En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 28 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 8 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 18 heures 52 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 12 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 19 heures 53 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 11 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 18 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 16 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 5 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 18 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 32 sec
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 22 heures 37 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Liberté d'expression

Loi Avia : la mort d’une liberté

Publié le 19 mai 2020
Rafik Smati revient sur la Loi Avia et sur ses conséquences et ses implications sur la société française et sur le plan démocratique.
Rafik Smati
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rafik Smati est Président du parti politique Objectif France. Entrepreneur, Il a publié  « French Paradise » (juin 2014), « Révolution Y : la génération qui va redessiner l'Europe » (2013),  « Eloge de la vitesse : la revanche de la génération texto » ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rafik Smati revient sur la Loi Avia et sur ses conséquences et ses implications sur la société française et sur le plan démocratique.

 "Ainsi s’éteint la liberté, sous une pluie d’applaudissements".

Ainsi un personnage de Star Wars commentait-il une décision liberticide du Sénat galactique, et aurait-il accueilli le vote définitif de la loi Avia mardi soir par l’Assemblée nationale. 

Cette loi constitue assurément une menace mortelle pour une liberté d’expression chaque jour un peu plus restreinte en France. Au nom d’une de ces bonnes intentions dont on sait que l’enfer est pavé, surtout quand ce sont des « progressistes » auto proclamés qui se chargent de la chaussée, elle prévoit de censurer les contenus « manifestement haineux » envers une personne ou groupe de personnes en raison de leur origine ou leur appartenance à telle ou telle race, religion, ethnie, nation, ou orientation sexuelle. 

Pourtant, quoi de plus subjectif que le concept de haine ? A tel point que le droit positif français a renoncé à la définir ! Peut-on distinguer à coup sûr la haine de la détestation, puis l’aversion, et ensuite l’antipathie, pour finir par l’assimiler, de fil en aiguille, simplement à tout propos « limite », puis problématique, controversé, et au final contraire à la doxa, évidemment bien-pensante, de l’heure ? 

La France va bénéficier du très douteux honneur d’être le seul Etat de droit au monde dont une loi punira un délit au nom d’un concept juridique non défini… Et sur quel paysage culturel et intellectuel dévasté débouchera cette loi ?! Elle permettrait de censurer demain dans le cyber-espace des passage sentiers non seulement de Céline, mais aussi de Voltaire, Molière, Marx, Jaurès, Shakespeare, sans oublier des grands livres sacrés et religieux, riche en anathèmes et violences, ou encore de n’importe quel journal de bord d’un soldat, qui exprime généralement une certaine haine pour la nation d’en face. Si la haine est interdite (y compris à l’égard des nazis ?), la loi rendra-t-elle bientôt l’amour obligatoire ? 

Quant au contenu "à caractère violent" que la loi Avia proscrit, à quel degré de violence franchit-il la ligne rouge ? D’autant plus que dans certaines circonstances historiques la résistance à l’oppression implique un appel à la violence…

Ce texte n’est pas seulement dangereux par son caractère flou ou confus, ouvrant la voie à l’interdiction quasiment de n’importe quel discours, selon le mot de Richelieu « montrez-moi quatre lignes écrites de la main du plus honnête des hommes et je trouverai de quoi le faire pendre ». Il constitue en outre une marginalisation scandaleuse et sans précédent de la Justice. Cette dernière va en effet déléguer sa mission aux plates-formes du cyberespace, qui apprécieront seules quels sont les contenus à bannir ou pas. Certes, des recours seront possibles, mais seulement a postériori, avec jugement rendu quand l’actualité aura rendu caduc le débat qu’aurait pu ouvrir le propos rétabli après censure. Le modérateur de Facebook ou twitter sera de facto le seul à décider à la place d’une autorité judiciaire pourtant garante, constitutionnellement, des libertés fondamentales. Ce sont les semi monopoles du Net, les GAFA, via des algorithmes opaques, qui vont déterminer ce qu’il sera possible de dire ou pas dans le cyber espace de notre pays. Ils ne prendront certainement aucun risque, puisqu’il leur coûterait 1,2 millions d’euros de ne pas retirer un contenu litigieux dans les 24 heures. Bienvenue dans un monde sans aspérités et sans saveurs.

La loi Avia est d’autant plus scandaleuse que le cadre juridique existant est déjà largement suffisant, et parmi les plus restrictifs en Occident, pour réprimer les discours dangereux, avec la loi de 1881 et des textes réprimant les appels à la haine raciale. 

Cette loi confirme combien l’exécutif a, au fond, un compte à régler avec la liberté d’expression. Une véritable escalade. Comme en attestent ses projets de création d’un ordre des journalistes, d’un site gouvernemental signalant les médias « respectables », ou encore en 2018 la funeste loi dite fake news, qui permet à un juge de faire fermer en 24 h, admirez la célérité, une plate-forme diffusant des informations jugées erronées, là où il faut des années à des reporters expérimentés pour distinguer le vrai du faux. Les électeurs seraient assez grands pour distinguer un bon politicien d’un mauvais mais les citoyens incapables de trier entre vraies et fausses infos ?  

Face à ces menaces, le combat pour les libertés devient urgent et impérieux. Ceux des soutiens du chef de l’Etat qui ont encore un peu de jugeote ou de goût pour les libertés de se ressaisir. Et se joindre à tous ceux, des associations de défense des droits de l’Homme aux syndicats de journalistes et aux partis d’opposition de tout bord, qui appellent à une réaction. Une grande manifestation unitaire pour pousser, c’est déjà arrivé, le chef de l’Etat à ne pas promulguer la loi ? Impossible par temps de Covid-19, cela n’a pas échappé à l’exécutif et est révélateur de sa conception de la démocratie. Le dernier espoir des défenseurs de la liberté est que le Conseil Constitutionnel censure ce texte digne de la RDA. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Scheer
- 24/05/2020 - 13:15
Un exemple de plus
La période est propice pour passer grand nombre de textes liberticides qui survivront à l'état d'urgence. Ce dernier ne s'est d'ailleurs appliqué qu'au secteur privé, les administrations n'en ayant retenu que le principe de fermeture partielle de leurs portes, les règles sont restées immuables. nous avons ainsi pu ne pas avoir de masques et d'équipements, entre autres. Nous entrons dans un monde où nous sommes tous des élèves de CE1, aidés par quelques instituteurs sortis de l'ENA. Trop petits hélas pour réagir.
Bobby Watson
- 20/05/2020 - 18:26
Libertés en péril
Liberté de déplacement, liberté de culte, liberté d'expression... La machine à broyer s'est mise en marche, et personne ou presque ne résiste. Un air de Débâcle souffle sur la France, le coronavirus sidère notre pauvre peuple comme l'armée allemande en juin 40.
gerint
- 20/05/2020 - 10:22
C'est une loi scélérate
promue par une garce de première et applaudie par tout un tas d'eunuques.