En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 13 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 3 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 5 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 38 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 55 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Atlantico Business

En quoi l’arrivée des Verts va-t-elle changer la gestion des communes ?

Publié le 29 juin 2020
Le résultat des élections municipales confirme la montée des écologistes qui vont devenir incontournables dans la gestion de beaucoup de municipalités. Mais les Verts ne vont pas bouleverser la politique municipale, qui répond davantage à des contraintes très pragmatiques qu’à des objectifs idéologiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le résultat des élections municipales confirme la montée des écologistes qui vont devenir incontournables dans la gestion de beaucoup de municipalités. Mais les Verts ne vont pas bouleverser la politique municipale, qui répond davantage à des contraintes très pragmatiques qu’à des objectifs idéologiques.

Les élus « Verts » sont devenus, sinon majoritaires, du moins incontournables dans beaucoup de conseils municipaux et principalement, dans la gouvernance des grandes métropoles. A Paris, ils étaient déjà omniprésents, ils vont le devenir à Bordeaux, Lyon, Marseille, Lille ou Strasbourg.

La montée des électeurs verts n’a surpris personne, notamment après leur score aux élections européennes. Ils sont partout. Leurs « influenceurs » comme Nicolas Hulot et leurs dirigeants comme Yannick Jadot sont devenus des stars, notamment chez les jeunes et les CSP+, gros utilisateurs de réseaux sociaux et de marché bio.

Cette progression en France correspond à l’air du temps qui souffle dans beaucoup de démocraties occidentales et notamment celles du Nord. Elle est principalement liée au risque probable du réchauffement climatique de la planète et à la conviction que ce phénomène serait du essentiellement à l’activité humaine. C’est l’activité de production dans tous les domaines et tous les secteurs qui engendrent des émissions de gaz carbonique dans une quantité supérieure à celle que la nature peut digérer.

Aucun de ces phénomènes n’a encore été prouvé scientifiquement mais il existe un consensus assez fort chez les experts pour le penser. Dont acte !

A partir de ce double phénomène se sont développés des courants de pensée pour mettre en œuvre des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec des considérations sociales pour lutter contre les inégalités engendrées par la croissance économique et la consommation.

Ces mouvements ont eu d’autant plus de succès que leur promesse touchait directement à l’amélioration de la qualité de vie quotidienne  (la qualité de l’air qu’on respire, la sécurité énergétique, le retour à la nature, simple et hygiénique), bref les mouvements écologistes ont laissé penser aussi que le bonheur personnel ne dépendait pas uniquement de la quantité des biens produits et consommés.

Ces mouvements ont été également portés sur le terrain électoral par l’effondrement des partis politiques traditionnels qui n’ont pas su apporter des réponses cohérentes aux problèmes ou aux enjeux de la modernité.

C’est ainsi qu’en France , les Verts ont siphonné les partis de gauche et on le voit clairement dans les résultats électoraux. La gauche a disparu ou elle s’est alliée. Tout comme la droite et le centre qui ont été siphonnés par un ovni du marché politique, Emmanuel Macron.

Maintenant, il ne faut pas croire que les Verts arrivent au pouvoir dans les grandes villes pour bouleverser les administrations, les gouvernances et les politiques. Il y a chez les écologistes et leurs électeurs un décalage d‘analyse et de préconisation.

Qu‘ils le reconnaissent ou pas, les écologistes ont une empreinte idéologique très forte. La majorité d’entre eux ont la conviction que les problèmes écologiques sont les résultats du fonctionnement du capitalisme et donc de la croissance économique. Les plus radicaux pensent qu‘il faut changer de système, interdire la concurrence dont ils ne reconnaissent pas les vertus pour produire du progrès, interdire la production d’énergies fossiles au profit du renouvelable et surtout réorienter la consommation individuelle. Bref, les outils préconisés par les écolo-radicaux conduisent les sociétés sur la voie de la décroissance et des injonctions liberticides le plus souvent.

La majorité de ceux qui votent écologistes ne souhaitent pas un changement aussi radical, ils souhaitent des régulations douces, ils souhaitent surtout préserver les potentiels de croissance parce que cette croissance leur apporte le progrès technologique et sanitaire.

Arrivés au pouvoir, les avocats de l’écologie savent très bien que les responsabilités que leur impose l’exercice du pouvoir, les obligent à limiter ou raboter leurs ambitions de réforme. La ville qu‘ils vont gérer doit être propre, avec des mobilités faciles, des écoles qui fonctionnent dans lesquelles les enfants doivent apprendre à lire, à écrire et à respecter les autres, et des hôpitaux qui répondent aux besoins.

Pendant toute la pandémie que l’Occident vient de traverser, on ne peut pas dire que les dirigeants écologistes ont débordé d’imagination et d’énergie pour lutter contre le covid. Ils n’ont pas apporté de solutions nouvelles. Ils ont même participé à la demande générale de trouver des masques, des traitements et des vaccins alors que beaucoup d’entre eux appartiennent à des associations qui défendent la médecine naturelle et s’opposent aux vaccins.

Devant le mur de la réalité des risques, les écolos ont eu peur comme les autres. Les plus audacieux ont simplement essayé d’expliquer que le covid était un pur produit de la mondialisation, sauf qu‘ils n’ont pas refusé les masques et les traitements fabriqués en Chine.

« L’exercice du pouvoir impose aux gouvernances la prise en compte des besoins réels des gouvernés, disait Machiavel et si cette prise en compte oblige à s’asseoir sur certaines de ses convictions, la gouvernance n’a que deux solutions, ou elle s’assoit ou elle s’en va. »

A Paris, à Lyon, à Bordeaux ou à Strasbourg... Les élus Ecologie-les Verts savent bien que concrètement leur ville doit être plus belle, plus respirable, plus vivable et cela pour le plus grand nombre. Ils savent aussi que la ville doit être attractive, désirable pour les habitants, les touristes et les investisseurs. Sans investisseurs, la ville n’est qu’un champ de ruine et de misère. Il suffit de relire Zola ou Dickens... Aucun écolo aujourd’hui, dans ses rêves les plus fous, ne voudrait d’une ville en ruine ou misérable.

Les écolos dans les villes ne changeront pas la ville. Ils se changeront eux-mêmes. En Allemagne, les mouvements verts pèsent très lourd dans la gouvernance locale ou fédérale. A leur arrivée au pouvoir il y a plus de dix ans, les écologistes avaient exigé et obtenu la fermeture des centrales nucléaires. Aujourd’hui, l’Allemagne est devenue le pays en Europe le plus émetteur de gaz carbonique puisqu’elle a dû rouvrir des centrales au charbon. En plus, l’Allemagne s’approvisionne en électricité en France parce que ses centrales ne suffisent pas. L’Allemagne gouvernée par des Verts dépend du nucléaire français et pollue le reste de l’Europe avec son charbon.

Angela Merkel, qui passe en Allemagne pour avoir particulièrement bien managé la lutte contre le coronavirus, vient d’obtenir de ses partenaires verts la possibilité de fermer progressivement les centrales au charbon et de recouvrir des centrales nucléaires. Il n’y a guère eu de communication de peur de ne vexer personne.  Comme quoi, la crise rend intelligent, parfois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 30/06/2020 - 16:01
Ces arrivées de magiciens ne changeront rien
Peut-être un peu plus de difficultés dans la vie quotidienne et un peu plus de dettes pour le prochain tour. On compte heureusement sur la réalité pour limiter les rêves. Le plus inquiétant est que le pays avance encore en reculant.
Alain Proviste
- 29/06/2020 - 19:57
Article bien optimiste...
Qui veut croire que le principe de réalité ramènera, ou amènera, les écolos à la raison. Mais il est écrit aussi "les écologistes ont une empreinte idéologique très forte". C'est une religion de substitution chez certains et qu'importe les faits. De toute façon, sans être officiellement au pouvoir, ils sont bien arrivés à rendre Paris incirculable (néologisme ?). Ils vont juste continuer à houspiller les "mecs qui sentent la clope et le diesel".
patafanari
- 29/06/2020 - 18:10
Mobilité douce.
On va en écraser, du cycliste; ça ne sera pas nous, mais les bus roulant au gaz naturel, les tramways silencieux ou tout autre mode de transports dit respectueux de l’environnement et du cadre de vie urbain. On comprends que nos chevaliers modernes à roulettes prennent une vengeance anthume en chassant le piéton des trottoirs où ne devraient stationner que les pots de fleurs déposés par les riverains soucieux de vegetaliser l’espace public.