En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 8 heures 38 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 10 heures 2 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 12 heures 13 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 14 heures 26 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 14 heures 58 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 16 heures 58 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 9 heures 48 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 10 heures 44 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 14 heures 16 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 heures 28 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 16 heures 1 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 16 heures 16 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 17 heures 3 min
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Pierre Hurmic Bordeaux maire EELV
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Pierre Hurmic Bordeaux maire EELV
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

Publié le 06 juillet 2020
Pour beaucoup de chefs d’entreprises, le président de la République va se retrouver confronté à la pression des écologistes qui peuvent faire capoter son plan de relance.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour beaucoup de chefs d’entreprises, le président de la République va se retrouver confronté à la pression des écologistes qui peuvent faire capoter son plan de relance.

Le nouveau Premier ministre Jean Castex va se retrouver confronté à une équation difficile à résoudre : préparer et gérer un plan de relance pour les entreprises qui, à la rentrée, risquent de tomber comme des mouches après plusieurs mois de coma artificiel.  Il faudra limiter la casse sociale où on attend plus d’un million de chômeurs supplémentaires.

Chacun de ces deux chantiers ne sont pas très difficiles à ouvrir.

Le premier passe par des mécanismes d’offre sur lesquels le ministre de l’Economie a déjà commencé à plancher et qui reviennent à donner plus de liberté et de moyens aux entreprises françaises (en priorité) pour qu’elles investissent, s’engagent et créent des emplois : ça passe par des baisses d’impôts et il faudra bien un jour accepter de supprimer les impôts de production qui mangent plus de 3% de la valeur ajoutée. Ça passe par des simplifications administratives et notamment des normes et des procédures, ça passe par quelques gros investissements dans le domaine de l’environnement.

Le deuxième chantier plus social revient surtout à réduire les plans sociaux annoncés par les grandes entreprises pour éviter d’enflammer les territoires : ça passe par un traitement social des départs volontaires ou provoqués (donc indemnités chômages) et par de la formation.

Ces deux chantiers font appel à des techniques très classiques et connues par toute l’administration. Le problème, c’est évidemment la gestion politique.

Après le mouvement des gilets jaunes, les grèves contre la réforme des retraites, l‘épidémie du coronavirus, le pays est désormais balayé par une vague écologique où certains ont vu un véritable tsunami quand la plupart des grandes métropoles sont passées au vert.

La réalité est un peu différente. Si la vague écologique est une vague de fond partie depuis longtemps, elle est moins profonde qu‘elle n’y paraît. D’abord, elle a été poussée par très peu de votants (record d’absentéisme). Ensuite, elle a bouleversé le centre des grandes métropoles, sociologiquement très bourgeois et embarqué de bobos, enfants éduqués et professionnellement casés de la gauche sociale démocrate.

Et enfin, cette vague d’écologistes n’est pas homogène. Beaucoup de leurs leaders sont assez radicaux et considèrent que la protection de l’environnement ne peut s’opérer que par un changement radical de système économique : moins de capitalisme, moins de mondialisation, moins de consommation, moins de production, moins de croissance. Derrière ces leaders, d’ailleurs très peu sont charismatiques, le gros des troupes se composent de militants plus pragmatiques, la protection de l’environnement oui, mais à condition de générer des richesses, de la croissance et des emplois.

Quand le gouvernement reprend ses chantiers prioritaires : relancer l’économie des entreprises et amortir le choc social, il se rend bien compte que ces deux priorités ont du mal à s’accompagner d’une action violente et rapide en faveur de la transition écologique.

Il se retrouve face à un sac de nœuds de contradictions. Il lui faut marier l’économie et l’écologie. Sur le seul dossier de l‘énergie par exemple, tous les pays occidentaux sont coincés parce qu’il n’y a pas d’autre solution pour faire face aux besoins, que de passer par l’énergie nucléaire si on veut une énergie décarbonée. Comme le nucléaire est le tabou non négociable par les écolos, il faut imaginer réveiller des centrales au charbon comme en Allemagne, ce qui est une aberration en termes de pollution, ou alors promouvoir un système de décroissance relative au système, ce qui est inimaginable pour la grande majorité de l’opinion qui aspire au progrès, et donc à l’emploi.

Pour la mobilité, nous sommes devant des contradictions identiques et ne parlons pas des systèmes de valeurs. La protection de l’environnement passe forcément par des mesures liberticides, inenvisageables dans des pays occidentaux élevés dans le cœur des valeurs de la république.

On peut imaginer, dans la mise en œuvre de l’action politique quotidienne, des chantiers de relance de l’économie et d’amortissement social qui prennent en compte certaines préoccupations environnementales, notamment par le biais d’incitations fiscales, si elles n’hypothèquent pas trop les objectifs budgétaires, ou alors par le biais des investissements. Les chefs d’entreprise ont parfaitement compris la nécessité d’introduire dans la recherche l’optimisation financière, les responsabilités environnementales et sociales qu‘elles doivent assumer. Ça fait partie de leur mission que de prouver tous les jours qu’il leur faut satisfaire d’abord leurs clients, ensuite leurs salariés et leurs actionnaires.

Mais ce qui est beaucoup plus compliqué à réaliser, c’est évidemment de composer un gouvernement dont l’incarnation correspondrait à ces différentes composantes. Impossible de décider un grand leader de l’écologie qui viendrait négocier ces compromis avec le ministre de l’Economie ou du travail. Nicolas Hulot en avait fait l’amère expérience et il avait préféré démissionner plutôt que d’entamer sa notoriété. Une retraite un peu honteuse, plutôt que le risque de passer outre certaines de ses convictions.

« Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne» disait Jean-Pierre Chevènement. C’est vrai pour tous les ministres, y compris le premier d’entre eux... Mais c’est encore plus vrai, pour le ministre qui sera chargé de l’environnement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/07/2020 - 15:24
C'est marrant
le nombre d'articles depuis quelques jours sur la nuisibilité des écolos! On ne s'en était pas rendu compte?
C'est comme la nomination de Dupont Moretti....va falloir qu'il vide les prisons pour qu'on se rende compte que ce n'est pas un hasard s'il voulait interdire le RN !
JBL
- 06/07/2020 - 09:27
Ah ce clavier (suite).....
Ces écologistes, dont les médias nous bassinent tous les jours, qui ont conquis des villes par effraction, qui ne sont là que par l'abstention de la majorité des citoyens.

Il serait peut-être intéressant de savoir ce que dit Michael Shellenberger, militant écologique américain, héros de l'environnement selon le magasine Time et membre du GIEC :

Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».

Ce genre de vérité, peu de médias s'en font l'écho. Ils contribuent de ce fait à cette médiocrité et imposture de l'écologie de salon.
JBL
- 06/07/2020 - 09:20
Ces écologistes !
Dont les médias nous bassinent tous les jours, qui ont conquis des villes par effraction, qui ne sont là que par l'abstension de la

Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».