En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 42 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 50 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 26 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 57 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 34 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 55 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 57 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 12 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 34 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 6 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 43 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

Publié le 31 mars 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah revient cette semaine sur le conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et sur la crise de gouvernance mondiale.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah revient cette semaine sur le conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et sur la crise de gouvernance mondiale.
Avec Dov Zerah

La pandémie du COVID 19 démontre une nouvelle fois, s’il en était besoin, le besoin de gouvernance mondiale.

L’épidémie est partie de Chine et s’est progressivement étendue à l’ensemble de la planète. Quelle que soit son intensité dans chacun des 177 pays, le COVID 19 a fini par devenir une pandémie. Face à la soudaineté et à la brutalité du virus, chaque pays a pris ses dispositions en fonction de ses propres intérêts, de ses propres capacités hospitalières.

Les réponses ont été différentes malgré des points communs. Sans être exhaustif, les points de questionnement portent sur les masques, les tests, le confinement et ses conditions de fonctionnement, les installations hospitalières, les capacités techniques en matière de respirateurs, les qualités de la chloroquine…

Certes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fini par donner des indications, par décréter que le phénomène était une pandémie. Néanmoins, une fois celle-ci dépassée, il faudra comprendre les conditions de fonctionnement de l’organisation internationale et en tirer les conséquences.

Pour faire taire toutes les rumeurs et autres « fake news », il conviendrait de connaître, le moment venu, la cause, le point de départ de l’épidémie ainsi que les responsabilités. Et pourquoi ne pas appliquer le principe environnemental de « pollueur–payeur ». Il serait peut-être temps et opportun de créer une responsabilité environnementale et sociale au niveau international.

Pour pouvoir se projeter dans le futur, remémorerons-nous les origines de la création de la Croix rouge. L’idée en incombe à l’homme d’affaires suisse naturalisé français Henri Dunant. Au cours d’une visite à Solferino, lieu de la bataille du 24 juin 1859, il découvre les drames humains des 40 000 victimes de guerre. Au-delà de son engagement personnel pour secourir le maximum de blessés, il va être un des fondateurs en 1863 de la croix rouge. Un an plus tard est signée la première convention de Genève relative aux blessés de guerre.

Inspirons-nous de cet exemple historique pour concevoir et bâtir une nouvelle gouvernance mondiale sanitaire.

Combien de temps devons-nous attendre l’Europe, notamment pour avoir une réponse européenne à ce type de situation inédite ?

Il est également grand temps de rénover l’organisation des Nations-Unies (ONU). Créée au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’ONU était censée corriger les défaillances de la Société des Nations (SDN) mise en place par le Traité de Versailles mais qui n’a pas empêché la seconde guerre mondiale. Dirigée par le conseil de sécurité et un directoire des cinq vainqueurs, l’ONU va se révéler toute aussi inefficace que la SDN. Qui pourrait citer un « success story » ?

L’impossibilité des grandes puissances de s’entendre va conduire à marginaliser l’ONU. Les exemples sont nombreux :

  • Des guerres engagées sans autorisation du Conseil de sécurité, seconde guerre d’Irak à l’initiatives de Georges BUSH Jr, intervention russe en Syrie et au Lybie, conquêtes chinoise des îlots de la Mer de Chine, interventions d’ERDOGAN en Syrie et en Lybie…
  • Les forces d’interposition mises en place par l’ONU dans certains lieux n’ont pas permis de limiter les tensions, sans oublier l’exemple des soldats népalais qui ont apporté le choléra en arrivant à Haïti pour aider la population à faire face aux effets collatéraux du séisme
  • Les tentatives de résolution des conflits comme ceux du Proche Orient ne viennent pas de l’ONU et de ses émissaires
  • Enfin, l’organisation s’est déconsidérée en acceptant que sa commission des droits de l’homme soit présidée par des pays problématiques en la matière.

L’échec de l’ONU est une des raisons des tentatives de gouvernance mondiale par différents groupes représentant les principales puissances économiques, G5, G7 G8, et depuis la dernière crise financière G20. Ce mode de gouvernance a eu quelques succès, notamment dans les années quatre-vingts avec la gestion du contre choc pétrolier et la gestion des changes.

La semaine dernière, dans ma chronique sur le « Coronavirus, le scénario catastrophe », j’appelais votre attention sur l’augmentation importante des déficits publics par la conjugaison des diminutions des rentrées fiscales et de l’explosion des dépenses, et par voie de conséquence de l’envolée de l’endettement public. J’écrivais alors :

« Tout cela ne sera possible que si la Banque centrale fournit les liquidités nécessaires. Les banques centrales américaine, britannique, européenne et japonaise sont en mesure d’assumer ce rôle. La BCE vient d’annoncer le nécessaire après des premières mesures mal reçues par les marchés. Qu’en sera-t-il des autres pays et banques centrales ? »

La réponse à la question posée la semaine dernière est le Fonds monétaire international (FMI). Les nombreux pays qui n’ont pas les moyens américain, britannique, européen ou japonais n’ont que le FMI pour les aider. Comme dans les années quatre-vingt-dix pour les pays africains, pour le Mexique ou pour l’Argentine, il faut mobiliser le FMI pour accompagner tous les pays en difficultés et éviter la propagation de la crise.

Dans un monde globalisé, il ne peut y avoir de démarche solitaire ; toute stratégie nationale doit s’inscrire dans des démarches collectives pour avoir une chance de succès. Nous sommes condamnés à vivre ensemble et à être de plus en plus nombreux. En conséquence, l’instinct de survie doit conduire à la coordination internationale et à éviter toute solution nationale.

C’est facile à dire, à écrire, mais plus difficile à faire avec des dirigeants, Donald Trump, Wladimir Poutine, Hu Jintao… arcboutés sur l’intérêt national et peu enclins à se projeter dans l’universel. Cette crise fera peut-être bouger les lignes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 01/04/2020 - 03:58
L'ONU
Il y a erreur commune (pas chez les politiques, bien sûr, mais chez le commun des mortels) sur le rôle de l'ONU : ce n'est pas à elle de gouverner.
L'Union Européenne, dans sa moindre dimension, en montre plus que les inconvénients : l'Union en montre l'erreur, sanctionnée par le Brexit (aujourd'hui, et demain un autre "...exit" ?).
L'ONU doit avoir pour rôle, je dis bien "doit", et donc s'y limiter, d'offrir une tribune où tous les pays discutent.
Les règlements internationaux sont issus de ces discussions, mais chacun de ces règlements a été avalisé par le pays signataire. Il y a le respect de la souveraineté nationale. Ce n'est pas une "gouvernance". Des pays refusent d'ailleurs certains de ces règlements internationaux..
Le gorille
- 01/04/2020 - 03:25
Niet et re-niet...
"En conséquence, l’instinct de survie doit conduire à la coordination internationale et à éviter toute solution nationale."
Ah ! non, et non ! le centralisme à tout crin est une erreur majeure humaine ! Nous en crevons déjà. L'Europe en est la preuve... Et le Brexit est la conclusion d'une volonté humaine contraire à l'homme.
Le mot "coordination" est parfaitement acceptable : effectivement, des mesures prises dans un pays peuvent avoir des conséquences chez le voisin, et donc un dialogue doit se nouer.
Et de "frontière" à "frontière", et pas forcément en passant par New-York (ou, plus petitement, Bruxelles)... quitte à l'en tenir informé, soit. Et "informé" seulement : la décision doit rester au chef "national".
C'est un refus absolu de l'expression "éviter toute solution nationale" : c'est tuer l'initiative, c'est tuer la réactivité, c'est tuer l'homme en fait.
Non, monsieur le rédacteur de l'article : non ! Vous méprisez l'homme.