En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 5 heures 4 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 6 heures 19 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 7 heures 37 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 7 heures 15 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 10 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 10 heures 39 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 6 heures 7 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 3 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 7 heures 35 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 10 heures 16 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 10 heures 44 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
Atlantico Business

Christine Lagarde persiste et signe dans son ambition de révolutionner l’action de la BCE

Publié le 06 février 2020
Recevant le grand prix de l’économie décernée par les Echos, Christine Lagarde en profite pour confirmer son ambition de changer la stratégie de la Banque Centrale Européenne.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Recevant le grand prix de l’économie décernée par les Echos, Christine Lagarde en profite pour confirmer son ambition de changer la stratégie de la Banque Centrale Européenne.

« La chouette », c’est comme ça qu’on l’appelle en Allemagne. La chouette n’arrête pas de surprendre son monde. Christine Lagarde est étonnante.

Quand elle est arrivée à la Banque centrale européenne venant du FMI, fin d’année dernière, elle a été plutôt bien accueillie par le monde politique comme par la finance européenne. Elle avait l’image d’une femme intelligente, habile à gérer des situations ou des intérêts parfois contradictoires, avec une carrière remarquable et un parcours sans faute. Sa formation d’avocate internationale lui a permis de se faire respecter par les milieux politiques occidentaux comme par les milieux d’affaires internationaux.

Alors, les dirigeants européens n’étaient pas euphoriques à son arrivée, mais pas décontenancés. La vérité, c’est qu’ils avaient tout imaginé sauf elle.  Certains notaient qu'elle n’avait pas de formation d’économiste, ni d’expérience bancaire, ce qui, de façon très cynique, pouvait aussi leur rendre service en réservant à ces experts un peu arrogants le vrai pouvoir de la banque.

D’autres avaient confiance dans sa capacité à concilier ceux qui, en Europe, plaident pour un interventionnisme de la Banque centrale en faveur de l‘économie, comme son prédécesseur Mario Draghi et ceux qui du côté allemand sont plutôt partisans de l’orthodoxie.

En fait, Mario Draghi avait, avant son départ, confirmé tous les outils monétaires qui devaient être mis en œuvre dans la continuité de ce qu'il avait pratiqué, non sans succès. Les taux bas, le rachat de créances, bref le soutien au système bancaire, ce qui avait permis à la zone euro de sortir du piège de la crise . Alors cela n’a pas été du gout de tout le monde, mais le maintien de cette politique de soutien portait ses fruits donc il n’était pas question de bouleverser la trajectoire.

Il restait donc à Christine Lagarde de rentrer dans le costume de présidente qui lui avait été laissé et de protéger une certaine sérénité des rapports de la gouvernance, entre les colombes c’est-à-dire les latins partisans de la planche à billets et les faucons, les allemands conservateurs, gardiens de l’orthodoxie et de la neutralité monétaire.

Et Christine Lagarde, qui a parfaitement intégré la problématique, avait d’ailleurs eu la malice d’arborer le premier jour de son arrivée une petite chouette dorée qu‘elle avait épinglé à sa veste. Pour elle, cette chouette était le totem de son attitude faite de sagesse et de prudence. La chouette parle peu et vole en hauteur au-dessus des détails du monde. Les experts étaient rassurés.

Sauf que très vite, elle affirme son projet d’avoir son propre discours et sa propre stratégie. L’insistance avec laquelle elle rappelle qu‘elle s’appuiera sur les experts de la BCE et le Conseil des gouverneurs rassurent beaucoup dans la forme et dans le fond.

Sauf que son habileté à gérer les egos européens ne l’empêche pas de distiller autre chose que de l’eau tiède. Peu à peu, jour après jour, elle précise son ambition. Et son ambition aujourd'hui commence à être prise au sérieux et à susciter autant d’intérêt que de critiques. Parce que c’est original mais c’est aussi assez transgressif.

En clair, Christine Lagarde propose de réaliser avant la fin de l’année une revue stratégique de la BCE. Bref, il s’agit pour elle de revisiter les objectifs et les moyens de la BCE. Alors elle ne fait pas seulement qu’annoncer ce qui pourrait être un grand débat en Europe, elle en donne les lignes directrices.

Son discours est assez clair, en substance, elle explique que la Banque Centrale, au-delà de sa mission habituelle, doit pouvoir intervenir dans la lutte contre le réchauffement climatique, dans la transition énergétique incontournable, dans les efforts de solidarité et d‘équilibre social et la Banque centrale européenne doit être à l’écoute des citoyens.

Intéressant, mais très transgressif par rapport à ce pourquoi la Banque centrale a été créée.

Le discours n’est pas partisan mais il est très politique dans la mesure où elle aborde des questions politiques : le climat, les inégalités etc. Du coup, elle fait écho à des préoccupations très populaires et en recueille le fruit auprès de l’opinion mais risque de mettre en porte-à-faux les dirigeants politiques. Les vrais. Christine Lagarde n’a pas la légitimité pour tenir ce genre de discours. Elle ne provient pas du suffrage universel, elle est nommée, indépendante et tenue de respecter un statut.

La position de Christine Lagarde est très intéressante mais elle est « out of the box », c’est à dire en dehors des objectifs statutaires de la banque centrale.

La BCE est indépendante des pouvoirs politiques, pour garantir cette indépendance. Elle a des objectifs précis et un règlement de fonctionnement aussi précis. La BCE a pour objectif de veiller à la stabilité des prix, pas d’inflation (supérieure à la croissance), ce qui veut dire que la BCE surveille les conditions monétaires, la stabilité des banques, surveille les taux de défaut des banques.

La BCE n’a pas pour vocation à lutter pour le climat. Elle doit veiller à ce que les politiques menées par l’Union européenne n‘entrainent pas de risques financiers ingérables.

Elle doit veiller à ce que les politiques aient des financements équilibrés et que les Etats de l’Union ne remettent pas en cause la stabilité monétaire qui serait systémique.

Mario Draghi avait trouvé une ligne qui avait donné des résultats. Mario Draghi ne se permettait jamais un avis sur les dossiers nationaux de politique économique, mais sa politique monétaire était très border-line. La distribution de liquidités par le rachat de créances venait à compléter les financements budgétaires des Etats quand ces Etats étaient coincés par le ratio d’endettement. A la limite, la générosité de la BCE a évidemment sauvé des banques de la faillite et surtout dispensé certains gouvernements (dont celui de la France) de faire des efforts de rééquilibrage budgétaire.

Pourquoi faire une politique de rigueur quand on peut emprunter à taux zéro ou négatif ?

Christine Lagarde brise l’hypocrisie en invitant la banque centrale à prendre en charge des financements de long terme que les Etats ne peuvent plus prendre.

Alors ce discours n’est pas mal accueilli. Il suscite même beaucoup d’intérêt et pour cause. En interne, elle écoute ses collaborateurs. En externe, les dirigeants politiques ne peuvent pas être insensibles à une stratégie qui leur donnerait plus de moyens pour financer les grandes mutations et surtout pour continuer à soutenir les économies. Même en Allemagne, où la classe politique est très fracturée, où les écologistes font pression pour accélérer une mutation qui a beaucoup tardé, Angela Merkel protège Christine Lagarde des sarcasmes de ses faucons qui n’aiment guère « l’espèce des chouettes ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 08/02/2020 - 10:32
la BCE lutterait contre le RC ??
on croit rêver... si c ça la révolution Lagarde, nous sommes mal barrés.
Cela n'a rien à faire avec le mandat de la BCE qui devrait s'attacher à réduire la taille de son bilan au lieu d'envisager le financement d'éoliennes improductives.

D'autant plus inquiétant qu'une dirigeante de ce niveau croit à la fable du RC d'origine anthropique ! elle n'a rien lu sur le sujet visiblement ...
Pourtant c facile à trouver si l'on cherche un peu. entre autres: "climato-realistes. fr"
clo-ette
- 06/02/2020 - 17:46
Inquiétant
ce que dit Christine Lagarde !
tatouzou
- 06/02/2020 - 15:06
Les activistes du climat ont maintenant une alliée de plus!
Alors que les peuples sont méfiants vis à vis de l'omniprésence du discours anti CO2 pour justifier toujours plus de taxes et d'interdits, nous apprenons maintenant que l'objectif climatique est en train de polluer le fonctionnement des banques centrales.
Cet écho aux ambitions de la commission en faveur de la finance verte augure mal de l'avenir de notre compétitivité et de nos emplois.