En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 7 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 7 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 15 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 51 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 22 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 59 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 20 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 22 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 37 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 59 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 31 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 8 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
plan de relance France Jean Castex
© ludovic MARIN / POOL / AFP
plan de relance France Jean Castex
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

Publié le 01 octobre 2020
Jérôme Rivière, député européen, revient sur l'absence d'un volet consacré à la défense au sein du plan de relance.
Jérôme Rivière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Rivière est Député européen, Président de la délégation francaise du Groupe Identité et Démocratie et Coordinateur de la commission Sécurité Défense.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Rivière, député européen, revient sur l'absence d'un volet consacré à la défense au sein du plan de relance.

Si, comme le disait Louis XIV, « tout l’art de la politique est de se servir des conjonctures », le gouvernement Castex s’en montre incapable. Jamais, pourtant, les conjonctures n’auront été aussi favorables à la mise en œuvre d’un plan massif de réarmement de la Défense. Les menaces toujours plus violentes d’Erdogan qui fait main basse sur les routes des migrations, du terrorisme et du gaz, la guerre sans fin au Mali où seule la France paye le tribut du sang et la crise du covid plus sévère que celle de 2008 n’ont donc pas suffi au gouvernement pour faire enfin de la Défense une priorité de son action et c’est une triple faute.  

Une faute politique d’abord, ce gouvernement n’aura pas eu l’intuition gaulienne que la Défense a toujours été dans l’Histoire le fer de lance du redressement du pays. Il oublie que, si le relèvement de la France a été monétaire et financier en 1958, il a été militaire et atomique dès l’année suivante. Si à l’étranger, le verbe macronien est haut et prompt, notre force militaire est insuffisante à soutenir ce verbiage. Si la classe politique française peut être abusée par les rodomontades présidentielles, le dirigeant turc ne l’est pas, tout comme les grandes puissances, qui ont bien compris depuis longtemps qu’une diplomatie sans armée est une musique sans instruments. La grande faute de ce gouvernement comme des précédents est de ne pas voir que la Défense est le seul domaine où la France peut encore avoir une influence majeure, surtout si sa force armée est composée de systèmes purement nationaux qu’elle contrôle parfaitement (frégates, sous-marins, Rafale et missiles). Un gouvernement responsable en aurait tiré la conséquence qu’il faut enfin traiter avec sérieux la Défense, d’ordinaire sous-financée, sous-formatée et sous-équipée.  La désinvolture du Président, le désintérêt du Premier ministre, la technocratie désincarnée et obéissante de Florence Parly tranchent avec la passion, l’ambition et la raison nécessaires pour que la force armée, modernisée et financée, puisse de nouveau et avec éclat soutenir notre politique étrangère.  

Une faute militaire ensuite. Le paradoxe stratégique de la France, ouvert par M. Hollande avec l’Opération Serval, n’a toujours pas été résolu : jamais l’armée n’aura été aussi expéditionnaire, et jamais elle n’aura été aussi échantillonnaire. Sans un véritable effort de redressement financier et matériel, le résultat est inéluctable : l’armée, toujours vaillamment guerrière, sera matériellement de plus en plus précaire. Cette situation ne serait qu’une incohérence de plus dans les politiques gouvernementales qui en comptent tant, si chaque renoncement passé ne se traduisait pas plus tard par des morts au combat et des blessés graves.  La Ministre prétend avoir un plan de relance dans la loi de programmation militaire. Qui croit-elle encore abuser par ces paroles aussi péremptoires que creuses ? Loin d’être une loi de réarmement, sa LPM n’est qu’une loi de rattrapage après la loi de désarmement budgétaire qu’aura été celle de M. Le Drian, en dépit de ses actualisations successives. Elle est de plus  d’une malhonnêteté parfaite puisque les hausses de crédit ont été – comme par hasard – reportées après l’échéance électorale de 2022. Elle n’est pas non plus d’une sincérité complète puisque les surcoûts des OPEX, au lieu d’être payés par le budget central, le sont par le ministère…Avec ces trois défauts majeurs-là, comment peut-on la qualifier de plan de relance ? Mme Parly,vous confondez relance avec rattrapage ? 

Une faute industrielle enfin. Alors que la crise de 2020 est jugée par le gouvernement plus sévère que celle de 2008, le « plan de relance défense » annoncé le 9 juin dernier, est près de trois inférieur en volume à celui de 2009 : 833 millions € contre 2,4 milliards €. Ce paradoxe incompréhensible est le fruit de multiples erreurs. L’erreur stratégique de ne pas avoir compris que la commande nationale d’armement est pour toute l’industrie, duale comme purement défense, le SEUL moyen de contrer les effets ravageurs de la crise civile et de la contraction des marchés export. L’erreur calendaire ensuite, contenue dans le choix de  n’investir que dans des technologies d’un futur très lointain (l’avion de 2050) alors que la situation nécessite ici et maintenant des investissements massifs afin d’éviter que le tissu industriel ne s’effondre à très court terme. L’erreur sectorielle enfin, qui consiste à financer des domaines comme les énergies renouvelables (et notamment l’éolien) qui n’ont aucun impact économique, alors que la Défense a, elle, un effet multiplicateur majeur et immédiat dans l’économie. Il est bien regrettable de sacrifier des d’emplois qualifiés dans la défense   sur l’autel des priorités démagogiques d’Emmanuel Macron.

Et pourtant, la route à suivre est toute tracée : au lieu de promettre des hausses après son mandat, Emmanuel Macron doit les avancer maintenant que la crise frappe. A la question du financement de ces hausses, la réponse est simple, prendre l’argent dans le budget de l’Etat, et plus particulièrement dans les budgets des politiques publiques inutiles et ruineuses, au premier rang desquelles figure le soutien incompréhensible à l’éolien (qui coûte selon la cour des comptes dans son rapport d’avril 2018 plus de 5,8 milliards par an, pour défigurer le pays et ne rien produire !). Il est urgent de financer non seulement les commandes prévues par la LPM pour les années 2023 à 2025, mais aussi des priorités trop longtemps différées comme la hausse du format des armées des systèmes de premier rang (frégates, avions d’armes, hélicoptères, artillerie, génie), le recrutement, la revalorisation et le rééquipement massif du service de santé des armées, la  hausse indispensable des stocks de munitions, toujours sous-dotés, le réarmement de notre domaine ultra-marin (6 patrouilleurs ne coûtant que 224 millions €, pourquoi ne pas doubler la série ?), le lancement des programmes majeurs (2 porte-avions à propulsion nucléaire, hélicoptères lourds de transport) et le financement d’études amont pour anticiper le renouvellement de systèmes en fin de cycle (notamment dans le domaine des missiles).  

Au lieu d’une telle ambition, raisonnable et parfaitement soutenable, ce gouvernement est tombé dans le défaut bien français, déjà dénoncé par Beaumarchais, « de toujours faire de petites chansons sur les grandes affaires, et de grandes dissertations sur les petites. ». La Défense qui a toujours été l’un des ressorts essentiels du redressement du pays est la victime d’un gouvernement idéologique qui sacrifie la diplomatie, les armées et l’industrie d’armement sur l’autel des utopies vertes et rouges.  

Jérôme Rivière

Député européen

Président de la délégation francaise du Groupe Identité et Démocratie

Coordinateur de la commission Sécurité Défense.

Paris, le 29 septembre 2020

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 01/10/2020 - 23:32
Risque de guerre significatif
Il est d'autant plus important d'accélérer notre réarmement que malheureusement on ne peut exclure un conflit grave près de chez nous (Lybie, terrorisme, Grèce-Turquie etc..) ou sur mer.
ajm
- 01/10/2020 - 23:30
Les précédents étaient pires.
Hiris: Mam n'a rien fait d'autre au ministère de la défense que de suivre la politique de Sarkozy en la matière, c'est à dire exécuter les réductions de moyens et les restructurations dictées par Bercy. Sarkozy ne s'intéressait pas aux armées et n'aimait pas les militaires.
Hiris
- 01/10/2020 - 16:59
Lire
Lire
2- d une FORCE armée