En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 28 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 12 heures 11 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 43 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 36 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 57 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 18 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 57 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 19 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 11 heures 9 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 44 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 40 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 14 heures 56 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 19 heures 21 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 59 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
Open bar sur les dépenses publiques

Dérapage incontrôlé : ces doutes qui planent sur la sincérité du projet de loi de finances 2021

Publié le 14 septembre 2020
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.

En ce moment même, les dignes administrateurs civils de la Direction du Budget sont en cours d'élaboration du futur budget, autrement dit du PLF ( Projet de Loi de Finances ) pour 2021.

Nous avions, en vote initial, 93 Mds de déficit pour le PLF 2020 avec un peu plus de 300 Mds de recettes fiscales ( TVA, CSG, IR, etc ) et donc 400 Mds de dépenses.

Cette année, les trois PLFR ( PLF rectificatif ) ont accru le déficit de près de 130 Mds d'euros. Autant dire que le PLF 2021 qui va traduire en acte ( il serait temps ) une partie du plan de relance portera un déficit très conséquent. Certainement plus de 200 Mds si la sincérité requise est bien au rendez-vous de cet exercice fondamental.

Un PLF se détermine en fonction des dépenses et ici, pour l'année à venir, il est clair que plus de 60 Mds additionnels au rythme usuel seront à inscrire.

Décidément, Emmanuel Macron, pourtant Inspecteur général des Finances et ancien ministre de l'Économie a échoué, depuis 2017, en matière de maîtrise de la trajectoire des dépenses publiques. Le déficit explicite n'a cessé d'exploser tandis que la dette implicite liée aux engagements hors-bilan a augmenté de plusieurs centaines de milliards.

Au risque d'être un instant familier, ce n'est plus de la gestion publique c'est " open bar " et laxisme à tous les étages. A qui fera-t-on croire que les effectifs de l'État ne devaient décroître que de 4.000 personnes en 2020 ?

Ce quinquennat sera l'histoire vivante d'un échec en matière de maîtrise de la dépense publique. La dette est à un niveau record, même ante-Covid. Notre dépense publique fait rougir le classement OCDE et traduit l'existence d'une économie socialiste. Quant aux prélèvements obligatoires, leurs niveaux sectoriels et consolidés ne sauraient être incitatifs à l'activité économique.

Quant au volet recettes du PLF, la situation est marquée par deux mots : incertitudes et parachute.

Incertitudes car les " hypothèses macroéconomiques retenues " que scrute attentivement, conformément à la Loi, le HFCP ( Haut-Conseil des Finances Publiques ) sont très incertaines.

D'abord le taux de croissance pour 2021 que certains économistes euphoriques feraient mieux de laisser évaluer par leurs enfants en classe primaire. Le Gouverneur de la Banque de France a cru voir " une reprise en aile d'oiseau " avec un taux très favorable ( près de 7% en 2021 ). Compte-tenu des aléas sanitaires qui vont plomber l'amorce de reprise et compte-tenu du délai de mise en place de France Relance, ces chiffres de croissance pour 2021 sont dignes d'esprits enivrés par un parfum de Grasse là où la situation réelle de notre économie dégage, hélas, un tout autre fumet.

L'INSEE s'écarte moins du scénario le plus plausible notamment en matière d'emploi. La France tangentera les 10% de chômeurs à la fin de cette année ce qui constitue un drame humain tout autant que des surcoûts pour les amortisseurs sociaux.

Les hypothèses d'élaboration du PLF doivent être rigoureux en matière d'emploi et en matière de taux de croissance. Autrement, ce n'est plus un PLF crédible mais un jeu d'osselets entre institutions publiques qui, au total, produiraient un mensonge collectif y compris à destination du Parlement.

La Commission des Finances du Sénat a fait part de ses inquiétudes et le Présidént Éblé est fortement préoccupé par la configuration d'ensemble du PLF. Idem, de manière plus politique, pour le Président Gérard Larcher.

A l'Assemblée Nationale, des députés comme Olivier Marleix, Guillaume Larrivé ou Boris Vallaud suivent avec attention ce qui ressemble à une sortie de route et à un tangible défaut de maîtrise des dépenses publiques, par-delà l'effet contra-cyclique d'inspiration keynésienne que l'impact de la Covid-19 impose à notre pays.

S'agissant de la Commission des Finances de l'Assemblée, il est à noter que son président, le député et ancien ministre Éric Woerth, a rendu clairement publiques ses inquiétudes.

Dans un courrier adressé  à Bruno Le Maire et au ministre délégué au Budget, l'élu de l'Oise stigmatise le court délai ( moins de 3 jours ) dont disposeront les parlementaires pour exercer leur droit d'amendement.

Clairement, cet étranglement temporel du Palais-Bourbon ne masque rien d'autre que des petits arrangements budgétaires qui, de proche en proche, éloignent de la sincérité du travail d'ensemble.

France Relance n'est pas un plan du Gouvernement, c'est LE plan du Président-candidat.

Autant dire que le PLF sera à l'unisson de ce dogme politique et éloigné des exigences démocratiques. Surtout si l'on bricole les hypothèses macroéconomiques qui sous-tendent sa construction….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires