En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 29 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 36 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 50 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 21 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 22 heures 1 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 43 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 53 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 16 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 17 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 23 heures 18 min
Illustrations
Illustrations
Chômage 2019

Pourquoi la baisse du chômage ne se joue pas à Paris

Publié le 29 janvier 2020
Pôle Emploi a publié ses chiffres du chômage 2019 lundi dernier. Une baisse de 3,3% de demandeurs d’emploi au cours de l’année écoulée a été relayé par l'établissement. Explications.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pôle Emploi a publié ses chiffres du chômage 2019 lundi dernier. Une baisse de 3,3% de demandeurs d’emploi au cours de l’année écoulée a été relayé par l'établissement. Explications.

Pôle Emploi a publié ses chiffres du chômage 2019 lundi dernier avec une baisse de 3,3% de demandeurs d’emploi au cours de l’année écoulée.

Atlantico : Cette baisse est-elle due à l’action du gouvernement Macron ou résulte-t-elle d’autre chose ? Comment expliquer ces résultats ?

Alexandre Delaigue : De manière générale, il y a toujours une tendance de vouloir donner plus de poids au gouvernement qu’il n’en a réellement. Lorsque le chômage augmente on le blâme, lorsqu’il baisse on dit qu’il n’y est pour rien et inversement pour ses partisans. Je pense qu’il faut se méfier de ce genre de propos. Il faut regarder de près quels sont les éléments par lesquels l’action du gouvernement peut avoir un effet sur le chômage. Le chômage a deux composantes dont la première est liée à la conjoncture - c’est-à-dire à la condition macroéconomique – qui fait justement fluctuer le chômage et il faut se poser la question suivante : « « si la conjoncture est bonne ou mauvaise, quel est l’impact sur le chômage ? » Ici, il y a un aspect par lequel la politique du gouvernement a pu avoir un effet positif sur le chômage qui est que – contraint et forcé par les gilets jaunes à partir de Janvier 2019 – le gouvernement a été dans l’obligation de soutenir beaucoup plus l’économie au détriment du déficit public qu’il n’aurait voulu le faire. Un premier effet favorable de la politique du gouvernement est, de fait, involontaire car il a dû soutenir l’activité à cause du climat social tendu. On s’est alors retrouvé avec plus de dépenses publiques, des baisses d’impôts, plus de déficits et c’est à mettre involontairement au crédit du gouvernement. La deuxième dimension est de savoir comment le chômage est déterminé par tout cela, c’est-à-dire se demander si le chômage diminue beaucoup ou pas en période de reprise, c’est ce que l’on appelle « l’intensité en emploi de la croissance. » C’est ici que des politiques structurelles – type réformes de l’assurance chômage, réformes des marchés du travail etc. –peuvent avoir un effet en augmentant l’intensité en emploi de la reprise. Il est possible de dire que diverses réformes du marché du travail sont intervenues depuis quelques temps, que ce soit avec le gouvernement actuel mais aussi avec les dernières réformes du gouvernement Hollande et qu’elles ont eu pour effet d’augmenter l’intensité en emploi de la croissance. Il faudra regarder quels seront les effets sur le long terme notamment en ce qui concerne les inégalités de revenus ou de l’emploi.

Atlantico : Le gouvernement a-t-il réellement fait un effort sur la part du chômage structurel ?

Alexandre Delaigue : Il y a eu effectivement un ensemble de réformes à vocation de lutter contre le chômage structurel en augmentant la flexibilité ou en pérennisant les baisses de charges. Ce sont des choses qui ont été faites, mais faut-il en avoir besoin, là est toute la question. On peut le justifier dans une certaine mesure mais l’expérience que l’on a – notamment dans les autres pays – de ce type de réformes structurelles est mitigée car elles ont tendance à changer la qualité générale de l’emploi au détriment d’autres effets comme la qualification des salariés ou les inégalités de revenus par exemple. Il existait un discours plutôt valable dans les années 1990 en France dans lequel on nous expliquait qu’il y avait un problème de coût du travail, de flexibilité etc. mais cela fait 25 ans que l’on a eu des politiques dans ce sens-là et elles semblent s’essouffler. Nous devrions nous poser la question d’autres orientations de la politique de l’emploi et arrêter de dire que le seul emploi à créer est un emploi pas cher et peu qualifié. À force de baisser sans arrêt le coût du travail, on finit par avoir un effet pervers sur la qualité de l’emploi. Le problème du chômage structurel est que l’on peut véritablement le rencontrer, seulement lorsque l’on tape dessus. Aujourd’hui, nous avons un chômage structurel en France à 8% et vu les circonstances de ce qu’il se passe à l’extérieur, cette idée d’un chômage incompressible qui doit être atteint par des réformes semble moins efficace que l’idée d’un soutien constant à la conjoncture qui fait baisser le chômage comme on l’a vu aux Etats-Unis ou au Japon. Le chômage finit par baisser sous l’effet d’un marché du travail particulièrement « chauffé à blanc » par la conjoncture, et plutôt que sous l’effet de réformes structurelles qui finissent par avoir des effets pervers et dont on commence à avoir épuisé les possibilités.

Atlantico : De nombreuses critiques ont été émise suite à la publication de ces chiffres, notamment à cause de la polémique liée aux radiations. Sont-elles justifiées ?

Alexandre Delaigue : Il me semble que ce que l’on appelle le traitement statistique du chômage commence à être relativement vieux. Peut-on vraiment dire que la politique s’est amplifiée ces derniers temps ? Elle peut s’amplifier certes, mais ce ne sont pas des effets durables. C’est en regardant les tendances sur le long terme – et c’est pour cela qu’il faut se méfier lorsque l’on ne commente qu’un chiffre à la fois – que l’on peut commencer à faire un diagnostic. Il existe sûrement des radiations mais je ne pense pas que l’on puisse faire grand-chose par rapport à cela. De plus, c’est un phénomène facilement visible car une personne radiée en plein milieu du mois d’Août par exemple parce qu’elle n’a pas renvoyé le formulaire à temps, reviendra plus tard. Pour l’instant, en l’état, la manière de traiter les choses ne me semble pas différente de pratiques anciennes et qui n’ont pas été inventées par le gouvernement actuel. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 29/01/2020 - 13:03
Pas le problème
Soyons clair: la politique d'un gouvernement n'a strictement aucune influence sur le taux de chômage.
Les politiciens se disent tout-puissants et font des promesses pour se faire élire, les élus espérant que la conjoncture les servira. Mais tout est bidon: leurs actions sont totalement neutres.
La phrase d'Hollande est très révélatrice: "je n'ai pas eu de bol avec le chômage". Le président en exercice prie pour que le chômage diminue, se précipite pour s'en attribuer les mérites si c'est le cas, accuse les autres sinon.
Bien sûr, tout gouvernement tripatouille les chiffres pour enjoliver la situation (tout comme pour la fiscalité, l'endettement, la sécurité,l'immigration, etc.), mais peut difficilement faire croire le contraire de ce qui est.
De toute façon, ce ne sont pas les statistiques qui font les élections: c'est ce que chaque électeur perçoit de sa propre situation et de celle de ses proches. Les stats ne servent à rien d'autres qu'à faire parler les politiciens, économistes et journalistes.
Que doit-on attendre des élus ? Une bonne gestion des comptes publics et des services public satisfaisants. Le font-ils ? Non !
zelectron
- 29/01/2020 - 12:47
Plus il y a de fonctionnaires et plus il y a de chomage
la masse salariale + primes + frais + logement de ces sangsues pour la majorité d'entre elles fait que le détournement pour des tâches inutiles ou d'importance secondaires (hormis les "régaliens" de terrain) manque aux entreprises particulièrement manufacturières ou de la nouvelle économie et donc n'embauchent pas ou si peu.
Rendez vous compte : 1 million de fonctionnaires coûtent (pour l'ensemble de leurs carrières), à 3,6 millions d'€uros chacun(en moyenne), la coquette somme de 3 600 milliards d'€ !
Ganesha
- 29/01/2020 - 10:58
Astuce : Taux de Chômage !
J'attendais avec curiosité l'article d'Atlantico sur ce sujet : il est relativement modéré.
L'astuce, c'est de communiquer sur la baisse de 3% du NOMBRE DE DEMANDEURS.
Une brève recherche internet ne m'a pas permis de connaître le TAUX DE CHÔMAGE.
Il était à 8,6% au 3ème trimestre 2019, on l'espère à 8,2% pour bientôt.
L'objectif de Macron est ce taux à 7% en 2022.
C'est ce chiffre qui permettrait de comparer avec la situation des pays qui sont actuellement gouvernés par des ''méchants populistes'', comme Donald Trump et Boris Johnson : un peu plus de 3% !