En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 min 30 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 41 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 54 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 31 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 30 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 45 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 9 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 44 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 6 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 6 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 31 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 45 min
© Lex van LIESHOUT / ANP / AFP
© Lex van LIESHOUT / ANP / AFP
OTAN

Nouvelle "architecture de sécurité et de confiance européenne" : quelles perspectives nouvelles pour la Géorgie ?

Publié le 17 avril 2020
Alors que se profile le 30ème anniversaire de l’indépendance de la Géorgie, en 2021, le désir euro-atlantique de la Géorgie n’a jamais été aussi fort que pendant la « Révolution des roses » de l’automne-hiver 2003.
Patricia Lalonde
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Lalonde est une ancienne députée européenne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que se profile le 30ème anniversaire de l’indépendance de la Géorgie, en 2021, le désir euro-atlantique de la Géorgie n’a jamais été aussi fort que pendant la « Révolution des roses » de l’automne-hiver 2003.

Pourtant, le « non-règlement » des conflits gelés - à l’aune de l’occupation depuis l’été 2008, de plus de 20% du territoire géorgien par les troupes russes et les sécessions territoriales en Abkhazie et en Ossétie du Sud, ainsi que le déplacement de près de 130 000 personnes venues se rajouter aux quelques 200 000 déplacés internes (PDI) depuis le début des années 2000, rend difficile pour la Géorgie à la fois l’expression d’une réelle intégration régionale dans le Caucase-Sud. Elle était pourtant revendiquée aux lendemains des indépendances de 1991, alors que les forts taux de croissance, les préoccupations communes concernant la sécurisation des gazoducs et oléoducs approvisionnant l’Europe, et le scénario commun du divorce avec Moscou la légitimait.

Malgré cela, l’engagement à Tbilissi et dans toute la Géorgie reste résolu, 80% des géorgiens soutiennent la direction du pays vers l’UE et l’OTAN. Le gouvernement en place, dirigé par le parti « Rêve Géorgien », a clairement exprimé son engagement en faveur d’un avenir pro-européen et pro-OTAN. Lors de la récente de Munich sur la sécurité, le ministre des Affaires étrangères David Zalkaliani a exhorté l’Europe à faire la même chose, déclarant : « Nous avons besoin de plus d’attention et d’engagement de nos partenaires de l’UE et de l’OTAN, dans les dimensions politiques, militaires et socio-économiques ». 

C’est dans ce contexte de l’insuffisance d’un espace intégré du Caucase du Sud, dont l’intérêt stratégique est pourtant une évidence, que s’impose une réalité anachronique : celle de la perspective d’un destin commun qui aurait été « pris en otage » par un mauvais legs de l’histoire dans cette région pivot et qui se trouve au cœur d’un nouveau « Grand jeu ». De manière similaire, l’émergence de la notion d’Eurasie, est désormais devenu un thème central dans les efforts visant à équilibrer les relations stratégiques entre l’UE, l’OTAN, la Russie et la Chine.

La rénovation de la Politique européenne de voisinage, présentée le 18 novembre 2016, par la Haute représentante pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité de l’Union européenne de l’époque, Federica Mogherini, a offert une nouvelle perspective et une occasion unique de promouvoir, en France, comme à Bruxelles, l’importance du Caucase et les raisons pour lesquelles elle doit être considérée comme une région stratégique dans le voisinage de l’Europe.

Le successeur de Mogherini, Josep Borrell, a déjà confirmé la continuité de cette politique car la région du Caucase du Sud offre une nouvelle dynamique de coopération avec l’Europe.

En effet, la création - même avant cela - en mai 2009 du Partenariat Oriental engageant un dialogue inédit et approfondi, entre l’UE et ses six voisins orientaux (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie, Ukraine et Biélorussie) conduit à une relation durable et met en place une nouvelle dynamique de la PSDC (Politique de sécurité et défense commune) et la PESC (politique étrangère et de sécurité commune) de l’UE. La relance des dialogues stratégiques entre la Pologne, l’Allemagne et la France d’une part et   du groupe de Visegrad (Pologne, Slovaquie, Hongrie et la République tchèque) d’autre part, confirme l’importance de renforcer le Partenariat Oriental. 

L’Europe « élargie » de la Défense, de Lisbonne à Vladivostok, et la nouvelle « Architecture de sécurité et de confiance » que le Président de la République, Emmanuel Macron, entend proposer à son homologue russe, Vladimir Poutine visent à mieux définir l'autonomie stratégique de l'UE qui a de facto un impact sur son voisinage immédiat. Des relations stables et pragmatiques avec la Russie sont souhaitables tant pour l'UE que pour les pays du Partenariat Oriental, dont la Géorgie, comme est venue le rappeler le Premier ministre Giorgi Gakharia, issu du parti Rêve Géorgien, ancien ministre de l’intérieur, devenu premier ministre en septembre dernier, qui a récemment déclaré que « l’engagement avéré de la Géorgie envers les objectifs occidentaux et transatlantiques en faisait un pilier essentiel de la coopération avec l’OTAN ».

Qu’il s’agisse de l’Initiative Européenne d’Intervention – IEI, rassemblant depuis juillet 2017, 13 Etats de l’UE - ou la Coopération Structurée Permanente (CSP) autour de 25 états membres de l’UE et ses 17 projets pilotes, la Géorgie ne demeure-t-elle pas un partenaire fiable qui a toujours été aux côtés des Européens et les pays membres de l’OTAN, quand il s’agissait de combattre les talibans en Afghanistan, Daesh en Irak, par exemple ? 

Si seulement tous les alliés européens étaient aussi fiables que la Géorgie ! Nul doute que le gouvernement de Giorgi Gakharia saura entendre tous ceux qui prônent une participation active des troupes géorgiennes - particulièrement aguerris dans la contre-insurrection - dans la lutte contre les groupes armées terroristes au Sahel ?    

Cette région, comme le Caucase du Sud, devrait être une zone prioritaire pour les intérêts stratégiques de la France - et Bruxelles dans les années à venir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
padam
- 17/04/2020 - 18:16
Que la Géorgie garde ses excellents vins!
Une bien mauvaise idée, dépassée aujourd'hui, de certains courants géorgiens qui souhaiteraient intégrer les deux machins que sont l'OTAN en "état de mort cérébrale" et l'UE qui risque fort de ne pas survivre à la crise sanitaire actuelle. Comme c'est bizarre...