En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 3 heures 31 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 5 heures 20 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 6 heures 8 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 11 heures 45 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 5 heures 25 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 8 heures 4 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 10 heures 46 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 12 heures 4 min
© Reuters
"L’image renvoyée par la population aux policiers est une image ternie, sale mais également immorale dans la mesure où ils ne sont plus considérés comme porteurs des valeurs du bien mais de celles du mal."
© Reuters
"L’image renvoyée par la population aux policiers est une image ternie, sale mais également immorale dans la mesure où ils ne sont plus considérés comme porteurs des valeurs du bien mais de celles du mal."
Misère policière

Violences, abus, idées reçues, le divorce entre la police et les Français est-il consommé ?

Publié le 09 juin 2012
Coincée entre la défiance populaire, le manque de reconnaissance, et la politique du chiffre, la police s'enfonce dans un profond malaise. Nadège Guidou, experte de la souffrance au travail a effectué une plongée au cœur de cette institution et en ressort avec une analyse qui permet de mieux en comprendre les maux. Extraits de "Malaise dans la Police" (1/2).
Nadège Guidou est psychologue du travail. Elle s'occupe de personnes en souffrance professionnelle, de demandeurs d'emploi ou de victimes de harcèlements. En parallèle, elle mène des recherches autour de la violence sociale tout en étant rédactrice web...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadège Guidou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadège Guidou est psychologue du travail. Elle s'occupe de personnes en souffrance professionnelle, de demandeurs d'emploi ou de victimes de harcèlements. En parallèle, elle mène des recherches autour de la violence sociale tout en étant rédactrice web...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coincée entre la défiance populaire, le manque de reconnaissance, et la politique du chiffre, la police s'enfonce dans un profond malaise. Nadège Guidou, experte de la souffrance au travail a effectué une plongée au cœur de cette institution et en ressort avec une analyse qui permet de mieux en comprendre les maux. Extraits de "Malaise dans la Police" (1/2).

L’image renvoyée par la population aux policiers est une image ternie, sale mais également immorale dans la mesure où ils ne sont plus considérés comme porteurs des valeurs du bien mais de celles du mal. À la sortie d’une soirée, deux jeunes femmes s’approchent de quatre gardiens de la paix, en civil, venus se détendre entre collègues. Les reconnaissant, elles hurlent : « Des keufs ! » Aussitôt, deux jeunes hommes agressifs les rejoignent armés d’une matraque : insultes, attroupement d’autres jeunes sortis d’une pizzeria voisine et agression. Le massacre ne s’achèvera qu’à l’arrivée des pompiers qui conduiront les policiers à l’hôpital.

Avant d’aborder l’impact de telles images renvoyées aux policiers sur leur propre identité, il nous faut d’abord comprendre la centralité du travail dans la construction identitaire des individus. Chaque travailleur est en effet conduit à s’engager dans son poste, à s’investir dans ses fonctions et dans son entreprise : cet investissement est un moyen de supporter les contraintes et les charges du travail dans la mesure où l’individu peut ainsi démontrer son unicité, sa valeur et sa plus-value par rapport à l’ensemble de ses collaborateurs (d’où l’importance de la reconnaissance, signe par lequel l’entreprise admet cette valeur).

Ces dernières années, l’évolution de la société a conduit les individus à décupler leur investissement dans l’entreprise, brisant les frontières qui existaient entre le « travailleur » et la personne, en exigeant un total engagement de soi, corps et âme. Les pressions sociales à la performance touchent le monde professionnel puis l’espace social et enfin l’espace personnel et intime : il faut réussir et réussir partout, dans tous les domaines de sa vie, se battre, lutter, etc. Le travail, par l’ensemble de ses ramifications, entre en résonance avec l’histoire personnelle et familiale de chacun d’entre nous. Nul n’est identique dans le travail, quelles que soient les injonctions des responsables pour obtenir des salariés interchangeables. Nous y allons tous différents, avec notre histoire et notre propre passé.

Malgré l’élaboration de fiches de poste et une identification précise et détaillée des processus de travail, il existe toujours un espace entre les données de la situation et l’action à proprement parler ; une place nécessairement occupée par l’interprétation et la délibération de l’acteur. Ainsi, l’organisation du travail consiste en la formulation d’un ensemble de lois de fonctionnement, lesquelles s’appuient sur une description de la situation qui se veut exhaustive. Cette perception du travail sous la forme d’un ensemble de lois de fonctionnement est particulièrement pertinente pour traiter des tâches de la police, dans la mesure où leurs actions sont effectivement encadrées par les lois.

Il en résulte une multitude d’injonctions et de procédures destinées à ce que les agents agissent strictement et uniquement en fonction et en respect de ces lois. Une telle conception néglige pourtant que nul ne peut jamais anticiper l’adéquation entre une situation et le cadre d’une loi ; c’est d’ailleurs pour cette raison que la justice procède par accumulation des jurisprudences…

Ainsi, il faut admettre que le travail ne se réduit jamais à une simple exécution mais comporte toujours une dimension humaine relevant de l’interprétation et de la décision du salarié ou du collectif de travail. Cette dimension correspond exactement au décalage entre les prescriptions de l’organisation et l’organisation réelle du travail. « À ce titre, le travail est donc toujours travail identitaire. »[1] Il est porteur d’une dimension psychoaffective qui se traduit par l’accomplissement de soi. Ces liens interagissent également avec l’organisation du travail et donc l’institution. Enfin, nul autre organisme que la police nationale n’est plus au coeur des choix économiques, sociaux et éthiques de la société.

Le travail de policier repose sur des règles professionnelles et des valeurs très fortes (s’entrelaçant avec celles de la société), intégrées institutionnellement et au fil des années d’expérience sur le terrain, et parfois au-delà, au travers de transmissions transgénérationnelles (beaucoup de policiers sont des fils ou filles de policiers).

________________________________

 

Extrait de Malaise dans la police, EYROLLES (31 mai 2012)

 


[1] Marie Pezé, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés. Journal de la consultation « Souffrance et Travail », Pearson, 2008.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
caliclès
- 10/06/2012 - 10:46
@Cap2006
"Sauf votre respect, il y a un vrai divorce entre les Forces de l'ordre et la population..."

Non, non. Sauf avec votre respect il n'y a PAS de divorce.
Je me suis fait contrôler assez souvent, particulièrement entre 15 et 30 ans. Jamais aucun problème. Pareil pour mes amis. Mais il y a avait une bonne raison à cela: nous n'avions rien à nous reprocher ou presque (ah si parfois sans titre de transport...).
Nous sommes restés polis ils sont restés courtois. Fin de l'histoire. Mais avec une amende bien sûr! Normal.
J'insiste: la population qui n'a rien a se reprocher n'a aucun problème avec la police. Au contraire.
Seule la racaille en a un.
Comptez cela dans vos calculs.
Karamba
- 09/06/2012 - 23:45
N'importe quoi
Ce n'est pas la seule racaille de banlieue qui définit la représentation de l'opinion publique vis à vis de la police. Pas plus que la bulle médiatico parisienne, celle qui se plait à prétendre dans les talk shows que tous les policiers sont de gros racistes. Encore de l'analyse biaisée qui sent bon l'anti sarkozysme à deux balles. Et je suis certain que la psy de service meurt d'envie de nous refourguer la police de proximité avec le flic copain qui joue au ballon. Allez, remballez votre barda.
Cap2006
- 09/06/2012 - 19:46
@ Caliclès et Sheldon
Sauf votre respect, il y a un vrai divorce entre les Forces de l'ordre et la population...
Mais aucune animosité vis à vis des individus sous le képi....

Tous, nous avons des annecdotes, du vécu concernant un comportement innaproprié des forces de l'ordre.
Pourtant, tous avons également des exemples de dévouement, d'implication....
Tous nous connaissons des personnes exerçant ces professions... ils nous ressemblent...ressentent les mêmes frustrations vis à vis de leurs envies que nous... leurs boulots leurs chefs les font chiez... ils rêvent d'ailleurs...

La différence...c'est l'effet meute.... ils travaillent en groupe...cultive le sentiment d'agression à leur égard... sans jamais se poser de questions sur ce qui peut le justifier...sans jamais s'imaginer ce que ressent un individu tutoyé, obligé d'être d'accord avec la couleur du feu ... obligé de justifier de son identité sans savoir pourquoi....

Nous savons qu'ils sont malheureux de se comporter comme des cons..;.de faire chier des gamins polis avec un peu de shit pour le week end... ou faisant un peu de bruit...

Alors c'est si facile de faire appel à leur cerveau... même face au pire....