En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 1 heure 13 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 2 heures 52 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 5 heures 45 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 8 heures 5 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 9 heures 48 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 9 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 1 heure 53 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 7 heures 43 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 9 heures 31 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 9 heures 55 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 10 heures 21 min
© STRINGER / AFP
Black Friday commerce vente soldes petits commerces confinement produits non essentiels
© STRINGER / AFP
Black Friday commerce vente soldes petits commerces confinement produits non essentiels
Faites entrer l'accusé

Black Friday ou (50 ans de) mauvaises décisions politiques : qui a vraiment tué le petit commerce français ?

Publié le 10 novembre 2020
Quatre fédérations de magasins de centre-ville et centres commerciaux demandent au gouvernement d'interdire le "Black Friday" et de restreindre les ventes en ligne "aux seuls produits de première nécessité" pour limiter la concurrence. 200.000 magasins ont dû fermer leurs portes pour répondre aux exigences du deuxième confinement. Est-ce réellement en interdisant le Black Friday que nous pouvons sauver les petits commerces ?
Philippe Moati
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moati est économiste, professeur à l'Université Paris 7 et cofondateur de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo), une société d'études et de conseil en stratégie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre fédérations de magasins de centre-ville et centres commerciaux demandent au gouvernement d'interdire le "Black Friday" et de restreindre les ventes en ligne "aux seuls produits de première nécessité" pour limiter la concurrence. 200.000 magasins ont dû fermer leurs portes pour répondre aux exigences du deuxième confinement. Est-ce réellement en interdisant le Black Friday que nous pouvons sauver les petits commerces ?

Atlantico.fr : Quatre principales fédérations de commerce de France demandent linterdiction du Black Friday et alertent sur le danger dans lequel se trouve le petit commerce français alors que cette opération a déjà été interdite avec la loi anti-gaspillage. Les grandes plateformes mondiales et leurs offres représentent-elles la plus grande menace pour le secteur ?

 

Philippe Moati : Il n’y a pas que les fédérations du petit commerce qui défendent cette interdiction, il y a aussi la grande distribution car eux aussi sont privés de la vente de produits non-essentiels.

Le e-commerce aujourd’hui a une croissance à deux chiffres mais il ne représente que 10 % du chiffre d’affaires du commerce de détail. Il faut remettre cela dans son contexte, nous sommes face à quelque chose d’assez modeste. Mais si l’on est contraint d’aller faire ses emplettes uniquement sur Internet, cela brouille quelque peu le jeu. Sur le plan des enjeux économiques, il faut rester raisonnable. Cependant, sur le plan de l’équité cela pose un problème et notamment sur certains secteurs.

Nous sommes dans une période difficile et la mise en place d’une opération telle que le Black Friday cela peut jeter de l’huile sur le feu. Pour la première fois, nous voyons une union sacrée entre la grande distribution et le petit commerce face au e-commerce qui ne joue pas à armes égales face aux restrictions.

La crise a touché une part substantielle des consommateurs. Nos enquêtes ont d’ailleurs montré que 35% des personnes interrogées appartiennent à un foyer ayant subi une baisse de revenus. La crise a fait des victimes et donc pouvoir profiter du Black Friday pour faire ses cadeaux de Noël aurait pu représenter une opportunité face aux contraintes budgétaires. Il va falloir alors se demander ce que l’on veut, une équité entre les formes de commerce ou priver certains d’une opportunité d’acheter moins cher dans un critère de tension.

Est-ce réellement en interdisant le Black Friday que nous pouvons sauver les petits commerces ? Si non, comment le faire ? 

La période que nous vivons est embêtante pour le petit commerce car il est fragile. Les libraires par exemple représentent le secteur qui dégage la plus faible rentabilité. Si cela avait été un secteur comme un autre il aurait quasiment disparu mais il est maintenu à bout de bras par la loi Lang et la passion des libraires. Depuis l’arrivée de la grande distribution dans les trente glorieuses, le petit commerce s’est effrité. Il était dominant dans l’appareil commercial et il a fini par représenter des niches. Pourtant, aujourd’hui le petit commerce a retrouvé des lettres de noblesse ces dernières années et cette crise peut être l’occasion pour ce secteur de se pencher lui aussi vers le e-commerce.

Avant la crise, les commerces des centres-villes avaient connu de nombreux chocs avec les Gilets jaunes, les attentats, les manifestations de l’année dernière et le premier confinement a été douloureux. En ajouter un deuxième va les fragiliser encore plus et on peut penser que les éléments les plus fragiles vont tomber.

Maintenant, c’est l’affaire du gouvernement d’éviter que certains commerces sains ne tombent suite à la conjoncture. Il y a des mesures d’urgence qui ont été mises en place : des exonérations de charge, le prêt garanti par l’État…. Il y a un arsenal de mesures mais on ne sait pas si cela sera conséquent.

Depuis 50 ans, les politiques publiques mises en oeuvre ont-elles été assez efficaces pour garder à flot le petit commerce français ?

Ces dernières années, il n’y a pas eu de doctrine nette sur la politique vis-à-vis du petit commerce. Cela a fluctué entre les lobbies et ceux qui tenaient les rênes. La tonalité était quand même de soutenir le petit commerce, notamment avec la loi Royer de 1973 qui avait pour ambition d’endiguer la déferlante des grandes surfaces ou la loi Raffarin en 1986. Dans la France gaullienne qui devait entrer dans la compétition internationale, on ne pouvait pas rationaliser l’industrie et d’un côté un commerce artisanal fondé sur des marges gigantesques. Il y a eu des moments dans l’histoire économique de la France où on a souhaité la modernisation de l’appareil commercial.

Lorsque nous sommes rentrés dans la crise du premier choc pétrolier qui s’est traduit par de l’inflation, la capacité qu’avait la grande distribution de peser sur les prix et favoriser le pouvoir d’achat des consommateurs a été recherchée. On oscillait donc entre défendre le petit commerce et favoriser le pouvoir d’achat du consommateur selon les époques.

L’État a toujours manqué d’une doctrine claire sur le commerce et selon les ministères il y a des intérêts contradictoires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CHABLIS
- 12/11/2020 - 13:27
commerçants en centre ville
1- les loyers sont plus élevés qu'à la périphérie : normal
2 - les taxes locales sont beaucoup plus élevés en centre-ville qu'en zone périphérique : beaucoup moins normal
3- la manie des rues piétonnes de nos doctrinaires écologistes (pas écologues pour deux sous) chasse le bon commerce par du commerce bas de gamme : toutes les édiles le savent, mais continuent (par exemple rue Victor Hugo à Lyon, rue de la Libération à Dijon).
4- le petit commerce de 2020 n'a rien à voir avec le petit commerce de ma jeunesse (il y a oh je ne veux pas compter, mais j'ai connu la distribution du lait dans des pots à lait que nous apportions bien lavés !) donc jusqu'en 1965 à St Cloud) chez plein d'épiciers, il en reste très peu.

Pour le reste, des maires, plus nuls les uns que les autres ont largement favorisé le commerce en périphérie, et vidé ainsi les centres villes ou villages, par exemple, Nuits St Georges où je suis né, 4 super marchés pour une zone de chalandise de l'ordre de 7500 habitants. Cherchez l'erreur. Ajouter à cela comme le dit l'article l'absence de cohérences de nos administrations et nos politiques, mais çà c'est tous les jours dans tous les domaines (ex Covid)
JBL
- 10/11/2020 - 18:53
Les petits commerçants !!!!
On ne parle pas ici des petites épiceries, mais des boutiques de fringues et autres babioles qui viennent toutes de Chine, qui sont achetées depuis 30 ans à un prix dérisoire et qui sont facturées aux consommateurs comme des fabrications françaises. A force de prendre le client pour un imbécile, le cave s'est rebiffé. Amazon existe depuis 25 ans, comme les Gafas !!! Et personne n'a vu arriver le raz de marée numérique ? Il y a 25 ans déjà, France Télécom essayait de bloquer l'Internet pour favoriser le Minitel.....Le COVID, quelle belle opportunité, aujourd'hui pour réclamer à l'Etat, l'absence d'investissement et le manque d'imagination du commerce. Même la Redoute n'a pas vu venir le commerce par Internet, c'est hallucinant !!!! Le vrai problème de ce pays, c'est le manque de culture numérique, Etat et sphère privée, alors que nous sommes encore au tout début du tout connecté. Le confinement va précipiter le mouvement et le changement d'habitude va accélérer le déclin des non numériques. Le Black Friday est un épiphénomène du combat à venir pour ces commerces.
J'accuse
- 10/11/2020 - 16:40
Amazon vous salue bien
Le terme "Black Friday" est juste une dénomination publicitaire pour attirer les clients, avant, pendant et après ce jour-là.
Mais il y a en permanence de grosses réductions sur de grandes quantités de produits chez tous les gros marchands Internet : Black Friday, c'est tous les jours !
Il n'y a que chez les petits commerçants Internet que ce jour-là est spécial. L'interdire n'interdira les promotions que chez eux.
Et aussi, en voulant condamner le Black Friday, on en parle plus que d'habitude, et donc on en fait la pub gratuitement.
Amazon vous dit merci.