En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 10 heures 52 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 18 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 21 heures 42 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 22 heures 23 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 13 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 18 heures 4 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 20 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 22 heures 38 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 17 heures
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Illustration
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Illustration
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Nostradamus vous parle. Tout ce que vous n’avez pas voulu savoir et ce que vous ne pouvez pas deviner sur 2020, 2021 et 2022. Pour le même prix !

Publié le 23 décembre 2019
Au bord de la révolte ! Voici le scénario-catastrophe que pourrait connaître la France. Les mésententes et les tensions sont grandissantes et ceux, dans tous les domaines : économique, social, politique... Que faudrait-il faire pour que le pays trouve enfin une stabilité ?
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au bord de la révolte ! Voici le scénario-catastrophe que pourrait connaître la France. Les mésententes et les tensions sont grandissantes et ceux, dans tous les domaines : économique, social, politique... Que faudrait-il faire pour que le pays trouve enfin une stabilité ?

J’en ai assez de parler des grèves. Parler des grèves, c’est parler de la fange du monde. De la CGT. De ce passé, qui gouverne notre présent. Ce syndicalisme, arcbouté sur ses avantages particuliers, pour préserver sa base et son financement, sa seule obsession, sa seule survie, son seul avantage, me dégoûte et devrait dégoûter ces 51% de français, qui selon certains sondages, approuveraient la grève. Ils savent pourtant que ces syndicats ne défendent qu’eux-mêmes, et le fait de partir à 51 ans, pour mieux occuper un emploi dès le lendemain de leur retraite, et cumuler, souvent au noir, 2 rémunérations, eux qui sont soi-disant terrassés par la pénibilité de leur tâche intense, conduire quelques heures par jour un métro ou un train. Autant d’heures de repos que de travail.. Une honte. Vive la ligne 1 et 14, à quand les autres ? Et les trains, la technologie permet de les remplacer, qu’attendons-nous pour nous débarrasser de ces preneurs d’otages?

En réalité, ce que les 51% nous disent à travers ce « soutien », c’est qu’ils refusent de changer un système sans savoir pourquoi ils devraient le faire. Ils crient l’absence de vision d’avenir, et ne comprennent pourquoi ils devraient renoncer, sans perspective correspondante. Tout à perdre, mais quoi à gagner ? Ce ne sont pas les calculs techniques des uns et des autres qui pourront les rassurer. La vision. Où est la vision ? Ce qu’ils prouvent en réalité, c’est qu’il est tellement plus facile d’être mécontent, qu’intelligent, plus facile de dire non, que de proposer les conditions d’un oui. Plus facile d’être toujours, contre, pour alimenter finalement une contestation permanente qui faisait le charme de la France, avant, mais si tristement désormais. La classe politique et la classe populaire, nous entraînent vers le bas, et se plaignent finalement d’elles-mêmes. Le peuple français par ses achats et ses votes, a ruiné ce pays, et s’en plaint. Mais le présent c’est le passé qui remonte à la surface. Le temps est venu de payer l’addition, on ne peut rester au restaurant après une certaine heure.

Alors plutôt que de vous parler de ce présent navrant, qui pèse sur les entrepreneurs, les commerçants, dont nombre vont passer l’arme à « droite » tout en étant gouverné au centre et mis à pied par l’extrême gauche, et pèse surtout sur Paris, ce qui explique le soutien de la province, qui se venge, je vais vous parler de l’avenir. Car moi, le guide suprême de l’entrepreneuriat français, bien que je sois le seul à le savoir et le penser (!!), le gourou de l’économie et de la société, l’homme qui sait tout, je vais vous parler de vos prochains mois, pour que vous puissiez jouer les bons numéros au loto. Je vous promets, par retour de courrier, si vous m’envoyez un mail avec votre numéro de CB, le retour de l’être aimé et la fortune facile. Prêt ?

Sérieusement. Essayons.

Le monde est tenu à bout de bras. Par des injections massives, du dumping, des taux négatifs. Cela ne pourra durer. Quand cela cessera, la crise arrivera, à moins que la crise ne le fasse cesser en premier. Difficile de savoir qui sera la poule et qui sera l’œuf. Mais cela craquera. Rien à l’horizon ne permet d’apercevoir les conditions de la croissance. La Chine ralentit, elle vieillit, vite et cherche son modèle politique ce que la crise à Hong Kong ne fait que prouver. Les USA, provisoirement dopés par la fiscalité, les taux bas, pliés par le bras de fer de Trump pour assurer sa réélection (il sera réélu) et la croissance des villes côtières, reviendra ensuite à sa réalité. Celle de la détresse de tout le reste du territoire, de ses écarts de richesse insupportables, du nombre croissant de ceux qui ont renoncé à trouver un emploi, d’une éducation trop chère, dotée d’une bulle de dette colossale qui attend son tour pour exploser.

L’Europe, ce fantasme devenu fantôme, n’a rien entre les mains, ni ailleurs d’ailleurs. On ne peut rien espérer de ce côté. Même Christine Lagarde, malgré son talent, ne pourra rien y faire. Malheureusement. L’Amérique du Sud est à nouveau au tapis, exsangue. Là aussi, la politique, comme le tabac, tue. Cela fait pourtant un moment que c’est marqué sur le paquet. Mais les fumeurs sont des toxicos

L’Afrique. Peut-être l’Afrique, mais pas à temps. L’Inde, ce pays échouera car il refuse sa place aux femmes. Les femmes sont la clé de son avenir, et la serrure est bouchée par les hommes. Cela paraît simpliste comme explication ? Nous en reparlerons.

Aucun facteur de croissance à l’horizon. Il reste la tête hors du sable, mais le sable continue, contrairement au corps qu’il absorbe, reste mouvant, et aspire. Il a le temps. Pas nous. 

La crise, balaiera les dernières démocraties. Déjà au bord de la révolte, les peuples du monde entier se soulèveront pour aller prendre l’argent où il est. Cela sera violent. Tant qu’on a quelque chose à perdre, on tient en serrant les dents et en diversifiant son choix électoral. Nous aurons passé ce cap. Ceux qui ont perdu leur maison lors de la dernière crise, retiendront qu’au final, ils ont été les seuls perdants. Ils ne laisseront pas détruire une nouvelle fois, ce qu’ils auront eu tant de mal à reconstruire, partiellement.

Le monde va réaliser son âge, son âge moyen et le fait que la plupart des pays occidentaux ont atteint le sommet de la courbe de la proportion de la population au travail. L’âge va continuer à la faire baisser, provoquant stagflation, comme au Japon, dans tous les pays qui vieillissent, c’est-à-dire, dans TOUS NOS pays.

La classe moyenne, passera définitivement aux oubliettes, et notre colonne vertébrale avec, laissant face à face les pauvres et les riches. Sans filtre. Et on le sait, comme le tabac à nouveau, sans filtre, les dégâts sont plus lourds. Le carrosse, doté d’un roue droite gonflée à bloc et d’une roue gauche à plat, et sans plus d’essieux pour les tenir à l’écart et assurer l’équilibre, partira à la dérive. Simplement.

L’État sera exsangue, les taxes en baisse, et personne n’acceptera, ni ne pourras supporter une pression fiscale supplémentaire. Les boîtes du numériques seront les grandes gagnantes. Garantissant à la place des États, la monnaie (ils se préparent tous, malgré la pression sur le Libra), la sécurité, l’éducation, la santé. Elles proposeront, à un prix bas, de donner vos données pour vous offrir ces services gratuitement, et les populations s’y précipiteront. Amazon teste déjà des systèmes alternatifs de mutuelle santé. Google la santé tout court, le transport, et en fait à peu près tout. FB la sécurité, la monnaie. Ali baba et Tencent sont super performantes et avec leurs sœurs et cousines, et surtout, l’État Chinois, toujours visionnaire, inventent les systèmes de travail et de commerce d’aujourd’hui et demain, bien plus fortement que leurs camarades Américains. Ils vont prendre le pas sur l’État, un peu plus, aux USA, et renforcer l’État, en Chine. C’est pourquoi la Chine sera le grand gagnant de ce combat. Car l’État, avec sa vision à lui bien entendu, que nous pouvons ne pas partager, restera le garant de la cohésion et de l’équilibre de l’ensemble, ce que ni l’Europe, ni les USA ne pourront faire.

Dans un premier temps, les populistes élus se replieront sur eux-mêmes, et nos pays pourront peut-être même y gagner à très court terme. En privilégiant des productions et produits nationaux, certaines filières pourront se remettre en place, certains entrepreneurs et producteurs, relever la tête. Mais ce sera passager, et la vague fera demi-tour, en déferlera pour rendre la situation encore pire qu’auparavant.

Malgré tout, cela aura le mérite de pousser à redéfinir nos républiques, nos démocraties, nos classes politiques, notre exercice du pouvoir, et nos alliances. De réaliser qu’on est plus fort à plusieurs, mais plus au mépris des peuples et des identités, au contraire, pour les renforcer. Nous comprendrons enfin que ces organisations internationales devront exploiter les différences et les préserver plutôt que de vouloir tout uniformiser. Nous pourrons redéfinir le génome de ces organisations, enfin dotées de véritables pouvoirs politiques, recentrées sur un nombre plus réduit de pays à situations proches en lieu et place de nos mosaïques sans cohérence (comme l’Europe). Nous relirons les écrits des pères de l’Europe, pour lui donner une nouvelle vision, enfin tournée vers l’avenir, et pas seulement celui des technocrates qui la ruinent.

Pendant ce temps, le climat va se dégrader un peu plus, avec des dégâts d’autant plus importants que passé un cap, les dérèglements deviennent exponentiels et non plus linéaires. On sous-estime ce qui va se passer, et cela fera mal, car nous n’aurons pas le temps de réagir. Et ce n’est pas Greta, cette marionnette déprimante, qui va ruiner son enfance, sans embellir notre avenir, qui va nous sauver. C’est la technologie et la vision. 

Ces 2 ingrédients sont seuls capables de régler le problème. Et redéfinir le rôle du capitalisme, notamment digital. Pour le rendre responsable, pour rendre les États responsable, il faut que chacun reprenne le chemin de la vision. Une fois la vision redéfinie, nous pourrons redéfinir la mission du capitalisme, pour une croissance à nouveau forte, mais centrée sur le bonheur de l’homme, sur une planète à préserver. Responsable ne veut rien dire. La responsabilité est une notion relative, il faut donc décider ensemble, de son contenu et alors le capitalisme, les entreprises, s’adapteront, sans avoir besoin d’attendre que de magnifiques entreprises comme Yves Rocher, soient les seules à devenir entreprise à mission. Quelle est la mission ?

En clair, malgré un optimisme incroyable, je ne vois rien qui permette de se réjouir. C’est grave. L’argent injecté et les taux bas sont notre prozac, mais une fois privé de prozac, c’est la dépression. Sévère. Les études prouvent qu’un patient qui se traite au sport, rechute 3 fois moins qu’un patient qui carbure au médoc. Nous devons donc nous remettre au sport. En mouvement (accepter le changement), alertes (ouvert et plus dogmatiques), capables d’endurer la difficulté (réformes), les épreuves (sacrifices à court terme), mais en sachant ce que nous avons à gagner (la vision et le « ROI »). A ces conditions, nous pouvons faire mentir ce scénario catastrophe, mais peut-être nécessaire, car la remise en cause passe parfois par de lourds traumatismes. 

Maintenant que je serai officiellement le Cassandre d’Atlantico, et je m’en excuse auprès de tous et toutes, je vais néanmoins continuer à œuvrer pour me faire mentir moi-même, à travers le Mouvement Day One. Donnons-nous la main, nous aurons plus de chances de ne pas couler. Je vous embrasse, et à travers moi, tous les entrepreneurs (-ses) de France et d’ailleurs vous souhaitent la plage plutôt que la grève… !!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 25/12/2019 - 12:06
Mon Gârs Denis....
comme on dirait dans le bocage , c'est comme Sylvestre qui nous met en fête tous les jours que Dieu commet: on a un moment à perdre, on commence à lire, on se dit: tiens , aujourd'hui il n'est pas bourré mais......il aurait du s'arrêter avent le 15 eme paragraphe qui lui est fatal! Voila le climat qui s'invite au banquet comme un pet pendant l'eucharistie! eh non c'était pas le corps du Christ c'était la boite de cassoulet qu'avait bouffé le curé!
Quant au rôle de Cassandre! allons on dira Cassandra; c'est mieux que Cindy mais cela fera bien sur le traineau du père Denis tiré par des ânes
pc85
- 24/12/2019 - 21:31
à clo-ette
Pas moi, car malheureusement ces prévisions ont pas mal de chances de se réaliser ...
clo-ette
- 24/12/2019 - 08:08
Exercice :
Refaire l'article en reprenant chaque paragraphe pour en écrire exactement le contraire . Qui s'y met ?