En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

05.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

06.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

07.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 7 min 33 sec
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 2 heures 4 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 2 heures 32 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 3 heures 46 sec
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 4 heures 1 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 4 heures 7 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 4 heures 37 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 4 heures 56 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 31 min 20 sec
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 2 heures 23 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 3 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 4 heures 38 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 21 heures 12 min
© Capture d'écran // Le Parisien
© Capture d'écran // Le Parisien
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

Publié le 12 décembre 2019
Le PSG achève en beauté les phases de groupes. Même si certains doutes subsistent, avec cinq victoires pour un nul et un Neymar se comportant en véritable chef d'orchestre, le signal envoyé au reste de l'Europe est fort. Fin février, au coeur d'enjeux colossaux, il faudra compter sur cette équipe.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le PSG achève en beauté les phases de groupes. Même si certains doutes subsistent, avec cinq victoires pour un nul et un Neymar se comportant en véritable chef d'orchestre, le signal envoyé au reste de l'Europe est fort. Fin février, au coeur d'enjeux colossaux, il faudra compter sur cette équipe.

Le PSG est vraiment un monde à part. L'équipe peut bien surfer en tête du championnat et être qualifiée pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, elle génère toujours autant de doutes que de certitudes... depuis quelques semaines, parce qu'elle restait peu convaincante dans le jeu et régulièrement perturbée par les attitudes irritantes de ses vedettes, elle avançait dans une brume que seules des fulgurances individuelles parvenaient parfois à dissiper... Cette rencontre contre Galatasaray pouvait donc bien compter pour du beurre, les attentes qui l'entouraient étaient tout de même bien réelles. 

 En présentant une composition très éloignée de son équipe type, avec Rico dans les cages, Kurzawa sur le pré, Bernat et Kouassi au milieu de terrain, le coach Allemand avait annoncé la couleur: il voulait faire tourner, quitte à bricoler un peu et à utiliser des joueurs à contre-emploi. Mais, au coup d'envoi, une absence pesait plus lourd que certaines présences: celle d'Edinson Cavani. C'est fou comme les choses vont vite en football... En quelques mois, l'icône du Parc, le meilleur buteur de l'histoire du club (196 buts !) est devenu un joueur prisonnier des choix de son coach, un joueur enfermé dehors. Si on peut comprendre la volonté de l'Etat major d'inviter le matador a changer d'air, on peut aussi critiquer l'insistance presque irrespectueuse avec laquelle la démarche est effectuée. L'Uruguayen est désormais un ange déchu, cantonné à jouer les miettes de matchs presque finis... ou à tirer, comme hier soir, les pénaltys lorsque le score est acquis. Un joueur devenu simple spectateur (avec toute l'impuissance que cela suggère) de la réussite de son successeur. Lequel successeur, merci pour lui,  se porte à merveille... car Mauro Icardi, auteur hier soir de son douzième but de la saison, joue d'autant plus librement qu'il est bien conscient de sa place dans la nouvelle hiérarchie des avants-centres. Bien entendu, l'adversité proposée par l'équipe Turque tempère quelque peu l'enthousiasme généré par la démonstration de l'attaque Parisienne. Mais la capacité de sanction de ce PSG fait tout de même plaisir à voir. Hier soir, non seulement l'équipe s'est baladée mais il y en a eu pour tout le monde: Icardi (32è), Sarrabia (34è), Neymar (46è), Mbappé (63è) et Cavani (83è) ont régalé un public visiblement heureux du spectacle. Au coeur d'une soirée dans laquelle tous les seconds rôles ont été bons, il faut retenir le grand match de Neymar... auteur d'une performance globale remarquable et du beau geste de la soirée. On pourra juger la chose théâtrale ou un tantinet ostentatoire (que se serait-il passé s'il ne l'avait pas fait ?) mais en offrant un pénalty à Cavani, la star Brésilienne fait coup double: en plus de couronner de la meilleure des façons une prestation de haut vol, il envoie un message positif (en interne et en externe) quant à l'état d'esprit du groupe. Bien entendu, l'absence d'enjeu réel et l'aimable courtoisie des opposants invitent à ne tirer aucune conclusion définitive... Il en faudra bien davantage pour être fixé sur la force de ce collectif ou l'autorité de Tuchel sur un groupe composé de stars aux égos démesurés. Certaines d'entre elles sont parfois tellement remplies d'elle-mêmes qu'elles en débordent... Mais l'évidence est là: avec une force de frappe presque unique en Europe, si Neymar veut bien bonifier les autres et si Mbappé consent à s'oublier de temps en temps, tous les rêves sont possibles, même les plus grands.

Si cette équipe reste une énigme au potentiel énorme, l'essentiel est là, elle verra les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour le club Parisien, traumatisé par des échecs antérieurs ressemblant plus à des contes défaits qu'à de belles histoires, le soulagement est grand... car question prestige ou porte-monnaie, cette qualification était vitale pour le projet Qatari. Mais fin février les enjeux seront énormes. Puisque le championnat national est presque une formalité, à tort ou à raison, c'est le parcours Européen qui déterminera la réussite de la saison. Bientôt donc, sonnera l'heure de la grande dégringolade... ou bien celle du jackpot. Et oui, en football, les questions peuvent bien varier, la réponse est toujours la même: l'argent. Et en grandes quantités, si possible. Au PSG encore plus qu'ailleurs, on réduit facilement ce que l'on est à ce que l'on possède... Au PSG encore plus qu'ailleurs, la performance a un prix et le prix détermine la valeur... Ce dernier postulat rapproche considérablement ce club de l'art contemporain: dans les deux cas, le montant fait souvent la beauté. Nous pouvons donc en conclure que ce club est beau... oui ... beau comme une banque. C'est qu'il faut des quantités invraisemblables de grisbi pour assurer les salaires colossaux de nos stars préférées. Quand on sait que Neymar émarge à 36 millions d'euros par an, qu'il en faut 17 de plus pour assumer le salaire d'Mbappé, et que la masse salariale du club avoisine les... 300 millions d'euros, on se dit que les chiffres sont tellement vertigineux qu'ils ne veulent presque plus rien dire. A des montants pareils, le cerveau de l'individu moyen frise l'ankylose... l'abstraction guette...  Vous l'avez compris, le football est un voyage, et le PSG se balade en première. Allons plus loin: comment comprendre et expliquer la popularité de ce sport et les sommes folles qu'il peut brasser ? Caisse à dire ? Comment expliquer cette fascination pour des cracks dont on ne sait plus s'ils sont les enfants-rois ou les enfants-proies d'une réalité engendrée par la société du spectacle, elle-même fille boursouflée du capitalisme ? Bien sûr, il y a là-dedans de la pure logique économique, des recettes, de la publicité, des commissions... mais il y a aussi des mystères... des rêves... qui coûtent de plus en plus cher et qui font du football le nouvel eldorado... ou le clandé des escroqueries et des trafics en tous genres. Pourquoi ? Parce que l'argent est le plus grand dénominateur commun du monde sportif... Parce qu' il est le seul Dieu visible. On prétend souvent que l'argent pourrit le football... mais... finalement... et si c'était l'inverse ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires