En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 11 heures 35 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 8 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 21 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 17 heures 47 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 23 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 19 heures 52 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 19 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 21 heures 34 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

Publié le 25 février 2020
De vulgaires thèmes "de droite" aux yeux d’un certain nombre de figures de la gauche en campagne qui semblent peu se soucier qu’ils figurent pourtant au premier rang des préoccupations exprimées par les électeurs dans les études d’opinion.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De vulgaires thèmes "de droite" aux yeux d’un certain nombre de figures de la gauche en campagne qui semblent peu se soucier qu’ils figurent pourtant au premier rang des préoccupations exprimées par les électeurs dans les études d’opinion.

Ah ces ploucs qui veulent un Paris qui fonctionne! ....

Il y a quelques années, l’Américain Richard Florida avait inventé la théorie des « classes créatives ». Elle consistait à convaincre les maires des grandes villes des Etats-Unis que plus ils attireraient sur leur territoires d’artistes, de startupers, de geeks, de financiers, de représentants de la nouvelle économie mais aussi plus ils favoriseraient le brassage ethnique et culturel et plus ils encourageraient l’individualisme sexuel, plus ils créeraient de richesse et relanceraient leur ville - éventuellement atteinte par la désindustrialisation. Qu’ils le sachent ou non, les maires des grandes villes européennes se sont largement inspirés de la théorie de Florida lorsqu’ils se sont lancés dans des politiques de « ville intelligente ». L’équipe d’Anne Hidalgo s’en est gargarisée. A preuve, un tweet récent de Jean-Louis Missika, adjoint au Maire en charge de l’innovation, qui commente ainsi la candidature d’Agnès Buzyn: « Adieu l’innovation, adieu le rayonnement international, et place à la capitale administrative réduite à un rôle de sous-préfecture ». Quelques heures plus tôt, Cédric Villani, grand scientifique et candidat lui aussi à la Mairie, ne cachait pas son dédain d’une « politique de droite » puisque Madame Buzyn a évoqué, après Rachida Dati et Serge Federbusch, la saleté et l’insécurité à Paris.  

Ce que Missika ou Villani ignorent certainement, victimes du phénomène typiquement européen qui consiste à copier les USA avec quinze ans de retard, c’est que Richard Florida a reconnu que sa théorie avait échoué à transformer les villes; ou plutôt les a transformées pour le pire. Il se faisait payer 35 000 dollars la conférence pour expliquer l’effet d’attractivité des « classes créatives ». Il se fait désormais payer 40 000 dollars la conférence pour expliquer pourquoi il s’est trompé.  

Attirées par des maires en mal de réputation et de rénovation de leurs centre-villes, les « classes créatives » ont provoqué une hausse des prix de l’immobilier, produit un effet d’éviction sur les classes populaires et créé involontairement de profonds clivages dans la géographie politique. L’élection de Donald Trump est largement due à la révolte des banlieues de classes moyennes méprisées et désavantagées en termes de circulation automobile ainsi qu’à l’abandon par le parti démocrate des classes populaires au profit des « classes créatives ».  

Transposée à Paris, la crise du modèle des « classes créatives » se lit facilement dans la campagne. Il a suffi qu’au rusé et pragmatique Bertrand Delanoë succède une politicienne arrogante et maladroite pour que la politique à la Florida se caricature elle-même. Du coup, Emmanuel Macron avait pensé pouvoir imposer un autre candidat des « classes créatives »; en fait, ils ont été deux, et même trois si l’on tient compte du fait que le premier candidat macronien officiel, Benjamin Grivaux, a explosé en vol, remplacé par Agnès Buzyn. Du coup, le camp de « l’innovation et du rayonnement international » est profondément divisé. En face, le parti du bon sens et du retour à une politique urbaine raisonnable est relativement dynamique, même s’il se cherche. Serge Federbusch et Rachida Dati auraient eu intérêt à faire alliance. Ils font campagne séparément, amenuisant les chances du retour à l’Hôtel de Ville d’une équipe de bon sens. Madame Dati a, cependant,  désormais des chances de se retrouver au second tour. Si elle gagne son pari d’être élue Maire, cela veut dire qu’elle aura réussi à réunir derrière sa candidature, en premier lieu, l’Ouest et le Nord de Paris, des Parisiens appartenant à l’ensemble de l’échelle sociale qui n’en peuvent plus des embouteillages, de la saleté, de la délinquance croissante. 

Le tweet de Missika montre en quelques mots comme une partie de la classe politique a complètement décroché du réel. Non seulement parce que son bilan est médiocre: la Ville de Paris a la chance d’avoir une des plus fortes densités académiques au monde. Mais le maire adjoint, en charge du secteur depuis des années, s’est montré incapable de penser ensemble innovation et universités. Cela a donné « station F », boîte à start-ups au lien ténu avec la recherche, d’un côté, et, de l’autre côté, des universités publiques de grande qualité, dont les campus ont été certes refaits mais sans véritable installation dans un espace partagé avec des investisseurs, de la R&D de grandes entreprises et des espaces d’incubation qui auraient permis de créer une « Paris Valley ». 

D’une manière générale, l’occasion que livrait le Brexit a été manquée, dans les grandes longueurs. Londres reste, de loin, une ville plus attractive que Paris. Certains invoqueront le fait que Paris est repassée devant Londres pour attirer les individus les plus fortunés. Mais l’attractivité d’une ville capitale, ce n’est pas d’abord le prix de l’immobilier dans les quartiers les plus huppés; c’est sa capacité à faire venir les meilleurs professeurs, les meilleurs étudiants, à attirer les sièges des grandes entreprises, les centres de décision financiers, les artistes les plus prestigieux. « Les classes créatives », me direz-vous? Oui, par surcroit, non pas comme objectif en soi mais comme développement naturel au sein d’une ville bien gérée, bien organisée, à la circulation fluide, à la propreté impeccable et animée d’une véritable démocratie urbaine. Pour tous les investisseurs potentiels, réfléchissant à se déplacer de Paris à Londres, le spectacle désolant des environs de la Gare du Nord a suffi à faire prendre une décision. Paris est devenu un village Potemkine à grande échelle, dont la tsarine, se fait fêter dans le monde entier comme un maire moderne alors qu’elle a plongé, par ses oukases brouillons, ses administrés dans la pollution des embouteillages, la prolifération des rats et la multiplication des violences. 

L’élément le plus flagrant dans la communication des candidats « smart », c’est qu’ils n’ont pas compris qu’une ville du futur, ce n’est pas simplement une ville où l’on interdit la voiture et où l’on prévoit de l’agriculture urbaine. C’est une ville pensée de façon systémique, intégrée, où transports, architecture, circulation, flux énergétiques, équipements numériques, infrastructures scolaires s’agrègent dans un tout organique. C’est une ville qui met la personne au centre au lieu de miser sur la seule technologie; une ville où l’ascension sociale est possible, grâce à une maîtrise des coûts de l’immobilier, et où l’on ne se contente pas, pour contrer la spéculation immobilière de faire de la discrimination positive par les logements sociaux. C’est une ville où l’on ait une véritable démocratie de quartier - pas simplement la simagrée de démocratie participative affichée sur des panneaux lumineux. La crise de notre démocratie ne se voit pas seulement au niveau national; elle se lit dans la crise de l’autre creuset historique de la participation populaire au décision, la ville, la municipalité. Les déclarations d’un Missika ou d’un Villani révèlent, plus ou moins consciemment que pour ces esprits qui se jugent éclairés, la menace des ploucs ne s’arrête pas aux frontières de l’Ile-de-france ni même au boulevard périphérique; elle est présente jusque dans Paris, elle assiège le coeur de la capitale. Chez Flaubert, les bien-pensants dénonçaient l’épaisseur bourgeoise; Hillary Clinton s’en est prise, en 2016, aux déplorables. Nos hommes politiques éthérés ont des vapeurs en pensant à tout ce bon sens populaire qui n’est, pour eux, qu’esprit étriqué, manque d’horizon, mesquinerie. Le problème est pourtant le même qu’au niveau national. Jusqu’à nouvel ordre nous sommes en démocratie, les gens votent. Et ils se préoccupent plus de l’état de leur immeuble, de son environnement, et du temps qu’ils placent à se déplacés, que de l’indice « global creative city +++ ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 26/02/2020 - 15:54
Dommage pour Griveaux !
Il avait tout compris ! Une bonne pignolle permet l'hygiène des bourses...
Ganesha
- 26/02/2020 - 12:21
Programme ?
Je constate que beaucoup de commentaires ci-dessous, y compris les miens, se basent essentiellement sur notre opinion d'ensemble sur les Ripoux-Blicains, ou du moins, sur la personnalité et les antécédents de Rachida Dati.
Les citoyens qui voteront à Paris auront la possibilité d'évaluer le programme des candidats lors d'un débat sur BFMTV, début Mars.
Et... essayer de deviner leur volonté réelle de l'appliquer !
Gastoch
- 26/02/2020 - 08:08
C'est Rachida & Serge qu'il nous faut
La démocratie c'est l'alternance. La seule alternance possible à en 2020 s'appelle Rachida maire de Paris, avec Serge Federbusch, contre les pastèques vautrés depuis trop longtemps dans la facilité à crédit. En outre, Buzyn le sait: Rachida est bien plus utile et larem-compatible que Hildingo et ses pastèques épuisés par l'entre-soi et la grandiloquence.