En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 13 min 50 sec
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 22 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 39 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 43 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 40 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 23 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 40 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 39 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 23 heures 7 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 34 min 9 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 26 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 18 heures 15 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 20 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 37 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 24 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 1 jour 23 min
© FRED TANNEAU / AFP
tempête environnement impact réchauffement climatique
© FRED TANNEAU / AFP
tempête environnement impact réchauffement climatique
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

Publié le 14 août 2020
D'après une récente étude sur les conséquences du changement climatique, une baisse de la vulnérabilité sociale et économique a été constatée face aux risques environnementaux. Comment expliquer cette situation et ce constat ? Un PIB fort est-il un gage de protection face à l'impact du changement climatique ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une récente étude sur les conséquences du changement climatique, une baisse de la vulnérabilité sociale et économique a été constatée face aux risques environnementaux. Comment expliquer cette situation et ce constat ? Un PIB fort est-il un gage de protection face à l'impact du changement climatique ?

Atlantico.fr : Une étude publiée cette année par deux chercheurs français et italien sur l'impact du changement climatique vient de constater une baisse de la vulnérabilité sociale et économique face aux risques environnementaux. Comment sont-ils arrivés à une telle conclusion ? 

Michel Ruimy : L’italien Giuseppe Formetta et le Français Luc Feyen ont tenté de mieux appréhender les liens spatio-temporels de la vulnérabilité des personnes et des biens économiques face aux risques climatiques. Leur travail s’inscrit dans la volonté de réduire les impacts futurs des catastrophes naturelles. Pour cela, ils ont essayé de quantifier, sur la période 1980-2016, la dynamique temporelle de la vulnérabilité socio-économique aux aléas climatiques à travers deux ratios : le premier rapporte le nombre de décès à la population exposée, le second les pertes économiques au Produit intérieur brut. 

Les résultats montrent une nette tendance baissière de la vulnérabilité humaine et économique, avec des taux moyens mondiaux de mortalité et de pertes économiques qui ont diminué de 6,5 et près de 5 fois, respectivement, de 1980-1989 à 2007-2016. En d’autres termes, le nombre de morts et les pertes économiques dues aux risques naturels continuent de s’accroître dans de nombreuses régions du monde.

Ces deux auteurs observent également une relation inverse entre vulnérabilité socio-économique et niveau de richesse, plus robuste pour les revenus les plus faibles. Ainsi, les pays à revenu élevé convergeraient vers un même niveau de fragilité. De même, pour les pays à faible revenu sachant qu’il existe un écart considérable de vulnérabilité aux risques climatiques entre les pays les plus pauvres et les plus riches.

Le fort PIB d’un pays est-il un gage de protection face aux dangers du changement climatique ? 

Il est une opinion largement répandue : les pays riches vont profiter du réchauffement climatique tandis que les États les plus pauvres vont en pâtir. En effet, selon certains, plus un pays est développé, plus les investissements visant à se protéger contre les risques naturels, les systèmes d’alerte précoce et les stratégies de gestion des risques de catastrophes… sont importants et facilitent non seulement la réponse à une catastrophe naturelle mais soutiennent également la phase de rétablissement qui s’ensuit. Excepté pour les vagues de chaleur, ceci confirmerait la relation inverse entre vulnérabilité socio-économique et développement économique.

Cependant, face aux risques environnementaux, les pays à faibles revenus se sont adaptés relativement plus rapidement que les Etats plus fortunés, réduisant leur écart de vulnérabilité avec ces derniers. Il n’en demeure pas moins que cet écart reste élevé pour des risques spécifiques tels que les inondations côtières, les taux de mortalité et de perte économique liés au vent… Ceci suggère que d’importants investissements ou changements dans ces sociétés pourraient être nécessaires pour réduire leur vulnérabilité à ces risques. 

Pourtant, l’idée que les pays riches et tempérés soient économiquement immunisés contre le changement climatique et vont voir s’accroître leur richesse semble tout simplement invraisemblable. En effet, chaque changement climatique (vague de froid ou de chaleur, inondations, sécheresses, ouragans...) qui dévie des normes d’un pays, riche ou pauvre, a des effets néfastes sur l’économie. Ainsi, tous les pays, qu’ils soient riches ou pauvres, froids ou chauds, vont souffrir, au plan économique, du réchauffement climatique d’ici 2100 si des efforts nécessaires ne sont pas déployés pour l’endiguer. Reste que les pays développés, moins vulnérables économiquement, peuvent davantage faire face aux impacts du réchauffement climatique que les pays du Sud.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 14/08/2020 - 17:29
article peu sérieux
Même le GIEC reconnait qu'il n'y a pas plus de catastrophe naturelles plus fréquentes...
Dans les pays développés, elles font de moins en moins de victime..
Dans les pays pauvres et très peuplés, elles sont dramatiques car la population a considérablement augmenté (plus de victimes potentielles sur la même surface) et que les équipements sanitaires sont médiocres, pour ne pas dire plus.
Le développement économique est la solution pour diminuer le nombre de victime.
Les "articles de presse panique" sont .....
J'accuse
- 14/08/2020 - 12:21
Incohérences
Comment "...des taux moyens mondiaux de mortalité et de pertes économiques qui ont diminué..." se comprend-il avec "...le nombre de morts et les pertes économiques dues aux risques naturels continuent de s’accroître..." juste la phrase d'après ?
On utilise aussi dans le texte le terme "changement climatique" à la place de "perturbations météorologiques dues au changement". Il n'y a pas autant de changements que de tempêtes !
C'est fou comme les "experts" et autres écolos ont peur du changement: un peu de courage et de confiance en l'homme, les mecs ! Soyez pas morts de trouille dès que ça bouge un peu !
La nature qu'ils disent tant aimer, c'est le contraire de la stabilité. Les seules choses qui peuvent être stables sont artificielles. Ayez donc un minimum de cohérence dans vos idéologies et cessez de chier dans votre froc à chaque péripétie dérangeante survenant de votre vivant !