En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 5 heures 22 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 6 heures 58 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 8 heures 29 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 10 heures 38 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 14 heures 27 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 23 heures 34 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 49 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 6 heures 6 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 7 heures 46 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 14 heures 37 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 2 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 1 heure
© BORIS HORVAT / POOL / AFP
© BORIS HORVAT / POOL / AFP
Exclusif

L’autre virus qui laisse le gouvernement à nu : révélations sur la cyberattaque qui a désorganisé Marseille

Publié le 27 avril 2020
La ville de Marseille, 2e métropole de France, 12 000 fonctionnaires, 200 pour son seul service informatique, et sa métropole Aix-Marseille en charge des cruciales directions de la voirie, des ordures ménagères, de l'eau... ont toutes deux été frappées par une cyber attaque le mois dernier.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ville de Marseille, 2e métropole de France, 12 000 fonctionnaires, 200 pour son seul service informatique, et sa métropole Aix-Marseille en charge des cruciales directions de la voirie, des ordures ménagères, de l'eau... ont toutes deux été frappées par une cyber attaque le mois dernier.

Depuis la nuit des temps, les catastrophes, désastres et calamités frappant l'humanité ; naturels (séismes, tsunamis) ; humains (guerres) ; affectaient forcément le monde physique, pour la parfaite raison que c'était le seul. Or depuis vingt ans désormais - les criminologues, étudiant les deux univers, le savent trop bien - les pannes géantes, le crime, l'espionnage, le sabotage, etc., touchent toujours plus le cybermonde. Ils ont en commun les ravages de terribles virus : COVID-19 (registre biologique) et virus-pirates (numérique). 

Exemple : la grave et méconnue cyber-attaque ayant dévasté, la nuit du vendredi 13 (!) mars, les serveurs de Marseille (ville, communauté urbaine et alentours). Attaque dont les effets locaux sont toujours sévères, quarante jours plus tard.

On comprend que cette ravageuse attaque soit restée inaperçue: assommés, les Français et leurs dirigeants, bientôt confinés, voient leur monde ambiant - le philosophe Martin Heidegger dit "ce qui va de soi pour les masses" ; et du directoire du néo-monde, "le cercle bien arrêté des dispositifs qui organisent la situation de puissance de l'homme" - s'évanouir sous leurs yeux - sans savoir du tout jusqu'à quand. Mais la gravité de l'attaque vaut qu'on s'arrête à Marseille. 

La ville d'abord : 2e métropole de France, l'une des vingt premières de l'Union européenne, 12 000 fonctionnaires ; 200 pour son seul service informatique, qui est énorme : 1 300 serveurs, 6 000 ordinateurs, 450 applications-métiers, etc. Frappée tout autant, la métropole Aix-Marseille, 8 000 agents, en charge des cruciales directions de la voirie, des tunnels, des ordures ménagères, de l'eau, etc. 

Or dans la nuit du 13 mars, une attaque "massive et minutieusement préparée" de pirates encrypte 90% du dispositif - dès lors perdu pour ses utilisateurs. Seul, un ingénieur arrachant au réflexe une prise de courant du mur, empêche l'écran noir total et définitif. L'essentiel des serveurs paralysés : la vie sociale par voie informatique est soudain bloquée dans la métropole de 1,8 million d'habitants. 

Quand débute une crise sanitaire inouïe, 48 heures avant le confinement, sont ainsi inaccessibles : l'état-civil, plus d'enregistrement des naissances et les décès (la crise du COVID-19 débute !) ; les services d'appel du public ; le planning et service des payes de tous les fonctionnaires ; les listes électorales (la nuit du vote du 1e tour des municipales) ; la liste des enfants inscrits en crèche ou à l'école primaire à la prochaine rentrée ; les factures à payer par la mairie à ses prestataires ; les fichiers des permis de construire en cours et des immeubles en péril (à Marseille !), les concessions disponibles dans les cimetières. La police municipale n'enregistre plus les mains-courantes ou procès-verbaux (confinement !). Le 18 avril, la mairie avoue "on est loin d'en être sortis" : il faut "purger" et relancer à la main, un par un, les 1 300 serveurs. Un mois pour rétablir l'application du seul état-civil ; deux mois minimum pour reconstruite un système opérationnel.

À lire également : L’inquiétante impréparation gouvernementale face aux cyberattaques

Pour Marseille, l'attaque est un d'autant plus durable désastre que - erreur confondante - les sauvegardes des fichiers cryptés, elles aussi largement perdues, étaient conservées... sur le même réseau que les serveurs eux-mêmes.

Que s'est-il passé ? "Mespinoza-Pysa" virus-pirate servant à rançonner des villes et entreprises, est connu depuis octobre 2018. Dès juillet 2019, l'entreprise de transferts de fonds Moneygram reste longtemps paralysée, suite à une sauvage attaque de Mespinoza-Pysa. Dès le 16 décembre 2019, le site spécialisé Malware-Warrior avertit ainsi : "Pysa-Ransomware (logiciel-rançonneur) pénètre dans le PC, inaperçu de l'utilisateur, puis encrypte ses fichiers avec un algorithme complexe qui les rend totalement inutilisables. Pysa-Ransomware crypte précisément les fichiers les plus importants pour l'usager : photos, audio, archives et documents de bureau, etc.". Conclusion claire : " Supprimez immédiatement Pysa-Ransomware". 

Avant l'attaque sur Marseille et malgré ses efforts, l'auteur n'a pas trouvé trace d'une alerte à de possibles victimes, dont les grandes villes. Le 18 mars - cinq jours après le piratage, l'Agence nationale en charge, l'ANSSI, réagit (CERT FR-2020-CTI 002) ; elle a "récemment été informée d'attaques informatiques visant notamment des collectivités territoriales françaises... Des analyses sont en cours". Pour l'ANSSI toujours, qui "se veut rassurante", "ce phénomène n'est pas nouveau". Suit un simple rappel des mesures de sécurité - sans nulle précision sur d'analogues attaques perpétrées en 2020. 

Côté officiel, 40 jours après le ciblage de Marseille, rien de pertinent n'est paru sur qui fut son initiateur, ni comment - et surtout, pourquoi, l'attaque. Même flou du côté des sites experts en cyber-malveillance : tous ont attendu le 19 mars pour publier le communiqué de l'ANSSI, sans autres précisions.

Sans cruauté exagérée, rappelons enfin que l'avertissement rétrospectif est un ressort majeur du cinéma comique : "Attention cher ami, le plafond est bas"... Pour la victime déjà au sol, à demi-assommée, l'annonce est-elle bien utile ?

*** Toutes précisions et sources disponibles sur demande.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Geolion
- 27/04/2020 - 17:14
Et le bon français, bord...?
Article très mal rédigé et souvent confus : erreurs de syntaxes, de construction des phrases, imptécisions, etc,......Atlantico doit réagir !
pierre de robion
- 27/04/2020 - 15:22
Sources
Peut-on en avoir une idée, car je reste sur ma faim!
On ne sait rien de la situation actuelle, pourquoi?
evgueniesokolof
- 27/04/2020 - 11:13
j'ai toujours dit qu'il y avait deux menaces
1.Le krach électrique soit par bombardement des centrales ou des lignes HT , soit par puissant anticyclone hivernal type 85 quand les éoliennes joueront le rôle du général Grouchy à Waterloo et qu'il restera à ce crétin de Jadot de faire comme Philipulus dans l'Etoile mystérieuse.Au bout d'une semaine les gens meurent..
2Le super virus informatique qui vous divise par quatre le PIB! La Cochet le lugubre pourra , sur sa harpe, chanter la beauté de la décroissance
A côté de cela le coronavirus c'est un bouton d'urticaire!