En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 7 min 19 sec
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 28 min 33 sec
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 36 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 54 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 57 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 55 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 38 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 55 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 54 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 23 heures 21 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 11 min 16 sec
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 48 min 52 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 41 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 18 heures 29 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 20 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 52 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 39 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 53 min
© Guido Kirchner / dpa / AFP
planète environnement pew research center europe menaces insécurité pandémie covid-19 sondage angoisses chez les Européens
© Guido Kirchner / dpa / AFP
planète environnement pew research center europe menaces insécurité pandémie covid-19 sondage angoisses chez les Européens
Monde d'après

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

Publié le 14 septembre 2020
Selon une nouvelle étude du Pew Research Center, les pandémies ou l'insécurité ne sont pas les principales menaces redoutées par les Européens. La menace climatique est au coeur des inquiétudes en Europe. Quelles sont les conséquences de cette angoisse ?
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une nouvelle étude du Pew Research Center, les pandémies ou l'insécurité ne sont pas les principales menaces redoutées par les Européens. La menace climatique est au coeur des inquiétudes en Europe. Quelles sont les conséquences de cette angoisse ?

Atlantico.fr : Pourquoi selon vous la menace climatique figure-t-elle en haut du classement des peurs ?

Vincent Tournier : Sur l’ensemble des quatorze pays concernés par l’enquête du Pew Research Center, le changement climatique est effectivement considéré comme une « menace majeure » par 70% des personnes interrogées, tandis que seulement 24% y voient une « menace mineure » et 5% disent que ce n’est pas une menace.

En soi, ce résultat n’est pas vraiment une surprise. Quatre facteurs contribuent à accréditer l’existence d’une menace climatique auprès des opinions publiques : le discours des scientifiques, qui est désormais très consensuel ; l’attitude des médias, lesquels parlent beaucoup de ce thème ; l’attitude des partis politiques, dont aucun ne met radicalement en doute la réalité des évolutions climatiques ; et enfin la situation vécue par les gens, laquelle a plutôt tendance à conforter la thèse du changement climatique (notamment l’évolution des températures et des saisons, les incendies, etc.).

Observons par ailleurs que l’enquête du Pew Research Center apporte trois autres résultats très intéressants. D’abord, elle montre qu’i existe des variations assez sensibles entre les pays. Les pays qui sont les moins inquiets pour le changement climatique sont les Etats-Unis (où seulement 62% trouvent qu’il s’agit d’une menace majeure), le Danemark (60%) et l’Australie (59%), trois cas très différents. A l’opposé, avec 83%, la France est le pays où la proportion de gens qui estiment qu’il s’agit d’une menace majeure est la plus élevée (83%), à égalité avec l’Espagne et l’Italie.

En deuxième lieu, on constate que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à voir le changement climatique comme une menace majeure (aux Etats-Unis, l’écart est ainsi de 78% pour les femmes contre 55% pour les hommes). Cela ne veut pas dire que les hommes sont insensibles aux questions environnementales, mais il est clair que ces questions touchent plus facilement les femmes que les hommes, ce qui peut expliquer certaines particularités du vote écologiste.

Enfin, on observe que le changement climatique est loin d’être le seul sujet qui suscite des inquiétudes. Très vite derrière le changement climatique, on trouve les maladies infectieuses (69% des personnes déclarent qu’il s’agit d’une menace majeure), le terrorisme (66%), les cyber-attaques (65%), la prolifération nucléaire (61%), la situation économique (58%), la pauvreté (53%), les guerres (48%) ou encore les migrations (40%). Le climat n’est donc que l’une des peurs du moment, dans un contexte globalement très anxiogène.

De surcroît, si on regarde les résultats par pays, on constate que la France est un pays particulièrement inquiet. Elle est en effet au 4ème rang (sur les 14 pays) pour la crainte face aux migrations, aux cyber-attaques, à la prolifération nucléaire ou aux crises économiques ; elle est au deuxième rang pour les risques de guerre, et au premier rang pour le terrorisme.

Bref, le niveau d’inquiétude s’avère élevé dans beaucoup de pays, et tout particulièrement en France. Cela signifie que le climat ne représente qu’une crainte parmi d’autres. C’est l’une des raisons qui peut expliquer pourquoi les écologistes ne sont pas au pouvoir. Les écologistes se positionnent en effet clairement sur l’une des menaces, celle liée au changement climatique, mais pas sur les autres. Par exemple, ils ne prennent pas en compte les peurs liés au terrorisme ou aux migrations, ce qui est assez logique car toutes les peurs ne concernent pas les mêmes électorats, comme le montre très bien l’étude du Pew Research Center.  

Le dérèglement climatique constitue un danger vital... à long ou moyen terme. Le niveau de peur ressenti ne se calque donc pas sur la réalité. Qu’est-ce que cela indique d’une manière plus globale sur les enjeux majeurs de la prochaine campagne présidentielle?

Le dérèglement climatique n’est pas un fantasme. Il va produire des effets bien réels, même si ceux-ci sont difficilement évaluables parce qu’ils vont largement dépendre de la façon dont les pays vont (ou pas) s’organiser et s’adapter pour y faire face. Il est donc plutôt sain que les gens se fassent du souci et demandent à leurs gouvernements de prendre en compte cet enjeu.

Concernant la prochaine campagne présidentielle, compte-tenu du niveau d’inquiétude des électeurs, on peut penser que les écologistes disposent d’un véritable boulevard. Toutefois, ce n’est pas si simple. D’abord, comme on l’a dit, les peurs présentes dans l’opinion publique sont multiples, et les écologistes sont très mal placés pour prendre en compte certaines peurs, d’autant que leur discours libertaire (par exemple sur le cannabis, la délinquance ou l’ouverture des frontières) a tendance à entretenir les peurs qui existent dans les autres électorats. Ensuite, les autres partis politiques ne sont pas stupides et vont évidemment muscler leur discours sur l’écologie.

Enfin et surtout, il faut tenir compte de la faiblesse structurelle des écologistes. Les bons résultats d’EELV aux dernières municipales ne doivent pas abuser. Cela fait maintenant plusieurs années que, malgré un contexte qui leur est favorable (omniprésence des débats sur le réchauffement climatique, opinion publique acquise aux préoccupations environnementales, déconfiture des partis politiques), ils sont très loin d’emporter les élections décisives, comme on le constate maintenant depuis des années.

Cet échec risque de se reproduire en 2022 pour une raison simple, à savoir que le logiciel des Verts a été conçu dans les années 1970 à une époque où la question du réchauffement climatique ne se posait pas, et où l’écologie signifiait surtout une critique du capitalisme et de l’Etat bourgeois. Or, le réchauffement change totalement la donne. Les écologistes peuvent-ils par exemple se contenter de camper sur leur traditionnel refus du nucléaire ? De même, ne doivent-ils pas admettre que, pour développer les transports en commun, il faut préalablement régler le problème des incivilités et des violences dans l’espace public ? Ou encore que l’usage du vélo ne peut se généraliser sans lutter fermement contre les vols de vélos, un peu comme les Américains luttaient férocement comme les vols de chevaux au siècle dernier lorsque le cheval représentait un moyen de locomotion presque vital ?

Un aggiornamento idéologique serait donc nécessaire mais celui-ci n’est pas pour demain. Pour l’heure, les écologistes sont toujours leur pire ennemi. On le voit avec les déclarations étonnantes que multiplient les maires qui viennent élus. Au lieu d’incarner une politique ambitieuse, susceptible de convaincre au-delà de leurs cercles militants, ils s’en tiennent à des polémiques de bas-étages qui semblent même aller à l’encontre de leurs propres valeurs, comme lorsque le maire de Lyon se prend à batailler contre le Tour de France (ne devrait-il pas au contraire défendre cet événement au titre de la promotion du vélo ?) ou lorsque le maire de Bordeaux supprime le sapin de Noël de sa ville en dédaignant un « arbre mort » (est-ce la meilleure manière de soutenir la filière bois ?). Pendant l’été, le maire de Grenoble Eric Piolle a manifesté sa totale opposition à la 5G en expliquant que celle-ci « ne sert qu’à regarder du porno en HD dans l’ascenseur ». Avec cette formule, il a sans doute voulu faire un trait d’humour à la sauce écolo, mais outre que cette phrase est surprenante de la part d’un parti libertaire (dans les années 1980 la gauche se réjouissait du film porno de Canal plus, vu comme un progrès pour les libertés), Eric Piolle avance un argument très problématique car viscéralement hostile au progrès. C’est un argument qu’il aurait pu brandir à chaque étape du développement d’Internet, voire à chaque étape du progrès technologique. A quoi bon en effet développer la radio et la télévision ? Et si Eric Piolle avait vécu au XVIème siècle, ne se serait-il opposé à la diffusion de l’imprimerie au prétexte que tout le monde ne sait pas lire, ou que les livres vont véhiculer des idées néfastes ?

Agiter le spectre vert d’une catastrophe climatique ne revient-il pas à implanter un objet intellectuel dans le raisonnement politique?

Si vous voulez dire par là que la notion de catastrophe n’a pas sa place en politique, cela se discute. On pourrait au contraire soutenir que la politique consiste justement à prévoir le pire. C’est la théorie du dixième homme imaginée par Max Brooks dans son roman World War Z (devenu un film très différent avec Brad Pitt) : si 9 personnes sont d’accord sur une thèse, il faut qu’une dixième personne envisage la thèse inverse, et que les autorités acceptent de la prendre au sérieux. Par exemple, il y a aujourd’hui très peu de gens qui prennent au sérieux l’hypothèse d’une guerre civile en France, alors que, si on suit la théorie du dixième homme, le gouvernement devrait mettre en place une instance de réflexion qui envisagerait cette option avec le plus grand sérieux. Il en va de même pour le réchauffement climatique où, parallèlement à la réflexion sur les moyens de limiter celui-ci, il faudrait consacrer au moins autant d’énergie à se demander comment anticiper ses effets et s’organiser en conséquence. C’est un peu comme pour une préparation pour un match de boxe : il ne faut pas seulement se préparer à esquiver les coups, il faut aussi apprendre à les encaisser.

La difficulté se situe plutôt au niveau du traitement politique. Nos systèmes politiques ne sont pas conçus pour traiter des problèmes de long terme. La décision de faire renaître un embryon de commissariat au plan (avec la nomination de François Bayrou) peut certes être vue de manière ironique, mais elle témoigne d’une prise de conscience. Pourtant, paradoxalement, nous ne manquons pas d’organisme pur éclairer le gouvernement : Conseil économique et social, Conseil d’analyse économique. 

Ce qui est amusant, c’est que des intellectuels viennent de signer une tribune pour dénoncer ce qu’ils appellent la « politique de la peur » menée par le gouvernement face au coronavirus. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
xavier69
- 16/09/2020 - 10:16
Comment organiser un consensus
1)Vous créez un organisme international qui a pour but de chercher l’influence de l’homme sur le climat 2) vous écartez les scientifiques qui doutent ( plus de budget, les traiter de négationnistes,organiser des lynchages,les faire bannir des médias .en résumé censurer.
Resultat : vous avez-vous un consensus

Citation: s’il y a un consensus ce n’est pas de la science ,si c’est bien de la science il n’y a pas de consensus un point c’est tout. Michael Crichton
xavier69
- 16/09/2020 - 10:06
Comment organiser un consensus
1)Vous créez un organisme international qui a pour but de chercher l’influence de l’homme sur le climat 2) vous écartez les scientifiques qui doutent ( plus de budget, les traiter de négationnistes,organiser des lynchages,les faire bannir des médias .en résumé censurer.
Resultat : vous avez-vous un consensus

Citation: s’il y a un consensus ce n’est pas de la science ,si c’est bien la science il n’y a pas de consensus un point c’est tout. Michael Crichton
clo-ette
- 15/09/2020 - 21:25
Longtemps longtemps
après que les poètes (et les bouquinistes) ont disparu ...dont les bouquins ne courent plus dans les rues ...Il y en avait un seul il y a quelque temps, je lui ai acheté un vieux livre à la couverture démodée, l'auteur s'appelait Jean Hougron .