 13 heures 5 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 13 heures 37 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 15 heures 15 min
Amour, gloire et beauté

Les candidats en campagne ? De véritables cœurs d’artichaut...

Publié le 24 juin 2012
Guy Carlier dresse un portrait impertinent de la classe politique durant la dernière campagne présidentielle, dénonçant la démagogie des promesses de certains, aussi vite reniées après l'élection. Extraits de "Journal de curées de campagne" (2/2).
Guy Carlier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy Carlier est un auteur et chroniqueur de radio et télévision.Il a longtemps officié sur les ondes de France Inter au coté de Laurent Ruquier ou Stéphane Bern.Il démarre aujourd'hui une carrière d'humoriste en lançant son propre one-man-show Ici et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy Carlier dresse un portrait impertinent de la classe politique durant la dernière campagne présidentielle, dénonçant la démagogie des promesses de certains, aussi vite reniées après l'élection. Extraits de "Journal de curées de campagne" (2/2).

Je t’aime… C’est fou comme les candidats à la présidentielle nous disent qu’ils nous aiment en ce moment. Ils aiment tout le monde. Le matin ils aiment les ouvriers dans une aciérie, l’après-midi ils aiment les patrons dans une réunion de chefs d’entreprise. Ils aiment les ouvriers, les agents de maîtrise, les cadres, les petits commerçants, les caissières des grandes surfaces, les agriculteurs, les vaches des agriculteurs, les intellos, les prolos, les nantis, les jeunes et les immigrés, euh non, pas les jeunes ni les immigrés, ils ne votent pas, mais, quoi qu’il en soit, les candidats à la présidentielle sont de véritables cœurs d’artichaut.

Pourtant, vous savez bien que, la plupart du temps, lorsqu’on vous dit je t’aime, ce n’est pas d’l’amour. C’est du désir, c’est juste le besoin de séduire, c’est une envie de faire l’amour, de prendre du plaisir. Les candidats à la présidentielle nous disent Je t’aime mais nous on n’ose plus dire Je t’aime, parce qu’on s’est trop souvent fait avoir. On n’y croit plus…

Tiens, prenez Nicolas Sarkozy, il y a cinq ans, il nous avait déjà dit Je t’aime avec une telle force qu’on avait fini par le croire et qu’on avait cédé à ses avances. Eh bien, le soir même où on lui a dit « Bon ben, nous aussi, Nicolas, on t’aime », il nous trompait sans vergogne au Fouquet’s avec ses vieilles maîtresses, en plus des personnes de mauvaise vie, les habitués d’un claque qui s’appelle le CAC 40. À peine lui avait-on dit Je t’aime à Nicolas Sarkozy qu’il abandonnait le domicile conjugal pour partir en croisière sur le yacht d’une de ces personnes, pendant cinq ans, il n’a fait l’amour qu’avec elles, et le voilà, aujourd’hui, qui revient tout penaud nous dire qu’il regrette ses erreurs du passé, mais qu’il nous aime toujours.

Comme dans la chanson Ne me quitte pas de Jacques Brel, Sarkozy nous dit « Il faut oublier, tout peut s’oublier… Oublier le temps des malentendus ». Et puis il nous fait de belles phrases, il dit qu’il nous offrira « des perles de pluie, venues de pays où il ne pleut pas »… Enfin lui, il ne le dit pas comme ça, il dit « Moi je t’offrirai des jobs en CDI venus d’un pays où y’a pas d’emplois… » C’est joli, mais c’est juste des mots, les jobs en CDI, c’est comme les perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas, ça n’existe pas. Il nous dit aussi : « Je t’inventerai des mots insensés que tu comprendras. » Bon, ça, en revanche, c’est déjà fait, quand il a balancé « Casse toi pauv’ con », c’étaient des mots insensés, mais on les a bien compris… Et, enfin, pour nous convaincre de reprendre la vie conjugale malgré le désamour, il dit qu’« il est paraît-il des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril… ».

François Hollande aussi nous dit qu’il nous aime. On l’a entendu cette semaine à Ajaccio forcer sa voix, comme le lui a suggéré son conseiller en communication, ben oui, parce que, par nature, Hollande n’est pas un violent, du coup les autres le traitent de mou. Alors son staff lui a dit : «François, fais-nous un discours d’homme déterminé », mais comme il n’a pas fait l’Actor’s Studio, il jouait mal, il surjouait la colère, on aurait cru qu’il avait picolé, il braillait tellement qu’on aurait cru Lara Fabian, quand elle hurle : « Je t’aime, je t’aime, comme un fou, comme un soldat, comme une star de cinéma. Je t’aime, je t’aime (…) comme un homme que je ne suis pas, tu vois, je t’aime comme ça. Oui, c’est ça, hier Hollande nous disait : Je t’aime comme une star de cinéma, comme un homme qu’il n’est pas…

Tous nous parlent d’amour, Eva Joly, L’amour est un bouquet de violettes, François Bayrou lui aussi nous chante Ne me quitte pas, il dit : «Je ne vais plus pleurer, je ne vais plus parler, je me cacherai là, à te regarder danser et sourire,  et à t’écouter chanter et puis rire ». Tiens, même Mélenchon, l’autre soir, je le regardais à la télé dans le crépuscule à la Bastille et, en voyant la foule qui agitait les drapeaux rouges du communisme et le drapeau noir de l’anarchie, on pensait encore à Jacques Brel. « Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir, ne s’épousent-ils pas ». Écoutez Nicolas Sarkozy, il est prêt à tout pour qu’on lui dise qu’on l’aime. « Laisse-moi devenir l’ombre de ton ombre, l’ombre de ta main, l’ombre de ton chien, ne me quitte pas, ne me quitte pas ne me quitte pas, ne me quitte… ».

Mais nous, on n’y croit plus, on s’est fait tellement avoir, tiens, souvenez le grand-là, qui nous avait dit Je t’aime en 1995 en jurant de réduire la fracture sociale, et qui n’a rien foutu pendant douze ans, ça on peut dire qu’il nous a bien eus. On sait bien que leurs Je t’aime, c’est juste une envie de faire l’amour, de prendre du plaisir avec nous. Alors quand ils nous disent Je t’aime, on a envie de leur répondre comme le faisait Gainsbourg que l’amour physique est sans issue. Dorénavant lorsqu’un candidat vous dira « Je t’aime », répondez-lui « Moi non plus ».

__________________________________

Extrait de "Journal de curées de campagne", Editions du Moment (7 juin 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alaskan18
- 24/06/2012 - 10:18
carlier , Jfk ?
Faites gaffe atlantico vous etes sur une tres mauvaise pente !