En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 2 heures 4 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 5 heures 52 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 19 heures 32 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 20 heures 39 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 1 heure 44 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 5 heures 37 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 18 heures 59 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 20 heures 21 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 20 heures 59 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 22 heures 1 min
Quelques réflexions...

Coronavirus : quelques réflexions pour le jour d’après

Publié le 23 mars 2020
Alors que l'épidémie de coronavirus continue de se propager le temps est encore à l'unité, mais une fois la crise passée, les choses risquent bien de rester comme elles étaient.
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'épidémie de coronavirus continue de se propager le temps est encore à l'unité, mais une fois la crise passée, les choses risquent bien de rester comme elles étaient.

Les circonstances graves n’autorisent pas les jeux politiciens. Les enjeux de pouvoirs individuels, ou les petites rancunes, doivent laisser la place à l’urgence de mettre en œuvre tout ce qui est possible pour sortir de la crise sanitaire. Bien sûr que des erreurs ont été commises et sont, sans doute, encore commises. Mais le temps n’est pas aux procès. Il est à l’unité et au déploiement de toutes les énergies vers la recherche de solutions. Tout le reste est simplement indigne, mesquin et condamnable.

Cela étant rappelé, l’histoire montre que l’épidémie terminée, le cours du monde reprendra alors qu’il devrait y avoir un avant et un après la crise. Ce n’est donc pas faire un procès à qui que ce soit, sinon à nous-mêmes, que de réfléchir au jour d’après, et ce avant que l’insouciance des beaux jours ne revienne.

Quelques premières réflexions pour l’avenir.

D’abord, qu’il existe des domaines d’activité et de production qu’un pays développé ne saurait en aucun cas sous-traiter ou délocaliser, à commencer par la santé et l’alimentation. Ce que nous comprenons comme normal pour la défense nationale (bien qu’hélas non respecté également sur certains points), s’impose lorsqu’il s’agit de soigner ou de certains produits essentiels. Les Français viennent de découvrir avec effarement que nombre de nos médicaments et de nos équipements de production proviennent en quasi-totalité de Chine. Ceci n’est plus acceptable. C’est d’autant moins acceptable que la solidarité européenne montre ses limites. Il ne s’agit pas d’envisager un repli idéologique sur nous-mêmes ou de renier les avantages tirés de la mondialisation économique mais de bien identifier des domaines de sécurité nationale qui ne peuvent transférés hors de nos frontières.

Ensuite, notre état, si prompt à intervenir dans les moindres détails de notre organisation collective, n’est pas prêt à faire face à une situation de crise majeure et soudaine. Nous sommes en guerre, peut-être, mais nous constatons une impréparation totale et une incapacité de mobiliser nos forces économiques. Au côté du conseil scientifique, c’est un conseil industriel qui devrait réquisitionner (ou simplement organiser, car le secteur privé est prêt à le faire sans coercition) notre industrie pour produire tout l’équipement dont nous avons besoin. Il suffirait de quelques jours pour produire des centaines de respirateurs artificiels. Les bonnes volontés se sont manifestées mais il manque l’impulsion que l’on connaît en temps de guerre. Nous devons combler cette faiblesse de commandement au plus haut sommet de l’Etat.

La langue de bois est toujours de mise. Churchill n’a pas hésité à dire aux Anglais en 1940 qu’il n’avait « rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ». Le confinement va avoir un coût extraordinaire, supérieur sans doute à 100 milliards d’euros. Il ne sert à rien de le dissimuler aux Français en avançant un coût de quelques dizaines de milliards seulement. « L’Etat paiera » est une formule trompeuse. L’argent de l’Etat n’est rien d’autre que le produit du travail des citoyens. La dette, même de l’Etat, doit être remboursée et la faiblesse des taux d’intérêt n’efface pas le principal. Un homme d’Etat a le devoir supérieur de dire la vérité, protéger n’est pas mentir. Nous ne pourrons pas nous permettre de prendre nos vacances cet été comme si rien ne s’était passé. Il faudra travailler pour rattraper une partie de la production perdue et cela, sans prime. Le chômage partiel n’est pas un bénéfice pour les entreprises comme on l’entend.

Enfin, et c’est là la question la moins évoquée à ce jour : la crise sanitaire mondiale met à nu les disfonctionnements de notre système monétaire. Le coût économique de notre dépendance de la seule monnaie de réserve qu’est le dollar US, est gigantesque. La volatilité des monnaies du fait de la ruée mondiale vers le dollar US. L’assèchement des liquidités, va ruiner plus d’entreprises dans le monde que le confinement. Ceci ne doit plus durer. Le sujet est sans cesse évoqué et immédiatement oublié après chaque crise. Dès à présent, afin notamment de calmer les marchés et éviter les faillites, les grands pays doivent convoquer un nouveau Bretton Woods comme cela avait été fait dès 1944, soit avant la fin de la guerre. L’Europe qui est désunie sur le sujet, doit réagir. La France a toujours joué un rôle important dans les grandes instances financières internationales. Il est impératif de reprendre ce rôle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires