En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 34 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 13 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 7 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 45 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 56 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 5 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Illustrations
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Illustrations
Atlantico Business

Coronavirus : la Chine en profite pour donner des leçons d’efficacité au monde occidental

Publié le 29 janvier 2020
Depuis quelques semaines, l'épidémie de coronavirus chinois prend de l'ampleur. Pour éradiquer ce fléau, la Chine a décidé de sortir les grands moyens. Le pays fait-il aussi cela pour montrer qu'il est en mesure de gérer les contraintes de la mondialisation ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques semaines, l'épidémie de coronavirus chinois prend de l'ampleur. Pour éradiquer ce fléau, la Chine a décidé de sortir les grands moyens. Le pays fait-il aussi cela pour montrer qu'il est en mesure de gérer les contraintes de la mondialisation ?

Le président chinois a réagi fort pour enrayer les risques de contagion du Coronavirus. Objectif : montrer à l’Occident que Pékin est à la hauteur des contraintes de la mondialisation et saura assumer ses responsabilités. De là à faire l’éloge des régimes autoritaires pour gérer les catastrophes naturelles... il ne faut pas exagérer ! 

La vitesse et la puissance des réactions du gouvernement chinois ont sans doute rassuré les opinions publiques mais les ont aussi confortées dans l’idée qu’on était sans doute au bord d’une catastrophe mondiale. D‘où la situation extrêmement compliquée dans laquelle se retrouvent tous les gouvernements, sans exception. 

1er point : La planète des scientifiques ne sait pas grand chose du coronavirus. Sur son origine, sa vitesse de contamination, sa dangerosité... Ce qui explique grandement cette angoisse qui a envahi une grande partie de la population mondiale. On ne connaît très bien que la sévérité des mesures d’ordre public prises par le gouvernement pour empêcher ou freiner la contamination. On pourra toujours reprocher au gouvernement chinois de s‘être réveillé un peu tard, mais on ne pourra pas lui reprocher l’ampleur des mesures prises pour protéger la population et confiner les zones à risques. Les dirigeants chinois ont quand même décidé de mettre en quarantaine plus de 55 millions d’habitants, ce qui ne s’était jamais vu. Sans parler des travaux immédiatement engagés pour construire des hôpitaux et désenclaver le système de santé chinois complètement asphyxié. 

2e point : la planète économique et les marchés ont immédiatement considéré que cette épidémie aurait des effets économiques extrêmement graves sur l’activité chinoise et au delà, sur la croissance mondiale. Le dernier exemple mondial remonte à 2004 avec l‘épidémie de SRAS. A l’époque, ce virus grippal a bloqué l’activité économique chinoise mais le PIB chinois ne représentait que 1300 milliards de dollars. La croissance de 10% était impressionnante mais le poids de la chine restait marginal. Aujourd’hui, le PIB chinois dépasse les 14 milliards de dollars avec une croissance ralentie certes à 6 %, mais cette croissance représente près de 60 % de la croissance mondiale. La Chine est donc la locomotive du monde. Le coronavirus est arrivé en pleines festivités du nouvel an chinois, une période qui, en Chine représente pour les Chinois la période de consommation la plus frénétique. C’est l’époque où les ateliers tournent à plein régime et où les magasins, les avions et les hôtels ne désemplissent pas. 

Pas étonnant que l’activité touristique, le transport aérien, le secteur du luxe, l’automobile et tous les services de logistique internationale se sont retrouvés à l’arrêt ou presque. D’où la chute du prix mondial du pétrole, et la baisse brutale des grands marchés financiers. 

La Chine était déjà en difficulté pour cause de coup de frein sur le commerce mondial, elle va se retrouver à l’arrêt à ce moment là, l’onde de choc va toucher tous les continents. 

3e point, la planète politique a compris très vite quels pouvaient être les effets de cette catastrophe naturelle sur les rapports de force géopolitique. Donald Trump, qui a avait déjà décidé de négocier un armistice avec la Chine sur le front de la guerre commerciale, a très vite compris que l’économie américaine n’était pas immunisée contre l’impact d’un effondrement de l’économie chinoise. Il a donc très vite assuré le gouvernement chinois de son soutien. Les Tweets ont changé de ton. 

Ce qui est intéressant, c’est que le président chinois a compris tout le parti qu’il pouvait en tirer. Sa communication est étonnante. Il a repris tous les codes de la communication occidentale en marquant sa volonté de garantir la transparence la plus grande avec ce qui se passe chez lui. Il détaille donc tous les jours l’état des lieux, il détaille les mesures prises et comme toutes ces mesures sont spectaculaires, elles sont impressionnantes. Elles sont adressées à l'opinion chinoise mais aussi à l'opinion internationale. Et là, c’est assez nouveau. 

Les sinologues y voient, au moins trois messages qu‘il ne faut pas sous-estimer.

D’abord, le président chinois souligne que la mondialisation est certes fondée sur la concurrence des marchés, mais la mondialisation appelle aussi une coopération et donc une solidarité internationale pour gérer les catastrophes naturelles. Aucun pays ne peut ériger des murs pour se protéger d’un virus mortel d‘où qu’il vienne. 

Ensuite, la mondialisation, la richesse des échanges et la croissance mondiale n’accroissent pas les risques d’épidémie. Il faut reconnaître que le monde a réussi a éradiqué la plus part des grandes épidémies qu‘étaient la peste, le choléra, la grippe espagnole, la variole, la tuberculose. L’enrichissement des nations est le premier remède à la maladie contagieuse. 

Enfin, le troisième message du président Xi Jinping  est sans doute plus subliminal mais on le bien décode dans toutes les grandes chancelleries. Le soin avec lequel le président chinois a détaillé les réponses qu’il faire au risque de pandémie, l’ampleur du confinement qui concerne une population de 55 millions d’habitants, l’ampleur des travaux d’équipements hospitaliers, cette inflation d’informations est évidemment destinée à montrer l’efficience chinoise, démontrer son efficacité dans la mise en œuvre des décisions techniques. « J‘ai décidé de confiner 55 millions de Chinois et j’ai été immédiatement obéi » dit en substance le prédirent chinois. Personne ne vient critiquer ou contester ces décisions. 

Exposer ainsi la méthode chinoise revient en creux à dire deux choses et cette fois à l’adresse des Occidentaux. D’abord, est-on sur que nous serions capables de mettre œuvre autant d’expertise dans nos systèmes de décision très décentralisés et démocratiques? Ensuite, au regard de la gravité et de l’ampleur du chantier, les Chinois se permettent  de dire à demi mot que les leçons de « droits de l’homme » , les revendications démocratiques qui leur sont faites de temps à autre, ne sont pas forcément les bienvenues dans le contexte actuel. Donald Trump a très bien reçu ce message. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 30/01/2020 - 10:30
La Chine fait une
La Chine fait une démonstration de communication, pas d'efficacité. Qui peut croire à la construction de 2 hôpitaux en 8 jours alors que cela prend normalement des années ?
En fait, la Chine a fait la démonstration de l'inefficacité et de la non réactivité de l'administration centralisée au début de l'épidémie et tente de prouver le contraire par une communication débridée.
zelectron
- 29/01/2020 - 13:16
L'écran de fumée chinois est suffisament opaque
pour qu'on ne voit que ce qu'ils veulent qu'on voit !
Sylvestre voit des leçons, nous on voit que l'institut Pasteur a amené du matériel et des spécialistes ce qui va permettre aux chinois de réaliser des progrès considérables dans la guerre bactériologique et autres science de la vie !
assougoudrel
- 29/01/2020 - 12:40
@evgueniesokolof
Ânesha s'est mis l’entonnoir ailleurs, afin de jouer à la trompette, après s’être gavé de choux et de cassoulet.