En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 7 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 6 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 10 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 43 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 5 heures 58 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 24 min
© TORU YAMANAKA / AFP
© TORU YAMANAKA / AFP
Atlantico Business

Renault Nissan : qui des Japonais, de la bourse ou de l’Etat français ayant lâché Carlos Ghosn provoquera finalement la mort de l’alliance ?

Publié le 15 janvier 2020
Alors que Carlos Ghosn crie au complot et s’explique, que les boursiers lâchent le titre et que l’Etat français fait le service minimum, les Japonais, eux, lancent une rumeur de divorce et repoussent les ambitions de fusion.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Carlos Ghosn crie au complot et s’explique, que les boursiers lâchent le titre et que l’Etat français fait le service minimum, les Japonais, eux, lancent une rumeur de divorce et repoussent les ambitions de fusion.

Carlos Ghosn se dit victime d’un complot fomenté par les Japonais pour l’éliminer de la tête de Nissan et empêcher tout projet de fusion. Les marchés financiers semblent défendre la même thèse puisque le titre de Renault n’arrête pas de dégringoler, au plus bas depuis 2013 et -27% en un an quand le CAC a fait une année à +25%. Alors, il y a certes un effet de conjoncture qui pèse sur l’ensemble des constructeurs automobiles, mais le Financial Times explique aussi que Renault est handicapé sérieusement par les incertitudes sur l’évolution stratégique de son alliance avec Nissan. Le quotidien va jusqu'à émettre l’hypothèse que la fusion entre Renault et Nissan ne pourra pas se faire et que les Japonais font tout pour reprendre les commandes de leur groupe et se séparer du Français.

Que le Japon ait le souci de protéger ses actifs industriels est parfaitement légitime, mais que le Japon utilise des pratiques judiciaires un peu violentes qui ne respectent pas les droits de la défense suscite évidemment des questions. 

Mais ce qui pose encore plus de questions, c’est que la France ne défend pas ses propres actifs industriels avec peut être la même vigueur.

« Monsieur Ghosn, avez-vous l’impression d‘avoir été lâché par le gouvernement français? »  Carlos Ghosn hésite, ne répond pas vraiment, il rappelle seulement que « la thèse officielle française a été de considérer que je devais bénéficier de la présomption d’innocence, tout en faisant un clin d’œil pour dire qu’il n’y avait pas de fumée sans feu ».  Tout est dit ou presque.

Dans une de ses premières interventions publiques après sa fuite rocambolesque du Japon, Carlos Ghosn n’y a pas été de main morte en désignant les responsables de son cauchemar. Des hauts responsables de Nissan, dont le Directeur général Hiroto Saikawa oui, mais les responsables sont aussi à chercher du côté de la justice, en « collusion » avec Nissan, et même,  parmi le gouvernement japonais. Mais il a plutôt épargné la France, la direction de Renault comme les locataires de Bercy ... pour l’instant.

L’ancien dirigeant sait bien que l’industrie automobile est, en France comme au Japon, une histoire de fierté nationale. Qu’avec Renault-Nissan, il a créé un géant capable d’affronter la mondialisation. Mais un géant déséquilibré : Nissan vendant plus de voitures (1,5 millions de plus), Renault, étant lui beaucoup plus rentable que l’autre (6,3% de marge opérationnelle en 2018 contre 3,7% pour Nissan). Puis chez Renault, il y a toujours eu la présence de cet actionnaire un peu spécial, un peu trop encombrant : l’Etat, représenté par Emmanuel Macron, que Carlos Ghosn, comme beaucoup d’autres hommes politiques, ne porte pas beaucoup dans son cœur.

Est-ce parce que les deux hommes ont tous les deux une haute idée d’eux-mêmes et que l’un, PDG de Renault Nissan avait, en 2014, refusé de rencontrer un « simple conseiller » de François Hollande, qui était alors Emmanuel Macron?

Reste que le jeune conseiller devient en 2015 ministre de l’Economie et qu’il reprend le dossier Renault à Bercy.

Premier acte, en 2015. Emmanuel Macron voulait que l’Etat pèse au sein de Renault. Pourquoi? Lui-même aura du mal à le justifier. Il a, en tout cas pour cela, augmenté la part de Renault (il était monté de 15 à 20%) – en attendant de peser plus lourd dans le capital de Renault grâce au droit de vote double.

Le droit de vote double était attribué pour certains actionnaires, en général ceux qui accompagnent l’entreprise sur du long terme. Dans la loi Florange de 2014, il est prévu que deux droits de vote sont accordés pour une action détenue depuis plus de deux ans, si l’investisseur en fait la demande. C’est exactement ce qu’a fait l’Etat auprès de Renault en 2016, dès qu’il en a eu le droit, ce qui a amené l’Etat à avoir jusqu’à 26% des droits de vote. Ce que cherchait à faire Macron, c’était d’obtenir une minorité de blocage à l’Assemblée générale. Peser assez lourd pour bloquer certaines décisions. Nissan ne disposait lui d’aucun droit de vote, malgré 15% du capital.

C’est ce qui a irrité les Japonais. Hiroto Saikawa, à la direction de Nissan, l’avait écrit au conseil d’administration de Renault en 2015. « La gouvernance de Renault, et en conséquence l’autonomie du management de Renault, qui ont été la base de la confiance (dans) l’alliance, seront sensiblement affectées ». Très clairement, si l’Etat a une minorité de blocage chez Renault, Renault n’est plus autonome dans ses décisions et cela rompt le contrat de confiance de l’alliance.

Si l’Etat Français est en mesure de contrôler et bloquer Renault, il contrôle alors Nissan, car Renault détient 43% de Nissan.

Carlos Ghosn aurait pendant cette période, tenté de jouer le médiateur : expliquer la présence de l’Etat français aux Japonais. Tout en ayant un horizon plus défini : celle de la réunion des deux entreprises, non pas vers une fusion, comme PSA et Fiat Chrysler. Le scénario privilégié, qu’il a révélé lors de la conférence de presse, était celui d’une holding de tête, une entreprise créée au-dessus de Renault et de Nissan.

Deuxième acte, Nissan contre-attaque. Mais en se « débarrassant » de Carlos Ghosn, selon ses mêmes mots, avec l’aide des procureurs et même de certains membres de l’administration japonaise selon la thèse du complot avancée par Carlos Ghosn, le Japon se protège de cette perte de souveraineté.

Et depuis qu’il est hors de fonction, les dispositions prises à l’encontre de Renault sont très sévères et empêchent tout bon fonctionnement de l’Alliance. Ainsi, même si le constructeur est présent au conseil d’administration de Nissan, aucun membre présent au nom de Renault ne peut s’opposer à une mesure proposée. Renault a perdu sa liberté sur l’exercice de son droit de vote chez Nissan. Plus grave, quand Jean-Dominique Senard s’est rendu à Tokyo pour relancer le projet de fusion, il s’est fait éconduire. Aujourd’hui, il n’y a plus un seul Français dans les directions de Nissan. Or, Renault détient encore 40% du capital de Nissan, c’est le plus gros actionnaire de Nissan. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 16/01/2020 - 22:37
complot politique certain de la part des autorités japonaises
et constat terrifiant sur l' état de la justice japonaise.
Stratégie possible pour Renault: faire le mort pendant de longs mois en tant qu'actionnaire majoritaire de Nissan.
on encaisse les dividendes et on attend...
Audois
- 15/01/2020 - 11:25
Fake news..
Les rumeurs dont fait état le Financial Times et que vous reprenez sans précaution sont de la désinformation à l'état pur. Cherchez à qui cela profite...