En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 23 min 23 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 35 min 31 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 8 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 24 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 44 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 25 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 34 min 3 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 6 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 13 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 5 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 49 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 21 heures 2 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Bruno Le Maire Jean Castex projet de loi de finances plf 2021
Open bar sur les dépenses publiques

Dérapage incontrôlé : ces doutes qui planent sur la sincérité du projet de loi de finances 2021

Publié le 14 septembre 2020
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard du chiffre anticipable de déficit public et des hypothèses de croissance qui semblent retenues pour 2021, le budget s’annonce plus comme celui d’un président candidat que comme le budget de la France.

En ce moment même, les dignes administrateurs civils de la Direction du Budget sont en cours d'élaboration du futur budget, autrement dit du PLF ( Projet de Loi de Finances ) pour 2021.

Nous avions, en vote initial, 93 Mds de déficit pour le PLF 2020 avec un peu plus de 300 Mds de recettes fiscales ( TVA, CSG, IR, etc ) et donc 400 Mds de dépenses.

Cette année, les trois PLFR ( PLF rectificatif ) ont accru le déficit de près de 130 Mds d'euros. Autant dire que le PLF 2021 qui va traduire en acte ( il serait temps ) une partie du plan de relance portera un déficit très conséquent. Certainement plus de 200 Mds si la sincérité requise est bien au rendez-vous de cet exercice fondamental.

Un PLF se détermine en fonction des dépenses et ici, pour l'année à venir, il est clair que plus de 60 Mds additionnels au rythme usuel seront à inscrire.

Décidément, Emmanuel Macron, pourtant Inspecteur général des Finances et ancien ministre de l'Économie a échoué, depuis 2017, en matière de maîtrise de la trajectoire des dépenses publiques. Le déficit explicite n'a cessé d'exploser tandis que la dette implicite liée aux engagements hors-bilan a augmenté de plusieurs centaines de milliards.

Au risque d'être un instant familier, ce n'est plus de la gestion publique c'est " open bar " et laxisme à tous les étages. A qui fera-t-on croire que les effectifs de l'État ne devaient décroître que de 4.000 personnes en 2020 ?

Ce quinquennat sera l'histoire vivante d'un échec en matière de maîtrise de la dépense publique. La dette est à un niveau record, même ante-Covid. Notre dépense publique fait rougir le classement OCDE et traduit l'existence d'une économie socialiste. Quant aux prélèvements obligatoires, leurs niveaux sectoriels et consolidés ne sauraient être incitatifs à l'activité économique.

Quant au volet recettes du PLF, la situation est marquée par deux mots : incertitudes et parachute.

Incertitudes car les " hypothèses macroéconomiques retenues " que scrute attentivement, conformément à la Loi, le HFCP ( Haut-Conseil des Finances Publiques ) sont très incertaines.

D'abord le taux de croissance pour 2021 que certains économistes euphoriques feraient mieux de laisser évaluer par leurs enfants en classe primaire. Le Gouverneur de la Banque de France a cru voir " une reprise en aile d'oiseau " avec un taux très favorable ( près de 7% en 2021 ). Compte-tenu des aléas sanitaires qui vont plomber l'amorce de reprise et compte-tenu du délai de mise en place de France Relance, ces chiffres de croissance pour 2021 sont dignes d'esprits enivrés par un parfum de Grasse là où la situation réelle de notre économie dégage, hélas, un tout autre fumet.

L'INSEE s'écarte moins du scénario le plus plausible notamment en matière d'emploi. La France tangentera les 10% de chômeurs à la fin de cette année ce qui constitue un drame humain tout autant que des surcoûts pour les amortisseurs sociaux.

Les hypothèses d'élaboration du PLF doivent être rigoureux en matière d'emploi et en matière de taux de croissance. Autrement, ce n'est plus un PLF crédible mais un jeu d'osselets entre institutions publiques qui, au total, produiraient un mensonge collectif y compris à destination du Parlement.

La Commission des Finances du Sénat a fait part de ses inquiétudes et le Présidént Éblé est fortement préoccupé par la configuration d'ensemble du PLF. Idem, de manière plus politique, pour le Président Gérard Larcher.

A l'Assemblée Nationale, des députés comme Olivier Marleix, Guillaume Larrivé ou Boris Vallaud suivent avec attention ce qui ressemble à une sortie de route et à un tangible défaut de maîtrise des dépenses publiques, par-delà l'effet contra-cyclique d'inspiration keynésienne que l'impact de la Covid-19 impose à notre pays.

S'agissant de la Commission des Finances de l'Assemblée, il est à noter que son président, le député et ancien ministre Éric Woerth, a rendu clairement publiques ses inquiétudes.

Dans un courrier adressé  à Bruno Le Maire et au ministre délégué au Budget, l'élu de l'Oise stigmatise le court délai ( moins de 3 jours ) dont disposeront les parlementaires pour exercer leur droit d'amendement.

Clairement, cet étranglement temporel du Palais-Bourbon ne masque rien d'autre que des petits arrangements budgétaires qui, de proche en proche, éloignent de la sincérité du travail d'ensemble.

France Relance n'est pas un plan du Gouvernement, c'est LE plan du Président-candidat.

Autant dire que le PLF sera à l'unisson de ce dogme politique et éloigné des exigences démocratiques. Surtout si l'on bricole les hypothèses macroéconomiques qui sous-tendent sa construction….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires