En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 7 min 30 sec
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 20 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 19 heures 23 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 21 heures 13 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 23 heures 29 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 18 heures 55 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 20 heures 22 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 1 jour 31 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 1 jour 1 heure
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

Publié le 28 mai 2020
Des candidatures atypiques sont évoquées pour les futures élections présidentielles de 2022. Les noms de Michel Onfray, Eric Zemmour ou de Jean-Marie Bigard sont évoqués dans les médias. Ces personnalités sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ? Comment expliquer cet emballement médiatique ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des candidatures atypiques sont évoquées pour les futures élections présidentielles de 2022. Les noms de Michel Onfray, Eric Zemmour ou de Jean-Marie Bigard sont évoqués dans les médias. Ces personnalités sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ? Comment expliquer cet emballement médiatique ?

Atlantico.fr : Michel Onfray, Éric Zemmour et depuis hier Jean-Marie Bigard... la liste des opposants désignés pour faire face à Emmanuel Macron lors des présidentielles 2022 ne cesse de se garnir de candidatures étonnantes. Ces candidatures atypiques sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ?

Chloé Morin : Vous citez des figures qui ont la particularité à la fois d'être très populaires auprès de certaines catégories de Français qui ne sont pas du socle "traditionnel" de macronistes, et qui ont tout pour incarner l'opposition à Macron - opposition idéologique, sociologique, mais aussi sur le plan de la posture ou du style "populaire" voire "vulgaire" s'agissant de Bigard. Jusqu'ici, Macron semble avoir déployé une stratégie de séduction, comme pour aller chercher en dehors du "système" qu'il incarnerait aux yeux des Français une forme de régénération, une "perfusion" de popularité. Il renoue ainsi avec une partie de son identité politique, perdue depuis 3 ans : la disruption, le côté "en dehors du sérail", atypique.

La réalité est que chacun sait que le dégagisme n’a nullement disparu avec l’élection d’Emmanuel Macron, et son principal risque se trouve de ce côté-là. Le dégagiste d'hier peut devenir le dégagé de demain. Il y a trois ans, des citoyens en attente de changement radical, souhaitant « renverser la table » en cassant un « système » qui fonctionne de plus en plus sans voire contre eux, étaient allés chercher un « outsider light » comme Emmanuel Macron. « Pas du sérail » politique, mais quand même énarque, intello, connaissant bien le monde de l’entreprise comme la haute administration… Trois ans plus tard, le poids des désillusions conduit bon nombre de citoyens à tourner leur regard vers des acteurs plus disruptifs, toujours plus éloignés du système… s’ils ne tournent pas le dos à la politique et aux élections. 

Comment expliquer l'emballement médiatique autour de ces candidatures ? Peuvent-elles influencer l'opinion ?

En décorant Houellebecq, en correspondant avec De Villiers, en appelant Bigard et en rendant visite à Raoult, il paraît ouvert, et les admirateurs de ces figures sont forcées de se dire "au moins, il n'est pas sectaire, il ne méprise pas tout ce qui n'est pas lui". En réalité, à ce stade, loin d'être de réels opposants, ces figures ont en quelques sortes été transformées en ambassadeurs d'Emmanuel Macron : ils relatent leurs conversations, certes en restant critiques, mais de manière assez flatteuse parfois, comme ce fut le cas des derniers propos de Bigard sur BFMTV. Le risque, à moyen et long terme, est la désillusion : que les conversations ne suffisent pas, que les actes du Président ne suivent pas ses mots, et que ces figures viennent grossir les rangs de ceux qui se disent déçus du Président... et ne deviennent alors vraiment ses opposants. Sans doute pas au service de leur propre candidature - encore que Bigard affiche des ambitions... - mais d'une autre, une candidature plus "populaire", "anti-système". Dès lors, on peut dire que Macron a habilement "désamorcé" ces potentiels opposants, mais qu'il va devoir constamment entretenir leur soutien dans les deux ans qui viennent, sauf à les voir se retourner violemment contre lui.

Quelle typologie de candidat pourrait séduire les Français en 2022, au regard de la situation actuelle ?

Parmi les nombreux clivages qui structurent notre vie politique, il y a un clivage qui s’impose de plus en plus, et est déjà structurant aux Etats Unis et dans bien d’autres pays comme l'Italie : celui qui distingue « outsiders » et « insiders ». D’autres diront « populistes » au lieu de outsiders, mais nous éviterons l’usage d’un terme qui recouvre trop de réalités différentes – idéologiques, communicationnelles, stratégiques… - et induit souvent une forme de jugement de valeur qui peut brouiller l’analyse. Les outsiders peuvent être « extrêmes », mais pas forcément. Ils se contentent de s’inscrire, par leur parcours, leur posture, leur langage, leur méthode (radicalité), ou les idées qu’ils revendiquent, en dehors d’un « système » de plus en plus rejeté par l’opinion. Un Boris Johnson, un Trump, un Sanders ou une Warren par rapport à un Biden, un Salvini ou un Grillo… tous sont très différents, mais ont en commun d’avoir réussi à incarner par leur style, la radicalité de leurs idées, leur posture ou leur parcours, une forme de « hors système ». 

Dès lors, le paysage politique peut être décrypté à l'aune de ce clivage : Macron est un insider, il s'est normalisé; Pécresse, Baroin, mais aussi Jadot, Faure, font figure d'insiders. On placerait parmi les outsiders évidemment Mélenchon et Le Pen, mais ils ont l'inconvénient d'être également situés aux "extrêmes" aux yeux de beaucoup d'électeurs (bien qu'ils emploient des trésors d'inventivité pour tenter de gommer cette étiquette). On peut également ajouter, au rang des "outsiders" par leur style, leurs idées, leur positionnement : Bertrand, peut être Royal par certains aspects de sa personnalité et de son style, mais aussi Montebourg... Il est fort probable que le duel de 2022 verra s'affronter une de ces figures "d'outsider" avec un "insider" - sans doute Macron, s'il est candidat et accède au second tour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 29/05/2020 - 13:54
connaissant bien le monde de l’entreprise
Cela , c'est le comble de l'ineptie!
Il n'y a jamais mis les pieds sauf à être un chargé d'affaires (troubles) bancaires!
Ce garçon , de plus n'a jamais été le petit génie qu'on a bien voulu nous faire croire, sauf à être un baratineur de foire admiré par ses 2 mamans! Il suffit d'écouter le cumul incessant de phrase et opinions , de regarder avec qui , les Benalla, Griveaux etc, il compagnonne !
C'est resté l'ado de 15 ans du blé en herbe!
mahesa
- 29/05/2020 - 05:44
Plus bof tu meurs.
Papier creux, vide, comme si rien n'avait changé, comme si les français n'avaient pas senti le vent du boulet, n'avaient pas vu le PR et ses ministres paniquer, les hauts fonctionnaires reconnaitre qu'ils n'avaient pas fait leur boulot...soyez sympa Atlantico, cherchez nous de vraies bonnes plumes, qui nous aident à réfléchir au lieu de nous faire perdre notre précieux temps ! Merci.
pierre de robion
- 28/05/2020 - 22:13
En creux!
« Pas du sérail » politique, mais quand même énarque, intello, connaissant bien le monde de l’entreprise comme la haute administration… "
Beau portrait en creux, comme sûrement l'intérieur du crane de la donzelle!