En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 2 heures 8 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 3 heures 45 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 5 heures 16 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 13 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 20 heures 20 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 21 heures 35 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 2 heures 52 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 4 heures 32 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 5 heures 40 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 11 heures 24 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 22 heures 4 min
© Mark RALSTON / AFP
© Mark RALSTON / AFP
Atlantico Business

Le coronavirus aura-t-il pour la Chine la même conséquence que Tchernobyl qui a provoqué la faillite de l’URSS ?

Publié le 03 mars 2020
La crise du coronavirus a plus besoin des médecins que des banquiers centraux. Il faut arrêter l’épidémie et restaurer la confiance des populations dans les systèmes de santé. Sous cet angle, le pays le plus malade est évidemment la Chine.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus a plus besoin des médecins que des banquiers centraux. Il faut arrêter l’épidémie et restaurer la confiance des populations dans les systèmes de santé. Sous cet angle, le pays le plus malade est évidemment la Chine.

Pour comprendre la crise du coronavirus, et imaginer les moyens d’en sortir, mieux vaut rappeler ce qui s’était passé avec Tchernobyl il y a trente-quatre ans, plutôt qu’avec les subprimes il y a 12 ans maintenant.

L‘idée de comparer la crise du coronavirus et la crise des subprimes de 2008 comme le font beaucoup d’analystes économiques est sans doute une erreur. Si les effets économiques, financiers et sociaux risquent d‘être de même ampleur, la genèse et enchaînement des événements sont totalement différents. Les remèdes devront l’être aussi.

La crise des subprimes a été une crise endogène au système économique mondial, elle s’est déclenchée au départ par une crise de confiance dans le fonctionnement de certaines banques américaines écrasées par un excès de l’endettement immobilier. Les sociétés d’assurance-crédit ont fait défaut, des banques, dont une des plus grosses du monde, a fait faillite (Lehmann Brothers) et du coup, l’ensemble du système a perdu la confiance des agents économiques et s’est bloqué faute de liquidités. Le sang s’est arrêté de circuler, d’où la nécrose de secteurs industriels, d’où la récession. La crise a donc touché le secteur financier, puis le secteur industriel et a engendré une crise sociale. Cela à l‘échelle mondiale.

La crise du coronavirus est une crise exogène au système économique. Elle a été provoquée par l’apparition d’un virus de grippe inconnu jusqu’alors dans la province la plus industrielle de la Chine et notamment dans la ville de Wuhan. Une région où vivent et travaillent plus de 100 millions de Chinois dans des usines industrielles qui approvisionnent le monde entier. Cette région s’est arrêtée de fonctionner, les usines ont été fermées et les habitants se sont calfeutrés dans leurs maisons. Du coup, la circulation des biens s’est bloquée et les industries occidentales ont été touchées. La propagation du virus sur l’ensemble de la planète a alimenté une panique sur les marchés.

Le principal foyer d’infection reste en Chine avec le plus grand nombre de malades et de décès. Plus de 3000 en un mois.  Et tant qu’on n’aura pas réglé cette crise sanitaire, tant que le foyer chinois ne sera pas éteint, les effets économiques mondiaux vont continuer de s’aggraver.

Quand le gouverneur de la Banque de France, Mr Villeroy de Galhau, dit de façon lapidaire qu’on aura plus besoin de médecins que de banquiers centraux, il a évidemment raison. Mais les médecins ne suffiront pas.

Nous sommes devant un problème de santé, devant une crise sanitaire et les conséquences mondiales sur la vie économique, financière et sociale sont liées au manque de confiance que certaines populations accordent à leur gouvernement. Notamment dans les pays émergents. Particulièrement en Chine.

Dans les grandes démocraties occidentales, les populations ont confiance dans la solidité de leur système de santé à assumer et gérer cette crise sanitaire. C’est vrai en France, c’est un peu moins vrai en Italie mais en revanche, les populations n’ont absolument pas confiance dans la capacité de la gouvernance chinoise à éradiquer la source de cette catastrophe.

Le gouvernement chinois a menti dès le départ. Il a tardé à recueillir les informations, il a perdu presque un mois avant de prendre des dispositions assez radicales à grand renfort de communication. On se souvient de ces images montrant Xi Jinping annonçant que la Chine était capable de construire un hôpital en quinze jours et de confiner 50 millions d’habitants.

La réalité est que depuis le départ, cette affaire a montré l’état de faiblesse dans l’organisation du système chinois. La population chinoise, elle-même, sans doute, a pour la première fois pris conscience que le modèle chinois, dont on lui a toujours vanté l’efficacité, était incapable d’assurer la sécurité sanitaire. Et les Chinois comme les touristes savent très bien que l’état sanitaire et d’hygiène est lamentable.

Alors sous cet angle là, ce qui se passe en Chine rappelle un peu ce qui s’est passé en URSS au moment de la catastrophe de Tchernobyl. Quand la centrale nucléaire explose en Avril 1986, il y a presque 34 ans, la gouvernance de l’URSS, très centralisé va d’abord nier la gravité des faits, ensuite elle va refuser de traiter cette affaire comme autre chose qu’un simple incendie, l’appareil politique va refuser de reconnaître les défaillances techniques, les erreurs, refuser les aides occidentales et enfermer la zone avec des murs de silence. A tel point qu’à l’époque, de nombreux gouvernement annonçaient à leur population que les nuages de radio activité ne passaient pas les frontières. A tel point qu’encore aujourd’hui, on ne connaît pas le nombre exact de victimes. Les chiffres, selon les sources, vont de 3000 morts à plus de 100 000.

En 1986, le secrétaire général du parti communiste s’appelle Michael Gorbatchev. Il écrira plus tard dans ses mémoires que cette catastrophe de Tchernobyl a sans doute marqué le commencement de la fin du régime communiste incapable de générer et d’attirer des expertises pour protéger sa population. Gorbatchev devra gérer plus tard, la chute du mur de Berlin et la transformation de l’URSS et son démantèlement.

Tchernobyl a été une catastrophe épouvantable, et Tchernobyl a aussi complètement cassé la confiance du peuple dans son système politique, économique et surtout dans ses gouvernants et dans le parti communiste dont le crédit s’est épuisé.

Au Japon, la catastrophe nucléaire de Fukushima avait été gravissime, mais la démocratie japonaise et l’expertise technique ont fait que le système japonais a su gérer cette crise avec la collaboration internationale qui n’a pas été refusée, contrairement à ce qui s’était passé à Tchernobyl. 

La gouvernance chinoise est aujourd’hui dans une situation qui rappelle, un peu celle de la gouvernance soviétique à l’époque de Tchernobyl. Xi Jinping est un empereur qui réunit la totalité de tous les pouvoirs. Normalement, il est intouchable sauf que la Chine traverse une phase économique compliquée. La guerre commerciale que livre Donald Trump à la Chine commence à l’affaiblir. Pékin a besoin d’une croissance économique forte pour intégrer sa population et rattraper son retard dans l’investissement en équipements collectifs et sociaux : logement, santé, éducation. Sa promesse n’a pas été tenue.

Cette crise du coronavirus tombe au plus mauvais moment et révèle à une partie du peuple chinois que Pékin et la puissance du parti n’ont pas réussi l’objectif de base qui est de protéger les Chinois. Les opposants au régime que Xi Jinping avait éliminés vont forcément se réveiller. La puissance des réseaux sociaux fait qu’aujourd’hui, le régime ne peut plus étouffer les mauvaises nouvelles. La révolte de Hong Kong a montré qu’il y avait des ferments de résistance à l’Etat central.

Plus le régime chinois aura du mal à éliminer cette crise sanitaire, et plus il mettra du temps, moins il pourra compter sur la confiance de sa population et moins il pourra espérer une collaboration internationale.

Et tant que la gouvernance chinoise pensera qu’elle a plus besoin d’une banque centrale généreuse et d’une police forte pour maintenir l’ordre public, elle se trompera de sujet.

Le peuple de Chine a d’abord besoin de médecins, de médicaments et d’hôpitaux. Mais le monde entier aussi.

Pour aller plus loin sur Tchernobyl, cliquez ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 03/03/2020 - 20:35
A côté de la plaque
La Chine ,au prix d'efforts extraordinaires, est entrain de juguler l'épidémie.
Cela ne sera pas le cas des pays occidentaux, à moins que le coronavirus ne disparaisse miraculeusement au printemps .
Ces derniers n'ont pas assez d'autorité pour imposer les mesures draconiennes nécessaires, et pas les moyens non plus ( quand on a une dette supérieure au PIB, comme la France, ou un déficit budgétaire supérieur à 1000 milliards de dollars, comme les USA de Trump, on n'a pas les moyens de se permettre de mettre l'économie à l'arrêt).
Si il y a des régimes qui devraient ne plus être en place d'ici la fin de l'année, ce n'est pas celui Chinois.
Mais :
Trump, dont l'économie sera devenu le point faible quand on lui demandera des comptes sur ses coupes dans le budget de la santé, et pourquoi il a choisi de mettre l'économie américaine en position de vulnérabilté maximale en cumulant les exercices budgétaires avec un déficit de mille milliards.
La coalition en pouvoir en Italie, Salvini va revenir encore plus tôt que prévu.
Macron , quand les gens décideront que payer l'assurance maladie les yeux de la tête pour ne pas pouvoir en profiter quand ils en ont besoin , c'en est assez.