En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 12 min 49 sec
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 4 heures 39 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 7 heures 20 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 12 heures 49 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 1 heure 8 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 4 heures 7 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 7 heures 10 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 7 heures 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 13 heures 1 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Tribune

Loi bioéthique, l’impossible compromis

Publié le 03 février 2020
Une tribune de Laurence Trochu, la présidente de Sens Commun, à l’occasion du vote par le Sénat du projet de loi bioéthique.
Laurence Trochu est présidente du Mouvement Conservateur Sens Commun, Conseiller départemental des Yvelines, membre du Bureau politique Les Républicains.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Trochu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Trochu est présidente du Mouvement Conservateur Sens Commun, Conseiller départemental des Yvelines, membre du Bureau politique Les Républicains.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Laurence Trochu, la présidente de Sens Commun, à l’occasion du vote par le Sénat du projet de loi bioéthique.

Actuellement discutée au Sénat avant son vote solennel le 4 février, puis une deuxième lecture à l’Assemblée Nationale, la loi de bioéthique a été modifiée mais, entre tentatives d’améliorations, réels progrès et terribles aggravations, l’esprit du texte ne change pas fondamentalement. Les Sages sont à la recherche d’une via media et de conciliations entre des propositions à caractère divergent, voire contradictoire. Sur des sujets aussi graves qui touchent à la conception même de l’homme, une philosophie du milieu, chère à Paul Ricoeur, le philosophe dont Emmanuel Macron se réclame, est-elle possible ? 

Dans un compromis, il s’agit de se mettre d’accord pour « faire avec » nos différends. Rude défi en bioéthique puisque le compromis pointe l’absence d’un ordre et de normes reconnus par tous. Les législateurs se lancent donc à la recherche d’un point d’équilibre et le compromis se révèle comme l’autre nom du « en même temps ». 

Ainsi, dans l’article 1 portant sur la PMA sans père, la mention « nul n’a le droit à un enfant » fait consensus et s’accommode curieusement de l’adoption de l’article permettant à toutes les femmes de satisfaire leur désir d’enfant. De même, le critère d’infertilité médicale a été réintroduit pour les couples homme-femme mais la mesure d’instauration d’un plan national infertilité a été rejetée, alors que c’est un enjeu sanitaire capital. En outre, si la levée de l’anonymat du donneur de gamètes a été confirmée, elle ne sera pas effective au moment du don, mais seulement lorsque l’enfant en fera la demande et si le donneur le veut bien. 

C’est avec la même logique consensuelle qu’a été abordée la question relative à la GPA. L’interdiction de la retranscription à l’état civil des enfants nés de GPA à l’étranger a été maintenue tout en autorisant la retranscription des jugements d’adoption et sans se soucier de la grave injustice que cela constitue.

Nous sommes là à l’intersection du politique et de l’éthique, dans un monde où il n’est plus question de subordonner l’un à l’autre au risque d’avoir une approche moralisante du problème que l’ère de la post-vérité ne saurait tolérer. Les propos tenus par la garde des Sceaux Nicole Belloubet pour rejeter le principe de précaution en sont le reflet : « Le principe de précaution est à la fois un système d’évaluation et la mise en place de mesures proportionnées et provisoires en cas d’atteinte grave et irréversible. Or en matière de bioéthique je pense que nous nous interrogerions à l’infini sur ce qui est une atteinte grave et irréversible, nous aurions ici une difficulté. »

Le compromis a certes le mérite de rendre les uns et les autres sensibles aux valeurs d’un autre monde, et créé ainsi les conditions pour une reconnaissance mutuelle qui rend possible la discussion comme condition de l’exercice démocratique. Entre conviction et argumentation, certains Sénateurs nous donnent à voir ce que le philosophe américain John Rawls appelle « des convictions bien pesées » tandis que d’autres trouvent refuge dans une abstention censée parvenir à la coexistence pacifique d’idées contradictoires. Lors du vote solennel le 4 février prochain, c’est en réalité sur la possibilité même du compromis que se prononceront les Sénateurs.  

« Dans le compromis, nous dit Ricoeur, chacun reste à sa place et personne n’est dépouillé de son ordre de justification ». Se révèle pourtant, dans les débats bioéthiques, le choc de deux visions du monde et de l’homme qui aboutissent à des choix politiques irréconciliables. Quelle conception de l’homme et de la société les sous-tend et inspire le vote ?

Multiculturaliste, transhumaniste, post-nationale : la ligne des progressistes de tous bords est claire et repose sur la conception d’une humanité déracinée, augmentée, mondialisée. Ce n’est donc pas seulement l’intersection entre l’éthique et le politique qui est en jeu et Ricoeur avait d’ailleurs saisi l’intrusion de l’économie. Elle s’immisce ici en tolérant la marchandisation du corps. L’inévitable pénurie de gamètes qui suivra la PMA pour toutes renforcera l’ignoble business de la procréation qui prospère déjà au mépris de la loi en vigueur. Dans une économie mondialisée, on trouve en un clic sur internet des banques de sperme qui vous invitent à créer un compte en tant que « client privé » pour sélectionner les caractéristiques du donneur selon les critères que vous voulez retrouver dans les traits de votre bébé sur mesure. Et le panier dans lequel vous mettez votre « produit » n’est rien d’autre qu’une poussette !

Les dernières digues menacent de s’effondrer. Les Sénateurs en ont préservé de solides, en refusant notamment la modification génétique des embryons à des fins de recherche ainsi que les embryons chimériques ou encore l’eugénisme du dépistage préimplantatoire recherchant des anomalies chromosomiques chez les embryons. Mais s’ils se satisfont d’un compromis qui se traduirait par l’abstention, au motif que le texte est finalement moins pire que le projet initial, alors ils glisseront de la tentative d’une impossible conciliation à la compromission sur des principes fondamentaux. L’enjeu de ce vote est de taille : « Si les hommes sont à la recherche d’une entente à n’importe quel prix, ils renoncent à se demander ce qui est juste ; et s’ils renoncent à une telle question ils renoncent à être hommes », avertit Myriam Revault d’Allonnes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

07.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Thierry59
- 05/02/2020 - 17:21
Loi bioéthique, l’impossible compromis
Belle synthèse. Mais comment aller plus loin ? Cette loi est un compromis "impossible" entre deux mondes, celui des "progressistes" (cf. multiculturalistes, transhumanistes, post-nationaux ) et celui des "conservateurs", qui 1) restent attachés à leur culture sans dénigrer celle des autres, 2) sont respectueux des limites imposées par leur humanité car ils ne veulent pas devenir inhumains et 3) savent que les nations délimitées par des frontières sont importantes pour permettre l'épanouissement des peuples, organismes vivants. Le rapport de force politique semble, à ce jour, en faveur des "progressistes". Une piste pour inverser ce rapport de force serait de revenir à l'origine de la philosophie libérale. Selon Jean-Claude Michéa (cf. " Le loup dans la bergerie"), le libéralisme philosophique trouve sa source, du moins en France, dans les guerres de religion qui ont convaincu les intellectuels des époques suivantes qu'il était impossible de s'entendre sur un "bien commun", mais que, quand on parle "argent", tout le monde est d'accord. Seul le "doux commerce" pourra créer l'harmonie entre les hommes !
Faisons donc vite progresser l'oecuménisme, écologie humaine incluse...
cmjdb
- 03/02/2020 - 13:36
BIOETHIQUE
Depuis quand la "déviance" serait un "progressisme" ?