En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

05.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Régine s'en prend à Michel Drucker

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 7 heures 56 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 9 heures 48 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 13 heures 32 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 15 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 16 heures 33 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 17 heures 8 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 9 heures 1 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 10 heures 19 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 12 heures 21 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 13 heures 14 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 17 heures 38 min
© PAU BARRENA / AFP
open space entreprises services de santé Espagne Barcelone coronavirus covid-19 masques distanciation sociale
© PAU BARRENA / AFP
open space entreprises services de santé Espagne Barcelone coronavirus covid-19 masques distanciation sociale
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

Publié le 06 août 2020
La crise du coronavirus en cette année 2020 a forcé les entreprises à se réadapter après la généralisation des open space. La reprise du travail a été complexe depuis la fin du confinement en raison de l'architecture et de l'agencement des bureaux. La tendance des open space est-elle amenée à disparaître face à la pandémie de Covid-19 ?
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus en cette année 2020 a forcé les entreprises à se réadapter après la généralisation des open space. La reprise du travail a été complexe depuis la fin du confinement en raison de l'architecture et de l'agencement des bureaux. La tendance des open space est-elle amenée à disparaître face à la pandémie de Covid-19 ?

Atlantico.fr : Au cours des dernières décennies, les espaces intérieurs autrefois divisés se sont beaucoup plus ouverts. Ces agencements ont marqué le début de la fin des espaces de travail privés. D'où est née cette mode de l'open space et en quoi peuvent-ils être contestés ? 

Xavier Camby : Avant de parler de nos open-space "modernes", de nos bureaux paysagés -comme disent les français, jamais en mal d'illusions sémantiques- il convient de préciser que ce n'est pas la première fois dans l'histoire des organisations laborieuses qu'en apparaît un nouvel avatar. Les manufactures de la Grèce antique ou de la Renaissance européenne, les scriptorium de l'Egypte impériale ou ceux des monastères médiévaux, l'immense majorité des ateliers d'artistes de toute époque, ont pareillement organisé le partage d'un même espace de travail, afin de veiller à la meilleure transmission possible des savoirs (savoirs, savoir-faire, savoir-vivre, savoir-être, savoir-devenir). Dans le cadre le plus souvent d'un simple et libre monitorat d'évidence : le plus expérimenté enseigne, autant qu'il peut et soutient les audaces, comme un imprescriptible droit à l'essai (donc au talent particulier).

Nos open-space, abâtardis d'un taylorisme radicalisé, n'ont plus cet objectif premier de partage libre et permanent du savoir et des connaissances, des idées comme des initiatives. L'intelligence collaborative n'est plus le sujet : ceux qui ont le savoir -ou qui croient l'avoir- le garde et enjoignent aux autres, avec force directives, d'exécuter normativement des tâches plus ou moins répétitives... en montrant le moins d'initiative possible. Enfermé dans un cahier des charges ou une description de fonction de 47 pages, nos malheureux open-spacés peuvent légitimement se sentir enstabulés, encagés dans des espaces restreints (là où l'OMS affirme que 8 m2 sont nécessaire à la bonne santé psychique -traduisons : l'équilibre émotionnel et la motivation- de chaque collaborateur !).

C'est dans les années 1980 aux USA, puis dans les années 1990 en Angleterre, que le modèle va s'imposer comme étant le nec plus ultra d'une pseudo organisation "scientifique et rationnelle" du travail salarié. Et cette mode -pourtant bien démodée et obsolète- continue de vouloir s'imposer, partout en économie occidentale ! Quand bien même s'il a été prouvé que la perception d'intrusions (moins de 8 m2 d'espace vital), le bruit constant (même faible ou diffus), les interruptions ou les perturbations renouvelées (imprévisibles mais certaines)... constituaient des micro-stress, consommant en moyenne environ 25% de l'énergie individuelle (nécessaire à la bonne exécution du travail). Une étude plus récente encore, publiée par la Harvard Business Review (pourtant jamais en mal d'idées managériales toxiques), démontre que le premier impact du passage en open-space est l'augmentation instantanée de 73% des courriels ! Les gens n'osent en effet plus appeler ni se parler. Pour finir, la rotation de personnel ou l'absentéisme est -en moyenne- 3 fois plus élevé en open-space !

L'efficacité, l'efficience, la productivité ou la performance ne constituent donc pas les raisons réelles d'un open-space (sauf en quelques rares exceptions que j'ai eu le plaisir d'observer). 

Alors quoi donc ?

Je redoute pour ma part qu'il ne s'agisse hélas que d'une volonté renforcée et assez hypocrite d'augmenter le contrôle ! L'auto-contrôle, premièrement. Le contrôle collectif, du fait des "collègues". Le contrôle immédiat du "superviseur" enfin, qui peut tout observer, depuis son bocal en verre. Et par des remarques publiques, humilier qui il veut...

La vraie confiance exclut le contrôle et permet le droit à l'essai (malgré quelques adages ineptes autant que apocryphes). Je pense que nous sommes en train de le re-découvrir. Dans les faits.

Le début de l'année 2020 a mis un arrêt ferme aux open space. Au printemps, la reprise du travail a été complexe en raison de l'architecture et de l'agencement des bureaux. Certaines entreprises ont dû réadapter leur mise en place. Pensez-vous que la tendance des open space va se terminer aussi rapidement qu'elle est arrivée dans nos bureaux ? 

Non, je redoute que beaucoup, bénéficiant encore d'un bureau fermé et s'autorisant à décider pour les autres, sans même prendre le temps de les interroger ou de les entendre, voudront réaffirmer leur dominance par un retour à la contrainte qu'est l'open-space. Le confinement a cependant démontré plusieurs faits essentiels. Les entreprises qui le comprendront garderont leurs meilleurs collaborateurs et passeront sans trop de dommages les prochaines années, lesquelles ne manqueront pas de nous faire vivre plusieurs crises (autant de menaces que d'opportunités...). 

La première des évidences imposées par le confinement est l'extraordinaire productivité du travail à domicile, ne serait-ce qu'en économie de temps, d'argent, d'énergie fossile ou psychique ! Beaucoup de ceux qui exercent un métier le permettant ne feront plus marche arrière.

La deuxième, non moins essentielle, consiste en la performance de l'a-synchronocité du travail collaboratif. Il n'est pas nécessaire d'être tous ensemble au même moment en un même lieu pour produire un maximum de valeur ajoutée (voire même au contraire).

Troisième bénéfice : nous avons besoin d'interactions humaines réelles (pour environ 50% de notre temps de travail). Les vidéo-conférences, les appels, les courriels ou les sms... ne nous suffisent absolument pas. Nous sommes des animaux grégaires et notre intelligence est fondamentalement sociale.

Quatrième découverte - une évidence pourtant : l'équilibre vie professionnelle - vie privée passe par une libre détermination de ses propres horaires de travail, en fonction du service de ses clients (internes ou externes).

Ainsi donc, les horaires imposés -même flottants- se sont révélés complètement ineptes (mais toujours constitutifs d'un outils de contrôle, affirmant la méfiance outrée d'un encadrement déformé, usant encore de méthodes paléolithiques).

L'argument le plus souvent pour imposer un open-space est souvent le manque de place, ou la cherté du m2. Le home-office, avec une superbe économie de moyens, a désormais mondialement fait ses preuves, éliminant définitivement tout crédit à ce méchant prétexte, le réduisant à néant. Une autre affirmation erronée, en forme de justification ? Celui du décloisonnement entre services. Celle-là ne manque pas d'être tout aussi fallacieuse : les comptables ont leur propre open-space, de même que les commerciaux, les logisticiens ou les ingénieurs...

Il semblerait donc qu'avec la pandémie mondiale que nous vivons actuellement, l'espace personnel soit de nouveau à la mode. Pensez-vous que le recréer après deux décennies de destruction va-t-il être difficile ? 

Oui, la reconquête de l'auto-organisation personnelle et collective du travail collaboratif risque fort d'être longue et complexe : trop de managers-ne-sachant-pas-manager restent invinciblement persuadés que celles et ceux qui leurs sont confiés ne pourraient absolument pas travailler ni créer la moindre valeur ajoutée, sans leur -bienveillante et généreuse- supervision. Ils trouvent là hélas la seule justification de leur statut et de leur grade...

Alors qu'il s'agit précisément de l'inverse ! Un manager-sachant-manager fera sienne cette citation de Steeve Jobs : "nous payons les gens que nous recrutons bien trop cher pour leur dire comment travailler." Favoriser la libre auto-organisation au sein d'équipe et entre équipe fût initialement le principe du Lean. L'intuition était excellente, les résultats probants : il s'agissait là d'une des plus belles audaces authentiquement managériales. Repackagé pourtant ensuite dans les universités usasiennes, le Lean perdit peu à peu toute son essence... pour redevenir un bête outil de contrôle...

La pandémie, qui demeure hélas encore invaincue, la nécessité croissante d'être économe de son temps et des énergies fossiles, l'émergence d'espaces libres de co-working (sans être nécessairement des open-space), les aspirations légitimes des nouvelles générations, un nouveau style de management qui peu à peu s'impose, loin des théories éculées... favoriseront sans aucun doute la disparition définitive des comportements imposés, ringards même si encore enseignés, et datant d'un autre siècle...

En ce sens, je suis très confiant, la tyrannie sans cesse outrée et augmentée, des méthodes inventées il y a plus de 150 ans, est en train de s'effondrer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 08/08/2020 - 15:22
Très optimiste ?
Je me souviens d'une SSII (maintenant défunte) qui en 1990 avait dû déménager dans un immeuble open space en proche banlieue : le DRH et ses collaborateurs partageaient un espace dans un angle de l'immeuble, mais le PDG avait emporté le mobilier Louis XVI de son ancien bureau du VIIème. L'effet était mitigé, et la rumeur a couru après le départ du transition manager que celui-ci avait des intérêts dans l'entreprise qui avait aménagé les locaux...

Même si l'open space est un des facteurs qui a conduit à la rupture de confiance entre les "cadres" ("professionnals") et le top-management, celui-ci et les consultants qui le parasitent ne mangeront pas leur chapeau si facilement. La mode actuelle est au bureau tournant avec un casier pour ses affaires personnelles , les gens préfèrent encore l'open space (le box anglo-saxon n'était pas si mal mais trop cher apparemment pour les Français).
Les nouveaux immeubles de bureaux offrent une bonne flexibilité d'aménagement, mais il existe un important parc d'immeubles coûteux à réaménager. Et la contrainte financière à court terme continuera à dicter les choix proposés aux directions générales et conseils d'administration