En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg

07.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 51 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 13 heures 41 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 15 heures 23 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 17 heures 45 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 18 heures 30 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 19 heures 10 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 19 heures 31 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 13 heures 7 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 14 heures 53 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 17 heures 56 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 18 heures 10 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 19 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 19 heures 51 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Business

Coronavirus : les soignants ne veulent pas attendre la deuxième vague pour faire plier le gouvernement sur les salaires

Publié le 19 mai 2020
Surtout pas de médaille. Après l’épidémie, il va falloir maintenant soigner la colère des soignants qui viennent rappeler qu’ils ont des revendications précises et immédiates. Le ministre de la Santé vient de répondre par un agenda de concertation avant l’été.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Surtout pas de médaille. Après l’épidémie, il va falloir maintenant soigner la colère des soignants qui viennent rappeler qu’ils ont des revendications précises et immédiates. Le ministre de la Santé vient de répondre par un agenda de concertation avant l’été.

Tout faire pour éviter que la revendication des personnels soignants ne dégénère en une épidémie de la colère sociale. Le ministre de la Santé a donc promis un « Ségur » de la santé, comme pour rappeler qu’autrefois en 1968, Georges Pompidou avait ramené le calme en proposant à la CGT d’alors un « Grenelle » du travail.

Il s’agit bien d’éviter un embrasement général du corps social et un réveil des gilets jaunes et surtout de ramener la confiance de façon à ce que la machine économique redémarre le plus vite possible.

Le problème, c’est qu’en 1968, il y avait du grain à moudre et la CGT le savait. Aujourd’hui, on est au bord de la catastrophe économique et financière et il faut tout faire pour l’amortir. A l’époque, il y avait l’ombre fatiguée du Général de Gaulle... Aujourd’hui, on ne peut pas dire qu’Emmanuel Macron soit plus et mieux respecté.

Quand la semaine dernière, sentant le climat social chez les soignants se détériorer, il est venu à l’hôpital les féliciter et reconnaître les erreurs de son administration, il aurait pu être bien accueilli. Mais quand il a ajouté qu‘il allait leur distribuer une prime exceptionnelle et faire frapper des médailles, c’est plutôt mal passé. Les personnels soignants ne se sont pas gênés pour répondre que les médailles en chocolat n'étaient pas d’actualité. Des primes oui ! Pourquoi pas ? Mais on n’était pas à Noel. Les infirmières méritaient de ne pas être traitées comme des enfants un peu agités.

Au-delà de l’erreur de communication, tout le monde savait que la demande des personnels allait bien au delà d’une simple reconnaissance et portait sur une refonte du système de soins.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a donc promis ce qu'il appelle un « Ségur de la santé », une grande concertation avec les organisations syndicales pour mettre en place avant l‘été un nouveau plan santé dont l’objectif sera :

 1- D’améliorer les rémunérations

 2- De réaménager le temps de travail

 3- D’investir massivement dans des équipements hospitaliers.

Sauf que le plan santé ne peut pas se résumer à une question de moyens. Pour une raison simple, c’est que les moyens existent mais qu’ils sont très mal utilisés. L'opération va dont être très compliquée à gérer parce que le déploiement d’un budget fait toujours des mécontents et dans le climat actuel, c’est à haut risque socio-politique.

Il faudra certes traiter des moyens en effectifs et des rémunérations, parce que les personnels soignants ne vont pas se contenter de médailles. Fussent-elles en bronze !

Le sujet central est bien évidemment les conditions de travail, et la grille des salaires.

Les infirmières françaises sont celles qui en Europe sont les plus mal payées. Le personnel soignant en général est payé plus de 10% de moins que la moyenne de salaires versés en France. Une infirmière débute en France avec 1500 euros net par mois dans le public et termine sa carrière aux environs de 2500 euros. Si on prend la totalité des personnels soignants médecins compris, la moyenne est de 2400 euros alors que le salaire moyen en France est de 3200 euros. Donc il y a véritablement un problème.

Au niveau des effectifs, en nombre d’infirmiers et de médecins, la France aligne en gros 10 infirmières et 3 médecins pour 1000 habitants. On est très loin de la Norvège, de la Suisse, de l’Allemagne, des Etats-Unis, du Japon et de la Belgique. On arrive en 8ème position mondiale. Notre équipement n’est pas à la hauteur de la richesse d’où les problèmes d’efficacité.

On devrait faire beaucoup mieux parce que paradoxalement, on dépense beaucoup d’argent dans le système de santé. La France est le pays au monde qui dépense le plus d’argent pour le système de santé par rapport à son PIB. 11,3% du PIB comme en Allemagne où on dépense 26 % de plus par habitant que la moyenne européenne. Alors en espèces sonnantes et trébuchantes, ça représente des sommes inférieures à celle Outre- Rhin, (220 milliards d’euros en France contre 300 milliards en Allemagne), mais c’est parce que le PIB allemand est beaucoup plus gros. Ramené au nombre d’habitants, le Français dépense plus. Pour un résultat qui n’est pas meilleur.

Le problème français, c’est que nous dépensons très mal cet argent.  Notre système est trop centralisé, avec une bureaucratie administrative qui absorbe plus du tiers des moyens. Ce qui alourdit les circuits de décision et qui pénalise les soignants. D’où les problèmes de masques, par exemple, ou de tests dont on ne sait plus qui est responsable.  D’où les problèmes de gestion difficile du parc des lits, D’où la fuite des cerveaux et des médecins.  D’où les déserts médicaux. D'où la féminisation des personnels marqueurs d'une paupérisation relative.

 Le plan de réforme ne pourra donc pas se résumer à la revalorisation de l’enveloppe budgétaire.  Il faudra surtout revisiter son organisation et principalement sur trois axes.

Premier axe : une plus grande décentralisation des responsabilités des décisions au profit des soignants et du terrain. La gestion de l’épidémie a mis en lumière la lourdeur des décisions bureaucratiques et sans doute le rôle toxique des ARS, dont le grand public a découvert le pouvoir et l’importance, les agences régionales de santé qui ont la haute main sur le contrôle de la gestion des hôpitaux en région.

Deuxième axe : mettre le paquet sur la prévention. L’épidémie a prouvé que nous n’étions pas prêts, que nos prévisions n’étaient pas fiables, d’où le sous équipement en masque et en matériels de médecine, médicaments et principes actifs. Mais au delà, on a aussi découvert que l’épidémie touchait d’abord les personnes à risques et les personnes à risques, ce sont les patients qui souffrent de pathologies porteuses de comorbidité : les maladies cardiaques, les obésités, les diabètes, les cancers. Et les personnes à risques sont, disons-le, très brutalement les gros buveurs, les gros mangeurs et les gros fumeurs. Il y a beaucoup de responsabilités individuelles dans la présence des facteurs de risques, mais il y a aussi des responsabilités collectives dans la mesure où la collectivité, le pouvoir administratif et politique, le système d’assurance n’ont jamais privilégié la prévention, par l’éducation ou la contrainte.

Troisième axe : renforcer la coopération entre le public et le privé. Les personnels de l’hôpital public ont fait un travail extraordinaire, mais le privé a offert les lits et les matériels de réanimation et surtout, la médecine de ville a guéri beaucoup de malades du Covid sans qu‘ils soient dans les statistiques. L’épidémie a mis en lumière le débat qu’il pouvait y avoir sur le diagnostic et sur les traitements. Les personnes de l’hôpital public ont été héroïques à bien des égards, mais il y a eu aussi beaucoup de héros chez les généralistes de province dont on a peu parlé. On touche là à des questions politiques et syndicales très sensibles, surtout depuis le mouvement des gilets jaunes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 19/05/2020 - 16:54
Moment idéal pour une demande d'augmentation des salaires
Il faut profiter de ce que l'État s'est affaibli et s'affole, que l'économie mondiale s'écroule, que les ressources sont bloquées... Nous verrons plus tard et plus sereinement la réorganisation des moyens hospitaliers et d'une administration plus adaptée.
spiritucorsu
- 19/05/2020 - 14:46
Suprême duplicité!
La macronie et son chef risquent de ne pas passer l'été,balayés par un tsunami de colère qui ne cessera de monter sous l'effet prévisible des faillites en cascade suivi d'une crue dévastatrice du flot des chômeurs dans un pays dévasté au plan sanitaire,économique et social.On comprend parfaitement que les soignants qui ont été sacrifiés cyniquement et honteusement par le roitelet et sa clique et dont l'abnégation à permis de sauver le pays soient légitimement en droit de demander des comptes à celui qui peu de temps avant la crise sanitaire les traitait avec le plus grand des mépris et la plus grande des brutalités et qui suprême duplicité les prend aujourd'hui pour des imbéciles en leur offrant des breloques comme lot de consolation.
ajm
- 19/05/2020 - 12:58
Salaire en brut et en net.
Le salaire moyen en France n'est pas 3200 ( brut ?) mais autour de 2300 net ( chiffres insee 2016). Les chiffres donnés pour les soignants sont en net. A noter que les salaires des fonctionnaires ( la plus grande partie des soignants de l'hôpital public) supportent moins de cotisations sociales ( pas de cotisation retraite sur les primes sauf pour les gendarmes, policiers, pompiers jusqu'à un certain niveau).