En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

02.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

03.

Bilan post-Covid-19 : les Français totalement déboussolés à l’insu de leur plein gré

04.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

05.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

07.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 1 min 21 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 58 min 31 sec
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 3 heures 31 sec
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 15 heures 37 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 17 heures 4 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La rafle des notables" de Anne Sinclair : magnifique témoignage sur un camp de concentration méconnu, celui de Royallieu, réservé aux Juifs pendant la guerre de 1940

il y a 20 heures 9 min
pépites > Justice
PNF
Affaire des "écoutes" de Nicolas Sarkozy : Nicole Belloubet demande l'ouverture d'une inspection sur les investigations du parquet national financier
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Europe
Politique européenne

Election présidentielle en Pologne : l’occasion pour la France d’un nouveau départ avec Varsovie

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 36 min 15 sec
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 3 heures 14 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 16 heures 18 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les parfums" de Grégory Magne : une comédie dramatique aux fragrances et aux émotions délicates…

il y a 19 heures 52 min
pépites > Economie
Licenciements
Airbus : les aides de l'Etat pourraient sauver 2.000 emplois en France, selon Jean-Baptiste Djebbari
il y a 20 heures 33 min
pépite vidéo > International
Inquiétudes pour les libertés
Loi sur la sécurité : la répression des autorités se poursuit à Hong Kong
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Environnement
Du cap Sizun au cap Fréhel

Respecter l’environnement, c’est aussi ne pas massacrer les paysages

il y a 22 heures 48 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Business

Le cadeau de Noël à la gauche française : les livres de Piketty, pour comprendre les bienfaits de la retraite par points combinée à la capitalisation

Publié le 25 décembre 2019
La gauche française n'a sans doute pas compris qu'en encensant Thomas Piketty, elle consacrait un des meilleurs avocats en faveur des fonds de pension et de la retraite par points. Thomas Piketty se tait et ne se mêle pas du débat, mais laisse lire ses analyses.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche française n'a sans doute pas compris qu'en encensant Thomas Piketty, elle consacrait un des meilleurs avocats en faveur des fonds de pension et de la retraite par points. Thomas Piketty se tait et ne se mêle pas du débat, mais laisse lire ses analyses.

Thomas Piketty se gardera bien de prendre part au débat sur la réforme des retraites en France sauf à prendre le risque d’être écartelé entre ses amitiés politiques et ses convictions d’économiste. Il restera dans une posture d’intellectuel ou de pédagogue.   

Thomas Piketty, professeur à l'Ecole d’économie de Paris est aujourd’hui un des économistes français les plus connus à l’étranger et notamment aux Etats-Unis. En moins de deux bestsellers, il est devenu une véritable star dans le monde universitaire et le monde des affaires qui est toujours en quête d’idées nouvelles ou d’explications pertinentes de la situation. Or, ce succès le met dans une posture un peu embarrassante par rapport à la question des retraites. D’un coté, il ne peut que se déclarer solidaire de tous ceux qui se battent pour un monde meilleur, mais il ne peut pas approuver leurs méthodes et ce pourquoi il se battent, à savoir la protection du système de retraite par répartition et contre le régime de calcul par points. Tout ce qu’il a écrit et lui a valu une reconnaissance internationale va à l’encontre de ce que ses propres amis de gauche répètent à longueur de jours de grève.

Thomas Piketty s’est fait connaître dans le monde entier en analysant de façon très sérieuse l’évolution de l’économie après près de vingt années de mondialisation accélérée.

Sur la base d’informations statistiques dont tous les experts louent la pertinence, Thomas Piketty a dénoncé une aggravation spectaculaire des inégalités dans le monde en démontrant que ces inégalités étaient imputables à la différence de rentabilité et de rémunération entre le facteur capital et le facteur travail.

En clair, si le libre échange fondé sur l’économie de marché a permis aux pays émergents de sortir de la misère, cette globalisation a aussi paupérisé une partie des classes moyennes occidentales qui se sont retrouvées sans travail et déclassées. D'où la montée des populismes dans la plupart des pays occidentaux. D'où la montée des mouvements extrémistes, d'où le Brexit, d'où Donald Trump aux USA et la montée en puissance des poussées protectionnistes.

Mais parallèlement, les inégalités se sont creusées à l’intérieur même des pays émergents et entre les pays émergents et les pays occidentaux.

Dans les pays émergents, le fossé entre les très riches et les très pauvres s’est creusé.

Dans les pays développés, le gap entre les riches et les pauvres aussi.

La raison profonde de ces inégalités se trouve dans l’augmentation spectaculaire des rendements du capital. Les détenteurs d’actifs financiers ou immobiliers se sont donc considérablement et rapidement enrichis dans le monde entier.

C’est une évidence. Il suffit de reprendre l’évolution des prix de l’immobilier depuis vingt ans, les cours de bourse depuis dix ans.

La financiarisation de l‘économie doublée de la productivité des actifs a accéléré l’accumulation du capital entre les mains d’acteurs moins nombreux qu’auparavant.

Pour Thomas Piketty, cette survalorisation du capital et l’enrichissement de ceux qui le possèdent sont inhérents au système capitaliste mondialisé. Ce qui crée des menaces de déséquilibres et des risques de bulles ou de crises sociales.

Les différents outils de correction à ce phénomène ont été analysés en détail par la plupart des responsables politiques.

La droite américaine conservatrice s’est laissée tentée par le protectionnisme, mais on voit bien que les tentatives de Donald Trump de se replier sur lui même n’aboutissent qu’à un ralentissement général et que ce ralentissement est porteur de risques plus graves encore (immigration massive et risques de conflits terroristes).

Les mouvements de gauches ont ressorti les outils fiscaux pour essayer de réalimenter la pompe à redistribuer les revenus. Sauf que l’augmentation des impôts de ceux qui accumulent beaucoup a évidemment un effet dissuasif sur le programme d‘investissement.

Restent deux stratégies qui valent la peine d’être expérimentées et qui sont cousines germaines.

La première passe par l’intéressement ou la participation à grande échelle. C’était la grande idée du Général de Gaulle, c’est l’aventure dans laquelle partent les GAFA. Redistribuer au plus grand nombre de salariés une part de l’enrichissement en capital

La deuxième stratégie est d’emprunter la voie des fonds de retraite par capitalisation. Permettre à chaque salarié de récupérer par le biais des fonds de pension une partie de la richesse créée. Et celle qui sera créée dans l’avenir.

Dans les deux cas, les fonds d’investissement et les fonds de pensions sont à la manoeuvre.

Ce scénario a trois avantages :

D’abord, il permet de redistribuer la richesse accumulée à ceux qui ont contribué à son accroissement.

Ensuite, il permet à l’industrie de sécuriser les financements d’investissement.

Enfin, il apporte une solution aux problèmes de financement de la retraite en dehors des aléas démographiques.

Toute la mécanique de Piketty suit ce scénario. Sur le plan politique et par rapport à ce qui se passe en France, c’est une mécanique qui apparaît très politiquement incorrecte en France, même à gauche.

La gauche française politique et syndicale n’accepte pas un calcul de la retraite par points et encore moins d’ouvrir la porte aux retraites par capitalisation. La gauche française a du mal avec le concept d’universalité, elle préfère cristalliser son énergie dans la protection des régimes spéciaux alors qu’il serait si simple de prendre en compte les raisons pour lesquelles on avait mis sur pieds de tels régimes particuliers et de vérifier si elles tiennent encore debout et participent à l’intérêt général.

On comprend que Thomas Piketty soit gêné par le positionnement de ses amis politiques. Mais on comprend beaucoup moins bien que la gauche ait fait le succès de ses livres. Il va peut-être falloir profiter de la trêve des fêtes de fin d’année pour relire ces livres-là. Si trêve il y a, bien sûr !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/12/2019 - 11:49
Solidarité nationale.
La répartition n'a rien de communiste en soi si chacun reçoit une pension en fonction de ses cotisations ( lui et son employeur). Là où elle le devient c'est si on ne corréle plus cotisations et pensions et qu'on transforme une prestation contributive en prestation purement sociale. Le risque de la caisse unique de Macron c'est que le politique pourra faire sa cuisine électoraliste plus facilement puisqu'il en contrôlera directement toute la masse dans une institution unique. Il ne résistera pas à la tentation de moduler constamment la règle d'un euro censé donner le même retour pour tous, car la démagogie est au centre de son principe d'existence. Mais cette "mise en commun" socialiste pourrait exister aussi dans un régime unique par capitalisation.
J'accuse
- 26/12/2019 - 10:11
La vérité sur les retraites
Ce qu'on appelle "solidarité nationale" pour défendre la retraite par répartition, ce n'est pas autre chose qu'une mise en commun, ce qui est la définition du communisme.
Mais les idéologues du communisme ne le voit que pour les autres: eux veulent profiter du capitalisme.
Le projet en cours a donc pour objectif d'utiliser la "solidarité" de la répartition (communisme), pour s'enrichir grâce à la capitalisation (capitalisme).
Pas étonnant que Piketty le théorise, que Macron le veuille, et que les syndicats communistes le rejettent.
Les Français sont pris au piège dans ce débat, alors qu'il veulent simplement un système viable, fiable et équitable pour vivre correctement après leur vie active, sans justification idéologique ni arrières-pensées manipulatrices. Ils ne l'auront pas, qui que soient les vainqueurs du combat qui a lieu, parce que personne ne défend vraiment leurs intérêts.
Gustave
- 25/12/2019 - 20:36
Deux poids deux mesures.
Les syndicats ne peuvent à la fois dire : Les actions enrichissent les capitalistes, c'est un scandale et quand on leur propose une retraite par capitalisation c'est trop risqué. Comme ils ne pouvaient dire, il n'y a aucun avantages dans les retraites du public et maintenant les retraites du public vont diminuer si on les aligne sur celles du privé.