En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 8 heures 21 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 10 heures 13 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 15 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 16 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 16 heures 58 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 17 heures 33 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 9 heures 26 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 10 heures 44 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 12 heures 46 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 13 heures 39 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 18 heures 3 min
© Thibault Camus / POOL / AFP
Emmanuel Macron Liban Beyrouth visite explosions
© Thibault Camus / POOL / AFP
Emmanuel Macron Liban Beyrouth visite explosions
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

Publié le 07 août 2020
Le président français s'est rendu à Beyrouth ce jeudi 6 août, deux jours après la double explosion qui a détruit une partie de la ville et fait des centaines de victimes et des milliers de blessés. Le chef de l'Etat français a annoncé jeudi à Beyrouth qu’il voulait "organiser l’aide internationale" pour le Liban. Emmanuel Macron a exhorté la classe politique libanaise à prendre ses "responsabilités" face à la crise du pays.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président français s'est rendu à Beyrouth ce jeudi 6 août, deux jours après la double explosion qui a détruit une partie de la ville et fait des centaines de victimes et des milliers de blessés. Le chef de l'Etat français a annoncé jeudi à Beyrouth qu’il voulait "organiser l’aide internationale" pour le Liban. Emmanuel Macron a exhorté la classe politique libanaise à prendre ses "responsabilités" face à la crise du pays.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le 6 août son homologue libanais, le général Michel Aoun à Beyrouth. Il est vrai que cette catastrophe est épouvantable mais, si l’on replace cela dans l’Histoire, il convient de se rappeler que le 23 octobre 1983, 241 Marines américains, 58 soldats français et 6 Libanais ont été assassinés lors de deux terribles explosions qui, heureusement si l’on peut s’exprimer ainsi, ont été "ciblées" et ont causé beaucoup moins de dégâts aux alentours.

Si l’information est vraie (il convient de se méfier des comptes-rendus qui peuvent être déformés), le président Macron a déclaré vouloir "coordonner l'aide internationale pour le Liban" frappé par l'explosion de Beyrouth et "souhaiter rencontrer l'ensemble des acteurs politiques libanais pour des réformes". Il aurait promis de revenir en septembre pour voir où tout cela en était. Il prendrait alors les "décisions qui s'imposent...".

Cela pose de nombreuses questions.

- Le président français veut "coordonner" l’aide internationale (qui est souvent beaucoup plus importante que celle octroyée par Paris). Est-ce que ce message "bienveillant" mais un peu "directif" va être reçu avec les honneurs qui lui sont dus à Washington, Moscou, Téhéran, Riyad, Doha, Berlin, Londres, etc. ? Je ne suis pas certain que le président Macron ait l’envergure de son illustre prédécesseur, le général De Gaulle pour faire entendre la "voix de la France" (il est énervant d’entendre cette réplique répétée à l'envi par les journalistes alors que lorsque l’on parle des USA ou de la Russie, on dit "la Maison Blanche" ou "le Kremlin" en sous-entendant que les dirigeants ne représentent pas tout le peuple qu’ils administrent.

- Il veut "rencontrer" l’ensemble des "acteurs politiques libanais; Hezbollah y-compris (30 à 35% de la population libanaise est chiite) ?

- Il veut leur "parler des réformes". N’est-ce pas une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays souverain ? Il est vrai que Paris peut conditionner son aide à ces réformes mais l’aide humanitaire est urgente, les réformes (même totalement justifiées) moins… En fait de changements, ce sont surtout les opposants vivants à l’étranger qui rêvent de prendre la relève comme l’a fait en son temps le général Aoun réfugié confortablement sur la côte d’Azur puis en région parisienne (1990-2005) en attendant son tour…

- Le président Macron veut "aider" le Liban, ce qui est, à titre individuel, moralement complètement compréhensible, mais aussi les pays du Sahel et bien d’autres (à l’exception de la Syrie dont le pouvoir est considéré comme infréquentable, donc ses populations - en dehors des Kurdes sous contrôle américain - peuvent aller se faire voir ailleurs ; il veut bien sauver les chrétiens du Liban mais ceux de Syrie…). En ce qui concerne le chef de tous Français, il serait intéressant de savoir d’où il va sortir tous ces "sous" pour aider des malheureux étrangers alors que ses administrés sont confrontés à la pire situation économique depuis la Seconde guerre mondiale sans même parler du coronavirus qui frappe l’ensemble de la planète. Certes, certains conseillers éclairés doivent lui glisser à l’oreille que le bien des Français passe par un développement économique à l’international. La question est : que pèse le Liban en dehors des magouilles financières auxquelles se sont livrés ses dirigeants successifs dont la fortune incalculable a permis de soudoyer nombre de responsables hexagonaux ?

Alors, que faire ? Apporter une aide d’urgence est obligatoire même si les personnels de la protection civile (qui méritent out notre respect) envoyés auraient pu servir sur le territoire national face aux incendies souvent provoqués par la main humaine et en espérant que le pays ne connaisse pas conjointement une autre grande catastrophe (en passant, vérifier les stockages de matières dangereuses, ce qui est évidement fait mais un petit coup de loupe pourrait être le bienvenu). Un porte hélicoptères-amphibie Tonnerre devrait compléter le dispositif dans la semaine qui suit. 

Et surtout, ne pas retomber dans ce défaut bien français du "donneur de leçons" pour les Libanais mais aussi pour la communauté internationale. La France doit être fière et ne pas renier son Histoire, avec ses hauts et ses bas, mais elle n’est pas liée avec quiconque à l’époque actuelle. Elle défend tout simplement ses intérêts actuels et à venir. Les gouvernants doivent avoir avant tout le souci de préserver le bien-être des concitoyens qui les ont élus à leur poste. Cela passe bien sûr par des relations avec l’étranger, le repli sur le "village gaulois" étant une pure illusion, mais ce ne sont pas les bons sentiments qui doivent présider aux décisions prises mais le sort du pays dans son ensemble. Deux des plus grands dirigeants que la France ait connu (qui l'ont rendu plus forte qu'au moment où ils sont arrivés au pouvoir), le général De Gaulle et le rois Louis XI l'avaient bien compris. Il en a été de même avec les derniers gouvernements au Sahel où ils ont évité que la menace jihadiste ne s’étende à l’ensemble du continent africain puis à l’Europe et donc à la France, pays d’accueil privilégié pour les francophones. Il convient de faire de même ailleurs, et sans état d’âme.

Le président Macron semble très au fait de la situation libanaise. Peut-être pense-t-il avoir "la solution" qui va réintroduire la France au Proche-Orient alors que la politique menée par le Quai d'Orsay (et pas par la "France") depuis des années l'en a éjecté. Dans les faits, il semble qu'il souhaite surtout s'opposer au Amal (mouvement politique chiite) et plus encore au Hezbollah et donc, par ricochet à l'action de l'Iran dans la région. En cela, il se range résolument derrière les Américains et les Israéliens mais va mettre en mauvaise position les forces de la FINUL (particulièrement françaises) stationnées au Sud-Liban en pleine zone contrôlée par le Hezbollah.

Enfin, il a donné rendez-vous aux Libanais le 1er septembre mais il en a "en même temps" un autre d'importance avec les Français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 08/08/2020 - 18:10
a/s situation au Liban
Désolé de ne pas avoir le temps de développer plus avant pour en faire un article mais pour ceux qui s'intéressent à la situation au Liban (en dehors de destruction de la demeure de Carlos Ghosn qui semble passionner les foules plus que la géopolitique), le désordre actuel (pour être poli) va déboucher sur une prise en main par le Hezbollah,, donc de l'Iran qui pilote ce mouvement qu'il a créé dans les années 1980. En effet, cette milice est la dernière à être bien organisée, encadrée et s'appuie sur environ 30% de la population libanaise qui est chiite. Elle va rassembler bien au delà parmi ceux qui veulent - bien logiquement - un retour à l'ordre et à la sécurité civile (dont les chrétiens fidèles au général Aoun). Téhéran est en train de réussir le jackpot: établir un "croissant chiite" qui s'étend de l'Iran à l'Irak, la Syrie et maintenant au Liban. C'est le rêve du général Qassem Soleimani, le chef de la forces al-Qods des pasdarans tué par les Américains le 3 janvier qui est en train de se réaliser...C'est à ce demander si tout cela n'a pas été "provoqué", et l'auteur n'est en aucune façon "complotiste"...
clo-ette
- 08/08/2020 - 16:09
L'Orient compliqué
qui brille de mille feux, ( les feux de l'explosion), quel symbole ! Bien de mauvais augure tout cela, et Macron qui croit en tirer les marrons du feu !
Marie Esther
- 08/08/2020 - 14:49
d'accord avec cet article excellent
et avec pratiquement le contenu de tous les commentaires. Macron veut restaurer son image, OK mais il s'aventure dans le bourbier libanais dont il n''a visiblement aucune idee .... il n'a pas parle du Hezbollah mais ce n'est pas parce qu'on n'en parle pas qu'il n'est pas dangereux. Et maintenant Aoun veut l'aide, demande Interpol car il a soudain l'idee qu'il y a eu un missile... onvoit tout de suite qui il veut accuser. J'ai trouver le discours de Nasrallah bien moyen et surtout a part dire que rien ne l'empechera de combattre Israel, il n'a pas parle de frappe israelienne. Enfin Aoun demande a la France si elle a les moyens avec ses satellites de voir ce qui s'est passe, personnellement je lui conseillerais de demander a Israelce qui s'est passe ...vu ses satellites d'observation, il connait surement la reponse