En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 12 min 46 sec
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 3 heures 58 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Santé
Impact

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

il y a 5 heures 9 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 16 heures 24 min
pépites > Politique
Nouveau calendrier
Réforme des retraites : Edouard Philippe révèle que la conférence de financement sera lancée le 30 janvier
il y a 17 heures 33 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 4 heures 17 min
décryptage > High-tech
Intrusion malveillante et vol de données

Comment protéger votre smartphone d’un piratage à la Jeff Bezos

il y a 4 heures 54 min
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > International
Mémoire
75 ans de la libération d'Auschwitz : de nombreux dirigeants de la planète se mobilisent contre l'antisémitisme
il y a 17 heures 7 min
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 19 heures 22 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 19 heures 49 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Toxique ?

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

Publié le 16 décembre 2019
La contestation contre la réforme des retraites entre dans sa troisième semaine. Or, le recul de l'âge de départ à la retraite pourrait être plus facile à accepter si le travail en France n'était pas aussi toxique.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La contestation contre la réforme des retraites entre dans sa troisième semaine. Or, le recul de l'âge de départ à la retraite pourrait être plus facile à accepter si le travail en France n'était pas aussi toxique.

Atlantico : Comment expliquer l’obsession des Français sur la question de la retraite alors que d’autres problèmes plus graves traversent le monde de l’emploi (comme la souffrance au travail qui est très élevée et la qualité de management qui est assez faible selon les classements) ?

Alexandre Delaigue : Ce qui est frappant avec la question des retraites, c'est le degré de crispation que l'on voit qui n’est pas généralisé autour de cette question. Et cette crispation est liée au fait que suggérer aux gens qu'ils pourraient avoir moins de retraite ou devoir partir plus tard génère des réactions véritablement épidermiques. Or si l'on compare avec un certain nombre d'autres pays, les gens n'apprécient pas particulièrement que l'âge de la retraite soit augmenté mais ça à l'air de se passer un peu plus facilement. La question que l'on peut se poser c'est celle du rapport que les gens ont au travail.

Comment se fait-il que l'idée de rester au travail un peu plus longtemps apparaisse comme aussi difficile ? Quand on sait par ailleurs que c'est quelque chose qui a été bien explicité, en particulier par un livre de Thomas Philippon qui s'appelle "Le capitalisme d'héritiers" : en France nous avons une qualité de management qui est relativement contestable. On a une forme de management qui s'accompagne d'un degré assez significatif de souffrance au travail. La France n'est pas très bien classée dans les indicateurs de souffrance au travail. Nous ne sommes pas bien classés non plus dans les classements sur la qualité de management. C'est particulièrement le cas dans les anciennes entreprises, celles qui ont été privatisées dans les transports notamment, et dans les anciens secteurs comme le secteur public.

On pourrait émettre l'hypothèse que l'un des problèmes posés par cette manifestation autour des retraites c'est le fait que la perspective de devoir travailler un peu plus apparaît absolument insupportable pour les gens à cause de ces problèmes de management. S'y ajoute un autre élément. Les gens ont l'impression que trouver un travail quand on est relativement âgé est extrêmement difficile. Les plans de licenciement, les départs anticipés sont très largement utilisés dans les entreprises. Il y a tout un discours général consistant à dire qu'au-delà d'un certain âge les gens sont soit impossibles à recruter, soit sont des poids pour l'entreprise. Si on prend en compte ces deux éléments-là, on peut comprendre la raison pour laquelle la perspective de devoir partir à la retraite plus tard, de retarder l'âge de départ à la retraite soit vécu de manière aussi difficile.   

Existe-t-il un lien de corrélation entre les personnes qui sont satisfaites au travail et le fait de ne pas être inquiet pour la question des retraites ? 

Il y a un certain paradoxe ici. Il y a toute une série de secteurs d'activité dans lesquels on passe notre temps à constater qu'il y a des gens qui sont en place depuis extrêmement longtemps et qui n'envisagent en aucun cas de partir. Il suffit de regarder la moyenne d'âge du personnel politique, en particulier des députés. On pourrait aussi regarder dans le secteur des médias avec ce que l'on pourrait appeler le syndrome Michel Drucker. C'est à dire des personnalités des médias qui n'envisagent même pas l'idée de partir. Récemment je lisais une interview de Christophe Dechavanne qui a soixante ans et qui exprimait son désir d'une seule chose, de recommencer à faire de la télévision.

C'est uniquement anecdotique mais cela laisse suggérer qu'il y a beaucoup de gens pour lesquels partir à la retraite est quelque chose qu'ils n'envisagent pas et en général ce sont des gens qui se déclarent extrêmement satisfaits de leur travail. 

Il y a un point que l’on néglige souvent. Partir à la retraite en soi n'est pas quelque chose qui est si plaisant que ça. Quand on regarde ce qui se passe dans pas mal de pays avec les statistiques accessibles, le départ à la retraite s'accompagne souvent de dégradations de l'Etat de santé, de dépressions (on peut penser au Japon par exemple). On constate une explosion des taux de suicide entre 65 et 75 ans. Le choc d'un changement de mode de vie aussi radical que le passage à la retraite après avoir été actif pendant très, très longtemps, tous les changements de vie que cela implique, un certain sentiment d'inutilité... Ca n'a rien d'un passage facile à faire.     

De ce point de vue-là, la raison pour laquelle les gens ont envie de partir à la retraite c'est le sentiment que le travail est encore pire que ça. Mais la retraite en soi, pour beaucoup de gens, n'est pas quelque chose qui est vécu de manière extraordinairement appréciable.

Que peut nous apprendre l'exemple japonais notamment sur le plan démographique sur la question des retraites en France et comment pourrait-on améliorer le traitement des seniors dans la société et dans le monde du travail ?

Cee qui est intéressant avec le Japon c'est qu'il s'agit d'un des premiers pays développés, par anticipation, à avoir connu un vieillissement accéléré. Au Japon, on a déjà un certain nombre de villes dans lesquelles l'âge médian est supérieur à 55 ans, près de la moitié de la population est retraitée. C'est quelque chose que l'on devrait regarder pas seulement pour la question des retraites mais pour la question plus générale de savoir ce qu'il se passe dans une économie qui vieillit. Il y a des tonnes de leçons que l'on pourrait retenir en matière de macro-économie. 

Si on veut maintenant se focaliser sur cette question du vieillissement, on devrait aller étudier le Japon pas tant pour se poser purement la question des retraites. Car c'est cela qui est terrible en France, c'est cette manie de vouloir traiter la question du vieillissement uniquement sous l'angle d'une charge qui est :"ça va nous coûter cher. Qu'est-ce qu'on pourrait faire pour que ces personnes âgées ne nous coûtent pas aussi cher". Le fait est que les personnes âgées vont constituer une part de plus en plus importante de la société. Cela implique des bouleversements considérables, des adaptations énormes pour pouvoir vivre en société de cette manière-là. Il faut donc s'intéresser à ce qu'il se passe lorsque l'on se retrouve dans une ville dans laquelle la population vieillit énormément. Qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'on fait des gens ?  Comment est-ce que l'on donne un sens à la vie des gens qui n'avaient pas du tout prévus de rester très, très longtemps inactif après leur période d'activité ou qui n'avaient pas anticipé de vivre aussi longtemps après, y compris avec un certain nombre de problèmes physiques potentiels, de ce point de vue-là, tout est à inventer. Or, en France on ne regarde cette question que sous le prisme financier.

C'est quelque chose qui est assez dramatique. Pour une fois qu'on a un problème qu'on peut anticiper pour lequel on a des exemples à l'étranger qui pourraient montrer ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire, on ne s'y intéresse absolument pas. On sait que l'on va vivre dans un pays plus vieux et on ne s'y prépare absolument pas.

Comment serait-il possible de résoudre la crise du nombre d'actifs en France ? Le pays est passé de 4 actifs pour 1 retraité à un système de nos jours avec 1,7 actif pour 1 retraité.

Sur ce problème précis, pour résoudre la crise du nombre d'actifs, il faut ce que l'on appelle le 3 P.

Premièrement, il faut agir au niveau de la population. C'est le premier P. La population, cela veut dire augmenter le nombre d'actifs. De ce point de vue-là, on peut jouer sur la natalité mais c'est compliqué. On l'a vu avec les politiques publiques destinées à augmenter la natalité : ça coûte extrêmement cher, pour des effets qui sont extrêmement faibles. 

L'alternative c'est une politique d'immigration qui vise à accueillir rapidement un certain nombre d'actifs supplémentaires. On peut se poser la question des modalités que cela pourrait prendre. L'idée n'est pas de jouer uniquement sur cette variable-là bien sûr mais de regarder ce qu'on peut faire avec cette variable. Il faut changer la politique migratoire française dans ce sens-là. 

La deuxième chose, c'est la participation. On peut se poser la question du  taux d'emploi relativement faible en France. Est-ce que l'on ne pourrait pas augmenter le taux d'emploi pour les actifs ?  Là ça pose la question du chômage en particulier. On pourrait aussi se poser la question du traitement des personnes âgées. Quel rôle est-ce qu’on pourrait avoir pour des personnes plus âgées qui continueraient d’être actives ? Qu’est-ce qu’on pourrait créer comme type d’emplois pour pouvoir maintenir un petit peu plus longtemps dans l’activité les personnes au fur et à mesure qu’elles vieillissent ? Cela implique des bouleversements considérables au niveau du fonctionnement du marché du travail.

Enfin la dernière chose, c’est la productivité. Il faut des gains de productivité pour que le travail des actifs soit le plus productif possible. Ceci permet de dégager des ressources afin de maintenir  un niveau de vie correcte pour les personnes âgées de plus en plus nombreuses. Là aussi, ce n’est pas quelque chose qui est si facile à faire mais ça reste quand même quelque chose de nécessaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 17/12/2019 - 09:16
« La natalité: ça coûte extrêmement cher... »
Alors que juste avant grave reproche culpabilisant:
« Or, en France on ne regarde cette question que sous le prisme financier. »

Mais bien sûr l'immigration c'est gratuit donc...
« Il faut changer la politique migratoire française dans ce sens-là. »

Un grand merci à cet universitaire si bien formaté et qui en formatera d'autres.

De Clem
- 16/12/2019 - 20:05
Une réflexion pertinente
et une analyse originale , sur se qui se cache derrière la crispation liée au travail,
donc à la crispation sur la réforme des retraites . De même sur la place et le rôle des personnes âgées dans notre
société .
Par contre, pour ce qui est des solutions ?
- mener une politique nataliste , trop difficile, pas assez rentable ? C'est pourtant une voie évidente, même si elle
est à long terme .
- lutter pour le plein emploi, réduire le chômage , une solution aussi évidente ! Qu'attende nos gouvernants , au lieu de nous
proposer la pire solution qui soit : le développement de l'immigration ! Quel prix à payer pour cette solution ? Quel risque pour notre civilisation, notre culture, notre démocratie ?
C'est assez curieux de proposer cette solution sans réfléchir à ses conséquences .
zelectron
- 16/12/2019 - 17:29
L'INSEE est au service du pouvoir, pas des français.
En 1983 les gens de 56, 58 ou 60 ans qui ont été "foutu à la porte*" "virés sans ménagement*" pour "faire place aux jeunes" se sont suicidés en nombre suffisamment élevé pour que l'INSEE le note consciencieusement, sauf que ces chiffres ont disparus mystérieusement quelque temps après probablement sur ordre, pardon sur une remarque anodine, des sieurs Mitterrand ou Maurois . . .
* et d'autre aussi !