En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 min 8 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 55 min 51 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 23 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 6 heures 4 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 20 min 40 sec
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 46 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 heures 19 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 50 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 6 heures 58 sec
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 55 min
© Reuters
banque centrale européenne BCE zone euro crise économique solutions
© Reuters
banque centrale européenne BCE zone euro crise économique solutions
Et au bout, le gouffre de la déflation...

Milliards du Covid-19 : comment la BCE est en train de transformer sa baguette magique en arme fatale

Publié le 05 octobre 2020
La Banque centrale européenne est en première ligne dans la lutte contre les impacts économiques du coronavirus et pour stabiliser la zone euro. Mathieu Mucherie décrypte la stratégie de la BCE face à la crise.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale européenne est en première ligne dans la lutte contre les impacts économiques du coronavirus et pour stabiliser la zone euro. Mathieu Mucherie décrypte la stratégie de la BCE face à la crise.

Pendant des années, je vous ai embêté avec des histoires de QE (quantitative easing), ces achats massifs d’actifs par les banques centrales, en prétendant que c’était le B-A-BA de la politique monétaire et non une voie hétérodoxe, que c’était utile et même indispensable étant données les pressions déflationnistes, et que tout cela était sans danger. Je persiste, je signe, mais vue l’utilisation qui est faite de cet instrument ces derniers temps il me faut ajouter un bémol ou un codicille : des QE, oui, mais pas des QE au fil de l’eau et quasi-éternels, si l’on souhaite qu’ils aient un sens et qu’ils ne débouchent pas sur le socialisme. Explications :

Un QE est destiné à choquer les anticipations d’inflation vers le haut, dans un contexte où elles commençaient à se désancrer dangereusement vers le bas. C’est une opération psychologique, parce qu’en réalité on ne crée pas de monnaie comme avec la planche à billets, on la fait juste circuler ; un simple échange entre des réserves et des titres (deux formes de dettes publiques qui ne portent plus intérêts). Pour rappel, l’ancrage à peu près stable de ces anticipations autour de 2%/an environ est une affaire très sérieuse pour toute l’économie (et la finance), et le cœur de la mission des banquiers centraux, focalisés en théorie sur la stabilité des prix : en paraphrasant Chesterton, nous dirons que si les gens n’y croient plus, ils ne vont pas croire en rien, ils vont croire en n’importe quoi (or, bitcoin et autres voies malthusiennes). A terme c’est tout l’ordre social qui est menacé. Il faut donc faire feu de tout bois quand on se retrouve dans une situation où la monnaie est congelée, où les banquiers commerciaux en détruisent autant qu’ils en créent, où les taux directeurs sont déjà à 0% mais pas assez bas pour ranimer la demande agrégée. Le QE va montrer au marché la détermination des autorités, il va agir par divers canaux dans le sens de la reflation ou du moins du rééquilibrage entre l’offre de monnaie et la demande de monnaie, et s’il réussit il fera monter les taux d’intérêt nominaux et baisser les taux réels (puisque les anticipations remontent) ; il n’est pas conçu pour changer grand choses aux finances publiques. Et c’est là où les choses dérivent, car le QE est de plus en plus  utilisé (la crise du Covid ne fait que renforcer cette tendance) comme un adjuvant budgétaro-fiscal : et savez-vous ce qui arrive à une bonne thérapie quand elle est utilisée en dehors de son champs d’application ?

Les banquiers centraux achètent des centaines et des centaines de milliards d’actifs sans très bien savoir pourquoi (« abaisser les spreads », « restaurer la confiance », etc.). Ils achètent en continue, de moins en moins raccordés à la mission de stabilisation des anticipations, et transforment ainsi la politique monétaire en politique du chien crevé au fil de l’eau, tout en organisant des symposiums sur les défis de la digitalisation et du réchauffement climatique. Ils achètent majoritairement des titres publics, dont les revenus sont ensuite reversés aux autorités budgétaires, et ces dernières qui secrètent déjà les déficits comme les glandes secrètent des hormones se retrouvent encouragées, de sorte que la boucle est bouclée : toujours plus de stockage inerte d’actifs dans le bilan des banques centrales, peu d’effets sur les anticipations et donc sur les taux d’intérêt car nous somment désormais en régime permanent, et un service de la dette qui ne monte pas car la dérive des déficits est compensée par la dynamique des achats et de l’allongement des maturités. Mais tout cela a-t-il du sens ?

Ce sont des achats qui ne choquent plus rien, qui semblent surtout servir à ne plus rien faire sur les taux directeurs (qu’ils ne veulent pas placer plus bas même quand l’économie perd 10 points de PIB nominal) : bienvenue au Japon. Là-bas, la banque centrale a petit à petit acheté près de la moitié de l’énorme dette publique, tout en fixant soviétiquement les taux à 0%, mais en oubliant sans le dire les 2%/an d’inflation : après un choc positif en 2012 quand cette politique a été activée, l’effort s’est institutionnalisé et essoufflé. Jusqu’au pont de la rivière Kwaï, une perte progressive du sens de l’action. Et nous faisons la même chose, après nous être beaucoup moqué des japonais : focalisation sur des solutions (taux, QE, liquidités TLTRO…) plutôt que sur des objectifs (stabilisation des anticipations et de la croissance du PIB nominal), logique de moyens et non plus de résultats, passage d’un raisonnement monétaire à un raisonnement budgétaire. La BCE va ressembler à la Gosbank, et son bilan à un trou noir ; la baguette magique devient l’arme fatale, et même les fans inconditionnels de Mel Gibson savent qu’à chaque épisode de l’arme fatale l’action devient de plus en plus ennuyeuse. Que faire maintenant ?
Le temps n’est probablement plus aux QE, trop indirects et trop psychologiques. On peut certes les améliorer, et acheter au passage de la dette d’entreprises et même des actions (les suisses et les japonais le font déjà massivement depuis des années), et augmenter la maturité des achats obligataires, et mieux communiquer sur les programmes d’achats ; des progrès dans ce sens sont mis en œuvre depuis quelques temps, mais tout cela est bien trop technique pour frapper les imaginations. La déflation est désormais trop incrustée dans les esprits et dans le système productif (ou ce qu’il en reste) pour être combattue par des moyens classiques, bien documentés, des swaps. On pense alors à la monnaie hélicoptère, cette sorte de QE pour le peuple, que l’on a vu sous sa forme embryonnaire ces derniers mois aux USA avec des chèques envoyés aux ménages. Nous connaissons les avantages et inconvénients d’un QE plus direct, qui ne nous éloigne pas vraiment du spectre du socialisme et qui en plus ferait courir un risque d’inflation à force de s’en servir. On peut trouver mieux et moins risqué, pour marquer une rupture nette tout en ne lésant personne : la remise des dettes. 

Maintenant que des trillions de dettes sont logés dans les bilans de nos banques centrales, les annuler permettrait de rabattre les cartes, de choquer les esprits dans le sens de la reflation, et d’en finir au passage avec une interprétation séparatiste de l’indépendance des banquiers centraux. Ces trillions, ce sont des actifs qui ont déjà été achetés sur les marchés, et stockés à des fins d’extinction : personne n’y perd. Sauf la banque centrale elle-même, mais qui ne dépend pas d’une comptabilité privée, qui peut fonctionner pendant des années en negative equity. Pour le coup, ce serait un game changer pour les finances publiques, mais si les agents économiques ne comprennent que cela alors pourquoi pas ; la monnaie a une fonction d’apurement des créances trop souvent oubliée. Et contrairement à une autre technologie très compréhensible, les taux nominaux ultra-négatifs, on vise ici le stock des dettes, et non les flux ; on gagne ainsi du temps, ce qui est fort appréciable quand on en a perdu beaucoup à discuter du sexe des anges ou à jouer de la lyre pendant que Rome brulait. Voilà une arme contre la fatalité qui devrait faire plaisir à Mel Gibson car nous éviterions un scénario du type Apocalypto pour nous rapprocher du paragraphe 24 du compendium de la doctrine sociale de l’Eglise, et au fond du message du Christ : après des années de QE circulaires en forme d’éternel retour, comment en sortirions-nous davantage par le haut ?     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 17/10/2020 - 11:16
Martingale
M. Mucherie a trouvé « la » martingale. Il a raison, l’économie de QE des banques centrales ressemble de plus en plus à celle d’un Casino tout en voulant nous faire croire qu’on gagne à tous les coups. Sauf que presque 70% de cet argent est allé abonder la spéculation, que les riches sont devenus très riches pendant que les classes inférieures et moyennes, y compris moyennes supérieures s’effondraient. La dette restant celle de tout le monde avec de grandes chances que comme d’habitude ce soit la classe moyenne dans tout son spectre qui la paye un jour.....si elle peut car entre la crise économique - celle qui nous menaçait et a été précipitée par le virus- , la crise politique avec la politique hyper agressive de la Chine, la robotisation, l’intelligence artificielle etc...que restera-t-il t-il de la classe moyenne dans dix ans, surtout dans le cadre d’une Europe qui disparaît industriellement, technologiquement, scientifiquement face aux USA et à la Chine..
henir33
- 06/10/2020 - 11:52
banques centrales
si les banques centrales font une croix sur leurs créances il faudra les recapitaliser et ce sont les états qui devront y passer en un mot ç a s'appelle de la cavalerie et c'est une fraude passible de prison M Mucherie il n'y a pas de miracle en économie
pale rider
- 06/10/2020 - 09:15
Mais Mr Mucherie il n'y a pas de "sortie par le haut"
à une boucle de Moebius, on a joué à une table de tricheurs , on a triché aussi pour rester dans la course, on a tous signé le pacte de Faust pour mendier quelques années de jeunesse de plus , on a tous pris la dope qu'on nous tendait . Mais la fin , Mr Mucherie elle est écrite depuis toujours . Ce que vous proposez , c'est le shoot de plus , ok allons y , on va rêver encore une fois . Mais la messe est dite depuis longtemps. Allez "Champagne !" comme le chantait le génial Higelin