En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 10 heures 6 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 11 heures 38 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 13 heures 31 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 12 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 11 heures 8 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 13 heures 6 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 13 heures 56 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 15 heures 50 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 19 heures 2 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 13 heures
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Culture économique

Cette fièvre anti-libérale qui pollue la droite française

Publié le 02 février 2020
Du côté des LR, la volonté de se distinguer d’Emmanuel Macron et un certain déficit de culture économique poussent à la confusion grandissante et la critique nécessaire des excès du capitalisme financiarisé et le soutien tout aussi nécessaire à la liberté d’entreprendre et de commerce.
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du côté des LR, la volonté de se distinguer d’Emmanuel Macron et un certain déficit de culture économique poussent à la confusion grandissante et la critique nécessaire des excès du capitalisme financiarisé et le soutien tout aussi nécessaire à la liberté d’entreprendre et de commerce.

Atlantico.fr : Guillaume Peltier était à Saint-Quentin, dans l'Aisne, le 25 janvier dernier pour débattre avec des militants LR autour de son dernier lire "Milieu de cordée". Une réunion, à laquelle Xavier Bertrand, qui a quitté LR en 2017 était présent. Si sa présence a pu surprendre, son enthousiasme face au livre du numéro 2 de LR étonne aussi.

Guillaume Peltier défend une droite qui serait moins libérale et opposée à un certain type de capitalisme qui selon lui promeut le profit par-dessus tout, la spéculation et les délocalisations sauvages. Xavier Bertrand symbolise quant à lui une droite plus sociale. Leur rencontre et leur alignement sur une pensée -sur certains points au moins- similaire marque-t-elle la montée d'une droite qui serait plus anti-libérale, plus anti-capitaliste ?

Frédéric Mas : On peut reconnaître à M. Peltier de la constance dans l’engagement. Son antilibéralisme le suit depuis ses premiers engagements au sein des courants les plus conservateurs, pour parler par euphémisme, de la droite française jusqu’à maintenant. Ce qui peut étonner, c’est qu’aujourd’hui l’ancien traditionaliste se rapproche de celui qui hier claquait la porte de l’UMP suite à l’élection jugée « trop droitière » de Laurent Wauquiez à la tête de la formation de centre-droit.  

La convergence « sociale » des deux ténors de la droite d’aujourd’hui me semble donc d’abord tactique. Ce sont deux élus locaux implantés dans des circonscriptions du monde rural, durement touché par les aléas de la mondialisation économique. Exprimer sa solidarité à l’endroit des « perdants de la mondialisation » plutôt que du côté des gagnants, dans de telles circonstances, est électoralement plus porteur.

Ensuite, se dire aujourd’hui « antilibéral » à droite comme à gauche, c’est surtout se dire anti-Macron. Le président de la république, étiqueté ultralibéral, bien qu’il soit plus une sorte de rocardien réformiste, est aujourd’hui la cible de toutes les contestations et haines politiques. Politiquement, il serait suicidaire de vouloir être associé à un personnage si détesté. Même les candidats de la République en Marche se sont mis d’accord pour ne pas candidater sous leurs propres couleurs.

Alors que la droite a toujours été plutôt libérale, soutenant la liberté d'entreprendre ou encore allégeant les taxes pour les entreprises, d'où vient cette volonté de s'aventurer sur un terrain qui est traditionnellement celui de la gauche ? Est-ce une forme de populisme apparu en réaction directe à l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, et à la nécessité pour la droite, si elle veut continuer à exister, de se réinventer ? 

Le problème du centre-droit en France est un problème d’identité : son aile centriste a été siphonnée par la majorité présidentielle, et son aile droite se fait débaucher par le rassemblement national. Dans les deux cas, l’extrême droite lepéniste et le centrisme macronien réussissent à mieux occuper les créneaux traditionnellement défendus par la droite modérée, c’est-à-dire la demande d’ordre et de sécurité d’un côté et la compétence économique de l’autre. Notons au passage que si le centre-droit est souvent apparu comme un gestionnaire compétent -à mon avis à tort- comparé à la gauche, il n’a jamais véritablement embrassé l’esprit du libéralisme. Le dernier livre de Pascal Salin sur le « Vrai libéralisme » nous offre un témoignage indispensable sur le sujet.

Quelle place disponible reste-t-il sur l’échiquier politique si le national-populisme et le centrisme macronien occupent le terrain ? Messieurs Peltier et Bertrand semblent penser que le créneau social-démocrate abandonné par un parti socialiste devenu moribond pourrait redonner du lustre au champion LR. Il ne s’agit pas vraiment d’une nouveauté, et l’initiative pointe une fois encore l’incapacité qu’ont la droite comme l’extrême-droite de trouver des idées originales qui ne soient pas de simples copiés-collés de celles de ses adversaires d’hier. Après Marine Le Pen qui défend le programme commun de 1981, voilà des élus de droite qui regardent le mitterrandisme avec les yeux de Chimène. Ce n’est pas vraiment une réinvention.

Une telle forme d'anti-libéralisme de droite peut-il séduire une part de l'électorat français ? A-t-il sa place ? 

La rhétorique antilibérale peut séduire l’électorat jusqu’à un certain point, celui de l’expérience concrète de la fin de la liberté individuelle et de la banqueroute.

Les démagogues qui promettent plus d’argent public alors que les caisses sont vides, l’Etat endetté à hauteur de 98% du Pib et les classes moyennes fiscalement lessivées, plus d’autorité alors qu’ils ont été incapables de s’élever contre l’hyperprésidentialisation du régime, et plus de sécurité après vingt ans de régression dans le domaine des libertés fondamentales au nom de la lutte contre le terrorisme, bénéficient d’un crédit aujourd’hui intact. Ces idées ont donc toutes leurs chances dans la compétition électorale.

Espérons donc que cet « antilibéralisme de droite » soit aussi sérieux que l’empilement de promesses programmatiques du centre-droit de ces 40 dernières années, les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent, pour paraphraser un ancien président du conseil sous la quatrième république.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/02/2020 - 06:03
Apolline de Malherbe
Sur BFMTV, Marine Le Pen s'est retrouvée devant une journaliste en pleine crise d'hystérie !
Sous l'effet de la cocaine ?
L'émission s'est interrompue brutalement, comme-ci un incident était survenu sur le plateau.
Marine a brillament répondu à la ''tarte à la crème'' habituelle sur le ''débat raté''.
En 2017, elle n'a fait que prédire précisement la façon démentielle que Macron allait montrer dans le gouvernement de la France.
Liberte5
- 02/02/2020 - 22:56
Ce que l'on appelle la droite, n'a jamais été libérale.
Chirac avait même dit que le libéralisme était plus dangereux que le communisme. Il faut oser! RPR, UMP et maintenant LR sont étatistes. Le libéralisme ils ne connaissent pas . Seul libéral A. Madelin. Quant à G. Peltier il est le triomphe de l'incompétence. Ce type est nul. En économie, il n'y comprend rien et les autres pas grand chose.
Ganesha
- 02/02/2020 - 15:13
Dimanche 21h BFMTV
Ce dimanche 2 Février, à 21h, sur BFMTV, Marine Le Pen parlera avec des journalistes, et présentera son projet politique.