En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 8 heures 52 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 25 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 30 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 22 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 18 heures 50 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 24 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 5 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 15 heures 40 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 9 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 17 heures 36 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 18 heures 51 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
gérald darmanin eric dupond-moretti séparatisme
© LUDOVIC MARIN / AFP
gérald darmanin eric dupond-moretti séparatisme
Arsenal judiciaire

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

Publié le 19 novembre 2020
Le ministre de l’Intérieur et le garde des Sceaux ont présenté, dans les colonnes du Figaro, certaines mesures du futur projet de loi sur le séparatisme. Le contenu de cette loi permet-il de mieux comprendre la manière dont le gouvernement gère le problème des séparatismes ?
Emmanuel Razavi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de Sciences politiques, Emmanuel Razavi est grand reporter. Spécialiste du golfe persique, il a notamment collaboré avec Planète, Arte, M6, France 24, Valeurs Actuelles, le Figaro Magazine, le Spectacle du Monde et Paris Match. Il est auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l’Intérieur et le garde des Sceaux ont présenté, dans les colonnes du Figaro, certaines mesures du futur projet de loi sur le séparatisme. Le contenu de cette loi permet-il de mieux comprendre la manière dont le gouvernement gère le problème des séparatismes ?

Emmanuel Razavi est grand reporter, directeur de la rédaction du site d’information GlobalGeoNews.com et spécialiste de l’organisation islamiste des Frères Musulmans. Auteur de plusieurs livres remarqués sur le sujet, il a réalisé de nombreuses enquêtes sur les milieux islamistes et djihadistes pour des chaines de télévision comme Arte, Planète ou M6, ainsi que pour le Figaro Magazine ou Paris-Match. Il répond à nos questions sur les annonces faites par Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti quant au projet de loi sur les séparatismes.

Atlantico.fr : Le projet de loi sur les séparatismes arrive bientôt au Conseil des Ministres. Dans un entretien croisé au Figaro, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti et le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, nous permettent d’en apprendre un peu plus sur ce que contiendra le texte. Son contenu concerne-t-il réellement les séparatismes ? Quont-ils annoncé du contenu de la loi ?

Emmanuel Razavi : Ce texte vise particulièrement des organisations qui sont liées au salafisme et aux Frères Musulmans. Le terme séparatisme n’est donc pas celui qui convient. En effet, les Frères Musulmans et les salafistes ne veulent en aucun cas se séparer de la République, car ils sont dans une logique de conquête. L’organisation des Frères Musulmans, dans ses textes historiques, explique qu’elle veut instaurer la charia partout où vit un musulman. Son projet, islamo-politique, est de prendre le pouvoir par les urnes si possible, et sinon par le biais de l’action violente. Les actions du gouvernement sont donc louables, mais il ne nomme pas les choses telles qu’elles sont.

Ce projet de loi devrait notamment faire état de mesures ayant pour but de lutter contre la haine en ligne. C’est très bien s’il s’agit de mettre un terme aux agissements des voyous qui harcèlent la jeune Mila ou les journalistes qui dénoncent la dérive islamiste.

Mais faut-il aussi bien définir le mot « haine ». Car à l’inverse, est-ce que cela veut dire que l’on n’aura plus le droit de critiquer les dérives extrémistes d’une religion ? Si tel est le cas, c’est hasardeux.

Monsieur Dupond-Moretti veut par ailleurs que soient immédiatement placés devant la justice tous ceux qui contribuent à colporter cette haine. Il a raison. Mais ce n’est pas si simple. En effet, si l’on considère le cas de Charlie Hebdo, pour les uns les caricatures constituent un contenu haineux, alors que pour les autres elles constituent simplement un acte satirique. Autre exemple : récemment, le maire de Dijon François Rebsamen a tenu des propos calomnieux sur notre rédaction, car nous avons parlé dans un reportage de ses liens avérés avec un imam lié à l’organisation islamiste des Frères Musulmans. L’un de ses termes à notre encontre, peu aimable, a été repris sur les réseaux sociaux, ce qui a fait de nous la cible de certaines personnes liées à la sphère islamiste. Quand on sait les menaces dont sont victimes certains journalistes de la part des islamistes, doit-on considérer les propos du maire de Dijon comme une incitation à la haine contre les journalistes ? Ce genre de questions méritent d’être posées dans le cadre de ce projet de loi, sans pour autant se laisser aller à des positions excessives.

Quest-ce que le contenu de cette loi nous révèle de la manière dont le gouvernement gère le problème des séparatismes? Certains politiques ferment-il les yeux au lieu de réagir ?

Cela fait trente ans que les gouvernements successifs n’ont rien fait, malgré les mises en garde du renseignement français et les nombreux reportages et livres sur le sujet. Il faut donc se réjouir de la volonté d’Emmanuel Macron de faire front, car il a la volonté de répondre à la menace islamiste en France en s’attaquant à sa matrice idéologique. Il a pris conscience que l’islamisme s’était infiltré au cœur du tissu associatif, au sein de l’Éducation Nationale et dans certains milieux politiques. Toutefois, lorsque l’on veut dissoudre une association comme le CCIF, qui a fait énormément de lobbying dans ces milieux, on voit bien que ce n’est pas si simple. L’action du gouvernement est d’une part limitée par le Droit qui ne permet pas tout, et d’autre part par les comportements de certains élus qui peuvent soutenir, souvent à des fins électorales, des gens liés à la nébuleuse islamiste. Lorsque le maire de Dijon, François Rebsamen, soutient devant son conseil municipal, un imam lié à la nébuleuse islamo-frériste et calomnie par ailleurs le travail de journalistes réputés pour leurs enquêtes, c’est bien le signe que quelque chose ne fonctionne plus dans notre démocratie, que certains élus ont tourné le dos aux idéaux laïcs et républicains.

Je rappelle tout de même que les Frères Musulmans ont inspiré Al-Qaida ou le Hamas en Palestine.

Comme nous avons pu le voir dans lenquête publiée dans Atlantico et GlobalGeo News sur limplantation des Frères musulmans en Bourgogne, des associations profitent de la loi 1901 pour diffuser leur idéologie. Est-ce que cette loi permettra de dénoncer ce genre de dérives ?

En Bourgogne, l’exemple de l’IESH est frappant. Nous avons longuement enquêté sur ce centre de formation qui est régi par la loi de 1901 et enseigne la théologie musulmane. Il a eu pour fondateur et membre de son conseil scientifique Youssef al-Qaradawi, considéré comme le chef spirituel de l’organisation des Frères Musulmans. Au milieu des années 2000, Qaradawi a émis des fatwas exhortant des jeunes à se kamikazer en Israël ou en Irak. Il a par ailleurs appelé à s’en prendre aux Juifs et aux homosexuels. Il a ouvertement soutenu Ben Laden. Comment la loi peut-elle permettre cela ? C’est une aberration.

En France, l’organisation islamiste des Frères Musulmans utilise en fait la loi de 1901 pour créer des associations culturelles qui font la promotion de son idéologie religieuse. Ses théoriciens français diffusent ainsi le discours de penseurs islamo-révolutionnaires comme Sayyid Qutb en toute légalité, prétendant parler au nom des musulmans de France, alors que dans les faits la plupart de nos concitoyens de confession musulmane ne veulent pas en entendre parler. Ils profitent ainsi de subventions de certaines collectivités qui financent sans le savoir des intégristes qui véhiculent une idéologie dangereuse. Le contrôle du financement de ces associations est donc nécessaire, quitte à revoir la loi de 1901.

A lire aussi : Enquête sur ce laboratoire français des Frères musulmans qui coule des jours tranquilles en Bourgogne au vu et au su de tous

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 20/11/2020 - 22:00
même longueur d'ondes.
Merci pour votre commentaire lasenorita,nous sommes effectivement sur la même longueur d'ondes,mais le malheur fait que les Français sont très divisés d'où leur immense faiblesse dont certains sans aucun scrupule profitent de façon éhontée!
lasenorita
- 20/11/2020 - 19:01
''La manne électorale..''
spiritucorsu..Il est exact que pour nos politicards les musulmans constituent une ''manne électorale'' puisqu'ils ont ''le droit de vote'' en France ,ils sont plus de 15 millions maintenant..et il en arrive tous les jours! Ainsi Alain Juppé a rencontré les islamistes du 9.3. pro-niqab qui lui ont assuré qu'il pouvait ''compter sur le vote musulman pour les présidentielles''...il a, aussi, donné ''la Légion d'Honneur''(en 2003) à l'iman de Bordeaux, Tareq Oubrou(né au Maroc en 1959) qui est membre d'une organisation les plus radicales de l'islam (l'U0IF)..les liens entre Tareq Oubrou et le Qatar sont réels, notamment à propos d'une très grande mosquée à Bordeaux, etc.. Aussi il ne faut pas compter sur nos politicards pour arrêter l'immigration musulmane voir https://www.youtube.com/watch?v=13eB0wNWna8&feature=emb_logo..Tous les Français qui en ont MARRE de cette invasion musulmane ne sont pas au R.N...
spiritucorsu
- 20/11/2020 - 13:49
La farce du en même temps!
On l'a bien compris,ce projet de loi vise deux objectifs,primo,faire croire au citoyen lambda que le roitelet engage réellement le combat contre cet islamisme barbare et sanguinaire,qu'une nouvelle Jeanne d'Arc nous est née en la personne du prince qui va bouter hors du pays cette cette secte d'égorgeurs,une version héroïsée ,un beau conte de fées à destination des gogos,naïfs et candides.Secondo, et en même temps,on édulcore savamment le catalogue de mesures destinées à mettre au pas les "barbus"pour ne pas trop les indisposés sachant qu'ils contrôlent le vote d'au moins plusieurs millions de personnes dans leurs sombre et grouillantes cités,une manne électorale indispensable au locataire de l'Elysée en 2022.Cela s'appelle faire d'une pierre deux coups,mais aussi prendre les Français pour des débiles profonds,attention donc au retour de flamme quand ils vont s'apercevoir que le sire élyséen les a berluré encore uns fois de plus.