En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 13 heures 36 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 4 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 16 heures 48 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 19 heures 19 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 19 heures 54 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 11 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 17 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 14 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 16 heures 19 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 17 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 14 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 19 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 15 min
© BERTRAND GUAY / AFP
attentat de Conflans-Sainte-Honorine
© BERTRAND GUAY / AFP
attentat de Conflans-Sainte-Honorine
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

Publié le 22 octobre 2020
Y-a-t-il eu dans l’Histoire un pays plus trahi par ses élites que la France ? Alors que le concert de lamentations, d’émotions (compréhensibles) et de coups de menton des réveillés de la dernière heure se poursuit, il convient de se poser et de réexaminer froidement la question du terrorisme islamiste.
Sébastien Laye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Laye est Président du Parti Quatre Piliers.  Sébastien Laye est entrepreneur immobilier, chercheur associé en économie à l'Institut Thomas More.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Y-a-t-il eu dans l’Histoire un pays plus trahi par ses élites que la France ? Alors que le concert de lamentations, d’émotions (compréhensibles) et de coups de menton des réveillés de la dernière heure se poursuit, il convient de se poser et de réexaminer froidement la question du terrorisme islamiste.

Il y a quatre impensés de la lutte contre le terrorisme qu’on ne retrouve presque jamais dans les analyses et philippiques que l’on lit depuis quatre jours.

Penser la religion est le seul moyen de détruire une idéologie religieuse dans son essence

Il serait si commode et rassurant de se dire que le phénomène que l’on doit affronter (et qui nous a désignés comme cible afin de nous éliminer, nous tous de manière indiscriminée) est purement extrémiste, socio-économique, psychologique, et dégagé finalement de la matrice religieuse. Nous ne reviendrons pas sur ce point et les exégèses de la religion musulmane : oui l’immense majorité des musulmans de France ne soutiennent pas cette vision apocalyptique et sanglante de leur religion, mais oui on y trouve les ferments et les ambiguïtés propres à supporter cette idéologie eschatologique et nihiliste, y compris dans les textes sacrés.

Au-delà de la sphère des croyants, l’histoire algérienne, l’antisémitisme rampant, le déclassement économico-sociale et la culture permanente de la culpabilité du colon chrétien, sont aussi la matrice du ressentiment de la jeunesse arabo-musulmane à l’égard de leur pays : mais ce ressentiment, commun à d’autres segments de la population, ne se cristalliserait pas en attaques terroristes sans le support théologique. Ainsi, penser la lutte contre le terrorisme avec un seul prisme laïc et républicain – ce qui serait la première réaction épidermique des français- est voué à l’échec : parce que nous avons perdu la foi, parce que nous sommes essentiellement sécularisés, nous ne parvenons plus à comprendre l’extrémiste religieux. Dans sa vision eschatologique, lui travaille subrepticement sur le long terme, sans se décourager. Il peut se dissimuler, donner le change, retourner les plus beaux éléments de la civilisation occidentale (laïcité, tolérance, liberté d’expression, respect du droit) contre nous. Je ne dis pas que nous avons besoin de croisés avec leurs chapelets pour mener la lutte contre le terrorisme, mais nous avons besoin d’Elliot Ness : des individus convaincus, non nihilistes, qui comprennent le transcendant et peuvent au nom de cette transcendance agnostique contrer et détruire sur le long terme ce fanatisme. « A force de te regarder, ils s’habitueront » disait le poète. Des dirigeants républicains mais croyants, épris de spiritualité, sont mieux à même de mener cette lutte qui désarçonnent pour l’instant les républicains laïcs.

Le terrorisme sous ensemble de la criminalité

Si le terroriste est un croyant -parfois discret- radicalisé, il ne peut passer à l’acte que parce qu’il a grandi dans un terreau criminogène. Le criminologue Xavier Raufer a montré les passerelles entre petite délinquance, grand banditisme et actions terroristes. Les imams savent repérer dans la jeunesse musulmane en déshérence les acteurs les plus violents, désinhibés, rompus au maniement des armes. La théorie de la vitre brisée, dont nous avons appelé de nos vœux l’adaptation en France, permettrait de briser cette spirale du crime, et de ramener dans le droit chemin des petits délinquants qui ont aussi le terrorisme comme débouché naturel, en plus du trafic de stupéfiants ou du grand banditisme. Des opérations d’envergure dans nos zones de non droit, orientées vers le crime et la délinquance avant tout, assècherait le marigot du recrutement des terroristes.

Le terrorisme et la politique migratoire

Il n’aura échappé à personne que le terroriste de Conflans vivait depuis son enfance sur notre sol grâce à notre généreuse politique d’asile. C’est cette dernière, incohérente, qui a amené en France des praticiens ou descendants de praticiens de guérillas urbaines ou islamistes. Rompus à la violence de leurs pays d’origine, leur canevas mental fait d’eux des mercenaires de choix pour les mafias et les entreprises terroristes. La Syrie, les ex Républiques musulmanes d’URSS, l’Afghanistan bien sûr mais aussi le Pakistan, la Turquie et même l’Afrique du Nord sont des destinations d’origine dangereuses en matière d’asile politique ou de regroupement familial. Ces immigrés sont des bombes à retardement pour nos services de sécurité : pour ne pas avoir travaillé avec les services russes à l’époque de la guerre de Tchétchénie, nous avons élevé sur notre sol un vivier terroriste et criminel.

Mauvaise méthode : l’urgence

Oui, comme à l’accoutumée, le gouvernement réagira avec quelques expulsions ou fermetures d’associations. Et comme précédemment, ces actions seront largement inutiles. Réagir dans l’urgence, courir après les attaques terroristes, n’est pas l’approche idoine. Les islamistes, après chaque risque de coup de filet, savent se dissimuler, se faire discret, jusqu’au prochain attentat : eux sont dans le temps long, celui du fanatique croyant convaincu, bien au-delà des coups de communication des gouvernements : les véritables maitres des horloges aujourd’hui en France, ce sont les islamistes radicaux. Si un gouvernement avait un vrai plan antiterroriste en France, il le mettrait méticuleusement en place dès son arrivée, avant tout attentat, et en prenant par surprise les diverses associations, imams radicaux et prosélytes.

Propositions

A l’aune du constat que nous venons de dresser, avant de parler des mesures particulières propres au terrorisme, il faut : a) un état d’esprit nouveau à l’égard du fait religieux et de ses possibles dérives b) une politique de sécurité revue de fond en comble c) une politique migratoire plus contraignante avec disparition du droit d’asile pour certaines nationalités. Sur cette base, fermer certaines associations ou mosquées (définitivement), expulser des confréries et les binationaux liés aux entreprises terroristes prend tout son sens. Mais il faut aussi interdire le voile à l’université ou pour les accompagnants scolaires, dans les services publics, renforcer le contrôle des écoles coraniques, et contrôler les menaces terroristes sur les réseaux sociaux : lutter contre les pressions de l’islam radical au quotidien est au moins aussi important que les opérations de police.

Par Sébastien Laye, entrepreneur et président du Parti Quatre Piliers

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 22/10/2020 - 19:43
Stop aux mesurettes, stop aux "pas de vague"et place aux armes
Il n'y a pas d'autre solution viable à court, moyen et long terme pour la France et ses habitants que d'expulser au plus vite
tous les islamistes hors du pays
et
si cela pose un problème d'identification que de savoir distinguer les musulmans des islamistes,
alors
faudra virer de gré ou de force, tous les musulmans sans exception du pays,
bref, le grand retour ou le cercueil
mais encore
le déluge dans une guerre civile sans merci à laquelle
nul n'échappera,
pas même les principaux responsables de cette faillite sociale et financière
ajm
- 22/10/2020 - 13:16
Les combats invisibles à mener
Le terrorisme n'est que la fraction la plus choquante et la plus visible de la partie émergée de l'iceberg islamiste qui ronge notre pays et prétend modifier nos façons de vivre.
Mettre sous les verrous quelques dizaines d'individus et en expulser quelques autres ne changera rien au phénomène rampant. Il faut mener un combat sur un front immense, à travers une myriade de micro actions déterminées sous l'égide d'un corpus juridique profondément renouvelé et en isolant la France par un arrêt aussi fort que possible de l'immigration en provenance de pays d'Islam. On en est très loin.