En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 15 min 12 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 59 min 3 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 18 min
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 2 heures 32 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 16 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 17 heures 54 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 41 min 23 sec
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 1 heure 40 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 15 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 15 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 16 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 19 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 21 heures 12 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Conférence de financement

Retraites : cette victoire à la Pyrrhus qui se profile de plus en plus pour le gouvernement

Publié le 30 janvier 2020
Avec Luc Rouban
Le Premier ministre Edouard Philippe lance ce jeudi de nouvelles discussions avec les syndicats dans le cadre du financement pour la réforme des retraites. Sur le front social, le gouvernement semble avoir remporté une victoire à la Pyrrhus face aux syndicats.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre Edouard Philippe lance ce jeudi de nouvelles discussions avec les syndicats dans le cadre du financement pour la réforme des retraites. Sur le front social, le gouvernement semble avoir remporté une victoire à la Pyrrhus face aux syndicats.
Avec Luc Rouban

Atlantico.fr : À l’ouverture de la conférence de financement de la réforme des retraites, le gouvernement semble avoir pris le dessus sur la contestation syndicale. Mais l’exécutif aura laissé des plumes dans le combat social. Peut-on parler d’une victoire à la Pyrrhus?

Luc Rouban : Le terme est approprié en effet. Avec une majorité absolue à l’Assemblée Nationale, la conclusion est déjà connue. La réforme passera. Mais le gouvernement a perdu beaucoup dans la bataille. Sur la forme, cette réforme nourrit de grandes incertitudes sur sa mise en oeuvre. Son application sera faite contre l’avis du Conseil d’Etat et de nombreux experts en économie restent dubitatifs quant à son efficacité réelle. Ces doutes ne sont pas pour atténuer la contestation, notamment chez les avocats, qui représentent une bonne partie de l’électorat d’Emmanuel Macron.

Sur le fond, cette réforme a cristallisé toutes les oppositions au macronisme, allant jusqu’à créer des divisions au sein même de la majorité à l’Assemblée. Cette réforme implique une vision de société qui en dépasse le cadre. Le projet de société ultra-libérale, ayant dépassé les clivages gauche-droite n’a pas pris auprès des Français, qui conservent une lecture traditionnelle du spectre politique, et vient ancrer Emmanuel Macron à droite jusqu’à la fin de son quinquennat. Ce glissement définitif vers sa droite vient effriter son électorat venu du Parti Socialiste, qui a permis son passage au deuxième tour lors des présidentielles de 2017, en rompant le pacte initial établit lors de sa campagne où il promettant des mesures sociales. De plus, la mauvaise gestion de la réforme, tant sur sa mise en place que sur sa communication, offre à la droite la possibilité de se reconstruire autour d’un projet à la Chirac, centré sur le gaullisme social.

Quelles pourraient être les conséquences d’une réforme d’une telle ampleur sur les élections présidentielles de 2022?

Cette réforme a considérablement fragilisé le gouvernement, et écorné l’image d’Emmanuel Macron. En remettant en cause les différents systèmes corporatifs, l’exécutif a généré une anxiété au sein des différents groupe professionnels qui s’interrogent sur leur avenir. C’est un effet de domino qui aura un impact durable dans l’esprit des Français et nécessairement sur les prochaines élections nationales. Même si la remise en cause de l’Etat Providence n’est pas actée, la brutalité de l’exécution des réformes a laissé un traumatisme qui risque d’empêcher Emmanuel Macron de réussir sa réélection en 2020, notamment en le faisant entrer dès aujourd’hui en concurrence directe avec une droite en reconstruction.

LREM peut-il redresser la barre et reconquérir les Français?

Aujourd’hui cela me semble compliqué. En voulant profondément transformer la société sans y mettre ni les moyens ni l’efficacité, ce gouvernement a fait preuve d’amateurisme et d’arrogance. Mais maintenant que l’exécutif a engagé l’ensemble de ses réformes, Emmanuel Macron pourrait équilibrer son projet de société par des mesures sociales, afin de regagner son électorat de gauche et apaiser les tensions sociales. Mais je doute que cela se produise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 31/01/2020 - 07:08
UN TRISTE SIMULACRE DE DÉMOCRATIE
Le pouvoir est en train, en dépit de l'avis très sévère du Conseil d'État, de pousser les feux pour faire passer en force et en accéléré sa réforme impopulaire.La procédure parlementaire qui s'engage tourne au simulacre et elle ne renforcera certainement pas le prestige de l'institution déjà fort atteint auprès de ceux qui se seront astreints à jeter un coup d'oeil aux interventions-minutes de députés, sommés comme des gamins de terminer leur intervention presque avant de l'avoir commencé.

Si c'est cela la représentation nationale, alors c'est du très mauvais théâtre et l'assemblée accroît chaque jour un peu plus son divorce avec ceux qu'elle est censée représentée et qui , depuis longtemps, ne se reconnaissent plus en elle.
J'accuse
- 30/01/2020 - 17:27
Pas une victoire: un bras d'honneur
"Reconquérir les Français" ? Il ne les a jamais conquis ! Il a été élu par une minorité, et n'a jamais pu l'élargir significativement.
Le vote de la réforme ne sera en aucun cas une victoire, et pas non plus le prélude à une défaite en 2022: c'est un passage en force avec un parti macronien où toute contestation est punie d'exclusion. Stalinien.
Il n'attend pas que les négociations sur le financement aboutissent: le projet sera voté avant. Il s'en fout même complètement du financement, prétexte de la réforme: il veut s'enorgueillir d'avoir radicalement changé les systèmes de retraite, même si le résultat est calamiteux. Calamiteux pour les citoyens et le pays, mais après lui le déluge.
Macron ne cherche pas à rassembler les Français: une petite majorité relative lui suffit contre ses opposants, divisés et pas assez populaires.
Son mépris pour le pays et ses habitants atteint des sommets de cynisme aristocratique inconnu depuis les Bourbon.
Gpo
- 30/01/2020 - 12:39
sans moyens, sans pedagogie et
sans efficacité ces énarques ont perdu crédibilité. Et pour obtenir des avantages, il suffit de manifester violemment. C'est le cas pour les pompiers, gaziers, danseurs policiers, etc;;Alors cette reforme ressemble à une coquille vide et ce sont toujours les mêmes qui vont trinquer...