En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 3 heures 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 3 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 6 heures 49 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 7 heures 44 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 8 heures 30 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 8 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 14 heures 50 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Pacte de confiance

Emmanuel Macron ou le crédit réforme épuisé

Publié le 27 décembre 2019
L'ambition réformatrice d'Emmanuel Macron est-elle déjà épuisée ? Le chef de l'Etat parviendra-t-il à rétablir la confiance ?
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ambition réformatrice d'Emmanuel Macron est-elle déjà épuisée ? Le chef de l'Etat parviendra-t-il à rétablir la confiance ?

Ceux qui ont fait élire Emmanuel Macron, en France et à l’étranger, et qui le soutiennent encore, spécialement au sein de la  droite classique, attendaient de lui qu’il prenne à bras le corps les problèmes du pays et réalise enfin les réformes que ses prédécesseurs, de Chirac à Hollande, n’avaient pas osé faire : « Et Macron vint ! » titra Jean-Claude Casanova, non sans quelque ironie, après son élection (Commentaire, n° 158, été 2017). 

Or ces réformes, il ne les fera pas, sinon à la marge. Pour la plus importante d’entre elles, celle des retraites, il est possible qu’il sauve la face en évitant l’explosion sociale, mais il  est probable que, de concessions en concessions,  le bilan financier pour l’Etat en soit in fine négatif, comme l’avait été celui de  la réforme des retraites concoctée par Sarkozy et Fillon en 2010.  Pour le reste, il est clair que Macron, a épuisé son crédit. 

La logique du leadership

Les vraies réformes sont saignantes. Il est possible de les faire accepter mais il faut pour cela que plusieurs conditions soient remplies.

La principale est qu’une relation de confiance soit établie entre le président de la République et la population.

Pour que cette relation de confiance existe, il faut que le peuple ait le sentiment que le chef de l’Etat  recherche avec ardeur son intérêt, à lui peuple, et son intérêt seul.

Cette exigence n’est que l’expression de la logique immémoriale du leadership, du pacte éternel entre un dirigeant et son  peuple. 

Cela exclut  toute  relation de dépendance du leader vis-à-vis d’une force étrangère quelle qu’elle soit. C’est pourquoi  les réformes, dont certaines étaient pourtant utiles, entreprises par le régime de Vichy, furent  récusées par les Français. Pétain était ressenti comme le « Prince esclave », selon l’expression du père Gaston Fessard, et donc illégitime  pour gouverner et réformer.

Cela exclut tout autant la dépendance vis-à-vis des féodalités intérieures. En supprimant, dès son arrivée, la partie financière de l’ISF, Macron a envoyé un très mauvais message à l’opinion, qui a vu en lui l’homme des très grande fortunes. 

Cela exclut aussi la dépendance du leader vis-à-vis de tout système, de toute utopie, en bref de toute idéologie. Or Macron a manifesté à plusieurs reprises que sa préoccupation première n’était pas la puissance et la prospérité de la France mais de « faire  l’Europe », un projet international qui se distingue peu du projet mondialiste comme le montrent les traités de commerce signés avec le Canada et l’Amérique latine. Il est impossible d’être à la fois l’homme d’un système ou d’un projet idéologique et l’homme d’un peuple. L’idéologie, quelle qu’elle soit, et l’idéologie européiste n’est pas la moindre, est incompatible avec le leadership.

Cela s’applique particulièrement à toutes les réformes que Bruxelles tente d’imposer à la France. Quoique les sondages montrent que la majorité des Français est attachée à l’euro, ils ne sont prêts à aucun sacrifice pour sa survie. D’autant que, sans être des économistes qualifiés, ils sentent bien que toutes le réformes que ses dirigeants veulent imposer à la France ont moins pour but le bien de la France – qui pourrait  être poursuivi par d’autres voies – que le maintien de la France dans l’euro et donc la survie de la monnaie unique.

Il est déjà bien difficile de faire accepter des réformes à un peuple quand son intérêt direct est en jeu, a fortiori quand il ne l’est pas. Au demeurant, à supposer qu’ils en acceptent les objectifs, soit le rétablissement de l’ équilibre budgétaire  et celui des comptes extérieurs, donc la compétitivité de la France, les Français, moins aveugles que leurs dirigeants, sentent bien que cet objectif est désormais hors de portée et que donc leurs sacrifices ne serviront à rien. Hors de portée dans les conditions actuelles, soit avec un euro qui, par rapport aux prix intérieurs français, est nettement surévalué. 

La rupture du pacte de confiance 

Il ne  suffit pas que le président qui voudrait réformer veuille d’abord le bien des Français pour  que ses projets de réforme soient acceptées. Il faut qu’il en donne le  sentiment, ce qui suppose du charisme, une empathie qui manquent singulièrement à Macron, lequel a, à plusieurs reprises, laissé échapper des remarques qui montrent le mépris dans lequel il tenait ses compatriotes.  

D’autant qu’il n’a pas profité de la période dite d’« état de grâce », les mois qui suivent son élection, pour entreprendre les réformes les plus difficiles comme celle des retraites. Celle-ci vient après le crise des gilets jaunes qui avait déjà marqué la rupture du pacte de confiance. Balladur avait su en 1993, dès son arrivée, effectuer une importante réforme de retraites qui, en raison du moment choisi, était passée comme une lettre à la poste.

Au demeurant le président français a-t-il vraiment le souci de faire des réformes utiles ou seulement d’en donner l’impressions à ses parrains, à Berlin, à Bruxelles ou à Washington ? Ces derniers connaissent mal les problèmes de la  France. Depuis longtemps les gouvernements français jouent la « comédie des réformes », lançant des réformes à grand fracas pour donner dans ces capitales l’image d’une France qui bouge. Cela aboutit parfois à de désastres. Un récent rapport interne à Goldman Sachs prescrivait la diminution du nombre des communes en France en vue de diminuer les frais généraux du pays. Or loin de faire des économies, ce qu’on appelle l’ « intercommunalité » dont l’objectif était cette réduction, a considérablement alourdi les coûts de la strate locale. Voilà une réforme  qui n’a guère de chances de réduire les déficits français, au contraire. Il y en a d’autres. Mais à Bruxelles comme chez Goldman Sachs, on ne connait la France qu’au travers de quelques poncifs dépassés (les Allemands semblent nous  connaître  mieux), souvent répandus par nos compatriotes eux-mêmes : « La vieille France jacobine qui n’arrive pas à se réformer etc. » Le président français a d’abord le souci de leur envoyer de la poudre aux yeux et cela, Macron sait faire.

Les grands réformateurs de droite,  de Gaulle , Reagan, Mme Thatcher, quelque appréciation que l’on porte sur leurs réformes, furent des nationaux, voire de nationalistes. Personne ne doutait qu’ils voulaient le bien de leur pays. C’est pourquoi leurs réformes furent appliquées.   

Penser que les réformes seraient mieux acceptées par les Français sous la botte de l’étranger, est un leurre, comme on l’a on l’a vu aux heures sombres du XXe siècle. Après l’Allemagne, l’Europe qui devait nous obliger à nous réformer : même illusion. Les stratèges qui, par divers subterfuges électoraux (entre autres par l’assassinat politique de Fillon), ont voulu placer, au travers de Macron, un homme à eux à la tête de la France, susceptible de réaliser enfin les réformes dont les Français avaient selon eux besoin ne pouvaient qu’échouer. Moins que quiconque, Macron est à même de réformer la France comme elle doit l’être.    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/12/2019 - 23:19
Reformes com.
Encore faut-il faire des réformes intelligentes mêmes modestes mais qui fassent avancer les choses de façon pragmatique et pas des réformes idéologiques et incompréhensibles annoncées à grand fracas incarnant un jacobinisme technocratique au nom d'une Europe dont tout le monde se contrefiche, y compris nos voisins Allemands et autres.
clo-ette
- 27/12/2019 - 16:18
Macron fait le job
de mettre en place les propositions du "rapport Attali "dont il est le co auteur, fruit de la "commission Attali" qui est une "commission pour la libération de la croissance française" . Donc on a à la tête de l'Etat un technocrate . Or pour l'instant on ne voit rien venir de tangible, les soupes populaires sont toujours là ainsi que les sdf . Attali avait prédit bien avant l'élection de 2017 que 'le prochain président serait quelqu'un qu'on ne connait pas' ( Macron en effet n'était pas connu ) ! On voit bien donc que la haute finance a pris le pas sur le politique, sans qu'il y ait d'ailleurs d'amélioration, et c'est inquiétant .On peut chercher sur le net "commission Attali," "rapport Attali", et voir la tête de Macron ( plus juvénile) apparaitre ! Si Macron a été élu, c'est par défaut évidemment, le même scénario étant espéré pour 2022 .
spiritucorsu
- 27/12/2019 - 14:56
Légitimité en peau de chagrin(suite et fin.)
Ainsi que le laisse entendre l'auteur de l'article,à partir du moment où on n'a aucune empathie pour ceux que l'on gouverne et que le seul élan de sympathie connu s'adresse uniquement aux puissances de l'argent,la confiance disparaît pour laisser la place à un sentiment de défiance et de profonde aversion quant au personnage et à tout ce qu'il peut proposer.Le monarque président,incapable de se remettre en question ,aveuglé qu'il est par son amour de lui même,prisonnier d'une cour et d'une garde rapprochée qui ne cessent de psalmodier ses louanges ad nauseam, auxquelles,ils cèdent à tout les caprices,n'a de cesse de poursuivre sa course à l'abîme et d'y entraîner tout le pays avec lui.