En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 41 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 44 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 25 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 7 heures 6 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures 10 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 45 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 49 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Atlantico Business

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

Publié le 11 janvier 2020
Le gouvernement a tellement cédé sur son projet initial, uniquement pour ramener le calme dans la rue, que la facture globale va être exorbitante. Effet collatéral, les salariés du privé vont se replier sur la capitalisation pour sécuriser leur retraite.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a tellement cédé sur son projet initial, uniquement pour ramener le calme dans la rue, que la facture globale va être exorbitante. Effet collatéral, les salariés du privé vont se replier sur la capitalisation pour sécuriser leur retraite.

Le gouvernement va sans doute réussir à ramener le calme dans la rue et faire redémarrer les transports publics. Il aura fait le maximum de concessions pour cela. Ce projet de loi va avoir deux conséquences. D’un côté, Il va protéger et privilégier les personnels de la fonction publique. De l’autre, il va précipiter les salariés du secteur privé dans les bras de la capitalisation. Faute de pétrole du côté de la répartition universelle, il faudra bien avoir des idées du côté de la capitalisation individuelle ou professionnelle.

1er point , 1ère conséquence directe. Tout le monde a compris très vite que les moteurs de la grève se trouvaient être en majorité les troupes qui bénéficient de régimes spéciaux dans les transports publics, la santé, l’enseignement. Ce sont eux qui se sont battus pour protéger leurs avantages et entraîner la plupart des autres salariés dans un soutien au mouvement de protestation en faisant croire que l’ensemble du système était menacé. Le gouvernement s’y est très mal pris. La défense des régimes spéciaux était légitime dans la mesure où leurs bénéficiaires ont signé des contrats en entrant dans la vie active et que ces contrats ne pouvaient pas être déchirés

La solution la plus responsable eut été de racheter ces rentes héritées du passé et offrir aux nouveaux arrivants un système rénové qu’ils pouvaient accepter ou pas, mais en toute connaissance de cause. 

Au lieu d’entreprendre cette transformation qui aurait déjà été coûteuse, le gouvernement a finalement accepté de remplacer les régimes spéciaux qu'il voulait supprimer (des cheminots aux petits rat de l'opéra) par la prise en compte de particularités spécifiques aux professions.

Pourquoi pas ? Mais le gouvernement a ainsi ouvert une boite de Pandore où le maximum de salariés va pouvoir s’engouffrer.

La chasse aux particularismes va tourner à la chasse au trésor. Dans bien des cas, cet ajustement du système de retraite va passer par une révision des grilles de traitement.

Certaines révisions vont être bénéfiques et corriger des inégalités de trainement que les retraites ne compensaient pas totalement.  
Dans l’enseignement par exemple, les personnels bénéficiaient de conditions de retraite très favorables (âge de départ et calcul de la pension sur les dernières années de traitement). Toute l’Education nationale savait que le régime spécifique de la retraite servait de justification ou de compensation à des salaires très médiocres. Ce qui était lamentable pour le système éducatif qui a besoin de gens de qualité, donc très bien payés.

Le projet de réforme va entraîner une revalorisation des rémunérations et des carrières des enseignants au niveau de ce qui existe dans les grands pays. C’est très bien, cette opération va attirer des compétences que l'Education nationale ne pouvait plus se payer.
C’est très bien mais ça va coûter une fortune au budget. D’autant qu’il n’est pas dit que le gouvernement ait la force de résister aux syndicats d’enseignants pour en même temps, supprimer les avantages précédents (de l’âge notamment). On va assister à une même opération de transition dans la plupart des secteurs de la fonction publique.

L‘ambition de construire l’universalité des retraites va entraîner par la prise en compte une enveloppe budgétaire obèse.

Les premiers calculs estiment le surcoût à 50 ou 80 milliards d’euros par an. Le prix du beurre, de l’argent du beurre et de la crème et... du reste.

Alors ça n’est pas de l’argent inutile, c’est un investissement qui, dans le cas de l’Education nationale, va offrir une opportunité de changement considérable, mais actuellement ce sera financé par de la dette. Forcément, alors si la dette ne coûte rien, ça passe. Mais le jour où la dette retrouve ses esprits, tout casse.

2e point, les conséquences induites. Les salariés du privé vont sans doute faire valoir que la pénibilité dans l‘exercice de leur travail mériterait une attention particulière, mais de là à accepter de créer un régime spécial ou particulier, il n’en sera pas question. La seule issue pour sécuriser leur retraite sera de passer la porte des régimes par capitalisation. A noter que les fonctionnaires eux-mêmes ont la Prefon, qui n’est rien d’autre qu’un régime de retraite complémentaire par capitalisation avec cotisations volontaires.

Les cadres supérieurs ou dirigeants à plus de 10 000 euros par mois ont en général dans leur entreprise accès à des systèmes de retraite par capitalisation. Ils cotisent selon l’effort d’épargne qu‘ils acceptent, leurs entreprises abondent pour eux (c’est un avantage imposable très souvent), cet argent est géré sous le contrôle du comité d’entreprise par une société d’assurance qui donne ces fonds à des gérants d’actifs (comme BlackRock pourquoi pas).

Dans la situation actuelle, les salariés plus modestes auront eux aussi tout intérêt à souscrire des PER, les plans d’épargne retraite ou des contrats d’assurance retraite.

En bref, les syndicats qui ont combattu la réforme par points ont réussi ce tour de force à faire échouer le gouvernement et créer les conditions d’un développement de la capitalisation. Les syndicats se gardent les privilèges et mettent les salariés dans l’obligation de trouver des solutions à titre individuel. Quand on n’a plus le pétrole de la répartition, on va trouver des idées dans la capitalisation. Ça n’était pas forcément l’objectif de départ, mais après tout c’est pas plus mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 13/01/2020 - 11:37
''Le gouffre financier''..
Nos gouvernants culpabilisent les Français,retraités,au sujet de leur retraite et de leur santé,à cause des ''frais'' que ceux-ci entrainent...mais ils jettent ''par les fenêtres'' les sous des contribuables français...ainsi un migrant coûte 41287€ par an soit 3440€ par mois...les ''Mineurs isolés'' c'est:59.000.000€ pour 1429 mineurs ''étrangers''..il serait si simple d'EXPULSER tous ces ''clandestins'' de notre pays, ce sont des musulmans (pour la plupart) qui viennent, chez nous, pour voler, violer, tout casser,etc..voir https://www.breizh-info.com/2020/01/13/134352/redene-pays-de-quimperle-une-jeune-fille-violee-par-un-migrant-avant-noel-laffaire-cachee-par-les-autorités-info-Breizh-info....les associations qui accueillent les migrants sont financées par ''l'argent public'': il ne faut plus leur donner de sous à elles aussi. .Nos ''retraités'' ont travaillé, en France, et ils ont cotisé pour leur retraite et à la Sécurité Sociale...ce qui n'est pas le cas des ''étrangers'' qui nous envahissent!...
Dejean Monique
- 13/01/2020 - 00:09
RETRAITE
Je suis persuadée que si nos Dirigeants voulaient sauver la FRANCE et les français, ils arrêteraient la gabegie en tous genres qui ruinent notre cher et pauvre pays!! Les migrants coûtent un bras, le système de santé exangue, l'AME maintenue et si attirante !!!!, les Comités théodules , les Hauts fonctionnaires payés un bras mais non indispensables, Les "Juppé, Toubon, Jouannot " etc.... et tant d'autres . On n'en peut plus de voir çà . Les pauvres gilets jaunes accusés de tous les maux et qui dès le début comme Rodriguez, ont perdu un oeil, une main , un pied ...LA COLERE EST MONTEE et la moindre étincelle, je veux dire le moindre propos offensant , méprisant venant de tous ces amateurs l' attiseront !
ajm
- 12/01/2020 - 20:00
Participation de l'employeur.
La capitalisation n'est pas du tout une escroquerie, au contraire, même si elle a bénéficié de plusieurs décennies de paix et de bonne tenue des marchés qui ne sont pas acquises dans l'avenir. Le problème c'est que capitaliser sans déduction fiscale à la base et surtout sans participation de l'employeur ( ce qui sera a priori le cas dans le nouveau système au-delà de 3 plafonds de SC ) ne peut que sortir que de très petites rentes. Pour avoir une pension de 1000 euros pour avoir à 65 ans une pension réversible sur le conjoint ( à 50 ou 60 %) il faut tout de même accumuler un capital d'environ 350 mille euros.