En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 11 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 16 heures 47 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 16 heures 59 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 17 heures 59 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 20 heures 52 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 20 heures 52 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 13 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 18 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 20 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 20 heures 52 min
© Rob Carr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© Rob Carr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

Publié le 28 mars 2020
Selon la BBC, certaines entreprises déménagent dans des bureaux secrets dans des endroits non divulgués afin de rester en sécurité face au coronavirus. Ces "bureaux fantômes" sont dans des bâtiments sécurisés, souvent en périphérie, et sont maintenus en veille durant des années.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la BBC, certaines entreprises déménagent dans des bureaux secrets dans des endroits non divulgués afin de rester en sécurité face au coronavirus. Ces "bureaux fantômes" sont dans des bâtiments sécurisés, souvent en périphérie, et sont maintenus en veille durant des années.

Atlantico.fr : Face à la crise du coronavirus, certaines entreprises - les grands groupes principalement - auraient changé de locaux pour se cacher dans des bureaux secrets. Cette pratique n’est pas nouvelle, d’où vient-elle ? 

Michel Ruimy : Tout à fait. Cette pratique n’est pas nouvelle. Dans le passé, elle est apparue lors de guerres et de pandémies. Aujourd’hui, elle s’est renouvelée à l’occasion d’une crise géopolitique (attentats du 11 septembre 2001), d’une catastrophe naturelle sur un site, à la suite d’un incendie (siège du Crédit Lyonnais en 1996), problème IT (attaque de violation de données) … 

Une illustration des dégâts qu’un évènement « extra-ordinaire » peut provoquer est la survenance, en 2005, de l’ouragan Katrina aux États-Unis. Il a affecté 5 États, il y a eu près de 1 800 morts, les dégâts ont été estimés à près de 80 milliards de dollars et environ 1,2 million de personnes furent déplacées. De plus, son passage à l’est de la Nouvelle-Orléans provoqua la quasi-inondation de la ville. Mais surtout, cette catastrophe naturelle prit une autre tournure avec l’apparition de plusieurs crises de natures diverses : perturbations économiques inquiétantes avec la coupure du réseau Internet, remise en question sociale, dégâts écologiques, critiques politiques dans lesquelles l’image du gouvernement fédéral et de son administration a été sérieusement entachée.

Aujourd’hui, la crise sanitaire a mis en évidence l’interconnexion / dépendance des individus et des entreprises vis-à-vis d’une source d’énergie et / ou de leurs fournisseurs et / ou de leurs sous-traitants. Il est donc de l’intérêt, pour le gouvernement, que la planification de la continuité de l’activité soit réalisée et partagée par toute la chaîne des acteurs (du fournisseur au consommateur.

Si les Américains l’ont utilisée suite au 11 septembre 2001, cette pratique est-elle également courante en France ? À quelles époques les entrepreneurs français ont pu y avoir déjà recours ? 

Cette pratique s’est généralisée, au plan mondial, depuis plusieurs années car la nature, la fréquence et le coût des crises ont sensiblement évolué au cours des dernières décennies. Aujourd’hui, on comprend mieux à quel point sont étroitement imbriquées les différentes dimensions d’événements qui perturbent très fortement le fonctionnement de nombreuses entités avec des conséquences qui peuvent aller jusqu’à la cessation définitive d’activité. 

Les retours d’expérience des grandes crises récentes ont montré que les organisations ayant entrepris une démarche préalable visant à garantir la continuité de leur activité, sont les plus résilientes face aux événements déstabilisants… bien qu’il soit utopique de chercher à tout prévoir et maîtriser.

Cette pratique a été plus particulièrement recommandée et généralisée notamment avec les attentats du 11 septembre 2001 ou les attentats de Londres de juillet 2005. Les leçons tirées de la catastrophe de Tchernobyl puis de la catastrophe de Fukushima ont également contribué à une profonde révision de certaines pratiques managériales avec notamment, au sein de ces organisations, la création d’unités de gestion des risques dont la mission est de réduire la probabilité d’échec ou d’incertitude de tout facteur pouvant affecter le projet de l’entreprise. 

Comment fonctionnent ces « locaux secrets » ? Quel est leur but premier, en quoi s’agit-il d’un luxe en temps de crise ?

Au niveau microéconomique, il s’agit, pour une entité de taille importante (entreprise, institution, groupe…), à la suite d’un fait perturbant gravement son fonctionnement normal, de décliner la stratégie et l’ensemble des dispositions à prévoir pour minimiser les impacts sur son fonctionnement - et donc sa pérennité -  et garantir la reprise et la continuité de ses activités. 

Au niveau macroéconomique, il s’agit, pour les Pouvoirs publics, que les secteurs « critiques » / essentiels de l’économie c’est-à-dire ceux qui fournissent des services fondamentaux (alimentation, sécurité civile, soins publics, fourniture d’eau et d’énergies, transports en commun, banques, la collecte et gestion des déchets…) et / ou des réseaux vitaux (électrique, télécommunications, media d’informations…) soient capables de résilience face à une crise grave c’est-à-dire être en état de fonctionner même en cas de désastre ou de crise majeure, quitte à ce que ce soit en « mode dégradé ». 

Quelle que soit l’entité, réagir correctement face à plusieurs scénarii, surtout avec l’envoi d’une alerte claire et précise à l’aide d’un système de gestion de crise, permet de gagner en crédibilité, plus particulièrement pour une entreprise. L’existence d’un plan de continuité d’activités rassure les collaborateurs et les clients et le risque de réputation s’en trouve éloigné. On en voit donc bien les enjeux. 

Concernant le fonctionnement de ces locaux, on peut faire une analogie avec la situation d’une armée devant gérer une crise. Leur localisation est gardée secrète pour des motifs de sécurité. Les personnes s’y retrouvant (état-major) sont au cœur du processus stratégique de la gestion des crises en amont (veille stratégique, planification) et en aval (conduite). Elles constituent le centre névralgique de la chaîne de commandement opérationnelle. Il regroupe donc les acteurs indispensables à la prise de décision, quel que soit leur rang hiérarchique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Thierry59
- 28/03/2020 - 17:12
Dommage que le titre ne consonne pas avec le contenu
Le titre de l'article - Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets" - laisse supposer une pratique "coupable". Alors que l'article loue plutôt la prévoyance des entreprises qui ont réfléchi à une stratégie de repli en cas de crise grave, pour assurer un fonctionnement a minima qui garantisse à la fois leur pérennité et les services (le plus souvent vitaux) qu'elle assurent à leurs clients