En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

01.

Christina Aguilera arrêtée

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 4 heures 56 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 6 heures 47 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 8 heures 16 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 9 heures 34 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 4 heures 42 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 5 heures 30 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 6 heures 14 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 9 heures 52 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 11 heures 49 min
© AHMAD GHARABLI / AFP
© AHMAD GHARABLI / AFP
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

Publié le 10 décembre 2019
Depuis quelques années, les évolutions des relations entre les Etats dans le Golfe sont délicates. Ces dernières semaines, les Emirats se sont rapprochés de l’Iran. Le Roi Salmane a invité l’Emir Tamim Al Thani au prochain sommet du CCG.
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est chercheur en sciences politiques associé à l’ULB (Bruxelles) et à l’UQAM (Montreal). Il est l' auteur de Pays du Golfe les dessous d’une crise mondiale (Armand Colin, 2019), de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques années, les évolutions des relations entre les Etats dans le Golfe sont délicates. Ces dernières semaines, les Emirats se sont rapprochés de l’Iran. Le Roi Salmane a invité l’Emir Tamim Al Thani au prochain sommet du CCG.

Depuis trois ans, il est difficile de suivre les évolutions importantes des relations d’Etat à Etat dans le Golfe. Parfois ce sont de timides reconstructions d’alliances, parfois des tentatives de déstabilisation complète de pays. Avec la reprise de la crise autour du nucléaire iranien depuis 2016, et le blocus enclenché par le Quartet porté par l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis en tête en 2017, le Qatar se retrouvait bien seul face aux autres membres du Conseil de Coopération du Golfe. Soutenu par l’Iran et la Turquie, Doha devait revoir son réseau d’alliances mais parvint à résister. L’embargo fut un échec et le Qatar est toujours là. Il en va de même pour l’Iran, qui malgré l’agitation interne, résiste face à la pression maximale de Donald Trump. Cela peut-il durer ainsi ? 

Jusque-là, les alliances étaient claires : d’un côté Arabie Saoudite et EAU adossés aux Etats-Unis et Israël contre l’Iran et en guerre au Yémen, et de l’autre un Qatar qui ne partageait pas du tout la vision géopolitique de l’Iran pour la région. Quid depuis quelques semaines ? Pourquoi les Emirats se sont-ils tout à coup rapprochés de l’Iran et pourquoi le vieux Roi Salmane fait elle des appels du pied à Doha en invitant l’Emir Tamim Al Thani au prochain sommet du CCG ? 

Il faut remonter un peu le cours de l’histoire récente. A l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, et incapables de parvenir à convaincre Barack Obama du danger iranien depuis huit ans, les EAU avec le concours de l’Arabie Saoudite en première ligne, allaient pouvoir finir de convaincre dès 2016 la Maison Blanche de démanteler l’accord sur le nucléaire iranien. Le Qatar et Oman s’y opposaient fermement. Mais probablement que les EAU n’imaginaient pas, comme pour le Qatar d’ailleurs, que Téhéran résisterait à ce point. Fervent défenseur des sanctions contre le régime perse, et de la « pression maximale », MBZ a compris rapidement qu’un potentiel embrasement de la région ne servirait pas ses intérêts. Et qu’il valait mieux tenter de se rapprocher de nouveau de l’Iran. 

En novembre 2019, Anwar Gargash, le Ministre des affaires étrangères émirati déclarait en substance que l’escalade avec l’Iran ne servait personne et qu’il fallait revenir à une diplomatie collective pour résoudre la crise. Au-delà du discours de façade, il semblerait que ce rapprochement soudain soit conditionné à deux changements de stratégie pour Abu Dhabi envers son voisin: le retrait du Yémen et la sécurisation maritime du Golfe. Mieux vaut toujours pour les Emirats de la stabilité autoritaire, quel que soit l’acteur, qu’un glissement vers le désordre. Il fallait donc entamer un processus de désescalade pour au moins montrer qu’en cas de dérapage, les EAU ne seraient pas à l’origine d’une guerre ouverte avec son géant voisin. Mais il y’avait aussi un véritable intérêt économique au réchauffement forcé. Abu Dhabi a fait les frais des sanctions remises en place après le retrait américain de l’accord, puisque la communauté iranienne à Dubaï joue un grand rôle économique et a toujours été très puissante. Avec les premières vagues de sanctions américaines avant l’accord de 2015, la ville était même un second port de substitution pour les Iraniens. Mais depuis la multiplication des crises dans le Golfe depuis 3 ans, les Iraniens de Dubaï s’en vont. C’est un exode massif qui bénéficie largement désormais notamment à la Turquie et à Oman. Le pays a perdu la moitié de ses Iraniens est passé de 700 000 à seulement 350 000 ! Il en va de même désormais pour les échanges commerciaux qui étaient évalués à près de 20 milliards de dollars en 2018 et qui se sont réduits de moitié. Il se pourrait donc que dans les mois à venir, la relation entre les deux pays s’intensifie comme jamais. 

Evidemment, tout cela est déjà vu d’un très mauvais œil par l’Arabie Saoudite qui n’avait plus de solution que de tenter un rapprochement avec l’ennemi juré d’Abu Dhabi : le Qatar. Face à un risque de déstabilisation économique majeure, incapable de lancer sa diversification, Riyad ne veut pas se retrouver isolé totalement pendant que Donald Trump va batailler pour garder sa place à la Maison Blanche pour les quatre prochaines années en 2020 et prendre de la distance pendant plusieurs mois. Il paraissait presque évident que le Roi Salmane, y compris pour calmer les ardeurs du prince héritier Mohamed Ben Salmane qui n’a semé que le chaos depuis son arrivée, se rapproche du Qatar. Dans un contexte où le CCG est mort depuis la mise au ban d’un de ses membres, et devant les risques majeurs d’embrasement du Golfe, l’acte du vieux roi saoudien s’apparente presque à un dernier geste d’honneur et de survie pour résister à la tentation pavlovienne régionale du chaos. Cela s’apparenterait aussi à la tradition arabe de réconciliation où un Roi sur la fin aspire à laisser un terrain apaisé et stabilisé pour son fils. Salmane a sûrement pris conscience que rien ne peut se faire de constructif et positif dans la région sans le Conseil de Coopération. C’est ce qui avait été tenté lors du Sommet de la Mecque de mai 2019 mais ce dernier avait abouti sur un échec cuisant des négociations entre tous ses membres. Serait-ce là la dernière chance d’éviter une guerre ouverte ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires