En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 39 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 18 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 17 sec
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 28 min
© PASCAL PAVANI / AFP
© PASCAL PAVANI / AFP
SOS productivité

L’efficacité des organisations : grande oubliée de la réflexion en matière de politiques publiques et privées

Publié le 10 décembre 2019
Lorsque les sujets des échecs de politiques publiques ou des difficultés d’entreprises privées sont évoqués, le rôle spécifique des dysfonctionnements organisationnels et humains reste souvent insuffisamment pris en considération.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsque les sujets des échecs de politiques publiques ou des difficultés d’entreprises privées sont évoqués, le rôle spécifique des dysfonctionnements organisationnels et humains reste souvent insuffisamment pris en considération.

Des services publics qui coûtent trop cher à ceux qui les financent. Une productivité des facteurs de production, travail et capital, réunis dans le concept économique de Productivité Globale des Facteurs (la PGF dans le modèle de Solow), dont la faiblesse est la grande interrogation des économistes, et qui nourrit le risque de « grande stagnation » inventé par Larry Summers pour désigner la baisse tendancielle du taux de croissance naturelle des économies occidentales. Qu’ont en commun ces deux réalités économiques et politiques fondamentales ? En leur cœur, une grande oubliée, ou plutôt une grande négligée : l’efficacité des organisations publiques et privées. 

Disons-le tout net : la façon dont les grandes organisations publiques et privées dysfonctionnent n’est pas un objet inconnu, tant pour la sociologie, que pour l’économie ou le management. Des auteurs tels que Galbraith ou Coase s’en sont emparé il y a plusieurs décennies. Pourtant, il faut bien constater que lorsque l’on parle des échecs de politique publiques ou des difficultés d’entreprises privées, le rôle spécifique des dysfonctionnements organisationnels et humains reste souvent insuffisamment pris en considération. Deux exemples, l’un public, l’autre privé, l’attestent. 

A tout seigneur tout honneur : l’Etat. Notre Etat, pour reprendre le titre d’un ouvrage vieux de près de vingt ans, qui déjà s’alarmait de ses dysfonctionnements, auquel nous sommes si attachés. Qu’est-il devenu, et pourquoi rencontre-t-il autant d’échecs ? Pour des raisons évidentes et pourtant largement méconnues par ceux qui ne le connaissent pas de l’intérieur. Cet Etat est, ni plus ni moins, une organisation, une machine, qui fonctionne de moins en moins bien. Une machine qui devrait être l’outil premier pour analyser les problèmes, ébaucher des solutions, les mettre en œuvre, en assurer le suivi etc. Plus que des options politiques (interventionniste/ non interventionniste ; de droite ou de gauche etc.), ce qui caractérise l’Etat c’est qu’il fonctionne de moins en moins. Réunions stériles, solutions bancales, incapacité à traiter les sujets en profondeur, manque d’agilité et de rapidité : tels sont ses travers bien connus, qui ne sont pas nés d’hier, mais qui n’ont eu de cesse de s’aggraver au cours des vingt dernières années. Les raisons en sont simples, mais se réunissent en une : l’efficacité n’est plus son principe moteur. Comment cela pourrait-il être le cas si une telle organisation ne choisit plus ses chefs – Ministres, Directeurs - selon leur compétence, mais selon des critères autres (politiques, sexuelles etc.). Comment l’Etat pourrait-il être efficace alors qu’il est notoirement incapable de recruter une partie des meilleurs d’une société ? Qui peut croire, pour prendre un exemple parlant, que les meilleurs en finance sont à Bercy ? Ils sont, chacun le sait, dans un système financier qui sait rémunérer – parfois avec excès – le talent. Comment pourrait-il fonctionner alors que la compétence qui devrait être son principe dynamique est partout empêchée par les conservatismes, l’esprit de corps qui, loin de se réduire alors que l’Etat se fragilise, se renforce ?

Le secteur privé n’est pas en reste en matière de bureaucratisation. Si les exemples abondent, qu’il soit permis de prendre ici celui du Groupe Thales, dont les problèmes ont fait l’actualité récente. Cette entreprise connaît depuis quelques mois des difficultés, notamment boursières, reflet de problèmes commerciaux, qui pourraient étonner. En effet, elle est présente dans un secteur très porteur, et destiné à le demeurer, celui des industries de défense. Elle bénéficie – peut-être trop d’ailleurs au risque de succomber à des comportements de rentière – des effets de bord qu’autorise la bonne santé de l’export français en matière de défense ; ainsi, chaque fois que Naval Group ou Dassault vend une frégate ou un Rafale, Thales, qui équipe ces matériels, est gagnante. Elle assoit son excellence technologique sur des savoir-faire de pointe, qui eux-mêmes s’expliquent par la très grande qualité des ingénieurs français, l’une des forces de notre pays. Et pourtant, malgré ces atouts, Thales souffre. Beaucoup de raisons l’expliquent. Des erreurs de communications sans doute. Une certaine arrogance du haut management peut-être. Mais, comme l’Etat, la raison est plus profonde. Elle tient à l’organisation. Thales, comme beaucoup d’entreprises dont l’ADN est technologique, éprouve des difficultés à transformer des ingénieurs, souvent de talents, en managers. Car les qualités nécessaires pour faire un bon ingénieur ne suffisent pas à faire un manager ou un chef de projet capable d’animer une équipe, de faire émerger de nouveaux talents, de concevoir une stratégie de conquête commerciale. Ainsi, trop souvent dans une entreprise comme Thales, qui n’est pas seule confrontée à cette difficulté mais pour laquelle elle est particulièrement pénalisante, le délicat passage du niveau technologique au niveau commercial n’est pas maîtrisé à suffisance.

C’est dire, en définitive, quelles sources inexploitées de productivité et d’efficacité gisent au sein des acteurs publics et privés. Mobiliser de telles ressources impose aux organisations de ne pas se laisser étouffer par la bureaucratie et de se souvenir, selon le mot de Bodin, qu’il n’est bien de richesse que d’hommes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Roundwood
- 10/12/2019 - 19:00
Une vérité trop souvent oubliée en effet
Une vérité trop souvent oubliée en effet. Pour se développer, une société a besoin d'une ossature, surtout pour pallier la qualité changeante des hommes qui la composent. Pour une démocratie, la question de la qualité de son organisation est essentielle et vitale.