En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 8 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 17 heures 45 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 19 heures 44 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 21 heures 33 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 7 heures 50 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 16 heures 55 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 21 heures 3 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 10 heures
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Le gaullisme politique : les orphelins de Charles de Gaulle face à la mythologie du Général

Publié le 15 février 2020
Denis Tillinac publie le "Dictionnaire amoureux du Général" chez Plon. Charles de Gaulle a imaginé le roman de sa vie et l'a imposé sur le théâtre tragique de l'Histoire en amoureux d'une France qui aujourd'hui encore lui doit presque tout. Denis Tillinac a voulu honorer sa dette en érigeant au Général le tombeau qu'il mérite. Extrait 1/2.
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac publie le "Dictionnaire amoureux du Général" chez Plon. Charles de Gaulle a imaginé le roman de sa vie et l'a imposé sur le théâtre tragique de l'Histoire en amoureux d'une France qui aujourd'hui encore lui doit presque tout. Denis Tillinac a voulu honorer sa dette en érigeant au Général le tombeau qu'il mérite. Extrait 1/2.

Et maintenant, que peut-il advenir des orphelins de la « princesse » et de son amant de cœur ? « De Gaulle est mort, la France est veuve » : j’étais étudiant quand Pompidou annonça la nouvelle à la télévision. « Venu trop tard dans un monde trop vieux », je n’ai rencontré que quelques témoins du gaullisme de la haute époque – Messmer, Galley, Jullian, Clostermann, Triboulet, Guéna, Bénouville, Foccart, Chaban-Delmas, Dupuy, Baumel, Neuwirth. Il fallait de l’imagination pour restituer à ces grands notables leur jeunesse aventureuse à l’enseigne de la croix de Lorraine. Aux obsèques d’Yves Guéna, dans la cour d’Honneur des Invalides, je côtoyais des anciens de la 2e DB en uniforme, la poitrine constellée de décorations : survivants ultimes – et très âgés – d’une geste que j’ai apprise dans les livres. 

La première fois que je suis entré dans le bureau du Général, peu de jours après l’élection de Chirac en 1995, mon émotion fut brève. L’Histoire avait déserté ce palais depuis belle lurette, et ce bureau a hébergé trop de présidents dont les noms sont tombés dans l’oubli. Le peu de verdure que l’on voit des fenêtres, les murs qui l’emprisonnent inspirent des envies d’évasion. 

Le Général n’était pas un président, engeance ordinaire : même aujourd’hui, les postgaullistes en charge de sa mémoire disent « le Général », façon de cultiver un entre-soi de sectateurs d’une même confrérie. « Monsieur le Président », c’est pour les autres. Tous les autres. J’aurais préféré qu’il installât sa Ve République sous le donjon de Vincennes comme il en fut question. Le voisinage de Saint Louis eût mieux convenu au personnage que ceux de la Pompadour, de Caroline Murat ou de Mme Steinheil, la copine de Félix Faure. C’est au rez-de-chaussée de l’Élysée que Napoléon signa sa dernière abdication. C’est de l’Élysée aussi que partit la dernière dépêche officielle, le 27 avril 1969 : « Je cesse d’exercer mes fonctions. Cette décision prend effet demain à midi. » 

Chirac m’a accordé sa confiance et son amitié ; je m’en honore. Mais bien qu’ayant été ministre du Général pendant deux ans – 1967-1969 –, il a pris son envol sous la houlette de Pompidou. Comme Balladur, Pasqua, Charbonnel, Peyrefitte, Pons, Mazeaud, Juillet ou Godfrain, pour citer des gaullistes de la dernière génération que j’ai eu la chance de fréquenter. Parmi tant de souvenirs, mes déjeuners en tête à tête avec Marie-France Garaud, quai Anatole-France, auront été de belles plages de nostalgie. 

Du temps où Chirac habitait l’Élysée, lors de son premier mandat (1995-2002) on voyait encore des photos du Général debout et casqué sur son char à Montcornet, de Malraux en colonel Berger avec son béret et sa cigarette, dans les locaux du RPR à l’Assemblée. Le RPR était une bouture approximative et hors saison du RPF, incidente avortée mais romanesque de la légende. Il en restait comme un arrière-goût. C’était mieux que rien. On a fondu le RPR dans une droite informe et insipide, un brouet mal assaisonné de la CDU allemande et des tories anglais ; le postgaullisme ne pouvait qu’y laisser ses  dernières plumes. Le vent de l’oubli les a dispersées. 

De quel bois les orphelins de ma sorte peuvent-ils se réchauffer ? Le gaullisme ne saurait sans abus de propriété se réclamer d’une doctrine. La dignité de l’État, la souveraineté et la grandeur de la France ne sont pas les articles d’un catéchisme. L’appel du 18 Juin et ses suites relèvent de la chanson de geste et du roman de cape et d’épée, quelquefois du roman d’espionnage, sans la pollution d’une idéologie. Il faut le répéter, le Général a séduit, puis déçu, la droite, la gauche, les centres et les ultras. 

Le ressort de la mythologie gaullienne tient à sa relation à l’Histoire longue, l’Histoire lourde, comme on dit d’une certaine artillerie, celle qui infléchit le destin des peuples. Le gaullisme est un romantisme, avec sa part de tragédie : car les héros du romantisme meurent et leurs égéries se morfondent dans une solitude sans remède. 

Le gaullisme est un mot de passe entre irréguliers que l’air du temps indispose – un veto du cœur ou des tripes au fatum, un antidote à la chute dans le temps. À ce titre, il est indémodable. L’honneur exalté, la France idéalisée, une approche à la fois sacrificielle et empanachée de l’action, voilà ce qu’il propose aux enfants paumés d’un pays présentement sans phares ni boussoles. Moi parmi tant d’autres. 

Le gaullisme est une nostalgie, mais pas stérile car recélant la vertu de rameuter les âges de l’Histoire pour tirer du simple patriotisme la matière d’un universalisme. En quoi il échappe à cette pathologie infantile ou sénile : le nationalisme. Tous les « ismes » sont mortifères, et le Général, dans ses jeunes années, a su s’immuniser contre leurs poisons. Ce ne fut pas le moindre de ses mérites quand tant d’esprits distingués et de belles plumes se sont fourvoyés dans la défense et illustration de Staline ou de Hitler.

La légende des origines – le 18 juin 1940 – est née dans les convulsions de l’Histoire. C’était la guerre, il fallait faire un choix, et s’y tenir. En temps de paix, la posture gaullienne oppose une récusation, idéaliste si l’on veut, irrationnelle même, à l’ordre régi par la rationalité des économistes, des techniciens et des sociologues. Certes, mieux vaut un pays prospère que démuni, et dans ce monde « mécanique » que le Général aimait aussi peu que Bernanos, la France ne peut pas se fixer comme but de devenir un jardin d’Arcadie, sauf à prendre congé de l’Histoire. C’est pourquoi il l’a mise sur les rails d’un « progrès » qu’il ne confondait pas avec la civilisation. Mais, au fond, qu’elle soit la huitième puissance économique mondiale ou la quinzième, peu nous chaut ! Qui s’intéresse au coureur qui a terminé le Tour de France à la huitième place ? On se souvient de Bobet, d’Anquetil, de Hinault, à la rigueur de Poulidor parce qu’il terminait deuxième, loin devant le peloton. 

Le gaulliste est l’amoureux transi d’une France belle et altière – et il ne lui déplaît pas qu’au bal des nations elle virevolte en solo. Dans ses moments de grâce, elle était toujours seule contre des coalisés, toujours les mêmes, d’ailleurs, depuis Bouvines. 

Je suis d’une génération où les marxistes invoquaient la Russie des soviets, la Chine de Mao ou le Cuba de Castro ; les socialistes, le modèle suédois ; les libéraux, le modèle américain. Pour l’heure, les « raisonnables » voudraient nous convertir au droit anglo-saxon et à la moraline scandinave. La déraison gaulliste s’inscrit en faux contre ce mimétisme ; à son aune la France n’a ses raisons d’être qu’en invoquant sa propre symbolique, puisée dans sa propre mémoire.

Nous autres, les orphelins, quel autre recours contre la passivité voyeuriste dans laquelle on veut nous encager que de pérenniser le songe gaullien en ressuscitant l’esprit de chevalerie ? Quelle autre issue à l’indifférenciation qui anesthésie les esprits, au nihilisme qui assèche les âmes ? Quel autre contrepoison au mercantilisme fou que par abus de langage et anachronisme grossier on qualifie indûment de « civilisation occidentale » ? Les figures du Cid de Corneille, des mousquetaires de Dumas et du Cyrano de Rostand se sont accolées miraculeusement dans l’héroïsme gaullien ; il nous incombe d’inventer une nouvelle synthèse. Tout compte fait, nous sommes orphelins sans doute, mais pas sans héritage.

Extrait du livre de Denis Tillinac, "Dictionnaire amoureux du Général", publié chez Plon

Lien vers la boutique : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires