En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 51 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 47 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 19 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 12 sec
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 48 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 3 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 44 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 59 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 23 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

Publié le 28 mai 2020
Des candidatures atypiques sont évoquées pour les futures élections présidentielles de 2022. Les noms de Michel Onfray, Eric Zemmour ou de Jean-Marie Bigard sont évoqués dans les médias. Ces personnalités sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ? Comment expliquer cet emballement médiatique ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des candidatures atypiques sont évoquées pour les futures élections présidentielles de 2022. Les noms de Michel Onfray, Eric Zemmour ou de Jean-Marie Bigard sont évoqués dans les médias. Ces personnalités sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ? Comment expliquer cet emballement médiatique ?

Atlantico.fr : Michel Onfray, Éric Zemmour et depuis hier Jean-Marie Bigard... la liste des opposants désignés pour faire face à Emmanuel Macron lors des présidentielles 2022 ne cesse de se garnir de candidatures étonnantes. Ces candidatures atypiques sont-elles une réelle menace pour Emmanuel Macron ou au contraire peuvent-elles lui profiter ?

Chloé Morin : Vous citez des figures qui ont la particularité à la fois d'être très populaires auprès de certaines catégories de Français qui ne sont pas du socle "traditionnel" de macronistes, et qui ont tout pour incarner l'opposition à Macron - opposition idéologique, sociologique, mais aussi sur le plan de la posture ou du style "populaire" voire "vulgaire" s'agissant de Bigard. Jusqu'ici, Macron semble avoir déployé une stratégie de séduction, comme pour aller chercher en dehors du "système" qu'il incarnerait aux yeux des Français une forme de régénération, une "perfusion" de popularité. Il renoue ainsi avec une partie de son identité politique, perdue depuis 3 ans : la disruption, le côté "en dehors du sérail", atypique.

La réalité est que chacun sait que le dégagisme n’a nullement disparu avec l’élection d’Emmanuel Macron, et son principal risque se trouve de ce côté-là. Le dégagiste d'hier peut devenir le dégagé de demain. Il y a trois ans, des citoyens en attente de changement radical, souhaitant « renverser la table » en cassant un « système » qui fonctionne de plus en plus sans voire contre eux, étaient allés chercher un « outsider light » comme Emmanuel Macron. « Pas du sérail » politique, mais quand même énarque, intello, connaissant bien le monde de l’entreprise comme la haute administration… Trois ans plus tard, le poids des désillusions conduit bon nombre de citoyens à tourner leur regard vers des acteurs plus disruptifs, toujours plus éloignés du système… s’ils ne tournent pas le dos à la politique et aux élections. 

Comment expliquer l'emballement médiatique autour de ces candidatures ? Peuvent-elles influencer l'opinion ?

En décorant Houellebecq, en correspondant avec De Villiers, en appelant Bigard et en rendant visite à Raoult, il paraît ouvert, et les admirateurs de ces figures sont forcées de se dire "au moins, il n'est pas sectaire, il ne méprise pas tout ce qui n'est pas lui". En réalité, à ce stade, loin d'être de réels opposants, ces figures ont en quelques sortes été transformées en ambassadeurs d'Emmanuel Macron : ils relatent leurs conversations, certes en restant critiques, mais de manière assez flatteuse parfois, comme ce fut le cas des derniers propos de Bigard sur BFMTV. Le risque, à moyen et long terme, est la désillusion : que les conversations ne suffisent pas, que les actes du Président ne suivent pas ses mots, et que ces figures viennent grossir les rangs de ceux qui se disent déçus du Président... et ne deviennent alors vraiment ses opposants. Sans doute pas au service de leur propre candidature - encore que Bigard affiche des ambitions... - mais d'une autre, une candidature plus "populaire", "anti-système". Dès lors, on peut dire que Macron a habilement "désamorcé" ces potentiels opposants, mais qu'il va devoir constamment entretenir leur soutien dans les deux ans qui viennent, sauf à les voir se retourner violemment contre lui.

Quelle typologie de candidat pourrait séduire les Français en 2022, au regard de la situation actuelle ?

Parmi les nombreux clivages qui structurent notre vie politique, il y a un clivage qui s’impose de plus en plus, et est déjà structurant aux Etats Unis et dans bien d’autres pays comme l'Italie : celui qui distingue « outsiders » et « insiders ». D’autres diront « populistes » au lieu de outsiders, mais nous éviterons l’usage d’un terme qui recouvre trop de réalités différentes – idéologiques, communicationnelles, stratégiques… - et induit souvent une forme de jugement de valeur qui peut brouiller l’analyse. Les outsiders peuvent être « extrêmes », mais pas forcément. Ils se contentent de s’inscrire, par leur parcours, leur posture, leur langage, leur méthode (radicalité), ou les idées qu’ils revendiquent, en dehors d’un « système » de plus en plus rejeté par l’opinion. Un Boris Johnson, un Trump, un Sanders ou une Warren par rapport à un Biden, un Salvini ou un Grillo… tous sont très différents, mais ont en commun d’avoir réussi à incarner par leur style, la radicalité de leurs idées, leur posture ou leur parcours, une forme de « hors système ». 

Dès lors, le paysage politique peut être décrypté à l'aune de ce clivage : Macron est un insider, il s'est normalisé; Pécresse, Baroin, mais aussi Jadot, Faure, font figure d'insiders. On placerait parmi les outsiders évidemment Mélenchon et Le Pen, mais ils ont l'inconvénient d'être également situés aux "extrêmes" aux yeux de beaucoup d'électeurs (bien qu'ils emploient des trésors d'inventivité pour tenter de gommer cette étiquette). On peut également ajouter, au rang des "outsiders" par leur style, leurs idées, leur positionnement : Bertrand, peut être Royal par certains aspects de sa personnalité et de son style, mais aussi Montebourg... Il est fort probable que le duel de 2022 verra s'affronter une de ces figures "d'outsider" avec un "insider" - sans doute Macron, s'il est candidat et accède au second tour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 29/05/2020 - 13:54
connaissant bien le monde de l’entreprise
Cela , c'est le comble de l'ineptie!
Il n'y a jamais mis les pieds sauf à être un chargé d'affaires (troubles) bancaires!
Ce garçon , de plus n'a jamais été le petit génie qu'on a bien voulu nous faire croire, sauf à être un baratineur de foire admiré par ses 2 mamans! Il suffit d'écouter le cumul incessant de phrase et opinions , de regarder avec qui , les Benalla, Griveaux etc, il compagnonne !
C'est resté l'ado de 15 ans du blé en herbe!
mahesa
- 29/05/2020 - 05:44
Plus bof tu meurs.
Papier creux, vide, comme si rien n'avait changé, comme si les français n'avaient pas senti le vent du boulet, n'avaient pas vu le PR et ses ministres paniquer, les hauts fonctionnaires reconnaitre qu'ils n'avaient pas fait leur boulot...soyez sympa Atlantico, cherchez nous de vraies bonnes plumes, qui nous aident à réfléchir au lieu de nous faire perdre notre précieux temps ! Merci.
pierre de robion
- 28/05/2020 - 22:13
En creux!
« Pas du sérail » politique, mais quand même énarque, intello, connaissant bien le monde de l’entreprise comme la haute administration… "
Beau portrait en creux, comme sûrement l'intérieur du crane de la donzelle!