En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 8 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 9 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 11 heures 5 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 16 heures 15 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 16 heures 44 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 20 heures 2 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 21 heures 41 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 9 heures 19 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 heures 14 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 16 heures 29 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 17 heures 1 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 18 heures 57 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 21 heures 14 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 21 heures 45 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Atlantico Business

Agirc et Arrco, obligées de se réformer ou d’emprunter pour payer les pensions : les régimes de retraite ont perdu 30 milliards d’euros avec le Covid-19

Publié le 15 juin 2020
Les régimes de retraite français cherchent à emprunter pour payer les pensions. L’Etat refuse et les banques posent leurs conditions. Il va falloir en urgence déterrer le projet de réforme, à croire que le virus n’a pas fait assez de victimes parmi la population des retraités les plus âgés.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les régimes de retraite français cherchent à emprunter pour payer les pensions. L’Etat refuse et les banques posent leurs conditions. Il va falloir en urgence déterrer le projet de réforme, à croire que le virus n’a pas fait assez de victimes parmi la population des retraités les plus âgés.

Le paiement des pensions de retraite a été chaud au mois de mai. L’arrêt de l’activité depuis le 15 mars a mis les régimes en panne de ressources. A très court terme, il a fallu emprunter en urgence. Et à moyen terme, ou bien il faudra réformer les conditions de la retraite en réduisant les pensions ou alors il faudra rappeler le virus pour réduire le nombre des personnes les plus âgées.…

La semaine dernière, le COR, le Conseil d’orientation des retraites qui est chargé de veiller à l’équilibre les systèmes, a révélé que l’ensemble des régimes de retraites s’était creusé de 30 milliards d’euros à cause de la crise du coronavirus, alors qu’on était parti sur un trend proche de l’équilibre pour cette année 2020.

Cette dégradation est principalement imputable à la chute des recettes de cotisations, compte tenu des mesures d’exonérations de charges et de report de paiement, ou de chômage partiel massif. Le montant des recettes aurait déjà chuté de 26 milliards d’euros.

Le montant global des pensions a un peu baissé à cause de la surmortalité des personnes âgées, mais pas de quoi rétablir l‘équilibre.

On touche là à la perversion du système par répartition. Si on veut que le système fonctionne correctement, il faut que les salariés travaillent et cotisent ou que les retraités se privent de retraite.

Les caisses les plus sévèrement touchées sont les caisses complémentaires de l‘Argic-Arrco qui ont dû, pour payer les pensions de mai, emprunter de l’argent. Très logiquement, les présidents des deux régimes, Jean-Claude Barboul et Didier Weckner se sont tournés vers l‘Etat pour lui demander 8 milliards d‘euros, la somme dont ils avaient besoin pour assumer l’échéance. Et là, d’après les rares témoins, ils ont vécu un moment surréaliste. Le ministère du travail et des solidarités a renvoyé la demande à Bercy du côté des comptes publics qui, de bureau en bureau après être passé à Matignon, a opposé un refus net et précis. « Impossible, d’ailleurs, Agirc-Arcco sont des organismes bien gérés avec des réserves abondantes qui avoisinent les 70 milliards d’euros. Tout le monde le sait depuis les débats houleux à propos de la réforme des retraites. »

Réponse de Agirc et Arrco : « Les réserves existent parce que nos caisses sont bien gérées mais ces réserves nous servent à amortir des évolutions conjoncturelles, elles doivent surtout servir à préparer l'impact de l’allongement de la vie... Elles ne peuvent pas financer les effets d’une catastrophe économique liée à la décision politique de confiner la France entière. »

Voudrait-on puiser dans les réserves, que ces réserves sont investies en actions et en obligations... Pour en disposer, il eut fallu en liquider une partie au plus mauvais moment.

En fin de compte, Agirc et Arrco ont trouvé à emprunter auprès d’un pool de banques privées qui a évidemment demandé des garanties sur les réserves.

Cette mésaventure va se reproduire tous les mois tant que la France ne se sera pas remise au travail.

Elle ramène surtout tous les acteurs à une réalité qu’ils avaient finalement refusée de voir avant la crise.

La première est que nos systèmes par répartition ne fonctionnent que si la France travaille. Les actifs paient pour les inactifs. L’équilibre des régimes dépend donc du taux d’activité, de la durée de cotisation ou de l’âge de départ à la retraite, de l’espérance de vie et du niveau des pensions. Une crise aussi violente que celle du coronavirus est donc venue dénoncer la fragilité des systèmes par répartition.

Un système avec une dose de capitalisation permettrait d’étaler les risques. Quand General Motors crée un système de retraite investi en actions maison, la crise des subprimes infligeait aux salariés une double peine. De quoi paniquer ! Ils perdaient et leur job et leur retraite. Les pourfendeurs du système par capitalisation avaient mille fois raison de s’angoisser au point d’obtenir l’aide de l’Etat fédéral et Barack Obama n’a pas hésité longtemps avant de faire un chèque et demander une réforme des systèmes de retraite qui ont imposé la diversification des placements.

Un système par capitalisation ne peut fonctionner que si et seulement si l’argent est géré et les risques sont mesurés.

L’Agirc et l'Arrco ont constitué un fonds de réserve très profitable en diversifiant les placements. Sauf qu’en cas de catastrophe, il se révèle bien insuffisant.

Il permet au minimum de fournir des garanties pour emprunter et passer un moment compliqué. Mais à plus long terme, il n’exonère d’aucune réforme.

La deuxième évidence est que la réforme structurelle, qui avait été enterrée après les grèves et avant la crise, revient au premier plan de l’actualité. On n’en sortira pas si on ne sécurise pas les régimes, et le seul levier reste l’âge de départ afin de freiner l’allongement de la durée de vie en retraite. L‘âge de départ qui, rebaptisé âge pivot par le Premier ministre, n’a pas réussi à calmer la colère sociale, obligeant le gouvernement à reporter l’examen de la réforme aux calendes grecques. Sauf que la crise du coronavirus, en tarissant le flux de recettes, va ramener le projet dans l’actualité.

La troisième évidence est que la crise du coronavirus comme toutes les pandémies de l‘histoire, met en lumière l’impact démographique. Parce qu‘en l’absence de réforme structurelle et responsable, il faudra forcément réduire le montant des pensions ou alors pire que tout, espérer en silence que l’épidémie fasse au final beaucoup plus de morts qu’elle en a fait.

Il est évident que certains anti-réformes ne souhaitent en silence qu’une chose, que le virus règle les problèmes de cette façon. Or, en confinant, les responsables ont choisi de tout faire pour sauver les personnes à risques. Ils ont réussi, mais le prix à payer va être très cher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/06/2020 - 15:25
Faux problème, vrai sujet
Cerval 44: dans tout système de retraite, il y a un transfert de richesses des actifs vers des inactifs , en l'espèce les retraités, anciens travailleurs. Dans un cas, ce sont des cotisations OBLIGATOIRES ( donc rien à voir avec Ponzi où la souscription s'interrompt ), dans un régime par capitalisation ce sont des produits financiers payés ou versés par des actifs. Si le rapport actifs/ inactifs se dégrade dans un régime de capitalisation, le rendement financier du capital aura tendance, dans un système économique clos, à se réduire au détriment de la part du travail devenu rare et cher, aboutissant inévitablement à une baisse relative des pensions servies, à paramètres de cotisation et d'âge inchangés. Effectivement, dans un système économique ouvert et mondialisé, incorporant des espaces à démographie beaucoup plus jeune, le rendement du capital pourra en théorie se maintenir mais au prix d'une désindustrialisation interne et d'une dépendance accrue à ces espaces mondialisés. On arrive maintenant à la prise de conscience de la limite de cette fuite en avant qui, sans aucun doute, devra amener à changer les paramètres de retraite, répartition ou capitalisation.
cerval_44
- 16/06/2020 - 13:05
La retraite par répartition - Pyramide de Ponzi - suite et fin
Et de plus il participe à la scission de la nation en opposant les actifs qui en ont marre de payer et les retraités qui en ont de moins en moins.
Que la RP ait sa raison d'exister ( la retraite de base) n'est pas contesté, mais Il fallait trouver d'autre mesures ou incitations complémentaires et non basées sur des cotisations sur les salaires pour promouvoir/préparer sa retraite décente.
Sous entendu , ne pas mettre ses œuf etc....
Exemple simple : augmenter le ratio en ayant plus de salariés. Mais là on touche à des errances des idéologies des incompétences des lâchetés de nos gouvernants.
il est vrai que les années 80, ça a été le début de la distribution gratuite de l'argent des contribuables ( sur ceux qui ne pouvaient pas ne pas payer..) et la scission de la nation.
Aujourd'hui, 40% de la population supporte 80% des impôts.
Mais c'est un autre débat.
Effectivement , maintenant on ne peux plus que boucher les trous et personne n'est allé en taule.
Il est trop tard, mais tout n'est pas perdu.
cerval_44
- 16/06/2020 - 13:03
La retraite par répartition - Pyramide de Ponzi - suite
Si la solution était pertinente à l'époque, notre natalité et notre taux d'emploi, parmi les plus faibles d'Europe mettent évidemment le système à mal.

Si vous gérez votre patrimoine , la règle de base qui est par ailleurs est juste du bon sens, c'est de ne pas mettre ses œuf dans le même panier.
Conséquences : il faut jouer sur les trois paramètres
- il faut diminuer les retraites -> appauvrissement des retraités -> perte du pouvoir d'achat -> baisse de l’économie
- Augmenter les cotisations -> baisse des salaires -> charges des entreprises -> conflits sociaux ( justifiés)
- Allonger le temps de travail. -> injuste, non sélectif -> contreproductif -> Conflits sociaux

Il fallait entrevoir dés les années 80, que ce système allait dans le mur. Le seul modèle par répartition ne pouvait plus tenir.
Le ratio était déjà passé de 4 en 1960 à 1.8 dés 1980 !
La retraite étant un contrat passé entre le salarié et l'entreprise (mais piloté par l' Etat) , vous imaginez le salarié devenu retraité quand on lui explique que le contrat a été modifié unilatéralement : un sentiment d'injustice.