En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 7 heures 43 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 14 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 14 heures 52 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 14 heures 47 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 10 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 13 heures 36 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 13 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 14 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 14 heures 47 min
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Lutte indécise

Pétrole : l’onde de choc économique et politique de l’effondrement des prix

Publié le 22 avril 2020
L’annonce de barils fournis à prix négatifs aux USA a semé le trouble dans toutes les rédactions mondiales et malgré le coronavirus le pétrole est redevenu un objet de convoitise.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’annonce de barils fournis à prix négatifs aux USA a semé le trouble dans toutes les rédactions mondiales et malgré le coronavirus le pétrole est redevenu un objet de convoitise.

Que s’est -il passé ? C’est assez simple, la consommation de pétrole a chuté de 30%, les stockages sont très pleins, et les oléoducs aussi. Dans le cas qui a embrasé le monde, c’est plutôt, semble-t-il, le transport du liquide qui était saturé , les stockages étant à 90 % pleins, ce qui est de toute façon énorme. Les contrats de Mai étaient échus le jour du 20 Avril, les pénalités étaient lourdes. Plutôt que de les payer les propriétaires ont préféré vendre  leurs  barils restant  à prix négatifs( ils ont donné de l’argent en plus du pétrole aux acheteurs), c’est un évènement, cela ne signifie pas la fin du monde pétrolier, pas plus aux USA que sur le reste de la planète, et le baril a repris pour les contrats de Juin son prix d’avant, pas merveilleux pour les vendeurs,  autour de 20 dollars. C’est donc ce sujet, un baril très bas, qui est intéressant à commenter pour l’avenir et non l’accident de la veille.

La chute de la consommation n’a pas fait baisser la production et la guerre entamée par l’Arabie Saoudite contre le pétrole non conventionnel produit aux USA a donc repris. Dans un premier temps cette guerre avait été perdue car les pays arabes tablaient sur un cout pour les producteurs américains  de 70 dollars au dessous duquel ils devaient perdre de d’argent . C’était sans compter sur les progrès techniques et lorsque les producteurs ont continué à produire à 40 dollars le baril , l’Arabie Saoudite a « calé » et le baril est remonté autour de 6O dollars ce qui satisfaisait tout le monde. La crise du coronavirus a , dans un premier temps, conduit l’Arabie Saoudite à tenter un accord avec la Russie pour faire baisser leurs deux productions qui entraineraient toutes les autres, ils représentent à eux deux plus de 20% de la production mondiale , mais beaucoup plus en potentiel, et surtout une production à cout très modéré. L’échec de cette négociation (car débouchant sur une baisse de production peu significative) a entrainé une guerre des prix, un maintien de la production des uns et des autres et l’écrasement à 20 dollars le baril. 

La partie économique est simple, les  « grands » pays producteurs peuvent tenir, les plus petits sont terrassés, les compagnies privées, minoritaires en production, ont coupé dans leurs investissements pour ne pas effrayer leurs actionnaires. Ceux qui souffrent immédiatement sont les petites ou moyennes compagnies spécialisées aux USA dans le « shale oil », une soixantaine, qui sont très endettées et ne vont pas pouvoir honorer leurs remboursements aux banques . L’une d’entre elles vient de se mettre en « chapter eleven » (protection contre la faillite), d’autres suivront , les productions vont se maintenir pendant quelques mois , les puits les plus prometteurs vont être repris par les majors , ce sont les banques qui seront pénalisées, mais le montant global ne va pas les mettre en grande difficulté. A 20 dollars le baril la production de pétrole américain peut donc rester à un niveau élevé, et les tentatives de « tuer » à court terme l’industrie américaine du « shale oil » risquent encore une fois de ne pas marcher, les couts d’exploitation étant de l’ordre de 20 dollars le baril, c’est l’investissement de forage, objet des prêts des banques ,correspondant à 15 dollars le  baril qui pèse sur les comptes et sur les banques. Si la consommation repart dans les six mois, on peut donc avoir un secteur shale oil qui a changé de propriétaires, des banquiers qui ont perdu quelques milliards , et un baril qui remonte à mesure que les stockages se vident. 

C’est la partie politique qui est la plus difficile à prévoir car elle a sombré depuis des années dans l’irrationnel et dans des bagarres d’egos. On peut parler des USA, de L’Arabie Saoudite et de la Russie, mais il vaut mieux pour imaginer l’avenir parler de Trump et ses élections américaines, de MBS et de Poutine. Pour gagner les élections Trump a besoin de ne pas se mettre à dos le secteur pétrolier américain, MBS a besoin de nourrir un peuple de fainéants et du soutien des USA contre l’Iran, Poutine veut retrouver une place dans le concert des nations qui se limiterait à un duel USA/Chine. Chacun a besoin des deux autres pour gagner et montre ses muscles. 

Le grand absent de cette lutte indécise est l’Europe, mais comment expliquer à des peuples obsédés par l’après pétrole que 85% de l’énergie fournie dans le monde est d’origine fossile-charbon pétrole-gaz, que le pétrole est utilisé à 20% dans l’industrie mondiale, que la première transformation à assurer est celle de la limitation du charbon et en premier lieu l’abandon de son utilisation domestique, que la plupart des pays du monde est sans eau ni électricité et en conséquence recherche une énergie abondante et bon marché, comment expliquer que le monde ne rêve pas de bateaux à voile, d’avions solaires et de voitures électriques, qu’ils ont pris l’habitude de faire fabriquer les produits qui les gênent ailleurs, mais qu’ils leur sont indispensables, bref que nous ne sommes ni dans l’ère post-industrielle ni dans l’ère de la disparition des énergies d’origine fossile. Ils ont fini par intérioriser que cette géopolitique du pétrole était le monde d’hier et s’y intéressent modérément, trouvant d’ailleurs dans les querelles d’egos la justification de leur mépris à l’égard du monde d’hier. 

Ce qui est arrivé cette semaine pourrait être pour les peuples européens sinon leurs dirigeants un rappel aux réalités car, tandis que nous dansons autour du volcan, le pays consommateur de fossiles à prix cassés et vendeur de matériel indispensable à tous les autres , c’est encore la Chine.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 23/04/2020 - 09:39
Lumineux
Comme d'habitude avec LFP.
assougoudrel
- 22/04/2020 - 19:06
Une pensée pour les pauvres habitants
du Venezuela qui n'avaient pas besoin de ça. Quand à Bercy, j'imagine le groin qu'ils tirent avec le manque à gagner avec les taxes sur le carburant, les vaches à lait que sont les conducteurs, étant confinées.