En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Menacé d'un licenciement après la mort de son fils

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 8 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 45 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 37 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 33 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Atlantico Business

Trump et l’accord commercial : sa grande victoire de fin de mandat ? L’Amérique s’en sort très bien. Pour les Chinois, ça va être plus compliqué

Publié le 16 janvier 2020
La Chine et les Etats-Unis ont donc signé un premier accord qui doit contribuer à mettre fin à une guerre commerciale qui a fait peur à tout le monde mais qui, en réalité, n’a jamais fait de ravages sérieux, surtout pour les Américains. Les Chinois, en revanche, vont devoir changer de logiciel.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine et les Etats-Unis ont donc signé un premier accord qui doit contribuer à mettre fin à une guerre commerciale qui a fait peur à tout le monde mais qui, en réalité, n’a jamais fait de ravages sérieux, surtout pour les Américains. Les Chinois, en revanche, vont devoir changer de logiciel.

La cérémonie de signature a été retransmise hier sur les grandes chaines américaines et internationales. Donald Trump évoque un événement historique, un accord mutuel, profitable "à la Chine, aux Etats-Unis, au monde entier". Mais hier aussi, hasard du calendrier, les Démocrates ont fait en sorte que Donald Trump ait la victoire modeste. Eux qui dirigent la Chambre des Représentants ont organisé la session de vote de la procédure d’impeachment, et la diffusion de la cérémonie de signature sino-américaine a donc été interrompue. 

Cet accord promis mille fois et mille fois retardé ou annulé organise pourtant la désescalade des tensions qui ont pu préoccuper les investisseurs du monde entier depuis des mois.

L’Amérique ne s’en sort pas mal. La situation des entreprises américaines, l’emploi et la bourse sont désormais sur des plus hauts historiques. Alors que les entreprises annoncent en ce moment-même leurs résultats 2019, les banques américaines dépassent toutes les attentes, les indices boursiers n’ont jamais été aussi hauts et franchissent chaque jour de nouveaux records. Suite à l’accord, la croissance de la première économie du monde pourrait encore augmenter d'un demi-point.

La Chine, elle, a pour sa part plus de difficultés parce que la multiplication des avertissements et des menaces de Donald Trump ont fini par déstabiliser le modèle chinois, basé sur les exportations. Le pays se retrouve obligé de chercher sa croissance sur son marché intérieur qui n’est pas forcément très vigoureux, ce qui peut à terme lui poser des problèmes d’équilibre politique.

On sait qu’il s’agit d’un accord partiel, c’est-à-dire que ni les Etats-Unis ni la Chine n’ont obtenu tout ce qu’ils espéraient et vont donc continuer de négocier. Sans entrer dans le détail, la Chine et les Etats-Unis ont réussi à s’entendre sur une détente des droits de douane – même si certains restent en place pour avoir « une carte en main pour négocier », mais surtout, des achats réciproques dans les secteurs agricoles ou industriels.

Washington a dit à plusieurs reprises avoir obtenu des avancées pour une meilleure ouverture du marché chinois – et depuis la semaine dernière, les banques étrangères sont autorisées à s’implanter dans le pays sans s’associer à un partenaire chinois. Et si la propriété intellectuelle est abordée dans l’accord, on ignore encore si elle sera sérieusement protégée. Dans la pratique, il faudra que les Chinois tiennent leur engagement de mettre en place des controles et “un système juridique complet”, comme dit dans le texte de l’accord.

L’économie américaine n’a pas trop souffert de cette escalade, sauf peut-être dans l’agroalimentaire, parce que pour le reste, les taxes à l’importation ont été assez bien amorties ou diluées par les consommateurs. Il faut dire que Donald Trump a été très attentif à ce que les consommateurs américains, qui sont au cœur de son électorat, ne soient pas touchés. Les augmentations des prix des produits de luxe n’ont pas ému les chômeurs du Middle West. L’industrie automobile n‘a pas été impactée, pas plus que l’industrie du digital. Seuls les producteurs agricoles ont pris peur, ce que le président a bien compris. Il a donc sifflé la fin de conflit.

Il l’a fait d’autant plus volontiers que la Chine était obligée d’agir. L’économie chinoise a pris une claque. Elle va devoir changer de logiciel et se retourner vers la consommation intérieure. La Chine s’est engagée à importer plus de produits américains, notamment agricoles. Une façon pour Pékin d’ouvrir ses marchés intérieurs, de libérer la consommation et d’accepter des hausses de pouvoir d’achat. Cette configuration aura des effets nouveaux. Si la hausse des salaires accroit la consommation individuelle, elle crée aussi des appétits de liberté individuelle que le pouvoir a encore du mal à gérer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 17/01/2020 - 16:53
ah la la
Moi je suis inquiet pour Donald et....vous savez pourquoi....Quand JMS fait des analyses et prévisions c'est..... à côté de la plaque!
REAGAN
- 16/01/2020 - 14:20
trump bashing
les médias ne sont plus crédibles dans les pays soi disant libéraux et les lecteurs fuient le papier pour se réfugier dans des médias comme Atlantico.
je n achète plus de presse papier je ne suis abonné qu a Present.
en France si les médias n avaient pas l aide du gouvernement ils seraient tous en faillite
tubixray
- 16/01/2020 - 14:00
Donald l'a fait
Nos médias aux ordres de la pensée unique (de gauche .. pléonasme) n'en finit pas de lui attribuer tous les maux de la planète.
Mais voilà, il défend l'économie de son pays et parvient à faire chanceler la dictature communiste qui produit tous les produits de la
mondialisation.
Pas mal pour celui que l'on nous présente comme un "sale con raciste" .....
B. Obama, que j'admirais pourtant, en huit années n'a été capable que de faciliter le "printemps arabe".