En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 38 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 40 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 7 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 14 heures 9 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 7 heures 5 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 13 heures 8 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 15 heures 1 min
© DR
Laurence Sailliet lutte contre le terrorisme Emmanuel Macron réponse loi justice arsenal judiciaire
© DR
Laurence Sailliet lutte contre le terrorisme Emmanuel Macron réponse loi justice arsenal judiciaire
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

Publié le 28 septembre 2020
Après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, Laurence Sailliet évoque cette semaine l'attitude du gouvernement et du président de la République Emmanuel Macron dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
Laurence Sailliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet, ex-porte-parole Les Républicains, est chroniqueuse politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, Laurence Sailliet évoque cette semaine l'attitude du gouvernement et du président de la République Emmanuel Macron dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

«Nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste, et nous devons gagner cette guerre». Ces mots du Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, frappent comme une cinglante vérité que nul ne peut contester. La question qui se pose alors, sans douter de sa propre sincérité et volonté : va-t-il en convaincre le Président de la République ? La tâche ne sera pas simple, car il faut le dire, Emmanuel Macron n’a clairement pas déployé les armes à la hauteur de cette « guerre » qui nous a été déclarée par les barbares islamistes. 

Cette question aura le mérite d’irriter les quelques défenseurs du Président, qui en réponse argueront des infimes actions menées depuis son élection. Ils citeront alors la loi anti-terroriste qui mit fin à l’état d’urgence le 1er novembre 2017, ce que l’on ne peut par ailleurs que déplorer. Signée en grande pompe, devant les caméras, cette loi devait « assurer pleinement la sécurité des Français ». Celle-ci en fait ne faisait que désarmer un peu plus notre pays. Non, il ne s’agissait pas de transcrire l’état d’urgence dans la loi, mais bien de limiter les moyens d’agir qu’il s’agisse des visites à domicile ou des assignations à résidence. Ainsi, les forces de l’ordre, qui pouvaient perquisitionner sur de simples soupçons, se sont vues contraintes de faire des visites et des saisies, seulement avec l'autorisation du juge des libertés et de la détention. On imagine les répercussions de cette entrave sur l’efficacité des actions menées. D’autre part, les personnes soupçonnées de terrorisme qui pouvaient être consignées chez elles, sans feu vert judiciaire, se voyaient alors non plus maintenues « à résidence » au niveau de leur logement mais au niveau de la commune. Une ineptie loin de permettre d’assurer leur surveillance. Mais Emmanuel Macron, en mettant fin à l’état d’urgence, qui a pourtant permis de saisir 625 armes dont 78 armes de guerre, d’opérer plus de 4.300 perquisitions et 600 assignations, a ainsi cyniquement honoré sa démagogique promesse de campagne.  

Malheureusement, ce ne fut pas la seule erreur ou plutôt le seul renoncement sur ce sujet essentiel qu’est la lutte contre le terrorisme. Le courage a cruellement manqué.

Il a manqué pour expulser les presque 4000 individus étrangers radicalisés fichés au FSPRT. Considérés comme dangereux, la France continue pourtant à leur offrir l’hospitalité. Il a manqué aussi pour mettre hors d’état de nuire les radicalisés les plus dangereux. Ils sont environ 3000, le « haut du spectre », prêts à passer à l’acte et pourtant en liberté. Ainsi, les mesures de rétentions administratives qui devraient  leur être appliquées, comme le préconise la droite et le demandent les Français à 80%, ont été balayées d’un revers de main par Emmanuel Macron soucieux avant tout de ne pas froisser ses aficionados de gauche. Enfin, ce courage a manqué pour empêcher la libération cette année de 45 détenus pour des actes terroristes, soixante-trois l’année prochaine. Pourtant, il existe bien un moyen d’y remédier : les garder en rétention de sûreté, comme cela se fait pour les délinquants sexuels. La mesure est compliquée à mettre en place, parce qu’il faudrait notamment que le tribunal le prévoie au moment de la condamnation. Mais un pays, en temps de guerre, de l’aveu même de ses dirigeants, peut évidemment décider de lever ces obstacles pour se protéger.

Mais il faut le dire encore, au manque de courage, ce gouvernement a ajouté l’indignité. Lors du confinement, parmi les 13 500  détenus qui ont bénéficié de cette scandaleuse mesure de liberté anticipée, trente d’entre eux étaient radicalisés. Comme dirait Stéphane Bredin, directeur de l’administration pénitentiaire, en contestant les chiffres du Point qui annonçait 130, « une petite trentaine». Si peu doit-on comprendre… Et que dire des deux personnes liées à l’attentat de Strasbourg, qui ont bénéficié le 19 mars dernier d’une libération conditionnelle grâce à cette mesure?  

Alors en accord avec la rhétorique de guerre brandie sans complexe par le Ministre de l’Intérieur, nous attendons que le Président de la République s’arme enfin du courage nécessaire et mette fin à sa coupable inertie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
boriss
- 28/09/2020 - 10:16
Vous avez dit "courage" ?
"Courage" est un mot qui ne figure pas dans le vocabulaire présidentiel.