En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

04.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

05.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

07.

Libye : cette responsabilité française qu’Emmanuel Macron ne doit pas oublier quelles que soient celles de la Turquie aujourd’hui

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 15 min 5 sec
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 2 heures 17 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 14 heures 53 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 19 heures 26 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Europe
Politique européenne

Election présidentielle en Pologne : l’occasion pour la France d’un nouveau départ avec Varsovie

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Environnement
Débat orienté ?

Convention citoyenne pour le climat ou vengeance de la bourgeoisie des centres-villes contre les Gilets jaunes ?

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 49 min 29 sec
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 2 heures 25 sec
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 15 heures 35 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 19 heures 8 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 19 heures 49 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Environnement
Du cap Sizun au cap Fréhel

Respecter l’environnement, c’est aussi ne pas massacrer les paysages

il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

Libye : cette responsabilité française qu’Emmanuel Macron ne doit pas oublier quelles que soient celles de la Turquie aujourd’hui

il y a 23 heures 18 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

2019, année record pour les bourses mondiales dans un monde sur lequel plane pourtant les incertitudes économiques

Publié le 01 janvier 2020
Hausse moyenne de 25 % sur l’ensemble des marchés mondiaux : les propriétaires de valeurs boursières ne se sont jamais sentis aussi riches alors que l’avenir n’a jamais été aussi risqué et incertain.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hausse moyenne de 25 % sur l’ensemble des marchés mondiaux : les propriétaires de valeurs boursières ne se sont jamais sentis aussi riches alors que l’avenir n’a jamais été aussi risqué et incertain.

L’année 2019 restera dans l’histoire comme l’année de tous les records, aussi bien sur le CAC 40, qui renoue avec des niveaux atteints il y a plus de 10 ans que sur les marchés internationaux et américains. Personne ne s’attendait à ce que cette année soit aussi favorable sur les marchés boursiers.

Au moment où les gilets jaunes faisaient vaciller le pouvoir en France, au moment où les Brexiters bousculaient l’Europe toute entière dans ses certitudes et au moment où les tweets de Donald Trump, pouvaient déséquilibrer la planète. A ce moment-là, tous les indices boursiers ont explosé à la hausse.

Le CAC a revu des niveaux qu’il n’avait pas atteints avant crise, depuis plus de 11 ans.

Comme cadeau de Noël, les investisseurs ont même eu le droit à ce que la barre des 6000 points soit franchie.

Aux Etats-Unis, les indices ont évolué sur de nouveaux records, de nouveaux plus hauts historiques, qui tombent jour après jour vu que la tendance à la hausse ne faiblit pas. On a même passé un record de longévité en terme de cycle économique haussier.

Et même si, tout au long de l’année, les boursiers ont virevolté et évolué au fil de la page Twitter de Donald Trump, ils n’ont pas l’air tout à fait mécontents de ce qui est arrive.

A quoi est du cette folle embardée boursière ?

Première explication, la dynamique digitale a engendré une croissance mondiale inattendue avec des GAFA qui ont confirmé leur pouvoir sur un grand pan de la planète. Les Apple, les Facebook, Google, Amazon, Microsoft etc ont montré que leurs innovations pouvaient changer le monde. En 10 ans, le monde entier est devenu addict à son smartphone et l’économie mondiale a été boostée par le digital. Ce digital a régénéré les modèles économiques et accouche d’une productivité industrielle qu’on croyait perdu. En dépit des menaces protectionnistes, cette croissance dopée au digital s’est étalée au monde entier. Y compris aux émergents à qui elle a offert l’économie d’une ou deux révolutions industrielles.

Deuxième explication : les taux d’intérêt ont continué d’être très bas pour tout le monde. Les banques centrales pilotent toujours les économies et les abreuvent de liquidités. Est-ce dû la peur d’un retournement ou est-ce parce que l’économie ne peut plus fonctionner sans cet afflux monétaire auquel elle est dopée depuis près de 8 ans maintenant ? Bien malin est celui qui peut décrypter le langage d’un banquier central.

Aux Etats-Unis, la Fed, Réserve Fédérale dirigée par Jérôme Powell, a finalement annoncé qu’elle baissait son taux directeur, alors même que Powell s’était prononcé en faveur d’une remontée quelques mois avant… A-t-il cédé aux demandes de Donald Trump qui n’hésite pas à le critiquer ouvertement ou les gouverneurs de la Fed ont-ils réellement estimé que, malgré la croissance et le plein emploi américains, l’économie était en risque ?

En tout cas, le résultat est là. Ces afflux de liquidités ont d’abord irrigué les marchés financiers. Les marchés américains ont été boostés par ce crédit facile - et par capillarité les marchés européens l’ont aussi été. L’effet richesse a joué à plein en dépit d’une croissance médiocre.

Surtout que du côté de la zone euro, Christine Lagarde est arrivée à la tête de la BCE et qu’un peu de sang neuf, qui plus est ouvert à une politique de taux bas, remet toujours un peu d’huile au moteur des marchés financiers.

Troisième explication:  le feuilleton de la guerre commerciale sino-américaine semble avoir trouvé une issue favorable. Entre l’Amérique et l’Asie, le temps de la trêve est venu et l’heure est plutôt à la désescalade dans les droits de douane que s’étaient imposées les deux économies. Cela rassure les entreprises qui commençaient à ressentir les effets de ces tarifs douaniers, qui auraient de toute façon été payés par le consommateur. En clair, tout laisse à penser que Donald Trump a fait semblant de vouloir tout bousculer alors qu‘au final, rien d’important ne bougera. L’Amérique n’a pas relocalisé d’industrie disparue, les électeurs de Donald Trump savent très bien qu’ils en auraient payé le prix fort et ils ne lui tiendront pas rigueur de ne pas avoir tenu ses promesses. Peu importe, il a préservé la croissance, préserver les taus d’intérêt bas, la croissance et l’emploi. Ne parlons pas des retraites qui sont indexées sur les cours de bourse.

Les deux explications ne sont d’ailleurs pas isolés l’un de l’autre. L’un à même pu aider l’autre : la baisse de taux entamée par Jérôme Powell a surement permis à Donald Trump de s’attaquer à la Chine sans craindre la foudre de Wall Street.

Quatrième explication, les risques d’un Brexit dur se sont éloignés. Malgré de multiples rebondissements, les élections législatives de décembre ont conforté Boris Johnson et son projet de mettre en œuvre le Brexit dans un délai court et coute que coute. Le Royaume-Uni voit finalement l’arrivée de ce « Trump bis », partisan de la dérégulation, d’un assez bon œil. Boris Johnson est fatalement l’homme de la situation qui réussira à négocier avec l’Europe une relation qui lui donnera de l’indépendance sans être obligé d’abandonner les avantages et la dépendance à l’Union européenne. Les avantages de la vie de couple sans les inconvénients. C’est exactement ce que la Grande Bretagne va gagner.

Le marché boursier britannique, le Footsie, a d’ailleurs lui aussi signé une belle progression de 13% sur l’année.

Cinquième explication, la France, en dépit de tous ses malheurs, a repris le leader ship de l’Europe en prenant le relais de l’Allemagne, avec une croissance plus résistante (1,3% pour la France et 0,5% pour l’Allemagne) et une bonne performance de nos secteurs clés. Le CAC40 est en partie porté par le luxe – encore plus depuis que Hermès a remplacé Lafarge Holmium dans les 40 entreprises qui composent l’indice parisien. Les entreprises du secteur affichent donc des performances exceptionnelles : le titre LVMH fait par exemple +60%, Kering +42% et Hermès +40%.

Aucun autre secteur, aucune autre entreprise n’aura fait de telles performances.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pauldu44300
- 01/01/2020 - 22:13
Emancipation Collective
1% du capital possède 23% du patrimoine (75% vient de l’héritage)
Il faut combattre l'injustice fiscale au niveau international. Il est urgent de contraindre les
multinationales à payer des impôts dans les pays où elles sont actives.
On peut terrasser l'évasion et la fraude fiscales en augmentant le nombre d’inspecteurs des
impôts (en se basant sur l’extraterritorialité du droit américain)
L'extraterritorialité du droit américain est l'application de lois votées aux États-Unis à des
personnes physiques ou morales de pays tiers en raison de liens parfois ténus avec les États-
Unis (utilisation de la monnaie américaine par exemple).

Je vous mets ici le contenu de notre boîte à idées à propos du partage des richesses:
https://www.emancipation-collective.fr/le-partage-des-richesses/

Notamment:
a. Suppression du système actuel d’imposition
b. Suppression des niches fiscales
c. Terrasser l’évasion et la fraude fiscales en augmentant le nombre d’inspecteurs des impôts (en se basant sur l’extraterritorialité du droit américain)
d. Instaurer un salaire maximum autorisé (pas plus de 10 fois le salaire minimum de l’organisation)